HomeMigrations, mobilités, et éthique(s)

HomeMigrations, mobilités, et éthique(s)

*  *  *

Published on Wednesday, March 29, 2023

Abstract

Les communications de cette journée d’étude viseront à interroger les politiques et les mobilités migratoires à travers le prisme de l’éthique. Il s’agira, en premier lieu, de questionner la dimension éthique des politiques migratoires pratiquées par les États et/ou les institutions. En second lieu, nous chercherons à rendre compte des motivations éthiques, individuelles et/ou collectives, aux mobilités migratoires contemporaines ou passées. Enfin, nous questionnerons l’éthique du·de la chercheur.e lors de la collecte et de la restitution des données récoltées auprès de populations migrantes. Chaque chercheur·e, inscrit dans sa discipline, et selon des approches méthodologiques variées, pourra ainsi envisager ses travaux sur les phénomènes migratoires sous l’angle de l’éthique afin de montrer la pluralité de compréhension de cette notion.

Announcement

Dans le cadre du projet MOBIL (Mobilités, migrations, mobilisations)

13 juin 2023, Université catholique de l’Ouest – Angers

Argumentaire

Les communications de cette journée d’études viseront à interroger les politiques et les mobilités migratoires à travers le prisme de l’éthique. L’approche des mobilités en migration sera questionnée à nouveaux frais, en lien avec la notion d’éthique faisant classiquement l’objet d’investigations de la philosophie et du droit, mais mobilisée dans une moindre mesure par la sociologie, l’anthropologie, la géographie et la linguistique francophones tandis qu’elle s’est progressivement développée dans la recherche en théories anthropologiques, politiques et philosophiques anglophones portant sur les migrations (Bader, 2005 ; Carens, 2013 ; Corso, 2022 ; Hosein, 2019 ; Innes, 2023 ; Kelly, 2016 ; Seglow, 2005). Notons, néanmoins, que de nombreux travaux de sociologues ou d’anthropologues francophones tels ceux de M. Agier (2022) interrogent les conditions d’exil et d’accueil des populations migrantes, ceux de C. Cosquer (2020) rendent explicitement compte de l’éthique de la recherche prise dans des processus de domination ethno-raciale induits par la migration, tandis que ceux de S. Dumitru (2013) et de J. Rochel (2020) incitent à une réflexion de société sur le sujet.

Bien que la définition du terme « éthique » ainsi que la distinction entre « morale » et « éthique » fassent toujours débat, l’éthique pose la question de l’agir (Ricoeur, 1990), du « bien agir » sur la base de différents critères qui donnent lieu à différentes « figures éthiques » ou « théories morales » tels que l’éthique des vertus qui s’intéresse au perfectionnement vertueux de l’être humain, le conséquentialisme qui se penche sur les conséquences des actes et des règles de ceux-ci, le déontologisme affirmant le caractère moral d’une action accomplie en honorant des principes absolus (Billier, 2014). M. Canto-Sperber et R. Ogien (2017) proposent une cartographie encore plus détaillée des grandes conceptions de la philosophie morale. Le prisme de l’éthique à travers lequel nous entendons appréhender la question des mobilités migratoires nous amènera à aborder des questions d’« éthique normative », d’« éthique appliquée » ou de « méta-éthique », à partir d’une écoute des différentes voix qui se font entendre des Institutions, du terrain, des acteurs, ou en nous-mêmes.

Il s’agira, dans un premier temps, de rendre compte de la dimension éthique des politiques migratoires pratiquées actuellement ou à d’autres époques par les États, par l’Union Européenne, comme dans le cadre de programmes migratoires mis en place (Bauböck, Permoser & Ruhs, 2022 ; Boudou, 2019 ; Demuijnck, 2007). Quelles sont les approches et les orientations données à l’éthique de la part des décideurs publics dans le champ migratoire ? Comment les politiques d’ouverture ou de fermeture des frontières, les politiques sur les conditions de circulation, de travail, notamment des travailleur.ses temporaires et/ou détaché.es, envisagent-elles l’aspect éthique (Ciupijus, 2010 ; Proulx, 2013 ; Weiner, 1996) ? Nous réserverons l’étude des politiques d’« accueil » et d’aide portée aux migrants pour une prochaine journée d’études.

Dans un second temps, nous chercherons à rendre compte des motivations éthiques, individuelles et/ou collectives, aux mobilités migratoires contemporaines ou passées. Quelle est la part de motifs d’ordre éthique dans la décision de migrer (Guilbert, 2010) ? Est-elle seulement reliée à la question économique, politique et/ou religieuse (Hanafi, 2019) ? Varie-t-elle en fonction des catégories d’appartenance sexuées ? Il s’agira, entre autres, d’examiner chez les migrant.es les formulations, les représentations et les imaginaires de ce qu’est pour eux.elles la visée d’« une vie bonne », selon l’approche éthique aristotélicienne. Les migrants s’interrogent-ils eux-mêmes sur leur éthos de vie ou bien s’agit-il d’une interrogation axiologique réservée aux domaines politiques et scientifiques ?

Ceci nous amènera, dans un troisième temps, à venir questionner l’éthique du.de la chercheur.e lors de la collecte et de la restitution des données récoltées auprès de populations migrantes (Düvell, Triandafyllidou and Vollmer, 2010 ; Fiddian-Qasmiyeh, 2011 ; Sakkoyan, 2008). À partir d’un questionnement réflexif, les postures épistémologiques et les visions éthiques opérés par le.la chercheur.e pourront être argumentées. Comment se positionnent-ils.elles face aux enquêté.es, souvent en position de domination, comme dans le cas de migrations forcées (Clark-Kazak, 2017) ?

Chaque chercheur.e, inscrit dans sa discipline (sociologie, anthropologie, géographie, psychologie, histoire, philosophie, sciences politiques, droit, etc.), et selon des approches méthodologiques variées, pourra ainsi envisager et ré-interroger ses travaux sur les phénomènes migratoires sous l’angle de l’éthique afin de montrer la variété et la malléabilité, liée aux contextes et aux enjeux idéologiques, économiques et sociaux qui l’accompagnent, que cette notion comporte. Autrement dit, comment se présente l’éthique « institutionnelle » à propos des migrant.es et l’éthique mise « en pratique » par les migrant.es eux/elles-mêmes ? En quoi, le recours au vocable « éthique » pourrait-il relever, dans certains cas, d’une stratégie politique ? Et comment, d’autre part, l’éthique se présente-t-elle comme un outil épistémologique pertinent pour comprendre les migrations, la mise en discussion étant la nature même d’un questionnement éthique ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous aimerions également favoriser la participation de professionnels du champ migratoire pouvant apporter leur regard sur cette notion.

Modalités de contribution

Les propositions de communication (titre, résumé de 400 mots et bref CV) sont à envoyer

avant le 22 avril 2023

à Amélie Puzenat : amelie.puzenat@uco.fr.

Un retour sera fait aux propositions le 9 mai 2023 au plus tard.

Comité scientifique

  • Arab C., Chargée de recherche CNRS HDR en géographie sociale, Université d’Angers
  • Azaitraoui M., Professeur en géographe, Université de Khouribga, Maroc
  • Brestic K., Maîtresse de conférences en histoire et civilisation germanophone, Université d’Angers
  • Delépine S., Maître de conférences en géographie sociale, Université d’Angers
  • Hoang T., Maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication, Université catholique de l’Ouest
  • Jarousseau H., Professeure en anthropologie, Université catholique de l’Ouest
  • McKenzie W., Maître de conférences en littérature comparée, Université catholique de l’Ouest
  • Plivard I., Maîtresse de conférences en psychologie sociale, Université catholique de l’Ouest
  • Poché F., Professeur en philosophie, Université catholique de l’Ouest
  • Puzenat, A. Maîtresse de conférences en sociologie, Université catholique de l’Ouest
  • Sebaux G., Professeure en histoire et civilisation de l’Allemagne contemporaine, Université catholique de l’Ouest

Bibliographie

Agier, M. (2022), La peur des autres : essai sur l’indésirabilité, Rivages.

Bader, V. (2005), “The ethics of immigration”, Constellations 12(5), 331-361.

Bauböck, R., Permoser, J. M., & Ruhs, M. (2022), “The ethics of migration policy dilemmas”, Migration Studies 10(3), 427-441. https://doi.org/10.1093/migration/mnac029

Boudou, B. (2019), Le dilemme des frontières : Éthique et politique de l’immigration, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Billier, J.-C. (2014), Introduction à l'éthique. Presses Universitaires de France.

Canto-Sperber, M., et Ogien, R. (2017), La philosophie morale. Presses Universitaires de France.

Carens, J. H.(2013), The Ethics of Immigration, Oxford University Press.

Carens, J. H. (1996), “PART III: Migration, Politics, and Ethics: Realistic and Idealistic Approaches to the Ethics of Migration”, International Migration Review 30(1), 156–170. https://doi.org/10.1177/019791839603000113

Ciupijus, Z. (2010), “Ethical Pitfalls of Temporary Labour Migration: A Critical Review of Issues”, Journal of Business Ethics 97, 9–18. http://www.jstor.org/stable/41315813

Clark-Kazak, C. (2017), “Ethical Considerations: Research with People in Situations of Forced Migration”, Refuge: Canada’s Journal on Refugees 33(2), 11–17. https://www.jstor.org/stable/48649574

Corso, A. (2022), “The Smell of Bare Death: encountering life at the graveyard of Lampedusa” Anthropological Theory, 2022.

Cosquer, C. (2020), « Ethnographier la blanchité dans la migration : quelle éthique pour l’étude des dominants ? », Revista Internacional de Estudios Migratorios 9(1), 88. https://doi.org/10.25115/riem.v9i1.3811

Demuijnck, G. (2007), « Est-il permis, du point de vue éthique, de limiter la migration économique ? », Raisons politiques 26, 63-81. https://doi.org/10.3917/rai.026.0063

Dumitru, S. (2013), « Des visas, pas de l’aide ! Le phénomène migratoire en lui-même est-il éthique ? Se présente-t-elle, dans certains États, comme un substitut d’aide au développement ? », Éthique publique 15 (2). https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.1231

Düvell, F., Triandafyllidou, A. and Vollmer, B. (2010), “Ethical issues in irregular migration research in Europe”, Population, Space and Place, 16, 227-239. https://doi.org/10.1002/psp.590

Fiddian Qasmiyeh, E. (2011), Ethics of Migration Research Methodology: Dealing with Vulnerable Immigrants, Oxford University Press.

Guilbert, L. (2010), « Projets d’études au cœur des réseaux familiaux transnationaux : une réflexion sur les postures éthiques des migrants », Lien social et Politiques (64), 151–162. https://doi.org/10.7202/1001406ar

Hanafi, S. (2019), “Normativity of Migration Studies Ethics and Epistemic Community”, Migration and Islamic Ethics, 110-135.

Hosein, A. (2019), The Ethics of Migration: An Introduction, Routledge.

Innes, A., “Ethical Aspects of Migration Flows”, Oxford Research Encyclopedia of International Studies, Retrieved 9 Mar. 2023, from https://oxfordre.com/internationalstudies/view/10.1093/acrefore/9780190846626.001.0001/acrefore-9780190846626-e-499.

Kelly, E. (2016), “A Rough Climate for Migration: Ethics, Climate Change and Forced Migration”, AQ: Australian Quarterly 87(1), 25–40. http://www.jstor.org/stable/24877809

Proulx, H. (2013), « Éthique des politiques d’immigration : arguments déontologiques – entre devoir d’accueil et droit d’exclusion », Études internationales 44(1), 43–63. https://doi.org/10.7202/1015122ar

Ricœur, P. (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

Rochel, J. (2020), « L’éthique de la migration : propositions pour un débat de société ». Dans : Edwige Rude-Antoine (éd.), La recherche et l'enseignement en éthique : Un état des lieux (pp. 93-109). Paris : L'Harmattan. https://doi.org/10.3917/har.rude.2020.01.0093

Sakoyan, J. (2008), « L’éthique multi-située et le chercheur comme acteur pluriel. Dilemmes relationnels d’une ethnographie des migrations sanitaires », ethnographiques.org, [en ligne]. http://www.ethnographiques.org/2008/Sakoyan.html

Seglow, J. (2005), “The Ethics of Immigration”, Political Studies Review, 3(3), 317–334. https://doi.org/10.1111/j.1478-9299.2005.00026.x

Weiner, M. (1996), “Ethics, National Sovereignty and the Control of Immigration”, The International Migration Review 30(1), 171–197. https://doi.org/10.2307/2547466

Résumé du projet MOBIL (Mobilités, migrations, mobilisations)

Penser la migration en mettant en perspective mobilités et mobilisations, deux notions avec des interactions riches mais rarement interrogées dans une perspective transversale et interdisciplinaire. Il s’agit d’abord d’appréhender leur évolution conceptuelle face à de nouveaux défis émergents dans les sociétés (post-) migratoires en pleine mutation. MOBIL entend ainsi examiner les enjeux politiques et sociaux propres aux sociétés plurielles, pour apporter des clés de compréhension et des pistes pour l’action politique et la société civile.

En mobilisant l’éthique comme outil épistémologique pertinent, nous proposons d’analyser la dialectique entre les deux notions clé au cœur du projet. Il s’agit, via le questionnement éthique, de saisir de façon innovante leur articulation et renouveler ainsi la réflexion sur les mobilités. https://recherche.uco.fr/programmes/mobil-mobilites-migrations-mobilisations

Places

  • 3, Place André Leroy
    Angers, France (49)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Saturday, April 22, 2023

Keywords

  • migration, ethique, politique migratoire, mobilité, réflexivité

Contact(s)

  • Gwénola Sebaux
    courriel : gwenola [dot] sebaux [at] uco [dot] fr
  • Amélie Puzenat
    courriel : amelie [dot] puzenat [at] uco [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Amélie Puzenat
    courriel : amelie [dot] puzenat [at] uco [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Migrations, mobilités, et éthique(s) », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, March 29, 2023, https://doi.org/10.58079/1auj

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search