HomeÉcrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

HomeÉcrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

*  *  *

Published on Wednesday, October 05, 2022

Abstract

Entre 1880 et 1914, nombreux sont les écrivain·e·s et les artistes à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire. Ce colloque propose de réfléchir aux liens entre littérature, presse et scène pour apporter à l’histoire culturelle et théâtrale et y réévaluer la place des petits écrivain·e·s, des artistes en marge, des genres mineurs – souvent minorés – et des écritures de la brièveté qui ont été largement invisibilisées. 

Announcement

Présentation

Entre 1880 et 1914, nombreux sont les écrivain·e·s et les artistes à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire.

Ces postures et ces discours s’articulent bien souvent à la promotion des « petits » genres et des petits formats qui circulent dans les cercles parisiens mais aussi dans les capitales euopéennes : nouvelle, conte, chanson, pièce en un acte, pantomime, monologue fumiste... Toutes ces petites formes développent des poétiques contre-panoramiques : écriture du détail, de la miniature, du « petit fait » vrai ou fantaisiste. Les poétiques du bref ont tantôt visé une représentation vraie du réel, avec un objectif de production de savoirs – historiques, ethnographiques, sociographiques, psychologiques, phénoménologiques – tantôt pratiqué une écriture autotélique. Mais qu’ils s’inscrivent dans un « réalisme sérieux » (Auerbach) ou qu’ils revendiquent un ludisme léger, les petits écrivains et artistes du tournant des XIXe et XXe siècles ont érigé le petit en attitude, en style de vie et en écriture.

Cependant, à mesure que l’espace public se libéralise, le sens de ces postures et poétiques en mineur se modifie : se situer en marge (contrainte ou choisie), se replier sur des logiques de groupes restreints, pratiquer des genres brefs, tous ces positionnements n’ont pas la même signification au début des années 1880, marquées encore par une forte censure en France, ou à la Belle Époque, quand libéralisation et liberté d’expression gagnent du terrain et que les circulations à l’échelle européenne s’intensifient.

Le colloque propose ainsi de réfléchir aux liens entre littérature, presse et scène pour apporter à l’histoire culturelle et théâtrale et y réévaluer la place des petits écrivain·e·s, des artistes en marge, des genres mineurs – souvent minorés – et des écritures de la brièveté qui ont été largement invisibilisées. 

Programme

Mercredi 12 octobre 2022 (Auditorium) 

9h : Accueil des participant·e·s 

  • 9h15 : Mot d’accueil de Marie-Ève Thérenty, directrice du RiRRa21, et de Michel Boeglin, directeur de l’IRIEC
  • 9h30-9h45 : Introduction, par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond  
  • 9h45-10h30 : Conférence inaugurale de Jean-Claude Yon (EPHE) 

Pause 

Session 1 : Jouer et écrire « à côté » 

Présidence : Corinne Saminadayar-Perrin, Université Paul-Valéry Montpellier 3 

  • 11h-11h30 : Olivier Bara (Université Lyon 2),  « Un “théâtre à côté” : le Cercle des arts intimes (1880-1884) » 
  • 11h30-12h : Marianne Bouchardon (Sorbonne Université), « Les marges de la critique dramatique dans les revues théâtrales de la Belle-Époque » 
  • 12h-12h30 : Didier Plassard (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Quand le majeur devient mineur : marionnettes et drame religieux dans les cercles littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle » 

Buffet 

Session 2 : En piste ! 

Présidence : Marie-Astrid Charlier, Université Paul-Valéry Montpellier 3 / IUF 

  • 14h30-15h : Ariane Martinez (Université de Lille), « « Clownesse(s) fin de siècle : sur les traces d’une actrice mineure devenue personnage mythique » 
  • 15h-15h30 : Alix de Morant (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Boum Boum. Le rire médecin »
  • 15h30-16h : Agathe Giraud (Université de Franche-Comté), « Le saltimbanque, petit artiste ou grand esprit ? » 

16h-16h15 : Discussion 

Pause 

Session 3 : De vive voix 

Présidence : Clément Dessy, (FNRS/Université Libre de Bruxelles) 

  • 16h30-17h : Agnès Curel (Université Lyon 3), « Bonimenter : parole mineure, effet majeur ? Sur l’art du boniment forain dans la deuxième moitié du XIXe siècle » 
  • 17h-17h30 : Violaine François (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Petits genres et paroles vives : Jules Jouy, un transfuge exemplaire des petites scènes parisiennes de la fin du siècle » 

17h30-17h45 : Discussion 

Dîner en ville à 20h

Jeudi 13 octobre 2022 (003 Caryatides) 

Session 4 : Formes illégitimes et stratégies de légitimation I 

Présidence : Pénélope Dechaufour, Université Paul-Valéry Montpellier 3 

  • 9h-9h30 : Nathalie Coutelet (Université Paris 8), « Quatre mains pour un acte : les pièces co-écrites par des femmes à la Belle Époque » 
  • 9h30-10h : Sophie Courtade (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « L'art des ombres au Théâtre du Chat Noir : du scénario fumiste au récit épique » 
  • 10h-10h30 : Elisabeth Le Corre (Université Paris-Est Créteil), « Le monologue téléphonique : une invention mineure ? » 

10h30-10h45 : Discussion 

Pause 

Session 5 : Formes illégitimes et stratégies de légitimation II 

Présidence : Marie-Ève Thérenty, Université Paul-Valéry Montpellier 3 / IUF

  • 11h-11h30 : Julien Schuh (Université Paris Ouest Nanterre), « Une culture “à côté”. L’écosystème avant-gardiste fin de siècle » 
  • 11h30-12h : Marie-Cécile Schang-Norbelly (Université de Bretagne-Sud), « L’artifice au secours de la nature : l’idylle dans quelques formes scéniques mineures (1898-1918) » 
  • 12h-12h30 : Corinne François-Denève (Université de Haute Alsace), « Jacques Lemaire, le faiseur de théâtre » 

12h30-12h45 : Discussion

Buffet

Session 6 : Au Théâtre-Libre 

Présidence : Florence Thérond, Université Paul-Valéry Montpellier 3

  • 14h30-15h : Marie-Astrid Charlier (Université Paul-Valéry Montpellier 3 / IUF), « La scène des refusés. L’avant-garde naturaliste au théâtre »  
  • 15h-15h30 : Marthe Segrestin (Sorbonne Université), « Les Quarts d’heure de Guiches et Lavedan: bluettes ou révolution ? » 

15h30-15h45 : Discussion 

Pause 

Session 7 : Échelles naturalistes 

Présidence : Paul Aron, Université Libre de Bruxelles 

  • 16h-16h30 : Corinne Saminadayar-Perrin (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Terrains à vendre au bord de la mer : grand art, petits spectacles » 
  • 16h30-17h : Eva Le Saux (Université Sorbonne Nouvelle), « Du monde en miniature à la miniaturisation du monde : les figurants dans les œuvres des “petits” naturalistes »  

17h-17h15 : Discussion 

Soirée « Cabaret » à La Baignoire à partir de 19h30 / Spectacle des étudiant·e·s du Master Lettres sous la houlette de Béla Czuppon(7, rue Brueys, Montpellier)

Vendredi 14 octobre 2022 (003 Caryatides) 

Session 8 : Circulations des petites formes en Europe I 

Présidence : Julien Schuh, Université Paris Ouest Nanterre 

  • 9h-9h30 : Florence Thérond (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Peter Altenberg et le cabaret viennois Fledermaus » 
  • 9h30-10h : Evanghelia Stead (Université Versailles Saint-Quentin), « Les petits Faust, une marge de revalorisation ? » 
  • 10h-10h30 : Philippe Wellnitz (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Les pièces en un acte d’Arthur Schnitzler, un tournant vers la modernité engagée » 

10h30-10h45 : Discussion 

Pause

Session 9 : Circulations des petites formes en Europe II 

Présidence : Marie Bourjea, Université Paul-Valéry Montpellier 3 

  • 11h-11h30 : Philippe Marty (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Sonnéant (petite forme : Jules Laforgue) » 
  • 11h30-12h : Clément Dessy (FNRS/Université Libre de Bruxelles) : « La traduction chez les symbolistes : une pratique d’écriture en mode mineur ? Les cas d’Alfred Jarry et de Marcel Schwob »
  • 12h-12h30 : Paul Aron (Université Libre de Bruxelles) : « Le théâtre du Gardenia: quinze années au service d’un théâtre en mode mineur (mais international) » 12h30-12h45 : Discussion

Buffet 

Session 10 : Marges et petites formes médiatiques 

Présidence : Amélie Chabrier, Université de Nîmes

  • 14h30-15h : Yoan Vérilhac (Université de Nîmes), « Taille S des produits culturels fin-de-siècle : quelle reconfiguration des formats de fictions à la Belle Époque ? »  
  • 15h-15h30 : Jade Pétrault (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Gustave Téraube, un élu local en quête de notoriété médiatique et littéraire »  
  • 15h30-16h : Leïla de Vicente (Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Université Laval), « “C’est une bien petite histoire, mais c’est de l’histoire”. Contes des marginaux dans les journaux (1906-1913) »

 15h30-15h45 : Discussion et fin du colloque.

Organisation

Marie-Astrid Charlier (UPVM3, RiRRa21, IUF) et Florence Thérond (UPVM3, IRIEC)

Places

  • Auditorium et 003-Caryatides - Université Paul-Valéry Montpellier 3, site Saint-Charles 2
    Montpellier, France (34)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Wednesday, October 12, 2022
  • Thursday, October 13, 2022
  • Friday, October 14, 2022

Keywords

  • littérature, théâtre, spectacle, presse, Belle Époque, marginalité, forme brève

Contact(s)

  • Marie-Astrid Charlier
    courriel : marie-astrid [dot] charlier [at] univ-montp3 [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Marie-Astrid Charlier
    courriel : marie-astrid [dot] charlier [at] univ-montp3 [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) », Conference, symposium, Calenda, Published on Wednesday, October 05, 2022, https://doi.org/10.58079/19nj

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search