HomeQuel apport pour le jeune chercheur en géographie face au tournant du paradigme du développement en Afrique ?

HomeQuel apport pour le jeune chercheur en géographie face au tournant du paradigme du développement en Afrique ?

*  *  *

Published on Wednesday, April 05, 2023

Abstract

Comment les appels à une plus grande souveraineté des États et à des mécanismes endogènes de développement peuvent-elles participer à un véritable tournant de la géographie en Afrique ? Pourquoi rendre la géographie apte à considérer le réel Africain ? Quel apport aujourd'hui pour le jeune chercheur en géographie face au tournant du paradigme du développement en Afrique ? Ces questionnements sont au cœur de la première journée d’étude du Réseau africain des jeunes chercheurs en géographie (RAJEC Géo). Elle vien interroger les bouleversements ayant cours sur le continent à la lumière d'une élaboration heuristique qui articule la définition de nouveaux cadres, de nouvelles approches et méthodes des sciences géographiques.

Announcement

Journée d’étude du Réseau Africain des Jeunes Chercheurs en Géographie

Argumentaire

La succession et la superposition des mutations de grande ampleur bouleversent la compréhension des dynamiques des territoires et des sociétés africaines. Depuis les échecs des politiques des programmes et de projets de développement ainsi que des plans d'ajustement structurel du Fond Monétaire International (FMI) à la fin du siècle dernier, l’exigence d’une analyse tenant compte de l’articulation des échelles et d’une approche territoriale des enjeux ayant cours sur le territoire sonne comme un impératif pour la recherche.

Ces enjeux sont divers et multiscalaires. Parmi ceux-ci : la problématique du changement climatique et de ses répercussions écologiques, alimentaires et sanitaires, les contraintes qu’imposent la littoralisation et l’urbanisation des enjeux portés par l’explosion démographique, les problématiques foncières et les dynamiques migratoires ; ou les défis de l’intégration régionale du continent qui se heurtent aux crises sécuritaires et à la défense des intérêts économiques des Etats. Ces questions n’impactent toutefois pas uniformément les Etats du continent quand bien même les trajectoires spécifiques à chacun des territoires ont en commun une accélération brutale et parfois non contrôlée des processus (Chaléard & San Juan, 2018).

La perspective d’une modernisation tangible et inclusive des Etats du continent impose dorénavant la nécessité de lier les approches du développement et l’amélioration des indices statistiques à l’investissement dans les territoires. C’est encore de cet appel à revenir à des échelles plus pertinentes à impacter les réalités des territoires qu’émergent des mouvements sociaux dans les grandes villes africaines comme ce fut le cas à Dakar, à Bamako, au Caire, à Ouagadougou ou à Johannesburg (Ndiaye, 2023).

Ces mutations sont à la base de l’idée d’une reconsidération des objets d’étude des géographes du continent. Au-delà de leurs dimensions territoriales et multiscalaires, les bouleversements que connaît l’Afrique invitent à de véritables changements de paradigmes scientifiques et une redéfinition, sinon une innovation de concepts et de notions endogènes. En effet, la recherche de solutions aux problèmes concrets des territoires africains pâtit d’une importante dimension mimétique jusque-là transposée de modèles bien souvent sans commune mesure, ni avec la dimension internationale des enjeux en cours, ni avec les dynamiques diverses et variées des échelles d’application locales des solutions préconisées (Magrin et Ninot, 2020). Au niveau universitaire, ce mimétisme est aussi celui de la mouvance observée dans la plupart des pays africains au milieu des années 2000. Cette mouvance impliquait la migration de l'offre de formation universitaire vers le système LMD du modèle anglo-saxon (Moudjouri, 2022). Ces solutions ignoraient l’apport des universitaires africains, eux-mêmes totalement oubliés des dynamiques de modernisation promue par l’idée de rattrapage qu’induit la notion de développement (Amougou, 2019).

Le changement de perspective autour de la notion de développement à l’échelle du continent que suggèrent les tournants climatique, écologique, politique, sanitaire, migratoire, économique et géopolitique commande de questionner les thématiques de recherche dites traditionnelles de l’ancienne géographie tropicale, sinon les approches scientifiques correspondant à celles-ci. Voilà qui invite donc à repenser non seulement les modèles de développement des territoires, mais aussi des dispositifs de la recherche scientifique au profit d’une transformation structurelle.

Dès lors, comment les appels à une plus grande souveraineté des Etats et à des mécanismes endogènes de développement peuvent-elles participer à un véritable tournant de la géographie en Afrique ? Pourquoi rendre la géographie apte à considérer le réel Africain ? Quel apport aujourd'hui pour le jeune chercheur en géographie face au tournant du paradigme du développement en Afrique ?

Ces questionnements sont au cœur de la première journée d’étude du Réseau Africain des Jeunes Chercheurs en Géographie (RAJEC Géo). Elles viennent interroger les bouleversements ayant cours sur le continent à la lumière d'une élaboration heuristique qui articule la définition de nouveaux cadres, de nouvelles approches et méthodes des sciences géographiques. Le panel des intervenants est constitué des Professeurs Pierre KAMDEM et Alphonse YAPI-DIAHOU. Il analysera l’impact de ces crises et des transitions qu’elles suggèrent à la lumière de leurs travaux de recherches et du recul qu’ils ont de l’évolution de la géographie en Afrique. L'idée est de mieux définir le cadre de réflexion et d’action de notre jeune réseau en analysant avec nous les questions de recherche innovantes structurant aujourd’hui en Afrique le cadre conceptuel en géographie.

Participation

La journée d’étude se tiendra entre 10 h 15 et 15 h 15, heure d’Abidjan (12 :15pm heure de Paris), avec une pause de 12 h 30 à 13 h 15.

Les échanges auront lieu par visioconférence.

Une inscription est obligatoire pour participer à l’évènement : https://univ-montp3-fr.zoom.us/meeting/register/tJUpfu6uqzkjEtDZkKYqx5oHlepLh1oEpqSc.

Après votre inscription gratuite, vous recevrez un courriel de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion

Programme

Le panel des intervenants compte les Professeurs Pierre KAMDEM et Alphonse YAPI-DIAHOU. En matinée, les présentations des intervenants dureront chacune 35 minutes. Elles seront chacune suivie de discussions. L’après-midi sera le temps consacré aux travaux en ateliers. Ces ateliers seront un espace de réflexion par petits groupes pour la transposition des résultats des discussions de la matinée dans le cadre conceptuel de la géographie en Afrique. L’idée étant de réfléchir à la dynamique, aux acteurs et aux enjeux des mutations des objectifs de recherche des géographes africains.

  • 10 h 15 : Début de la journée d'étude
  • 10 h 30 : Communication du PR. Alphonse YAPI-DIAHOU
  • 11 h 05 : Discussions
  • 11 h 30 : Communication du PR. Pierre KAMDEM
  • 12 h 05 : Discussions
  • 12 h 30 : Pause
  • 13 h 15 : Reprise des travaux
  • 13 h 30 : Travaux en atelier
  • 14 h 30 : Mise en commun avec le panel
  • 15 h 15 : Fin de la journée d'étude

Présentation des intervenants

  • Alphonse YAPI-DIAHOU est Professeur émérite des Universités et membre de l'UMR LADYSS.  Il a enseigné à l’Université Paris 8, à l'École Normale Supérieure d'Abidjan et à l'Université de Bouaké. Il fut aussi chercheur associé à l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Ses recherches portent sur les dynamiques territoriales et les processus de métropolisation à la périphérie des grandes villes d’Afrique de l’Ouest. Son approche implique l’analyse des politiques et des pratiques foncières en milieu urbain et l’étude de la décentralisation à travers les problématiques du développement urbain et de l’aménagement du territoire.
  • Pierre KAMDEM est Professeur des Universités au Département de Géographie de Poitiers. Il était ancien Directeur du Laboratoire MIGRINTER. Il officie au sein du Master Mimdel à Dschang et dans le Master Misodev à Douala (Cameroun). Ses recherches se rapportent à l’étude des mobilités, des rapports de force qui en sont à l’initiative et des enjeux qu’impliquent ces migrations. Ses travaux questionnent aussi le développement local et l’aménagement du territoire en tant qu’expression de l’engagement citoyen en migration et d’enjeux géopolitiques dans les territoires.

Comité scientifique

  • Dr. Ondo Ze S., Membre associé du Centre d'Etudes et de Recherche en Géosciences Politiques et Prospective (CERGEP) de l’université de Omar Bongo (Gabon) et attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Montpellier 3 (France) ;
  • Ahua A., Doctorant en géographie sous la cotutelle de l’Université de Nantes et de l’Université de Cocody en (Côte d’Ivoire) ;
  • Dr. Voundi É., Enseignant associé Département de Géographie de l’Université de Douala (Cameroun), École Normale Supérieure de Bertoua (Cameroun).
  • Dr. OHOUSSA A., Membre associée à l’UMR_C 6590 Espaces et SOciété
  • Gdana Sali R. A., Doctorant en Géographie de l’Université de Ngaoundéré (Cameroun)

Bibliographie indicative

Amougou, T. (2021). La problématique du « déficit de développement réel» en Afrique subsaharienne. Recherches Internationales, 121(1), 15-39.         https://www.persee.fr/doc/rint_0294-3069_2021_num_121_1_3094.

Chaléard, J. et Sanjuan, T. (2017). Introduction. Pour une géographie du développement aujourd’hui. Dans : J. Chaléard & T. Sanjuan (Dir), Géographie du développement: Territoires et mondialisation dans les Suds (pp. 5-13). Paris: Armand Colin. https://doi.org/10.3917/arco.chale.2017.01.0005.

Magrin, G., et Ninot, O. (2021). Transitions et développement en Afrique : un continent d’incertitude. Bulletin de l’association de géographes français. Géographies, 97(97-4), 395-411. https://journals.openedition.org/bagf/7168.

Moudjouri M. B. "L’appropriation de la gouvernance universitaire en Afrique subsaharienne : les dynamiques de la mondialisation." Revue Gouvernance 19.2 (2022): 51-76. https://doi.org/10.7202/1094076ar

Ndiaye, A. (2023). La protestation AUCHAN DÉGAGE à Dakar. De l’éthique d’une résistance au plaidoyer pour le Consommer Local. Anthropology of food, (17). https://doi.org/10.4000/aof.14180

Event attendance modalities

Full online event


Date(s)

  • Tuesday, April 25, 2023

Keywords

  • géographie, développement, recherche, Afrique, université

Contact(s)

  • Emile Aurélien Ahua
    courriel : emailoaurelien [at] gmail [dot] com

Information source

  • Stéphane Ondo Ze
    courriel : rajec [dot] poster [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Quel apport pour le jeune chercheur en géographie face au tournant du paradigme du développement en Afrique ? », Study days, Calenda, Published on Wednesday, April 05, 2023, https://doi.org/10.58079/1aws

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search