HomeClaude-Nicolas Ledoux dans le texte

HomeClaude-Nicolas Ledoux dans le texte

Claude-Nicolas Ledoux dans le texte

Lectures de « L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des moeurs et de la législation » (1804)

*  *  *

Published on Tuesday, December 13, 2022 by Céline Guilleux

Summary

Cette rencontre plurielle, autour du texte de Ledoux, est le point d’aboutissement d’une démarche collective qui a engagé une quinzaine de chercheurs au sein du projet LEDOUX 2020-2023 du labex Les Passés dans le Présent (université de Paris-Nanterre) dans la réalisation d’une édition scientifique et collaborative de l’Architecture, comportant un double volet, papier et numérique. 

Announcement

Colloque de clôture du projet LEDOUX 2020-2023

Date et lieu

1er, 2 et 3 juin 2023

Saline royale d’Arc-et-Senans

Argumentaire

L’Architecture considérée sous le rapport de l’Art, des mœurs et de la législation, que l’architecte Claude-Nicolas Ledoux fait paraître en 1804, deux ans avant sa mort, est l’ouvrage le plus célèbre et le texte plus fascinant de toute l’architecture moderne européenne. Premier tome d’une oeuvre monument qui devait en compter cinq, cet ouvrage testamentaire au “style magique et poétique” (Cellerier) fait figure de véritable OVNI dans la production architecturale de l’époque. Ledoux y travaille pendant trente années pour l’élaboration de l’illustration (près de 500 planches, dont 125 publiées en 1804), et pendant près de dix ans pour établir un texte de 240 pages. Il conçoit ainsi une œuvre à la mesure de son ambition artistique totale. Or, parmi l’immense bibliographie et historiographie sur Ledoux, essentiellement consacrée à l'œuvre bâti et projeté, le livre lui-même et le texte de L’Architecture… n’ont que rarement fait l’objet d’études approfondies et a fortiori exclusives. Quant aux études littéraires, pourtant en pleine réévaluation de cette période du tournant des Lumières, elles l’ont plutôt négligé. 

Dans la lignée des travaux pionniers de Béatrice Didier (qui avait tenté, la première, de situer la plume de Ledoux dans le contexte littéraire du tournant des Lumières), de Mona Ozouf (qui s’intéressa à la représentation livresque de Chaux) et des grandes analyses de Daniel Rabreau (qui a replacé l’écriture mythologique et poétique dans le projet esthétique global de Ledoux), ce colloque se propose de jeter toute la lumière possible sur le livre, la représentation de l’architecture, le texte et l’écriture de Ledoux, dans une approche et un esprit résolument interdisciplinaire, seule démarche à même, par le croisement des regards d’historiens, d’historiens de l’art, d’historiens des idées, de spécialistes de littérature ou de rhétorique…, de percer la densité et l’épaisseur des strates de sens de ce livre hiéroglyphe. 

Cette rencontre plurielle, autour du texte de Ledoux, est le point d’aboutissement d’une démarche collective qui a engagé une quinzaine de chercheurs au sein du projet LEDOUX 2020-2023 du Labex Les Passés dans le Présent (université de Paris-Nanterre) dans la réalisation d’une édition scientifique et collaborative de l’Architecture, comportant un double volet, papier et numérique. 

Accueilli par la Saline d’Arc-et-Senans, institution partenaire du projet LEDOUX, le colloque sera donc l’occasion de partager les acquis de ce travail collectif et de l’enrichir en l’ouvrant aux apports de chercheurs extérieurs. 

Ces lectures de Ledoux, pourront, sans exclusive, explorer les dimensions suivantes :

La fabrique du texte de l’Architecture

Au-delà de la chronologie globale proposée par Gallet et Vidler, qui situe la rédaction entre son emprisonnement à la Force pendant la Terreur et le début du XIXe siècle, comment retracer une généalogie du texte de Ledoux ? Comment L’Architecture trouve-t-elle à s’inscrire dans un réseau d’autres textes connus de Ledoux (le Manuscrit Calonne, les extraits de la correspondance ou encore le Prospectus de 1803) qui pourraient en éclairer la genèse et la singularité ?

Quels éclairages peut apporter l’analyse du vaste réseau d’intertextes qui travaille L’Architecture et qui attend encore de véritables enquêtes d’archéologie textuelle et culturelle ? Entre Anciens (Homère, Ovide, Virgile, Plutarque, Lucien, Cicéron, César, Tacite…) et Modernes (La Fontaine, Fénelon, Diderot, Voltaire, mais aussi Shakespeare, Milton, Thomson, ou encore Gresset ou Gluck…), entre influences (d’une forme, d’un genre..), réécritures (d’un topos, d’un motif) voire reprises et citations (d’un extrait, d’un passage…), quelles formes prennent ces réappropriations littéraires multiples ? Comment participent-elles concrètement de la fabrique de l’imaginaire esthétique et historique ? Sous l’empreinte fièrement revendiquée que l’architecte laisse dans la pierre, quelle figure de l’écrivain ces emprunts, plutôt souterrains, dessinent-ils ? Et pour quels lecteurs ? Des “enfants chéris d’Apollon”, auxquels Ledoux s’adresse explicitement, jusqu’aux lecteurs d’aujourd’hui, comment a-t-on lu et lit-on encore Ledoux ? Avec quelle culture ? Pour quelle expérience ?

La fabrique des idées : Ledoux, penseur des Lumières ?

L’Architecture peut bel et bien être envisagée comme une formidable chambre d’échos, au crépuscule du siècle, de la pensée des Lumières. On pourra dès lors s’interroger sur les façons dont se diffusent et se cristallisent, dans le texte, ces grands courants de pensée qui traversent le demi-siècle : le sensualisme, auquel sont acquis de nombreux architectes, l’héritage encyclopédiste, la sensibilité rousseauiste, la pensée économique et physiocratique, la religion comme morale...  

Dans quelle mesure Ledoux fait-il siennes ces idées partagées par le siècle ? Avec quelle singularité et quelle solidité ? Quel type de philosophe est-il ? 

La fabrique des images : fiction et figurations 

Les réflexions pourront aussi se réunir autour de la notion centrale d’image, au carrefour des enjeux propre à l’écriture, à l’illustration et à la théorie de la création artistique. 

De quelle manière l’image travaille-t-elle en profondeur l’écriture et la langue de Ledoux ? Avec quels héritages rhétoriques ? Quels usages de l’univers mythologique ? Selon quelles modalités stylistiques (innovations lexicales, constructions syntaxiques) ? Pour quels réseaux de sens, entre unité et dissémination ? 

Comment l’imagination (celle de l’architecte comme celle du lecteur) s’invite-t-elle au cœur du pacte de fiction qui commande le récit (avec le périple romanesque du voyageur) ou encore la description (avec le recours incessant à une esthétique du tableau, qu’on pourra interroger) ? 

Enfin, quels types de relations les images textuelles entretiennent-elles avec les images gravées ? 

L’histoire et la théorie des arts et de l’architecture

Comment situer l’entreprise éditoriale de Ledoux dans l’histoire du livre et de la théorie d’architecture, tant à l’époque moderne (une histoire qui reste d’ailleurs à écrire, malgré des travaux consacrés à l’Italie ou encore l’Angleterre) qu’au début du XIXe siècle, (période charnière pour l’édition en général et le livre d’architecture en particulier) ? Que représente L’Architecture, entre le Livre d’architecture de Boffrand (1745), les grandes monographies de la fin du XVIIIe siècle, comme la Description des écoles de chirurgie de Gondouin (1780), et les recueils de modèles du début du siècle suivant, comme l’Architecture civile de Dubut (1803) ou les recueils de Krafft, et les ouvrages pédagogiques, comme le Précis des leçons d’architecture de Durand (1802-1805) ? Quels liens le projet de Ledoux entretient-il avec d’autres écrits théoriques, aux ambitions parfois littéraires, comme les textes de Boullée et les Lettres sur l’architecture de Viel de Saint-Maux (1779), par exemple ? 

Mais c’est aussi le rapport que l’architecte entretient avec l’Antiquité et les œuvres modernes, la Renaissance italienne et la création française des XVIIe et XVIIIe siècles, qu’il est possible d’examiner plus précisément à la lecture fine du texte de L’Architecture. Quelle est donc la culture architecturale de Ledoux ? Est-elle simplement livresque pour ce qui regarde les sites et édifices lointains ? N’a-t-il jamais vraiment fait l’expérience des sites antiques et des monuments modernes qu’il décrit à l’appui d’une démonstration ? Enfin, comment s’exprime, dans son texte, l’admiration inspiratrice qu’il porte aux peintres, aux sculpteurs, mais aussi l’intérêt qu’il montre pour l’art des jardins ? 

Modalités de contribution

Les propositions de communications (3000 signes maximum) sont à envoyer à fabrice.moulin@parisnanterre.fr, dominiquemassounie@gmail.com

avant le 31 décembre 2022.

Comité d’organisation

  • Fabrice Moulin, Paris-Nanterre, CSLF (litt&phi / ILHAM)
  • Dominique Massounie, Paris-Nanterre, H-Mod/HAR
  • Isabelle Sallé, Saline royale d’Arc-et-Senans

Comité scientifique

  • Emmanuel Chateau-Dutier, professeur agrégé, université de Montréal
  • Marianne Cojannot-Le Blanc, professeure, université Paris-Nanterre
  • Michel Delon, professeur émérite, université Paris-Sorbonne
  • Colas Duflo, professeur, Paris-Nanterre, IUF
  • Hugues Marchal, professeur-assistant, université de Bâle, IUF
  • Elise Pavy-Guilbert, maîtresse de conférences, université Bordeaux-Montaigne, IUF

Places

  • Saline royale
    Arc-et-Senans, France (25)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Saturday, December 31, 2022

Keywords

  • Ledoux, architecture, littérature, philosophie

Contact(s)

  • Dominique Massounie
    courriel : dominiquemassounie [at] gmail [dot] com

Information source

  • Dominique Massounie
    courriel : dominiquemassounie [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Claude-Nicolas Ledoux dans le texte », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, December 13, 2022, https://calenda.org/1039187

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search