HomeLe monde de l’art à l’épreuve de ses marges : inclusion, diversité et droits culturels

HomeLe monde de l’art à l’épreuve de ses marges : inclusion, diversité et droits culturels

*  *  *

Published on Tuesday, November 08, 2022

Abstract

Après un séminaire inaugural en 2021-2022 intitulé « Le monde de l’art saisi au prisme de l’indistinction : art, institutions et industrie » étudiant les mécanismes internes au monde de l’art et opérant ainsi un état des lieux des relations, confusions et négociations du monde de l’art avec les valeurs et logiques économiques, institutionnelles et marchandes, et qui a donné la parole à des professionnels, curateurs, programmateurs, etc..., le présent séminaire entend cette fois se saisir du monde de l’art depuis les problématiques d’inclusion.

Announcement

Argumentaire

Si les débats qui ont animé l’art contemporain dans la séquence 1990-2010 ont pris la forme d’une querelle esthétique, ceux-ci semblent céder la place depuis à des formes d’interpellation plus proprement politiques et culturelles à l’égard des institutions, dénonçant notamment le manque, sinon l’absence, de diversité des acteurs et professionnels qui y travaillent, des artistes promus ou encore des publics convoqués. Parmi d’autres, on retiendra l’accusation de racisme (Exhibit B de Brett Bailey en 2014) ou d’appropriation culturelle (Kanata de Robert Lepage en 2018), la dénonciation de la discrimination et du manque de diversité qui continuent de prévaloir dans le monde de l’art (collectif Décoloniser les arts), ou encore, en creux, l’indifférence et silence des institutions artistiques et culturelles durant le mouvement des Gilets jaunes, au prétexte que celui-ci ne portait aucune revendication culturelle (Jean-Marc Adolphe, le blog de Médiapart, 8/02/2019). Au-delà de leurs contextes et enjeux spécifiques, ces remises en cause de l’écosystème du monde de l’art ont en commun d’être portées par celles et ceux-là mêmes qui en sont exclu·es, et qui engagent, depuis cette position d’exclusion, une controverse visant moins à dénoncer des dysfonctionnements internes et des pratiques discriminatoires d’un monde professionnel, qu’à dévoiler les fondements notamment idéologiques que ceux-ci sous-tendent et la manière dont le monde de l’art se rapporte à son dehors, à ce qu’il considère comme non-identique à lui et qu’il expulse hors de sa sphère d’influence. En cela, ces dissensions seraient moins à mettre au compte d’une lutte stratégique pour la reconnaissance à l’intérieur d’un champ (Bourdieu) que de l’expression d’un litige, d’une mésentente, au sens défini par Rancière, c’est-à-dire la revendication d’un ensemble d’individus incomptés mais parties prenantes de la société se faisant entendre comme groupe de « sans-part » et confrontant leur représentation du réel à celle qui domine, en vue d’un nouveau partage du sensible.

Il n’est pas anodin, à cet égard, que ces premières revendications aient surgi dans le milieu du théâtre, dont l’histoire – bien plus que celle des arts visuels – a part liée avec les institutions et les politiques culturelles. « Théâtre et culture entretiennent un rapport d’inclusion réciproque [...] Il est le lieu où s’enracine la culture comme projet politique » (Scott, 2021, 17) et qui nécessite d’éclairer son statut contemporain à la lueur de la question culturelle. Dans quelle mesure ne faudrait-il pas transposer ce questionnement aux arts visuels et, ce faisant, élargir sur un plan méthodologique la panoplie des outils avec lesquels nous avons l’habitude d’appréhender le monde de l’art (la sociologie de l’art principalement) ? Une telle inflexion permettrait de faire la généalogie de l’entité empirique comme du concept « monde de l’art » en mettant au jour les récits et pratiques discursives qui le fondent et au travers desquels il justifie ses actions et, ainsi, d’engager une réflexion sur la position hégémonique qu’il occupe aujourd’hui.

À la fois héritier des avant-gardes modernes et bastion de l’art contemporain – y compris dans ce que celui-ci peut avoir de plus expérimental et ésotérique –, et agent de politiques culturelles à destination des publics, le monde de l’art est un monde qui agrège celui élitiste des avant-gardes et celui élargi de la culture, aux visées parfois contraires et conflictuelles. Une telle prérogative, dans un champ à la fois artistique, culturel et social exige de lui qu’il se plie aux exigences des dites politiques culturelles mais, au-delà, qu’il s’ajuste aux aspirations exprimées par celles et ceux qui s’en sentent exclu·es, – que celles-ci adviennent des publics ou des acteurs – ; lesquelles entrent parfois de plein fouet en contradiction avec sa fonction d’émissaire et de prescripteur de l’art contemporain, gardienne de son autonomie.

De telles protestations ne sauraient pourtant être mésestimées par un monde de l’art dont le concept même repose sur un partage de valeurs et de connaissances avec les membres de la communauté élargie qui le constitue, ce en quoi il est autant culturel qu’artistique. Que l’on se réfère à sa définition comme pratique établie ( established practice) chez Dickie, comme « atmosphère ar tistique » chez Danto, ou encore comme étant constitué par tous ceux qui contribuent à sa réalisation chez Becker, le monde de l’art précisément « fait monde » en ce qu’il réunit un ensemble hétérogène d’acteurs – au-delà des seuls professionnels – aux rôles, fonctions et compétences différentes et complémentaires, et unis par un sentiment d’appartenance à un monde commun partagé. En cela, le monde de l’art est une entité mouvante et ouverte, susceptible d’accueillir en son sein la diversité – qu’il n’hésite pas par ailleurs à revendiquer sur le plan des valeurs – et non secirconscrireà unecasteou aux seuls afficionados qui en maîtrisent l’habitus.

Cette revendication pour plus d’inclusivité s’exprime notamment aujourd’hui à travers la problématique des droits culturels désormais reconnus dans le droit français et qui stipulent le droit de chaque personne à participer à la vie culturelle, de vivre et d’exprimer sa culture et ses références. En ressaisissant la culture « non dans le collectif mais dans l’individualité humaine » et en définissant « le fait culturel [...] comme celui qui permet à un individu de s’accomplir à la première personne, et non celui qui caractérise un peuple dans sa globalité » (Zask, 2022), les droits culturels placent de facto la personne individuelle au cœur des politiques culturelles et les contraignent à repenser leur modèle (notamment celui républicain et universaliste français fondé sur un État prescripteur en matière de culture légitime) comme leurs modalités. Fondés sur l’idée que les ressources artistiques et culturelles doivent permettre à l’individu de construire son propre parcours culturel à travers les formes de son choix, ils infléchissent les politiques vers des dynamiques plus interactives, associant le public ou la population comme acteur à part entière du processus artistique ou culturel, et déjà perceptibles dans certains projets. Ainsi, le CAPC de Bordeaux a été labellisé « Centre d’art contemporain d’intérêt national » dont l’arrêté fixant le cahier des missions et des charges relatif au label stipule qu’il « est attribué à une structure assumant un projet artistique et culturel d’intérêt général en faveur du soutien à la création, à la production et à la diffusion des arts visuels contemporains. [...] Dans l’exercice de leurs missions, elles portent une attention particulière à la diversité, notamment au travers des œuvres présentées, des artistes accompagnés et des publics, au respect des objectifs de parité ainsi qu’à la prise en compte des droits culturels, de l’équité territoriale, pour le développement de l’accès et de la participation du plus grand nombre à la vie culturelle. » En périphérie de Paris, on peut également citer les Ateliers Médicis dont le projet s’attache « à faire émerger des voix artistiques nouvelles, diverses, et à accompagner des artistes aux langages singuliers et contemporains » à même de dépasser des politiques culturelles dont les bases sociales sont perçues comme trop étroites et d’œuvrer à la reconnaissance de la place de la société civile en matière culturelle, au travers notamment une pratique de co-construction de l’action publique (Philippe Teillet, L’observatoire, 2017).

D’une manière générale, s’impose aujourd’hui la nécessité d’une plus grande inclusivité dans le monde de l’art et plus largement dans la société ; ce qui implique « de revenir sur les raisons historiques de l’exclusion, lesquelles ne sont pas que sociales, mais aussi liées aux préceptes esthétiques et aux critères de jugement qui ont prévalu jusqu’ici » (Charlotte Laubard, Libération, 28/10/2021) ; plus globalement, de repenser à nouveaux frais les relations du monde de l’art à son dehors, à la culture et, par extension, au corps social en son entier.

Programme

Séance 1. Jeudi 8 décembre 2022

  • « L’inclusion, mission impossible dans les mondes de l’art ? La périlleuse réduction des inégalités entre femmes et hommes artistes. » Marie Buscatto

Séance 2. Jeudi 26 janvier 2023

  • « Révolutionner l’art pour ne pas avoir à le démocratiser : les institutions de l’art contemporain face à la contradiction entre libéralisme culturel et démocratisation de l’art. » Nicolas Heimendinger

Séance 3. Jeudi 23 février 2023

  • « Monde de l’art et Autres de l’art : une inclusion problématique. » Quentin Bazin

Séance 4. Jeudi 16 mars 2023

  • « Mettre en œuvre les droits culturels : vers quels partages du sensible ? » Étienne Bernard et Pascal Le-Brun-Cordier

Références bibliographiques citées

Adolphe, Jean-Marc, « Les institutions culturelles sans les gilets jaunes », Le Club de Mediapart (blog), 8 octobre 2022, https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-adolphe/blog/080219/les- institutions-culturelles-sans-les-gilets-jaunes.

Becker, Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, collection Art, histoire, société, 2010.

Danto, Arthur, « The Artworld », The Journal of Philosophy, vol. LXI, n° 19, American Philosophical Association Eastern Division Sixty-First Annual Meeting, 15 octobre 1964, p. 571-584 ; trad. « Le monde de l’art », in Danielle Lories (éd.), Philosophie analytique et Esthétique, Paris, Klincksieck, 1988, p. 183-198.

Dickie, George, Art and the aesthetic: an institutional analysis, Ithaca, N.Y: Cornell University Press, 1974.

Mercier, Clémentine, « Charlotte Laubard - Autodidactes : “Aujourd’hui s’impose la nécessité d’une plus grande inclusivité dans le monde de l’art” », Libération, 28 octobre 2021. https:// www.liberation.fr/culture/arts/autodidactes-aujourdhui-simpose-la-necessite-dune-plus- grande-inclusivite-dans-le-monde-de-lart-20211028_VZFOG5CTY5ASJGBA545O5WQK4A/.

Rancière, Jacques, La mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée, collection La philosophie en effet, 1995.

Scott, Diane, S’adresser à tous : théâtre et industrie culturelle, Paris, les Prairies ordinaires, 2021.

Teillet, Philippe, « Ce que les droits culturels f(er)ont aux politiques culturelles », L’Observatoire 49, no 1 (2017), 20-24. https://doi.org/10.3917/lobs.049.0020.

Zask, Joëlle, Écologie et démocratie, Paris, Premier parallèle, 2022.

Places

  • Salle 250 - Université Paris 1, 47 rue des bergers (centre st Charles)
    Paris 15 Vaugirard, France (75)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Thursday, December 08, 2022
  • Thursday, January 26, 2023
  • Thursday, February 23, 2023
  • Thursday, March 16, 2023

Keywords

  • art contemporain, monde de l'art, droit culturel, inclusion

Contact(s)

  • Aline Caillet
    courriel : aline [dot] caillet [at] univ-paris1 [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Aline Caillet
    courriel : aline [dot] caillet [at] univ-paris1 [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Le monde de l’art à l’épreuve de ses marges : inclusion, diversité et droits culturels », Seminar, Calenda, Published on Tuesday, November 08, 2022, https://doi.org/10.58079/19wf

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search