HomeLa fabrique de la création visuelle « en exil » - contrat postdoctoral

HomeLa fabrique de la création visuelle « en exil » - contrat postdoctoral

*  *  *

Published on Tuesday, January 24, 2023 by Céline Guilleux

Summary

Dans le cadre d’un partenariat entre le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) et l’institut Sociétés en mutation en Méditerranée (SoMuM) d’Aix-Marseille Université, il est proposé le recrutement d’un chercheur ou d’une chercheuse en post-doctorat à compter du 15 mai 2023, pour un contrat d’une durée de 12 mois renouvelable une fois.

Announcement

Présentation des partenaires

Le Mucem est un musée national situé à Marseille. Musée d’anthropologie culturelle, il traite des constructions culturelles et sociales contemporaines dans leurs multiples dimensions (historiques, sociologiques, territoriales et géographiques, artistiques, patrimoniales, etc.). L’accent est mis sur les circulations et échanges à l’échelle euro-méditerranéenne, sur les enjeux de société contemporains   ainsi que sur les relectures contemporaines des cultures et des pratiques peu institutionnalisées (cultures techniques, savoir-faire, représentations et imaginaires dits « populaires »…). Son projet culturel et scientifique, ainsi que sa politique d’étude et d’enrichissement des collections, repose en partie sur une méthodologie originale, celle des enquêtes-collectes, qui consiste à proposer à l’acquisition patrimoniale des corpus d’objets, d’archives et d’œuvres documentés par un travail de terrain.

Le projet scientifique et culturel du Mucem est consultable sur demande à aude.fanlo@mucem.org

L’Institut « Sociétés en Mutation en Méditerranée » (SoMuM) est un institut d’établissement d’Aix-Marseille Université situé à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme à Aix-en Provence. Pôle de formation et de recherche, SoMuM fournit des clés de compréhension sur les transformations profondes et durables autour de la Méditerranée, de l’Europe à l’Afrique et au Moyen-Orient. Il rassemble différentes disciplines : anthropologie, démographie, économie, géographie, histoire, histoire de l’art, sciences juridiques, philosophie, philologie, sciences politiques, sociologie, arts-sciences. L’Institut a pour objectif de promouvoir des recherches innovantes (concepts, outils, méthodes) autour de trois axes scientifiques : « Transitions, déstabilisations durables et crises », « Dynamiques, circulations et héritages culturels », « Recompositions territoriales et interactions ».

Un descriptif scientifique de l’institut est consultable en cliquant ici.

Thème de la recherche

Le projet postdoctoral portera sur la création artistique en situation d’exil en France. Il proposera de définir et de mettre en œuvre une enquête-collecte articulant études et terrains, pour rassembler des acquisitions d’œuvres et d’objets usuels, assorties d’archives, de documentations de première main et d’entretiens qui les contextualisent. Il s’agira moins de retracer des itinéraires de vie que d’analyser ici et maintenant les conditions de la fabrique artistique en contexte d’exil : conditions matérielles, juridiques et administratives, politiques, économiques, sociales de la création dans les mondes des arts visuels. Trois grands axes pourront être explorés :

L’atelier : lieux et milieux.

Par atelier, on entend un espace où s’exerce l’activité artistique, qu’il lui soit entièrement ou partiellement dédié, qu’il soit privé, public ou commun, qu’il soit pérenne ou provisoire. Dans la perspective de l’enrichissement des collections du Mucem, la réflexion pourra s’ouvrir sur l’acquisition « d’unités écologiques » pertinentes[1].  La dimension matérielle, centrale dans cette étude, est aussi en lien avec des dimensions qui peuvent être numériques, virtuelles, relationnelles et sociales. Comment se (re)constitue-t-on, ou non, un espace-temps de travail ? Une attention particulière pourra être accordée aux objets dont les artistes s’entourent dans leur milieu de création. L’atelier peut-il faire « refuge » ? 

A l’œuvre : gestes, techniques et pratiques.

Le deuxième axe portera sur les techniques, gestes, outils, matériaux, savoir-faire et références mobilisés dans le processus créatif. En quoi l’exil transforme-t-il ces processus, les conditions matérielles de production et les œuvres créées ? Comment prendre en compte aussi les situations de désœuvrement ?  On sera attentif aux questions de réemplois, réinterprétations, transformations, abandons, inventions de techniques et de pratiques dans ces contextes, et aussi à la manière dont s’élaborent et se matérialisent rencontres et collaborations.

Œuvrer l’exil : réseaux, statuts.

Les conditions matérielles de création seront également contextualisées sous l’angle juridique, administratif, économique, social et institutionnel.  Comment la « catégorie » d’« artiste en exil » se construit-elle aussi selon des normes et critères produits par les champs institutionnels et les marchés de l’art ? Comment se détermine la reconnaissance de professions artistiques et culturelles qui conditionnent l’accès du droit au séjour et au travail ? Quels sont les effets de ces catégorisations et de ces labellisations sur les artistes et leurs créations, en termes d’appropriations ou au contraire de résistances à ces assignations ? Comment les artistes négocient-ils avec les politiques de l’art en exil ou de la marchandisation de l’art ? On s’attachera ainsi à une ethnographie des réseaux et acteurs formels, informels, associatifs, gouvernementaux impliqués dans la fabrique de la « création en exil » et à ses conditions de réception.

Ces recherches s’inscriront dans les orientations développées par le Département recherche et enseignement du Mucem et dans le pôle « art contemporain » des collections du Mucem.

Ces recherches contribueront également aux réflexions d’un groupe interdisciplinaire réunissant chercheurs et artistes soutenu par l’institut SoMuM afin de favoriser la production de connaissances entre sciences sociales et arts. Ce groupe lance un programme de recherche empirique et épistémologique afin d’explorer, d’analyser et documenter davantage les articulations entre recherche artistique et recherche scientifique.

Missions du chercheur

Le postdoctorant ou la postdoctorante proposera un projet de recherche qui devra apporter une contribution scientifique au sein du Mucem et de l’Institut SoMuM et qui permettra de développer le partenariat entre ces deux institutions.

Au sein du Mucem

  • Analyser les conditions de la fabrique artistique en contexte d’exil : conditions matérielles, juridiques et administratives, politiques, économiques, sociales de la création dans les mondes des arts visuels, à partir de cas d’observations
  • Mettre en œuvre une enquête-collecte articulant études et terrains, collecte d’objets usuels, d’archives, de documentation de première main et d’entretiens qui les contextualisent.
  • Verser au Mucem les résultats de cette collecte et leur analyse. Le postdoctorant ou la postdoctorante transmettra au Mucem les entretiens réalisés et la documentation collectée sur l’outil d’archivage du Mucem, établira un rapport détaillé de l’enquête entreprise, des terrains réalisés et une description analytique des objets destinés à entrer dans les collections. Il établira également une liste argumentée d’acquisitions complémentaires auprès des artistes.
  • Participer aux activités de l’équipe du département de la recherche et de l’enseignement, ainsi qu’à l’organisation de rencontres scientifiques en cohérence avec sa thématique de recherche.
  • Rédiger un article de valorisation sur ses thématiques de recherche et sur l’enquête-collecte réalisée.

Au sein de l’Institut SoMuM

  • Contribuer à l’animation de l’axe scientifique n°2 de l’institut SoMuM « Dynamiques, circulations, héritages culturels », en lien avec les axes de recherche du laboratoire d’accueil.
  • Participer aux grandes rencontres de l’institut SoMuM, notamment à la conférence de rentrée.
  • Intégrer le groupe de réflexion « Arts-Sciences » mis en place par l’institut.
  • Participer à la direction de la revue doctorale « Mutations en Méditerranée » (MeM) mise en place par l’institut, en coordonnant le comité de rédaction en lien avec l’éditrice et la directrice de SoMuM. Le postdoctorant ou la postdoctorante accompagnera ainsi les différentes étapes dans la création d’un numéro de revue, depuis le choix de la thématique jusqu'à la version définitive du numéro.
  • Tirer une publication de ses travaux de recherche.

Conditions d’exercice

Le postdoctorant ou la postdoctorante sera sous contrat à durée déterminée avec l’Université d’Aix-Marseille ; il ou elle travaillera en collaboration avec le Mucem. Il ou elle mènera ses travaux au sein du département de la recherche et de l’enseignement du Mucem et au sein de l’Institut SoMuM, bénéficiant d’une affectation dans un laboratoire de son périmètre. Il ou elle disposera d’un espace de travail dans chacune des institutions (Aix-Marseille Université et Mucem) selon une répartition du travail à 50% dans chaque institution. Il ou elle sera placé sous l’encadrement conjoint de la responsable du département recherche du Mucem et de la directrice de l’Institut SoMuM.

Rémunération en fonction de l’expérience professionnelle : entre 2 552 € et 2 992 € bruts mensuels.

Profil attendu et critères de sélection

L’appel est ouvert à l’ensemble des disciplines en sciences humaines et sociales.

Le candidate ou la candidate doit être titulaire d’un doctorat de moins de 4 ans et avoir une expérience significative dans la réalisation d’enquêtes de terrain et dans la démarche interdisciplinaire. Une expérience en matière d’édition sera particulièrement appréciée.

Les critères de sélection :

  • Qualité scientifique du projet et adéquation à l’axe 2 « Dynamiques, circulations, héritages culturels » de SoMuM. Insertion dans les activités d’un laboratoire d’accueil du périmètre SoMuM.
  • Pertinence des axes, des méthodes et des terrains envisagés au Mucem. Capacité d’insertion dans les activités du Mucem afin d’en dégager des applications concrètes.
  • Intérêt et/ou expertise dans le domaine de l’édition scientifique.

Pièces du dossier

  • CV
  • Diplôme de doctorat.
  • Rapport de soutenance de thèse.
  • Un projet de 15 000 signes maximum rédigé en français. Ce projet détaille l’intérêt scientifique de la recherche, la manière dont le projet s’inscrit dans les objectifs de SoMuM et du Mucem énoncés dans l’appel, le calendrier et les terrains, les résultats attendus.

Pour préparer son dossier et préciser le projet, il est très fortement recommandé de contacter au préalable Aude Fanlo, responsable du département recherche et enseignement du Mucem à l’adresse suivante : aude.fanlo@mucem.org 

Date limite de candidature : 8 mars 2023 à 17h

Dossier de candidature à transmettre par mail via Wetransfer à : juliette.baud@mucem.org et anna.le-goff@mucem.org

copie : aude.fanlo@mucem.org et sylvie.mazzella@univ-amu.fr

Audition des candidat et candidates présélectionnés : 22 mars 2023  

Note

[1] Bénédicte Rolland-Villemot, « Unités écologiques, « period rooms » : des ensembles d’objets mobiliers, de la collecte à la valorisation muséographique », In Situ [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2016, consulté le 07 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/13373 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.13373

Subjects

Places

  • Marseille, France (13002)

Date(s)

  • Wednesday, March 08, 2023

Keywords

  • exil, création

Contact(s)

  • Aude Fanlo
    courriel : aude [dot] fanlo [at] mucem [dot] org

Information source

  • Juliette Baud
    courriel : juliette [dot] baud [at] mucem [dot] org

To cite this announcement

« La fabrique de la création visuelle « en exil » - contrat postdoctoral », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Tuesday, January 24, 2023, https://calenda.org/1045156

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search