AccueilPertes militaires et guerre navale (XVIIIe-XXIe siècle)

AccueilPertes militaires et guerre navale (XVIIIe-XXIe siècle)

Pertes militaires et guerre navale (XVIIIe-XXIe siècle)

War Losses & Naval Warfare, 18th to 21st century

Anticiper les pertes navales : innovations et prospectives

Anticipating Naval Losses: Innovations & Prospects

*  *  *

Publié le lundi 20 février 2023

Résumé

« Si tu veux faire la guerre sur mer, prépare-toi aux pertes au combat », serait-on tenté d’écrire. Le temps nécessaire à la construction d’une unité comme celui requis pour former l’équipage chargé de l’armer implique d’anticiper la question des pertes sur mer. Quelles sont les ressources humaines, matérielles, intellectuelles et culturelles de l’anticipation ? Quels sont les acteurs chargés d’anticiper ces pertes et qu’elle est leur expérience des pertes vécues et/ou représentées ? Quelles sont les données utilisées pour anticiper les pertes ? Comment le « retex » (retour d’expérience) est-il pris en compte dans l’anticipation du combat et des pertes ?

Annonce

Le colloque se tiendra à L'espace Philippe Seguin à Sciences Po Aix le 30 novembre et le 1er décembre 2023. 

Argumentaire

« Si tu veux faire la guerre sur mer, prépare-toi aux pertes au combat », serait-on tenté d’écrire. Le temps nécessaire à la construction d’une unité comme celui requis pour former l’équipage chargé de l’armer implique d’anticiper la question des pertes sur mer. Quelles sont les ressources humaines, matérielles, intellectuelles et culturelles de l’anticipation ? Quels sont les acteurs chargés d’anticiper ces pertes et qu’elle est leur expérience des pertes vécues et/ou représentées ? Quelles sont les données utilisées pour anticiper les pertes ? Comment le « retex » (retour d’expérience) est-il pris en compte dans l’anticipation du combat et des pertes ? La question de l’anticipation implique également de réfléchir aux structures mobilisées pour recueillir le renseignement, échanger avec ses alliés et espionner ses adversaires de manière à comprendre la circulation des informations.

L’anticipation des pertes sur mer mobilise des registres différents, mais connectés, que les communications sont invitées à notamment considérer :

  • L’élaboration des stratégies et des doctrines
  • La conception des plates-formes et des systèmes d’armes
  • La formation des équipages et des états-majors
  • L’anticipation des traumatismes et des vulnérabilités des équipages par les services de santé
  • Les modes de résiliences médicales, sanitaires et logistiques concernant à la prise en charge des blessés & des morts
  • La communication relative aux pertes sur mer à l’égard de l’institution militaire, de la sphère politique et de la société

Enfin, la situation de celui qui anticipe les pertes sur mer doit être interrogée que ce soit au niveau « national » (existence ou non d’un avantage géostratégique, technologique ou industriel ; position d’hégémonie ou de « perturbateur », réseau d’alliances et de partenariats), socio-professionnel (selon que l’on soit ingénieur, combattant, médecin…), institutionnel (institution navale ou non ; civile ou non).

Modalités de contribution

Le comité scientifique recevra un résumé de la présentation d’environ 300 mots, accompagné d’une courte biographie à l’adresse suivante : warlosses.navalwarfare@gmail.com

avant le 2 mai 2023.

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Les organisateurs prendront à leur charge les dîners et déjeuners à Aix-en-Provence. Ils pourront contribuer aux frais de transport et d’hébergement, en particulier des jeunes chercheuses et chercheurs.

Organisateurs

Erica Charters, David Plouviez, Benoît Pouget, Jean de Préneuf, Thomas Vaisset.

Comité scientifique

David Plouviez et Éric Schnakenbourg (Université de Nantes- CHRIA), Benoît Pouget et Nicolas Badalassi (SciencesPo Aix – Mesopolhis), Jean de Préneuf (SHD/Université de Lille), Thomas Vaisset (Université Le Havre Normandie -IDEES), Erica Charters (Oxford University), Jean-Marie Kowalski (Ecole navale/Université Paris Sorbonne), Taline Garibian (UNIGE), Elisabeth Anstett (UMR ADES), Bertrand Taithe (Manchester University), Alan James (Kings College London), Chris Martin (University of Hull), Guy Chet (University of North Texas), Ben Schoenmaker (NIMH).

Lieux

  • Sciences Po Aix - Espace Philippe Seguin - 31 avenue Jean Dalmas
    Aix-en-Provence, France (13)

Format de l'événement

Événement hybride sur site et en ligne


Dates

  • mardi 02 mai 2023

Mots-clés

  • histoire navale, perte de guerre, innovation, technologie, stratégie, médecine, institution, international

Contacts

  • David Plouviez
    courriel : david [dot] plouviez [at] univ-nantes [dot] fr
  • Thomas Vaisset
    courriel : thomas [dot] vaisset [at] univ-lehavre [dot] fr
  • Benoit POUGET
    courriel : benoit [dot] POUGET [at] univ-amu [dot] fr
  • Jean Préneuf
    courriel : jean [dot] martinant-de-preneuf [at] intradef [dot] gouv [dot] fr
  • Erica Charters
    courriel : erica [dot] charters [at] history [dot] ox [dot] ac [dot] uk

URLS de référence

Source de l'information

  • Benoit POUGET
    courriel : benoit [dot] POUGET [at] univ-amu [dot] fr

Licence

CC0-1.0 Cette annonce est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons CC0 1.0 Universel.

Pour citer cette annonce

« Pertes militaires et guerre navale (XVIIIe-XXIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 20 février 2023, https://doi.org/10.58079/1akr

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search