HomeReligions ou spiritualités traditionnelles africaines ?

HomeReligions ou spiritualités traditionnelles africaines ?

*  *  *

Published on Wednesday, January 04, 2023 by Céline Guilleux

Summary

Les religions africaines ne figurent pas parmi les religions du monde (world religions) et ne sont pas reprises parmi les grandes religions. Elles sont appréhendées à partir de certaines formes religieuses dominantes. Les formes conceptuelles qui circulent les dédignent selon la dénommination religion(s) traditionnelle(s) ou les spiritualités africaines. La journée s'intéresse autant aux débats théoriques sur la dénommination qui rend le mieux compte de l'expérience africaine du numineux qu'à la place occupée par ladite expérience dans la vie des Africains.

Announcement

Argumentaire

Les religions africaines ne figurent pas parmi les religions du monde (world religions) et ne sont pas reprises parmi les grandes religions. Elles sont appréhendées à partir de certaines formes religieuses dominantes. Des représentations circulent qui voient en elles des formes religieuses primales, primitives, archaïques ou tribales. La catégorie principale dans laquelle elles sont saisies est l’oralité ainsi que l’absence de textes sacrés écrits, de doctrines explicitées. Considérées comme des religions non structurées, elles sont définies suivant des approches eurocentrées et des critères d’homomorphie du religieux sur fond d’une hiérarchisation qui fait des religions du livre des modes universels de la religion.

Les formes conceptuelles qui circulent désignent les religions africaines selon la dénomination religion(s) traditionnelle(s) africaine(s). Cette dénomination proposée par Geoffrey Parrinder dans les années 1950, devait remplacer les appellations disqualifiantes telles que religions primitives ou religions tribales (Cox, 2007: 17; Walls, 2004: 213). Au colloque de Bouaké en 1965, elle fut adoptée officiellement par les chercheurs africains (Tabard, 2008 : 327). Et depuis, elle est utilisée par des générations de chercheurs africains et occidentaux (Van Rinsum, 2004: 25).

Taiwo pour sa part suggère de recourir à la notion d’African Religion (Taiwo, 2008: 86). Devrait-on utiliser l’expression « religions africaines » ? Mais cette expression n’englobe-t-elle pas toutes les religions présentes sur le continent africain ? Dans ce cas, utiliser « religion africaine » uniquement pour les religions dites « traditionnelles » à l’Afrique n’est-ce pas exclure les religions qui sont considérées comme étant des religions africaines, malgré qu’elles aient leur origine sur d’autres continents ou qu’elles soient considérées comme des religions coloniales ? De même, n’est-ce pas aussi ignorer d’autres religions qui sont nées en Afrique telles que les Églises indépendantes d’inspiration chrétienne (African Independent Churches ou African Initiated Churches- AICs comme le kimbanguisme, le harrisme, Aladura Church, etc.) ou encore des formes d’islam spécifiques à certaines régions ou à certains pays africains, comme le mouridisme au Sénégal ?

Les définitions « unaires », fonctionnelles, primordialistes, substantivistes ou exclusivistes, essentialistes, évolutionnistes recouvrent-elles la réalité de l’expérience que les Africains (Sud du Sahara) font du numineux ? Convient-il de prendre appui sur le caractère de totalité, de tout englobant des cultures et des traditions religieuses africaines dans le culte de la vie et de l’imprégnation de la vision de l’homme, de la société, de la nature et de Dieu d’une dimension relationnelle pour privilégier la notion de spiritualités africaines (Buakasa, 1977) ?

La journée d’étude abordera la question de la dénomination de l’expérience africaine du numineux. Elle examinera différents aspects de la question :

  • La pensée religieuse africaine précoloniale.
  • Débats théoriques sur les concepts de religion et de spiritualité.
  • La dénomination de l’expérience africaine du numineux.
  • Quel Dieu et quel salut pour les religions africaines ?
  • Les religions africaines en diaspora.
  • L’impact sociopolitique des religions africaines.

La journée s’intéressera autant aux débats théoriques sur la dénomination qui rend mieux compte de l’expérience africaine du numineux qu’à la place occupée par ladite expérience dans la vie des Africains.

Journée d'étude sur les religions et les spiritualités africaines 

Participation

Carrefour des arts et des sciences, Salle C-3061

Pavillon Lionel-Groulx, 3150, rue Jean-Brillant, Montréal

Lien pour participer en ligne

https://umontreal.zoom.us/j/84715460347?pwd=WEJHTUxN SFgzYXh6QlpNMEFWU1N3dz09 

ID de réunion : 847 1546 0347 / Code secret : 331642

Programme

8h30 : Café et viennoiseries

8h45 – 8h55 : Accueil et bienvenue, par Ignace Ndongala Maduku, Professeur agrégé, Institut d’études religieuses, Université de Montréal

8h55 – 11h00 : 1ère session – Axes historique, socio-politique, anthropologique et théologique 

Modératrice : Karell Rabin, Doctorante, Institut d’études religieuses, Université de Montréal

  • Luka Lusala lu ne Nkuka, Professeur de philosophie et de théologie, Université catholique de Bukavu, RD Congo, La pensée religieuse africaine en Afrique précoloniale
  • Athanase Kapopwe, Professeur de théologie, Université Catholique du Congo Impacts socio-politiques des religions africaines
  • Jean-Marie Gomido Botchi, Doyen émérite de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines, Université Nationale du Bénin Le Muntu face au numineux
  • Kakpo Mahougnon, Enseignant-chercheur, directeur scientifique du Laboratoire d'études africaines et de recherches sur le Fâ (Bénin), Les religions traditionnelles africaines : quel.s dieu.x, quel salut, quelle eschatologie?

10h40 – 11h00 : Discussion

11h10 – 12h50 : 2ème session – Axes épistémologique, écologique et diasporique

Modérateur : Jean-Denis Lubanda, Master en philosophie, Institut Catholique de Paris

  • Édouard Adè, Chercheur au Centre de recherche et de spiritualité Notre-Dame de l'inculturation, président de l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest – Unité universitaire de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) Religions traditionnelles africaines : religions ou spiritualités ? 
  • Roland Téchou, Enseignant-chercheur à l'Institut Pontifical st Jean-Paul II, Cotonou (Bénin) Quelle écologie dans les religions traditionnelles africaines ? 
  • Kay Thellot, Pratiquante initiée du vaudou haïtien, chargée de projet chez « Coup de pouce jeunesse », fondatrice de Founder of Prensip Minokan, Les religions traditionnelles africaines en diaspora : le cas du vaudou haïtien et du vaudou en diaspora au Canada

12h30 – 12h50 : Discussion

  • 12h50 – 12h55 : Retour sur la journée, par Marx Loko, Doctorant, Institut d’études religieuses, Université de Montréal
  • 12h55 – 13h00 : Mot de la fin, par Solange Lefebvre, Professeure titulaire, Institut d’études religieuses, Université de Montréal

13h00 : Lunch léger sur place

Journée d'étude organisée par le Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Religions et les Spiritualités (CIRRES) et le Groupe de Théologies Africaines et Afrodescendantes (GTAS)

Bibliographie indicative

Buakasa Tulu Kia Mpasu, « L’impact de la religion africaine sur l’Afrique d’aujourd’hui : latence et patience », dans Religions africaines et christianisme. Colloque international de Kinshasa. 9-14 janvier 1978, Kinshasa, Faculté de théologie catholique de Kinshasa, 1979, 21-32.

Cox. L.-J., From Primitive to Indigenous: The Academic Study of Indigenous Religions. Aldershot, Ashgate Publishing Limited, 2004.

Dubuisson, D., L’occident et la religion : Mythes, science et idéologie, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998.

Rinsum van, Henk J., «“They became slaves of their definitions.” Okot p’Bitek (1931-1982) and the European Traditions in the Study of African Religions ». In F. Ludwig et A. Adogame, European Traditions in the Study of Religion in Africa. Wiesbaden, Harrassowitz verlag, 2004, p. 23-38.

Taiwo, Olufemi, « Òrìsà: A Prolegomenon to a Philosophy of Yorùba Religion ». In J.K.

Olupona et T. Rey (eds), Òrìsà dévotion as World Religion: The Globalization of Yorùbá Religious Culture. Madison, University of Wisconsin Press, 2008, p. 84-105.

Walls, A., « Geoffrey Parrinder (1910) and the Study of Religion in West Africa ». In F. Ludwig et A. Adogame (eds), European Traditions in the Study of Religion in Africa. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2004, p. 207-215.

Places

  • Carrefour des arts et des sciences, Salle C-3061 - Pavillon Lionel-Groulx, 3150, rue Jean-Brillant
    Montreal, Canada

Event format

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Friday, February 10, 2023

Keywords

  • religion, spiritualité, tradition, Afrique

Contact(s)

  • Marx Loko
    courriel : marx [dot] loko [at] umontreal [dot] ca

Information source

  • Marx Loko
    courriel : marx [dot] loko [at] umontreal [dot] ca

To cite this announcement

« Religions ou spiritualités traditionnelles africaines ? », Conference, symposium, Calenda, Published on Wednesday, January 04, 2023, https://calenda.org/1041932

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search