HomeAlphabets politiques, politiques d’alphabets

HomeAlphabets politiques, politiques d’alphabets

Alphabets politiques, politiques d’alphabets

Enjeux nationaux et religieux des systèmes de représentation écrite des langues

*  *  *

Published on Thursday, September 29, 2022

Abstract

Ce colloque a pour objectif d’enquêter sur les rapports entre « alphabets » (terme utilisé ici pour désigner un système sémiotique capable d’encoder les éléments linguistiques) et politique (c’est-à-dire l’usage de l’écriture dans le domaine public comme outil de pouvoir et de représentation), en s’intéressant aux différentes motivations, modalités et contextes des changements et réformes d’alphabet(s) à travers le monde.

Announcement

Argumentaire

En 2022, une série de six séminaires a rassemblé à Strasbourg vingt participants, avec pour objectif d’investiguer les rapports entre « alphabets » (terme utilisé ici pour désigner un système sémiotique capable d’encoder les éléments linguistiques) et politique (c’est à dire l’usage de l’écriture dans le domaine public comme outil de pouvoir et de représentation). Ces rencontres ont été notamment suscitées par l’importance qu’ont pu prendre récemment, dans de nombreux pays, la question du système de notation choisi pour écrire la langue « nationale ».

Si la langue est un phénomène identitaire bien au-delà de sa fonction communicative et cognitive, sa notation fut, tout au long de l’âge d’or des constructions nationales, un enjeu à la fois linguistique et politique. En effet, il y a peu de langues « nationales » dont la notation ne fut pas l’objet de débats enflammés. La réforme et l’imposition de l’alphabet cyrillique en Russie à partir de 1918, de l’alphabet latin en Turquie en 1928 ou l’unification et simplification des alphabets grecs à la fin du XIXe siècle, en sont des exemples les plus connus en Europe de l’est, particulièrement touchée par cette question.

Ce ne sont pour autant pas les seuls exemples : dans les constructions nationales de l’Europe de l’Ouest, au sein des contextes linguistiques où l’usage de l’alphabet latin était intériorisé avant ces constructions, l’alphabet est redevenu un sujet de controverses à partir du XVIIIe siècle, comme le montrent les débats suscités autour de l’anglaise qui remplace petit à petit les différentes formes de l’alphabet latin comme la ronde, la coulée ou la bâtarde. Par ailleurs, l’alphabet latin, du fait du grand nombre et de la variété des langues qui l’utilisent, comporte de nombreux ajouts et aménagements sous forme de signes diacritiques ou lettres « inventées », les vingt-six lettres fondamentales étant souvent insuffisantes pour exprimer toutes les distinctions entre phonèmes. Même là, l’existence ou non de telle ou telle lettre de l’alphabet latin peut avoir des significations politiques qui dépassent largement les questions linguistiques, comme c’est le cas des lettres Q, X et W en Turquie, longtemps interdites, car réclamées par les Kurdes.

La question n’est limitée ni à une aire géographique – elle se pose de la Chine, à la Grèce, la Turquie, Israël ou encore les Pays-Bas – ni à une époque, puisqu’elle existe de l’Antiquité à nos jours. L’écriture d’une langue n’est donc pas une simple question pratique. Les choix sont lourds d’enjeux : enjeux identitaires, enjeux de pouvoir de toutes sortes, enjeux de transmission mais aussi enjeux religieux et lien avec le sacré ou le profane.

Les rencontres de Strasbourg ont permis de commencer à explorer et analyser ces enjeux, en s’intéressant aux différentes motivations, modalités et contextes des changements et réformes d’alphabet(s) à travers le monde.

Pour poursuivre cette réflexion, nous organisons en 2023 un colloque sur le même sujet, qui permettra aux intervenants des séminaires de reprendre et développer une dimension spécifique de leur contribution en direction de l’un des axes du colloque.

Il sera aussi l’occasion pour d’autres intervenants de venir enrichir la réflexion en cours.

L’ensemble fera l’objet d’une publication collective, qui pourra servir de guide à de futures réflexions sur les relations entre notation de la langue et politiques identitaires.

Axes thématiques

Ces rencontres ont permis de faire émerger plusieurs axes, sur lesquels s’appuiera l’organisation du colloque :

1. Processus de standardisation et d’uniformisation des écritures

Il s’agit d’abord de s’intéresser aux origines et à la naissance des alphabets, aux enjeux et aux conséquences de la translittération, à la portée idéologique et politique des écritures. On prendra également en compte la tension entre « ancien » et « moderne », soit le retentissement des évolutions techniques et technologiques sur les alphabets, à toutes les époques : comment l’imprimerie, les machines à écrire, les ordinateurs ou encore la numérisation ont pu et peuvent influer sur les alphabets et leur utilisation. La contrainte suscitée par les outils (imprimerie, machine à écrire, clavier…) et l’impact des évolutions technologiques (surtout internet et les « ordiphones ») sont notamment à étudier. Les questions de praticité de l’écriture, d’hybridité et d’adaptation déterminent-elles les modes d’écriture ou de translittération ?

2. L’écriture, le pouvoir, le transcendant

On s’intéressera également aux enjeux de pouvoir à l’œuvre pour et par les systèmes de transcription écrite : comment la volonté politique s’impose à l’écriture ou est imposée par l’écriture. Ces enjeux de pouvoir déterminent des cercles concentriques de proximité d’avec le pouvoir, qui déterminent des niveaux de culture ou de langue, distinguant « lettrés » et « illettrés », voire suscitent une classification des langues et des dialectes. Quels systèmes sont ainsi mis en place ?

Et comment ces pouvoirs sur l’écrit sont-ils légitimés ? Souvent, écriture, pouvoir et religion font système, et le rapport de l’écriture au symbolique, voire à l’ésotérique, sera aussi analysé. On pense bien sûr à l’implication des religions dans la fixation écrite des langues, avec par exemple le rôle des religions missionnaires dans le déchiffrement ou l’écriture de langues. Mais il s’agit aussi du lien établi entre humain et divin par l’écrit, de la dimension de communication avec le transcendant par l’écriture, de la parole efficace en contexte rituel.

3. Représentation des langues, identités et nations

Enfin, le dernier axe d’approche concerne toutes les façons dont l’écriture est en lien avec l’identité. Il peut s’agir de construire l’identité nationale par rapport à l’identité régionale ou internationale. Ce dont il est question là, c’est de la capacité d’un mode d’écriture à rassembler ou diviser : comment les alphabets prennent-ils en compte les langues minoritaires, la priorité est-elle glossocentrique ou ethnocentrique ? L’étude des enjeux des changements d’alphabet, et particulièrement dans l’optique de la transmission et du patrimoine, de la mémoire et du lien avec le passé, avec la valeur identitaire forte que cela recouvre, est d’un grand intérêt.

Modalités de soumission

Les propositions de contribution (résumé + court CV) sont à envoyer à Samim Akgönül (akgonul@unistra.fr) et Anne-Laure Zwilling (anne-laure.zwilling@cnrs.fr), comité scientifique de l’événement,

avant le 31 octobre 2022

Organisation

Ce projet de réflexion scientifique est porté par l’équipe « Religions au miroir du pluralisme » de l’UMR DRES (Droit, religion, entreprise et société, UMR 7354) : https://dres.unistra.fr

Il reçoit le soutien de l’ITI MAKErS de l’université de Strasbourg : https://makers.unistra.fr

Comité scientifique

  • Samim Akgönül, directeur du Département d’Études turques, université de Strasbourg, UMR 7354 Droit, religion, entreprise et société
  • Anne-Laure Zwilling, IR CNRS HdR, UMR 7354 Droit, religion, entreprise et société

Places

  • Strasbourg, France (67)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Monday, October 31, 2022

Keywords

  • langage, systèmes d'écriture, relations internationales

Contact(s)

  • Anne-Laure Zwilling
    courriel : anne-laure [dot] zwilling [at] cnrs [dot] fr
  • Samim Akgönül
    courriel : akgonul [at] unistra [dot] fr

Information source

  • Anne-Laure Zwilling
    courriel : anne-laure [dot] zwilling [at] cnrs [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Alphabets politiques, politiques d’alphabets », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, September 29, 2022, https://doi.org/10.58079/19j4

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search