HomeSociétés et espaces africains : mutations, défis et perspectives

HomeSociétés et espaces africains : mutations, défis et perspectives

*  *  *

Published on Wednesday, April 19, 2023

Abstract

La généralisation des changements sociétaux et des mutations des espaces africains pose de nouvelles questions au monde académique. Pression démographique sur des ressources de plus en plus rares, sécurité alimentaire, bouleversements des systèmes économiques, défis éducatifs, menaces écologiques et sanitaires recomposent des territoires dont le tournant géopolitique actuel est un des multiples symptômes. Ces changements induisent des revendications sociales et des mouvements migratoires qui impactent à leur tour les territoires sur tout le continent. Le colloque vise à interroger ces mutations et leurs traductions spatiales, dans la diversité de leurs situations régionales et locales. Les réflexions proposées doivent nous permettre de repenser nos catégories et outils d’analyses, dans l’optique de répondre à ces défis et d’explorer de nouvelles pistes d’investigation.

Announcement

Argumentaire

Contexte et justification

La généralisation et l’accélération des changements sociétaux et des mutations des espaces auxquels sont confrontées les sociétés africaines, sous l’effet conjugué de forces tant internes qu’externes, posent de nouvelles questions et des défis inédits au monde académique.La pression démographique croissante sur des ressources de plus en plus rares (eau, énergie, biomasse, etc.), la sécurité alimentaire et les menaces écologiques, la multiplication des crises sanitaires accélèrent la recomposition des sociétés et des territoires à différentes échelles. La déstructuration des systèmes économiques et de subsistance constitue ici un défi plus âpre qu’ailleurs, de même que l’accès à l’éducation pour les nouvelles générations plus nombreuses. La reconfiguration rapide des enjeux géopolitiques, sur fond d’émergence récente de nouveaux acteurs extérieurs, de contestation de logiques postcoloniales et de logiques ethnopolitiques toujours bien présentes, constitue un symptôme de ces changements en même temps qu’elle y contribue. Ils induisent de nouvelles revendications sociales et des mouvements de populations - transsahariens vers le Maghreb et l’Europe, mais plus encore intra-continentaux, intra-régionaux, intra-étatiques - qui impactent à leur tour les territoires sur tout le continent. L’urbanisation, la littoralisation, la recomposition du foncier et la contraction inquiétante des milieux naturels apparaissent comme les traductions géographiques parmi les plus visibles de ces changements et font l’objet d'une attention croissante de la part des chercheurs.

Dans ce cadre, l’objectif général du colloque est de s’interroger sur les changements sociétaux à l’œuvre et sur leurs traductions dans les espaces et territoires concernés, dans leur diversité et les spécificités de leurs situations sous-régionales, nationales et locales. Les réflexions proposées sur la transformation de ces contextes sociétaux et spatiaux et les nouveaux enjeux qu’ils posent doivent nous permettre de repenser nos catégories d’analyses, ainsi que les notions et outils que nous utilisons pour les appréhender, dans l’optique de répondre aux défis majeurs auxquels sont confrontées nos sociétés et d’explorer de nouvelles pistes d’investigation. La journée du 8 mai 2024 sera consacrée aux séances plénières et tables rondes.

En phase avec la multiplication des réflexions dans ce champ de recherche pluridisciplinaire et à la nature des préoccupations scientifiques qu’elle révèle, la réflexion s’articulera ensuite autour de neuf axes qui feront chacun l’objet d’un atelier :

Axe 1 : Systèmes économiques en mutation

L’un des moteurs majeurs de la transformation des territoires locaux en Afrique centrale, en Afrique de l’Ouest, dans le Maghreb-Machrek, en Afrique méridionale ou orientale est relatif aux mutations de leurs structures économiques. Celles-ci s’opèrent sous l’impulsion de facteurs tant internes (par exemple, le lien entre changement climatique et vulnérabilité environnementale, les changements de structures démographiques, la crise des systèmes productifs, la mobilité des populations, l’essor sans précédent des NTIC, l’émergence de nouveaux marchés, les initiatives innovantes dans de nouveaux secteurs d’activité, le développement d’une nouvelle culture entrepreneuriale, etc.) qu’externes (effets de stratégies économiques mondialisées, apparition de nouveaux acteurs – Chinois, Russes, Indiens, entre autres – dans le domaine agricole ou minier, investissements étrangers dans les infrastructures de transport et de production, etc.). Cet axe s’intéressera aux transformations de ces structures économiques, dont la tertiairisation pléthorique, la fragilisation du monde paysan et artisanal, l’expansion géographique des activités minières et l’amplification des échanges maritimes constituent quelques-unes des multiples manifestations. Les propositions traiteront de ces systèmes économiques changeants en contextes locaux comme à l’échelle sous-régionale ou à celle du continent africain.

 Axe 2 : Évolutions démographiques et dynamiques des territoires

Les sociétés et territoires africains ont connu de profonds bouleversements démographiques au XXe siècle, qui se prolongent actuellement selon des rythmes et des temporalités différentes. La tendance générale est à la poursuite de l’amélioration des conditions sanitaires et de ses effets sur la baisse de la mortalité. Les facteurs qui rendent compte de la natalité, liés autant aux conditions économiques et aux rapports de genre qu’aux éthos culturels et religieux, s’articulent de manière très différente selon l’espace considéré. Tandis que certains espaces, tels que l’Afrique méridionale, ont largement engagé leur transition démographique, d’autres tels que l’Afrique Centrale ou l’Afrique de l’Ouest sahélienne connaissent des taux de croissance de leur population parmi les plus élevés de la planète. L’axe vise à traiter de ces évolutions démographiques, de leurs déterminants, et de leurs effets sur les dynamiques des territoires.

Axe 3 : Peuplement, mobilités, migrations internes et internationales

Les migrations africaines incarnent les dynamiques de nos sociétés aux échelles locale, régionale et globale, faisant de l’approche multiscalaire une piste de réflexion féconde (notamment dans sa relation consubstantielle avec les problématiques de développement local). Effets de la modernisation des systèmes productifs territoriaux en milieu rural, les migrations sont en même temps le catalyseur de l’émergence d’une classe moyenne entrepreneuriale endogène revitalisant les villes. L’accaparement des ressources naturelles par les grandes exploitations en milieu rural et l’exclusion des catégories sociales urbaines les moins équipées rendent plus vulnérables une part croissante de la population, alors plus sensible à l’appel de la migration. Dans ce contexte naissent de véritables champs territoriaux de migrations. Ainsi, cet axe s’intéressera, entre autres, au lien entre migrations et disparités spatiales selon une approche multiscalaire, ainsi qu’au lien entre migration et crises de systèmes productifs (cycle de vie des régions et émergence des champs territoriaux de migration). Il s’intéressera par ailleurs, aux compétitions pour les ressources naturelles, aux recompositions spatiales urbaines et rurales, comme catalyseurs ou effets des migrations. Le lien entre migration et développement sera également considéré sous l’angle des politiques migratoires et de la diaspora comme actrice du développement. Nous considérerons enfin la problématique de l’insertion des migrants de retour, et explorerons le lien entre migration et changement climatique.

Axe 4 : Géopolitique et dynamiques frontalières

Les études menées sur les frontières, depuis au moins trois décennies, révèlent un changement notable de leurs fonctions. Lignes de séparation et marqueurs de l’appropriation territoriale, les frontières sont aussi des traits d’union fondant des constructions régionales originales qui sont de véritables zones d’échanges et de stabilité (Union européenne). Ailleurs, elles demeurent au contraire des lignes de séparation où s’affrontent les nationalismes et prospèrent les dynamiques interlopes. Les frontières constituent, au regard des contentieux qu’elles n’a cessé d’engendrer, des enjeux géopolitiques majeurs en Afrique. L’examen de ces différends permet de distinguer trois catégories de situations : celles ayant débouché sur des affrontements armés ; celles relatives aux conflits latents donnant lieu à des incidents frontaliers plus ou moins sérieux ; et celles dont les différends mineurs ne perturbent pas fondamentalement les relations interétatiques et ont pu parfois trouver un règlement définitif. La création du Programme Frontière de l’Union Africaine (PFUA) a visé à aplanir ces contentieux et à en prévenir d’autres. Dans ce contexte, l’axe se propose de considérer cinq pistes de recherche : les litiges frontaliers ; le lien entre frontières et mobilités ; la relation entre frontières et activités interlopes ; l’(in)sécurité transfrontalière ; l’aménagement et le développement des espaces (trans)frontaliers.

Axe 5 : Pouvoirs, religions et conflits

Cet axe ambitionne de comprendre et d’analyser les manifestations du pouvoir et de l’usage qu’en fait son détenteur, qu’il soit séculier ou non, dans la gestion des sociétés africaines. La réflexion considérera la question de la montée du djihadisme et de ses effets sociaux et politiques à l’échelle locale et régionale sur le continent, et de l’instrumentalisation et la surinterprétation des normes et valeurs religieuses sur lesquelles il s’appuie. Cette problématique concerne également nombre de mouvements issus de mouvances fondamentalistes d’autres religions (Anti-Balaka en Centrafrique, Lord’s Resistance Army en Ouganda, etc.). Un autre axe de réflexion relatif à la problématique des conflits s’intéresse au contexte des périodes électorales qui, plutôt que de faciliter la transition démocratique, sont sources d’anxiété, de doute et de peur, quand elles ne donnent pas lieu à des coups d’État. La troisième piste proposée concerne les conflits d’ordre ethnique et/ou foncier. L’exploitation abusive des ressources naturelles et les disparités économiques régionales finissent par mettre en conflit des peuples dont les dirigeants en quête de légitimité instrumentalisent les identités. La dernière piste proposée par l’axe a trait aux conflits en contexte d’accès problématique à l’alimentation et à la santé des catégories sociales les plus vulnérables. Cette dernière piste explorera notamment la question du dialogue des catégories thérapeutiques entre conflictualité et collaboration, et les nouvelles luttes des acteurs de la résilience sociale en contexte endémique.

Axe 6 : Mutations rurales et foncières

La pression démographique, les mutations des modes de vie, l’introduction de nouvelles variétés et techniques culturales, l’évolution des processus de production et systèmes de production, les logiques du capitalisme international et de l’agriculture d’exportation comptent parmi les principales forces participant à la transformation des espaces ruraux. Dans le même temps, leurs incidences sont visibles sur la dégradation des sols, sur les crises foncières et le recul des forêts primaires si fondamentales pour les équilibres écologiques. L’agroforesterie et l’agroécologie constituent une alternative contribuant au maintien de ces équilibres. Ces changements questionnent le jeu des acteurs et les mutations spatiales en cours, dans un contexte impacté par le changement climatique. Entre traditions et innovations, le milieu rural est le théâtre de mutations socio-spatiales et environnementales qui suscitent de nouvelles perceptions des espaces-terroirs et de leur fonction. Dans ce cadre, comment lire et problématiser les enjeux actuels et futurs des milieux ruraux sous l’angle thématique de l’agriculture ? La notion de développement est-elle encore pertinente, et sous l’égide de quelles catégories d’acteurs ? Comment ces derniers – en particulier les exploitants agricoles – perçoivent-ils les mutations en cours ? Comment peut-on accompagner ces espaces pour garantir la sécurité et/ou la souveraineté alimentaire, et répondre aux objectifs mondiaux du développement durable et aux transitions à venir ? Autant de questions auxquelles cet axe entendra répondre.

Axe 7 : Villes et littoraux

Les processus d’urbanisation et de littoralisation des sociétés africaines (disposant d’une façade maritime) hérités de l’ère coloniale et consolidés au cours de la période postérieure aux indépendances se sont nourris l’un de l’autre. Héritages durables de la géographie coloniale, les littoraux et en particulier les villes portuaires – qui sont souvent devenues les capitales des États côtiers – constituent les interfaces majeures entre les arrière-pays africains riches en ressources naturelles et les marchés du « Nord ». Avec le temps, autour de ces espaces portuaires se sont développées des villes majeures agrégeant activités logistiques, tertiaires et productives, flux de populations, posant de nouvelles problématiques d’inégalités socio-spatiales à l’échelle nationale et infra-urbaine. L’urbanisation et la littoralisation croissante sont, ici comme ailleurs, synonymes de concentration et de diversification croissante des espaces résidentiels, des activités d’échanges, de production, de loisir et touristiques.  Quelles sont les nouvelles relations des villes avec la mer ? Quelles sont les dynamiques qui expliquent l’étalement des fronts de mer et l’agrégation des quartiers et villages de bord de mer ?  Quels sont ces nouveaux habitants et les dynamiques de mobilité urbaine au sein de ces villes ? Quelle est l'évolution du prix du foncier et est-ce que cette augmentation des prix, n'est pas source d'exclusion des jeunes ménages et des catégories les plus modestes sur des dynamiques proches de ce que l'on observe en Europe ?  Quelle est la nature des conflits d'usages entre populations traditionnelles et nouveaux arrivants, entre activités de type tourisme balnéaire et activités de pêche piroguières, ou au contraire les complémentarités qui peuvent apparaître ? Les littoraux sont aussi de nouvelles interfaces pour l’essor des activités de réseaux illégaux globalisés impactant en profondeur les sociétés et les États africains : trafic de drogue, d’armes et traite des êtres humains. Autant de questions que l’axe ambitionne d’aborder.

Axe 8 : Environnement et risques

De nos jours, les questions environnementales et les risques qui leur sont associés sont devenus une préoccupation mondiale majeure, dans un contexte d’humanisation de l’espace par le développement socio-économique des territoires. La destruction environnementale entraine la raréfaction des ressources naturelles qui est l’une des causes des conflits locaux et régionaux. En outre, la dégradation de l’environnement impacte de façon négative la santé des populations et l’exploitation massive et non raisonnée des ressources environnementales perturbe les équilibres écosystémiques et réduit la biodiversité. Il apparaît donc pertinent de s’interroger sur les ressorts et mécanismes de ces changements, les risques encourus en termes humains et économiques, et sur les catastrophes passées afin de prévenir les potentiels risques futurs pour nos sociétés. Dans ce cadre, l’axe se penchera sur : les stratégies de formation et de sensibilisation des populations sur ces questions ; la soutenabilité socio-environnementale et le niveau de culture environnementale des populations ; les politiques publiques, les cadres juridiques et les menaces sur la sécurité socio-environnementale ; les mutations spatiales, activités anthropiques, et risques socio-environnementaux en milieu urbain et rural ; les crises environnementales, catastrophes naturelles et vulnérabilités de ces milieux ; l’exploitation des ressources naturelles et la menace sur la biodiversité.

Axe 9 : Cartographie, télédétection et SIG

Les sciences de l’information sont l’un des moyens privilégiés pour l'analyse et la communication en géographie. Elles servent à mieux comprendre l'espace, les territoires et les paysages. Utilisées aussi par des sciences connexes, comme la démographie ou l’économie, les sciences de l’information ont pour but de proposer une lecture spatialisée des phénomènes. Ainsi, l’étude des dynamiques complexes à de multiples échelles spatio-temporelles poursuit l’objectif de contribuer aux connaissances relatives aux interactions nature/société, à l’aide de la géomatique. Dans ce cadre, l’axe visera à montrer comment les SIG contribuent à : apporter des informations pertinentes et efficientes pour une gestion rationnelle des terres, des ressources naturelles, forestières et agricoles et environnementales ; faire progresser le développement et l’application des sciences de l’information géospatiale (télédétection, systèmes d’information géographique, systèmes de positionnement global, modélisation, drones, réseaux collaboratifs…) pour aborder des problèmes du local au global ; développer des concepts, méthodes et outils pour l’utilisation et la valorisation de l’information spatiale dans les processus de décision. La donnée et l’information étant au cœur de la réflexion, les thématiques scientifiques qui y sont traitées s’appuient sur les divers apports du traitement numérique de l’information géographique (traitement d’images, analyse spatiale, modélisation-simulation).

Consignes

Les propositions de communications devront s’inscrire dans le cadre de l’un des neuf axes ci- dessus, correspondant à neuf ateliers qui se tiendront les 6, 7 et 8 mai 2024 à l’Université Jean Lorougnon Guédé (Daloa, Côte d’Ivoire).

Elles seront à adresser par courriel (format Word, RTF) à ces deux adresses : poster_ujlog@espacesafricains.org /colloquegroupeposter@yahoo.com

Elles comprendront un titre, un résumé de 250 mots et 4 à 6 mots-clés.

La date limite d’envoi des résumés est fixée au 4 décembre 2023.

Le secrétariat du colloque enverra un accusé de réception aux personnes ayant fait une proposition de communication.

Le Comité scientifique informera les auteurs des résultats de la sélection des propositions retenues au programme du colloque au plus tard le 8 janvier 2024. Le texte intégral des communications retenues devra parvenir au secrétariat du colloque, selon les mêmes modalités que pour l’envoi du résumé, au plus tard le 4 mars 2024. Une version sous format d’article scientifique de ces communications pourra être adressée à la même date pour sélection en vue d’être publiée dans un numéro spécial de la revue Espaces Africains.

Calendrier prévisionnel

  • Dernier délai d’envoi des résumés : 4 décembre 2023  

  • Réponse du comité scientifique et de sélection des communications retenues : 8 janvier 2024 (au plus tard)
  • Envoi des communications intégrales : 4 mars 2024 (au plus tard)
  • Tenue du colloque :  6, 7 et 8 mai 2024

Frais d'inscription

Les frais d’inscription des participants au Colloque sont fixés respectivement comme suit :

  • Enseignants – Chercheurs : 50 000 F CFA (76, 29 Euros ou 81, 17 USD) ;
  • Doctorants-Chercheurs : 30 000 F CFA (45, 77 Euros ou 48, 7 USD) ;
  • Industriel, professionnel ou autres : 100 000 F CFA (152, 56 Euros ou 164,32 USD).

Ces montants couvrent la documentation, les pause-café, les trois repas de midi (6, 7 et 8 mai 2024) et la publication des actes pour les communications retenues par le comité scientifique.  

NB : Les contacts pour les paiements par Mobile Money, Western Union, MoneyGram, et Ria vous seront communiqués ultérieurement.

Comité d’honneur

  • Professeure Abiba Sanogo Tidou épouse KONE, Présidente de l’Université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG) – Daloa  – Côte d’Ivoire,
  • Présidente de la Conférence des Recteurs des Universités Francophones d’Afrique et de l’Océan Indien (CRUFAOC), Chevalier dans l'Ordre International des Palmes Académiques (OIPA/CAMES)
  • Monsieur Kouamé KOFFI, Préfet du département de Daloa et de la région du Haut Sassandra
  • Monsieur Augustin Stéphane GBEULY, Maire de la ville de Daloa - Haut Sassandra

Comité d'organisation

Présidents du comité d’organisation

Président : Florent GOHOUROU

  • Maître de Conférences – Géographe - UJLoG (Daloa - CI)
  • Directeur - Groupe de recherche PoSTer (UJLoG - Daloa - CI)
  • Rédacteur en Chef - Revue Espaces Africains
  • Chercheur associé – MIGRINTER (Université Poitiers – CNRS) 

Vice-président : Cédric AUDEBERT

  • Géographe, Directeur de recherche au CNRS
  • Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales
  • UMR 8053 (CNRS - Université des Antilles)

Vice-président : Didier-Charles GOUAMENE

  • Maître de Conférences – Géographe - UJLoG (Daloa - CI)
  • Gestionnaire – Groupe de recherche PoSTer (UJLoG - Daloa - CI)

Membres du comité de coordination

  • Akotto Ulrich Odilon ASSI, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Atsé Laudose Miguel ELEAZARUS, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Cataud Marius GUEDE, Attaché de recherche, Géographe, Institut Pasteur (Côte d’Ivoire)
  • Christian WALI WALI, Enseignant-chercheur, Géographe, UOB (Libreville - Gabon)
  • Emile Aurélien AHUA, Doctorant en Géographie, UFHB (Abidjan) / Nantes Université (France)
  • Gué Pierre GUELE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa- CI)
  • Kinakpefan Michel TRAORE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kokou Mawena Gilles EKLOU, Doctorant en Géographie, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kopeh Jean-Louis ASSI, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kouadio Arnaud YAO, Doctorant en Géographie, UJLoG (Daloa - CI)
  • Léocadie Marie-Claude AKADJE, Enseignante-chercheuse, Géographe, UFHB (Abidjan - CI)
  • Mohamed KANATE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • N'kpome Styvince Romaric KOUAO, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Obed Ghéasu SAN-THAE, Doctorant en Géographie, UJLoG (Daloa - CI)
  • Quonan Christian YAO-KOUASSI, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Stéphane ONDO ZE, Géographe, Docteur des Universités de Reims et d’Omar-Bongo (Gabon)

Membres du comité d’organisation

  • Aka Giscard ADOU, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Akotto Ulrich Odilon ASSI, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Amani Fulgence KONAN, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Atsé Laudose Miguel ELEAZARUS, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Arsène EBA, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Awa TAMBOURA, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Cataud Marius GUEDE, Attaché de recherche, Géographe, Institut Pasteur (Côte d’Ivoire)
  • Christian WALI WALI, Enseignant-chercheur, Géographe, UOB (Libreville - Gabon)
  • Drissa TRAORE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Emile Aurélien AHUA, Doctorant en Géographie, UFHB (Abidjan) / Nantes Université (France)
  • Gué Pierre GUELE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kinakpefan Michel TRAORE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Koffi Siméon KRA, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kokou Mawena Gilles EKLOU, Doctorant en Géographie, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kopeh Jean-Louis ASSI, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kouadio Arnaud YAO, Doctorant en Géographie, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kouamé TANO, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Kouassi Albert ADAYE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Léocadie Marie-Claude AKADJE, Enseignante-chercheuse, Géographe, UFHB (Abidjan - CI)
  • Lohoua Flavient DAGO, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa- CI)
  • Mangoua Akissi Hélène Francette KOUASSI, Enseignante-chercheuse, Géographe, UJLoG
  • Mathieu Thomas DIABIA, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Mohamed KANATE, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • N'kpome Styvince Romaric KOUAO, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Obed Ghéasu SAN-THAE, Doctorant en Géographie, UJLoG (Daloa - CI)
  • Quonan Christian YAO-KOUASSI, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa- CI)
  • Raymond Kouadio N’GUESSAN, Enseignant-chercheur, Socio-anthropologue, UJLoG (Daloa- CI)
  • Sahoti OUATTARA, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Seidou COULIBALY, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)
  • Stéphane ONDO ZE, Géographe, Docteur des Universités de Reims et d’Omar-Bongo (Gabon)
  • Trotsky MEL, Enseignant-chercheur, Géographe, UJLoG (Daloa - CI)

Comité scientifique et de lecture

Présidente du Comité scientifique et de lecture

Céline Yolande KOFFIE-BIKPO

  • Professeure Titulaire, Géographe
  • Directrice de l’Institut de Géographie Tropicale (IGT) - UFHB (Abidjan - CI)
  • Présidente du CTS Lettres et Sciences Humaines du CAMES
  • Officier dans l'Ordre National du Mérite de Côte d'Ivoire
  • Chevalier dans l'Ordre International des Palmes Académiques (OIPA/CAMES)

Membres internationaux du comité scientifique et de lecture

  • Amadou DIOP, Géographe, Professeur Titulaire, Université Cheikh Anta Diop (Sénégal)
  • Amélie-Emmanuelle MAYI, Maître de conférences, Géographe, Douala (Cameroun)
  • Bara MBOUP, Géographe, Maître de conférences, Université Cheikh Anta Diop (Sénégal)
  • Cédric AUDEBERT, Directeur de recherche (CNRS), Géographe, Université des Antilles (France)
  • Christine MARGETIC, Professeure des Universités, Géographe, Nantes Université (France)
  • Follygan HETCHELI, Professeur Titulaire, Géographe, Université de Lomé (Togo)
  • Franck EBOGO, Maître de conférences, politologue, Université de Yaoundé 2- SOA (Cameroun)
  • Guy Serge BIGNOUMBA, Professeur Titulaire, Géographe, Université Omar-Bongo (Gabon)
  • Kossiwa ZINSOU-KLASSOU, Professeure Titulaire, Géographe, Université de Lomé (Togo)
  • Koudzo Yves SOKEMAWU, Professeur Titulaire, Géographe, Université de Lomé (Togo)
  • Léandre Edgard NDJAMBOU, Maître de conférences, Géographe, UOB (Gabon)
  • Mamadou Moustapha SALL, Professeur Titulaire, Géographe, UCAD (Dakar, Sénégal)
  • Marc-Louis ROPIVIA, Professeur Titulaire en Géosciences politique, UOB (Libreville, Gabon)
  • Michel DESSE, Professeur des Universités, Géographe, Nantes Université (France)
  • Mohamed Lamine NDAO, Maître de Conférences, Géographe, UCAD (Dakar, Sénégal)
  • Moussa GIBIGAYE, Professeur Titulaire, Géographe, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
  • Patrick POTTIER, Maître de Conférences, Géographe, Nantes Université (France)
  • Rémy BAZENGUISSA-GANGA, Directeur d’études, Socio-anthropologue, IMAF (Paris, France)
  • Serge LOUNGOU, Maître de Conférences, Géographe, Université Omar-Bongo (Gabon)
  • Souleymane DIA, Maître de Conférences, Géographe, ESEA/ UCAD (Dakar, Sénégal)
  • Toussain VIGNINOU, Professeur Titulaire, Géographe, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)

Membres nationaux du comité scientifique et de lecture

  • Abdoulaye BAMBA, Maître de Conférences, Historien, UFHB (Abidjan)
  • Abou SANGARE, Professeur Titulaire, Philosophe, UAO (Bouaké)
  • Adama KAMARA, Maître de Conférences, Historien, UAO (Bouaké)
  • Adou Marcel AKA, Maître de conférences, Historien, UJLoG (Daloa)
  • Alassane DIABATE, Maître de Conférences, Historien, UFHB (Abidjan)
  • Ali DIARRA, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Anoh Paul Koffi KOUASSI, Professeur Titulaire, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Ange Barnabé ADOFFI, Maître de Conférences, Historien, UJLoG (Daloa)
  • Arsène DJAKO, Professeur Titulaire, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Atsé Alexis Bernard N’GUESSAN, Maître de conférences, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Axel Désiré Dabié NASSA, Professeur Titulaire, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Assouman BAMBA, Professeur Titulaire, Philosophe, UAO (Bouaké)
  • Auguste Konan KOUAKOU, Maître de Conférences, Économiste, UJLoG (Daloa)
  • Bazoumana DIARRASSOUBA, Maître de conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Bi Tozan ZAH, Maître de conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Blesson Florent SOHI, Maître de Conférences, Historien, UFHB (Abidjan)
  • Blé YORO, Professeur Titulaire, Sociologue, UAO (Bouaké)
  • Brou Emile KOFFI, Professeur Titulaire, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Chiaye Claire YAPO-CREZOIT, Maître de recherche, Immunologue/Allergologue, IPCI (Abidjan)
  • Dadja Zénobe ETTIEN, Maître de conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • David Pébanagnanan SILUE, Maître de conférences, Géographe, UPGC (Korhogo)
  • Dolou Charlotte TONESSIA, Maître de conférences, Phytopathologiste, UJLoG (Daloa)
  • Dhédé Paul Eric KOUAME, Maître de Conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Diabagaté ABOU, Maître de Conférences, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Diané Lucien ADOU, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Didier-Charles GOUAMENE, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Drissa KONE, Maître de conférences, Historien, UFHB (Abidjan)
  • Fato Patrice KACOU, Maître de Recherche, Sociologue, UFHB (Abidjan)
  • Florent GOHOUROU, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Gbété Jean Martin IRIGO, Maître de conférences, Sociologue, UPGC (Korhogo)
  • Gédéon Bangali N’GORAN, Maître de Conférences, Historien, UJLoG (Daloa)
  • Gogui Albert DIGBO, Maître de Conférences, Sociologue, UJLoG (Daloa)
  • Hassy N’guessan Joseph KABLAN, Professeur Titulaire, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Henri BAH, Professeur Titulaire, Philosophe, UAO (Bouaké)
  • Houphouët Jean Félix KOMENAN, Maître de Conférences, Historien, UJLoG (Daloa)
  • Jean-Baptiste SEKA, Maître de Conférences, Historien, UJLoG (Daloa)
  • Jean-Jacques SERI, Maître de Conférences, Historien, UJLoG (Daloa)
  • Kan Emile KOFFI, Maître de conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Koffi Lazare KOUASSI, Professeur Titulaire, Hydro-pédologue, UJLoG (Daloa)
  • Konan Séverin MLAN, Maître de conférences, Socio-anthropologue, UJLoG (Daloa)
  • Kouadio Arnaud KOUAME, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Kouadio Eugène KONAN, Maître de conférences, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Kouakou David BRENOUM, Maître de Conférences, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Kouakou Siméon KOUASSI, Professeur Titulaire, Archéologue, UFHB (Abidjan)
  • Kouamé ATTA, Maître de Conférences, Bio-anthropologue, UFHB (Abidjan)
  • Kouassi Ernest YAO, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Kouassi Guillaume N’GUESSAN, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Kpan Noel VEI, Maître de conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Krou Adonis Damien KOUAME, Maître de Conférence, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Mafou Kouassi COMBO, Maître de conférences, Géographe, UJLoG (Daloa)
  • Mamadou BAMBA, Professeur Titulaire, Historien, UAO (Bouaké)
  • Mamadou SANOGO, Maître de conférences, Socio-criminologue, UJLoG (Daloa)
  • Moussa KONE, Maître de conférences, Sociologue, UJLoG (Daloa)
  • N’tchabetien Oumar SILUE, Maître de conférences, Sociologue, UAO (Bouaké)
  • Paterne Yapi MAMBO, Maître de conférences, Juriste, UFHB (Abidjan)
  • Téré GOGBE, Professeur Titulaire, Géographe, UFHB (Abidjan)
  • Yao Jean-Aimé ASSUE, Maître de conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Yao Sabas Sadaiou BARIMA, Professeur Titulaire, Eco-paysagiste et environnementaliste, UJLoG
  • Yéboué Stéphane Koissy KOFFI, Maître de Conférences, Géographe, UPGC (Korhogo)
  • Zamblé Armand TRA BI, Maître de Conférences, Géographe, UAO (Bouaké)
  • Zamblé Théodore GOIN BI, Maître de Conférences, Sociologue, UPGC (Korhogo)
  • Zananhi Florian-Joël CHEHI, Maître de Conférences, Sociologue, UJLoG (Daloa)
  • Zoumana COULIBALY, Maître de Conférences, Sociologue, UPGC (Korhogo)

Contacts

  • Didier-Charles GOUAMENE

Maître de Conférences – Géographe (Daloa – UJLoG – CI)

Gestionnaire du Groupe de recherche PoSTer

Tél : +225 07 07 87 42 81

  • Atsé Laudose Miguel ELEAZARUS

Enseignant-chercheur – Géographe (Daloa – UJLoG – CI)

Responsable d’encadrement et de communication de PoSTer

Tél : +225 07 87 06 47 86

  • N'kpome Styvince Romaric KOUAO

Enseignant-chercheur – Géographe (Daloa – UJLoG – CI)

Responsable d’encadrement et de communication de PoSTer

Tél : + 225 07 77 15 85 43 / +225 01 53 317 997

  • Kinakpefan Michel TRAORE

Enseignant-chercheur – Géographe (Daloa – UJLoG – CI)

Responsable de formation et de communication de PoSTer

Tél : + 225 07 07 19 65 11

Courriels : poster_ujlog@espaces.africains.org / colloquegroupeposter@yahoo.com

Bibliographie indicative

AKADJE Léocadie Marie-Claude & HAUHOUOT Célestin, 2021. « La prospective dans tous ses états, Géoprospective des dynamiques spatiales futures : application au risque de déforestation de la zone humide (site Ramsar) de Grand-Bassam, L’Harmattan Côte d’Ivoire, p.101-115.

ALLA-DELA André, 1991. « Dynamique de l’espace périurbain de Daloa, étude géographique », Thèse de doctorat 3ème cycle, Abidjan, Université de Cocody, IGT, 453 p.

BAYART Jean-François, 1993. « Religion et modernité politique en Afrique noire. Dieu pour tous et chacun pour soi », Paris, Karthala, 312 p.

BIGO Didier, 2014. « L’environnement au prisme de l’écologie, du risque et de la catastrophe », Édition François Gemenne, l’enjeu mondial, L’environnement, Presse des Sciences Po, p. 191-204.

BOURDIAL Isabelle, 2011. « L’homme et l’environnement », Larousse, Portail des sciences, France, 143 p.

CAMEBREZY Luc & LASSAILLY Véronique Jacob, 2005. « Les migrations forcés », in Géographes associées, no 29, p. 35-41.

CNUCED, 2009.« Le Développement économique en Afrique ». Rapport 2009. Renforcer l’intégration économique régionale pour le développement de l’Afrique, New York et Genève, Nations unies, 127 p.

DESPONDS Didier & FONTICELLI Claire ( Dir), 2021. « Les mutations du périurbain : de l’espace décrié aux territoires désirables ? », Paris, Le Manuscrit, 392 p.

DUBRESSON Alain, et al. 2011. « Populations et peuplement : les dynamiques », L'Afrique subsaharienne. Une géographie du changement, sous la direction de DubressonAlain, et al. Armand Colin, p. 77-108.

FOUCHER Michel, 1991. « Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique », Paris, Fayard, p. 1370-1372.

FOUCHER Michel, 2014. « Frontières d’Afrique. Pour en finir avec un mythe », CNRS éditions, 61p.

GOHOUROU Florent, AHUA Emile Aurélien, GNANBE Djanin Raphael & DESSE Michel, 2022. « Fonctionnement, dynamique et structuration de l’espace littoral en Côte d’Ivoire », Territoires d’Afrique, n° 12, éd. GERAD, p.77-87.

GOHOUROU Florent & YAO-KOUASSI Quonan Christian, 2017. « Les migrants africains en Côte d’Ivoire : pratiques d’insertion des Sénégalais d’Abidjan », Revue de Géographie Tropicale et d’Environnement, n° 2, éd. EDUCI, p.173-179.

GUEDE Cataud Marius, 2017. « Caractérisation et suivi de l’occupation du sol par télédétection et Système d’Information Géographique en milieu tropical : l’exemple des forêts classées de Dassioko et Port-Gauthier dans le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire », Thèse de doctorat unique, Université Félix Houphouët-Boigny, Centre Universitaire de Recherches et d’Application en Télédétection, 198 p.

HOLDER Gilles & SOW Moussa (dir.), 2014. « L’Afrique des laïcités. État, religion et pouvoirs au sud du Sahara », IRD, éditions Tombouctou, 295 p.

HUGON Philippe, 2006. L’économie de l’Afrique. Paris, La Découverte, coll. « Repères », 117 p.

HUGON Philippe, 2022. « Nouveaux défis économiques et financiers en Afrique subsaharienne », Revue internationale et stratégique, 2002/2 (n° 46), p. 107-118. DOI : 10.3917/ris.046.0107. URL : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2002-2-page-107.htm

IRIGO Gbete Jean Martin & COULIBALY Zoumana, 2020. « La transmission des savoir-faire thérapeutiques chez les senoufo de Côte d’Ivoire » in Actes du Colloque International Pluridisciplinaire des 3 et 4 décembre 2018, Cotonou, p. 127-141

KI-ZERBO Joseph, 1970. « Le monde africain noir », CEDA, Paris, 96 p.

Mamadou THIOR & Michel DESSE, 2022. « Tension autour des Aires Marines Protégées (AMP), Levier de Gouvernance pour la gestion des ressources marines côtières en Casamance (Sénégal)»,Revue Espaces Africains (En ligne), 2 | 2022 (Varia), Vol. 1, ISSN : 2957- 9279, p.7-24.

M'BOUKOU Serges, 2008. « Trajectoires du soin en Afrique », Le Portique [En ligne], 4-2007, Soin et éducation (II), Contextes. Disponible : URL:http://leportique.revues.org/index944.html

MBEMBE Achille, 1998. « Afriques indociles. Christianisme, pouvoir et État en société postcoloniale », Paris, Karthala, 224 p.

N’GORANNiamien Emmanuel, 2013. « Afrique, les trois piliers du développement : l'État, l'entreprise, la société civile », Géoéconomie, 2013/2 (n° 65), p. 31-42. URL : https://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2013-2-page-31.htm DOI : 10.3917/geoec.065.0031

NDONG BEKA Poliny, 2018. « Les activités transfrontalières illicites entre le Gabon, le Cameroun et la Guinée Équatoriale. Logiques spatiales, acteurs et enjeux, Paris, L’Harmattan, 334 p.

PAQUET Gilles, 1983. « Les mutations de notre économie-monde : Des révolutions sans miracles. », Études internationales, 14(3), p.413–431. https://doi.org/10.7202/701537ar

POTTIER Patrick & ANOH Kouassi Paul (Dir), 2008. « Géographie du littoral de Côte d’Ivoire : Éléments de réflexion pour une politique de gestion intégrée », Coopération interuniversitaire Cocody-Abidjan (Côte d’Ivoire)/ Nantes (France), 325 p.

PROGRAMME FRONTIÈRE DE L’UNION AFRICAINE (PFUA), 2013. « Délimitation et Démarcation des Frontières en Afrique. Considérations Générales et Études de Cas », Commissions de l’Union Africaine, Département de Paix et de Sécurité, Addis-Abeba, p. 89.

ROCLE Nicolas, 2017. « L’adaptation des littoraux au changement climatique Une gouvernance performative par expérimentations et stratégies d’action publique », Université de Bordeaux, Thèse de Doctorat en Sociologie, 451 p.

TABUTIN Dominique & SCHOUMAKER Bruno, 2004. « La démographie de l'Afrique au sud du Sahara des années 1950 aux années 2000. Synthèse des changements et bilan statistique », Population, 2004/3-4 (Vol. 59), p. 521-622. DOI : 10.3917/popu.403.0521. URL : https://www.cairn.info/revue-population-2004-3-page-521.htm

TRAN Annelise, 2013. «Télédétection, analyse et modélisation spatiales appliquées à l'épidémiologie des maladies vectorielles », Mémoire présenté pour l'obtention de l'Habilitation à Diriger des Recherches, Université Montpellier 2 - École doctorale SIBAGHE Systèmes Intégrés en Biologie, Agronomie, Géosciences, Hydrosciences, Environnement, 207 P.

VIMARD Patrice & FASSASSI Raïmi, 2010. « Changements démographiques et développement durable en Afrique ». Documents de recherche, Série Population-Santé n° 18. Marseille, LPED, 48 p.

Places

  • Université Jean Lorougnon Guédé
    Daloa, Côte d'Ivoire (150)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Monday, December 04, 2023

Keywords

  • société, mutation, défi, perspective

Contact(s)

  • Florent Gohourou
    courriel : poster_ujlog [at] espacesafricains [dot] org

Information source

  • Florent Gohourou
    courriel : poster_ujlog [at] espacesafricains [dot] org

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Sociétés et espaces africains : mutations, défis et perspectives », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, April 19, 2023, https://doi.org/10.58079/1ayw

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search