HomeLa photographie à l’épreuve du gris

HomeLa photographie à l’épreuve du gris

*  *  *

Published on Thursday, February 23, 2023

Abstract

Cette journée d’étude vise à étudier ce que le gris fait à la photographie (et vice-versa). Nous aborderons la question de la photographie noir et blanc dans son rapport au gris et à ses nuances depuis les premiers temps de la photographie jusqu’aux pratiques actuelles de l’art. Des chercheur·ses de différentes disciplines et des artistes viendront analyser la nature et le statut du gris tant dans l’histoire de la photographie que dans leur propre travail artistique. Ils et elles interrogeront sa reconnaissance comme couleur au prisme de ses enjeux historiques, techniques, esthétiques, fictionnels et politiques.

Announcement

Programme

  • 9h00-9h30 Accueil
  • 9h30 Autour du gris, propos liminaire Par Jeanne Ricœur, doctorante en Arts plastiques, Université de Lille
  • 9h45-10h30 Entre le noir et le blanc, le gris en photographie ? Par Kim Timby, historienne de la photographie

Au tournant du XXe siècle, certaines photographies commencent à être décrites par leurs contemporains comme étant «en noir et blanc». En parallèle, le «gris» – depuis longtemps conçu comme étant entre le noir et le blanc, ou une combinaison des deux – est beaucoup moins présent dans le vocabulaire, bien qu’esthétiquement fréquent. Je proposerai des éléments d’explication de cette mise en retrait du gris en analysant les goûts changeants pour les coloris des tirages et le lexique, hautement symbolique, convoqué pour décrire le champ chromatique de la photographie.

  • 10h30-11h15 Contrastes de noir et blanc versus nuances de gris : retour sur une polarisation de la création photographique du second XXe siècle Par Dominique Versavel, archiviste-paléographe et conservatrice de la photographie moderne du département des Estampes et de la Photographie, BNF

Dans le registre du tirage photographique en noir et blanc, telle qu’il se déploie dans la seconde moitié du XXe siècle, le gris représente un paradoxe : il est le grand oublié des termes, des commentaires comme des études, alors qu’il représente une norme de référence, une échelle de valeurs à partir de laquelle se construit l’image monochrome dans sa conception classique. Pour autant, dans la pratique des photographes et des tireurs de cette période, les demi-teintes sont au coeur de choix plastiques aussi fermes qu’antagonistes : on observe d’un côté un réel rejet des demi-tons au profit d’un contraste de pur noir et blanc, assumé de manière radicale jusque dans la création des années 1990 ; à rebours, on constate - sur le même temps - un goût affirmé pour les tirages doux chez toute une lignée de photographes sensibles à la portée esthétique, sculpturale, poétique voire également, à compter des années 1970-1980, à la dimension éthique et ontologique que charrient les tons intermédiaires. L’intervention se propose d’avancer quelques hypothèses permettant de contextualiser et d’expliquer cette polarisation des tendances chez les monochromistes du second XXe siècle.

11h15-11h30 Pause

  • 11h30-12h15 La couleur grise de l’eau Par Guillaume Le Gall, professeur en Histoire de l’art contemporain, Université de Lorraine

L’eau a constitué un défi dans l’histoire de la représentation photographique. Au commencement de la photographie sous- marine, la valeur du gris apparaîtra comme la solution pour chasser l’obscurité des profondeurs et obtenir une image claire des fonds abysses. Nous essayerons dans cette communication de retracer l’évolution de cette quête d’une visibilité des mondes inaccessibles au regard non instrumenté. Dans cecontexte, l’aquarium va non seulement offrir un agencement incomparable pour la représentation photographique du monde subaquatique, mais va jusqu’à constituer un modèle de vision pour la production d’images sous-marines.

  • 12h15-13h Devenir image. Les couleurs du passé Par Peter Geimer, professeur d'histoire de l'art à la Freie Universität de Berlin, directeur du Centre allemand d’histoire de l’art, Paris

Le passé est inobservable. On en a entendu parler ou lu, on s’en souvient, on trie ce qui nous en reste, mais aucune de ces formes de remémoration ne recrée le passé. Ce que nous savons ou imaginons de lui, nous le tenons par des voies détournées : récits, documents, images, traces, vestiges ou débris matériels. Ainsi la plupart des méthodes de reconstitution historique oscillent-elles entre volonté de mettre au présent et conscience d’une impossible saisie : elles travaillent à s’approprier le passé, en même qu’elles cherchent à s’accommoder de son indisponibilité. Cela vaut en tout cas pour les procédés dont il sera question dans ma contribution – des tentatives de recréer le passé par des photographies historiques. Quelles sont les couleurs de l’histoire ? Est-elle en noir, gris et blanc ou en couleurs ?

Pause-déjeuner

  • 14h30 - 15h15 Le ciel est gris Par Luce Lebart, commissaire d'exposition et historienne de la photographie

Avant les procédés photographiques en couleur, les cieux des photographies sont monochromes teintés, puis les voilà devenir gris avec les procédés au gélatino-bromure d’argent. Restituer le spectacle du ciel et ses subtiles variations de teintes sans couleur fût longtemps de l’ordre du tour de force pour les photographes. Depuis Hippolyte Bayard, nombre d’entre- eux s’évertuèrent d’ingéniosité pour fabriquer des azurs sans couleur. Ces recherches et expérimentations prirent un nouveau sens dans le contexte de la météorologie naissante : comment en effet distinguer et rendre intelligible - et donc étudier et comparer - ce qui est de l’ordre du ciel et du nuage ? Ces questions prennent de l’ampleur au service météorologique des armées quand la connaissance des nuages devient, à l’issue de la première guerre mondiale, un enjeu de sécurité militaire et civile. Cette contribution s’appuiera en particulier sur l’iconographie des atlas du ciel et des nuages.

  • 15h15 - 16h00 La couleur grise des choses Par Valérie Belin, artiste

Existe-t-il un style ou une esthétique du « gris » en photographie, ou bien n’est-il que le résultat arbitraire d’un déterminisme technique ? Au travers d’une projection d’une trentaine de photographies principalement « en noir et blanc », Valérie Belin revient sur son travail pour partager son expérience et expliquer ses choix. L’occasion d’une réflexion sur les dilemmes de la photographie, entre réalité, doute et illusion.

16h - 16h30 Pause

16h30-17h30 Table ronde : À l’aune du gris, des pratiques photographiques

Modérateur : Arno Gisinger, artiste, maître de conférences en Arts plastiques, Université Paris 8

  • Hugo Deverchère, artiste, PAST, Université de Lille 
  • Julie Laporte, photographe-tireuse 
  • Marine Lanier, photographe et écrivaine 
  • Massao Mascaro, photographe

17h30 Mots de conclusion Par Nathalie Delbard, professeure en Arts plastiques, directrice du CEAC, Université de Lille

18h Vernissage à la Galerie Commune de l’exposition Les imaginaires du gris

À partir notamment d’une sélection d’œuvres de la collection du FRAC Grand Large Hauts-de-France, l’exposition Les imaginaires du gris conçue par Jeanne Ricœur avec Amanda Crabtree et les étudiant.e.s du Master Arts « Exposition/production des œuvres d’art contemporain », accompagnera et prolongera les propos de cette journée sur le gris et ses imaginaires. 

Organisation

Organisée par Jeanne Ricœur

Comité scientifique

Nathalie Delbard, Arno Gisinger, Jeanne Ricœur

Places

  • Amphithêatre du pôle Arts plastiques - Université de Lille - 29 rue Leverrier
    Tourcoing, France (59)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Thursday, March 02, 2023

Keywords

  • photographie, gris, art, histoire de l'art, technique, noir, blanc, couleur

Contact(s)

  • Jeanne Ricoeur
    courriel : jeannericoeur [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Jeanne Ricoeur
    courriel : jeannericoeur [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« La photographie à l’épreuve du gris », Study days, Calenda, Published on Thursday, February 23, 2023, https://doi.org/10.58079/1an0

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search