HomePour une approche critique de la notion de « récit de transfuge de classe »

HomePour une approche critique de la notion de « récit de transfuge de classe »

Pour une approche critique de la notion de « récit de transfuge de classe »

Usages littéraires, sociologiques, médiatiques et politiques

*  *  *

Published on Thursday, April 27, 2023

Abstract

Les narrations des parcours de mobilité sociale ascendante, dits « récits de transfuge de classe » sont, depuis le début des années 2020, une formule à succès, ce qui est en soi paradoxal. D’abord défini en tant que catégorie marginale (ou désignant des espaces marginaux), le « récits de transfuge » s’institutionnalise et se canonise de plus en plus : en témoigne le prix Nobel reçu par Annie Ernaux. Nous souhaitons interroger cette notion d’actualité – sans nous en tenir pour autant aux discours d’actualité – et à cette réception immédiate. Nous espérons donc proposer une approche critique interdisciplinaire de la notion de « récits de transfuge de classe ».

Announcement

Argumentaire

Les narrations des parcours de mobilité sociale ascendante, dits « récits de transfuge de classe » sont, depuis le début des années 2020, une formule à succès, ce qui est en soi paradoxal. D’abord défini en tant que catégorie marginale (ou désignant des espaces marginaux), le « récit de transfuge » s’institutionnalise et se canonise de plus en plus : en témoigne le prix Nobel reçu par Annie Ernaux. Cette institutionnalisation s’accompagne de critiques, de plus en plus audibles, liées à la manière dont ces récits représentent, commentent et politisent les mobilités sociales (en croisant notamment le concept problématique de méritocratie).

La notion de « transfuge » est en effet une notion interdisciplinaire : issue de la sociologie et diffusée par la littérature, elle s’est imposée au cœur du débat public – en témoigne la forte utilisation du mot dans les médias. Rares sont les concepts dont la médiatisation est passée en grande partie par la littérature et qui irriguent à ce point le débat public. C’est donc une notion extrêmement commentée, par le discours médiatique qui la véhicule, mais aussi par ses créatrices et créateurs, puisque le récit de transfuge de classe présente la particularité de s’accompagner très souvent d’un auto-commentaire (dans le texte même et dans les discours tenus par ailleurs par les écrivains), ce qui participe au balisage de sa réception.

Nous souhaitons interroger cette notion d’actualité – sans nous en tenir pour autant aux discours d’actualité – et à cette réception immédiate. Nous espérons donc proposer une approche critique interdisciplinaire de la notion de « récits de transfuge de classe », à travers les points suivants.

1) Pour une cartographie de la notion de « récit de transfuge de classe »

En littérature, ce corpus devient-il un nouveau « canon » ? Comment (et faut-il) définir ce qui serait ou ne serait pas « récit de transfuge de classe »? Le « récit de transfuge de classe » s’écrit-il forcément à la première personne ? Se limite-t-il d’ailleurs à l’écrit ? Ce type de récit prend ses racines dans ou se réclame de divers genres : l’autosociobiographie, le récit de filiation, l’autofiction, le témoignage, le roman, etc. Il s’ancre pleinement, dans certains cas, dans le champ littéraire, mais il est aussi fortement traversé de sociologie. Il devient quelquefois difficile à distinguer de certains ouvrages politiques ou médiatiques. Comment le « récit de transfuge de classe » se distingue-t-il du récit, plus classique, du story-telling des trajectoires ascendantes ? Est-ce toujours aisé de les différencier ? On peut ainsi penser à Reste à sa place !... de Stéphane Le Fol, qui dresse le portrait de personnalités politiques pas toujours transfuges mais confrontées selon l’auteur au « mépris de classe » ou de l’ouvrage de Noémie Halioua, Les Uns contre les autres. Sarcelles. Du vivre-ensemble au vivre-séparé en 2022 (présenté par Gérald Bronner comme un « bon » récit de transfuge, car écartant les affects comme la honte, etc.).

Cette veine narrative apparaît ainsi comme un lieu privilégié du franchissement des frontières entre fiction et non-fiction, littérature et écrits de sciences sociales, mais aussi discours littéraire, politique, et médiatique : retrouve-t-on des récurrences communes indépendamment du genre du discours ? On se demandera comment les nombreux paratextes (entretiens, interviews, articles de presse, publications sur les réseaux sociaux, discours, préfaces) interagissent avec ce néo-canon. On verra comment d’autres paramètres sociologiques interfèrent avec la catégorie « transfuge » (le genre, l’origine géographique, les mélanges culturels etc.). On cherchera aussi ses cas limites/annexes : pourquoi la mobilité sociale descendante (le déclassement) semble-t-elle moins féconde dans ces récits de mobilité sociale que la mobilité ascendante ? Quels sont les liens entre « récits de transfuge de classe » et récits du travail, romans populistes, littérature prolétarienne, romans ruraux ?, etc.

On se demandera également si le « récit de transfuge de classe » est une spécialité franco-française. Si un des premiers modèles de récits de soi sociologiques est celui de Richard Hoggart, lié à sa pensée de la culture populaire britannique, la notion est le plus souvent associée aux écrits d’Ernaux, de Bourdieu ou d’Eribon. Ce corpus-modèle sous-jacent tend à ancrer ce type de récit dans l’écriture et l’analyse de la société française, avec ses spécificités (scolaires, géographiques, culturelles). Pourtant l’autosociobiographie apparaît bien comme une « forme itinérante » dans le domaine allemand (Lammers et Twellmann 2021), de même que la « résilience » du ou de la transclasse commence à être étudiée sous ce nom dans les aires anglo- et hispanophones (Balutet et Camp 2023). On aimerait poursuivre ces réflexions en interrogeant les traductions, les réceptions des écrits français à l’étranger, autant que les manières différenciées de raconter les parcours de mobilité sociale selon les cultures.

Il est nécessaire de se poser la question des limites de la notion de « transfuges de classe » et par là de « récits de transfuges de classe ». Faut-il l’étendre, comme le fait Emmanuel Beaubatie en parlant de « transfuge de sexe » ? Lui ôter son association sémantique avec la honte ou la trahison, comme le propose Chantal Jaquet avec le terme transclasse ? Voire récuser la catégorie, soit parce qu’on critique l’étiquette en elle-même (c’est ce que fait Gérald Bronner) ou parce que le mot est devenue une étiquette floue qui englobe tous les écrits voulant rendre compte d’un sentiment d’illégitimité, lequel peut avoir des sources multiples non réductibles à la « classe » ?

Un tel questionnement appelle une analyse du discours, capable de traiter transversalement tous ces genres de discours (littéraires, sociocritiques/sociologiques, médiatiques et politiques).

2) Un « moment » éditorial et médiatique ?

Ce phénomène littéraire ne s’accompagne-t-il pas d’une « mode » éditoriale et médiatique ? On constate un décalage entre l’impression d’omniprésence de la notion et la difficulté à cerner un corpus qui dépasse quelques autrices/auteurs : Annie Ernaux, Édouard Louis, (voire Nicolas Mathieu) en littérature et du côté des sciences sociales Richard Hoggart, Pierre Bourdieu, Didier Éribon et maintenant Rose-Marie Lagrave et Norbert Alter.

L’étiquette « récit de transfuge de classe » devient-elle une opportunité éditoriale et marketing depuis les années 2020 ? Des genres comme le « feel good book » s’emparent par exemple de ce fonds thématique en 2023, après deux ans d’intense médiatisation de la notion (Aurélie Valognes, L’Envol). La catégorie éditoriale est  désormais identifiable : les éditions du Mauconduit lancent en 2022 une nouvelle collection « Vivre/Écrire » pour des recueils de textes autobiographiques sur une thématique choisie, dont celles des « transfuges de classe ».

Le refus de certains auteurs et autrices (comme Marie-Hélène Lafon) de se voir attribuer l’étiquette « transfuges de classe »,  la nécessité qu’elles et ils éprouvent de se positionner par rapport à cette catégorie (on peut penser au positionnement assez ambigu de Nicolas Mathieu sur la question, qui revendique ou accepte plusieurs fois le terme, tout en rappelant sa méfiance vis-à-vis de l’utilisation politique et médiatique de cette étiquette) montrent qu’elle s’est remplie récemment d’une charge polémique et politique nouvelle.

Des méthodes d’analyse des données numériques et du discours médiatique devraient permettre de voir l’évolution des mentions de ces thématiques sur les réseaux sociaux et dans la presse. Une approche sociologique du champ littéraire et éditorial pourrait permettre de comprendre l’expansion éditoriale de ce nouveau type de récit et d’analyser les positionnements des autrices et auteurs selon leur place dans le champ.

3) Une notion qui pose la question de la mobilité sociale dans l’histoire (et l’histoire de la littérature)

À partir de quand peut-on parler de (littérature de/ récit de) « transfuges de classe » ? Quelle différence y a-t-il entre des personnages décrits comme des parvenus/ des ambitieux et, de l’autre côté, des transfuges (dans les médias, la figure de Rastignac est souvent, et étrangement, convoquée sur le sujet) ? Peut-on également délimiter à partir de quand la figure du « transfuge de classe » est devenue une figure potentiellement héroïque et non plus une figure problématique, symptomatique d’un désordre social ? (on pense à la vision de la mobilité sociale représentée dans Barrès, Les Déracinés en 1897 ou Bourget dans L'Étape en 1902).

L’inscription d’une mobilité sociale ascendante dans une pratique d’écriture à la première personne ne date pas de la fin du XXe siècle : peut-on lire par ce filtre d’autres expérimentations d’une langue littéraire nouvelle ? Jean-Jacques Rousseau, souvent pris comme modèle de l’écriture des humiliés ? Ou dès le XVIIe siècle, un des premiers écrivains au sens moderne du terme, Vincent Voiture, moqué pour sa roture et qui fait de cette indignité un lieu de l’expérimentation littéraire ? Ou, à l’époque contemporaine, Jules Vallès et sa langue imprégnée d’un « plurilinguisme social » (Meizoz 2014), Charles Ferdinand Ramuz qui revendique d’écrire la langue non pas d’un licencié de lettres classiques mais d’un  « petit-fils de vignerons et de paysans », Louis Guilloux qui voit sa Maison du peuple comme « un acte d’obéissance et de fidélité » et non de trahison envers les siens (cité par Golvet 2010), ou Albert Camus et la quête d’un passé mutique dans Le Premier homme ? Cette archéologie pourrait montrer une histoire parallèle de la langue littéraire, qui montre des choix revendiquant la simplicité, récusant la norme haute ou faisant de l’oralité une ressource littéraire aux enjeux sociaux inédits.

La réflexion aboutira à notre présent pour interroger le pourquoi socio-politique d’une telle actualité discursive : l’expansion de ce type de récits dans les années 2010-2020 correspond-il à une réalité de la panne de ladite « méritocratie » ? D’ailleurs, quelle est exactement la période historique représentée par ces « récits de transfuge de classe »: s’agit-il du présent (au moment où ces autrices et auteurs écrivent, et au moment où nous les lisons) ? ou d’un passé (au moment de l’enfance et des études de ces autrices et auteurs) où la mobilité sociale était davantage pensable voire possible ? D’autres critiques actuelles de la notion, qui récusent l’éviction de la race dans ces récits, par exemple (on peut penser aux écrits de Kaoutar Harchi) semblent pointer les points aveugles de la problématique sociale telle que saisie par ce prisme.

L’interdisciplinarité de la réflexion, en particulier avec l’apport de la sociologie et de l’histoire, pourra permettre d’éclairer les fonctions socio-historiques variables de ces récits.

4) Poétique et stylistique du récit de transfuge de classe

On se demandera si on retrouve des épisodes spécifiques aux récits de transfuges (en particulier les épisodes scolaires), qui en feraient un nouveau sous-genre du récit de soi, ni tout à fait d’émancipation, ni d’apprentissage. La place du corps adopte-t-elle des traits spécifiques dans ces récits (la mue du transfuge s’accompagnant volontiers d’une transformation physique) ? Quel rôle y joue le document (en particulier la photo, mais aussi les extraits de lettres qui sont comme un vestige de la langue d’autrefois) dans la construction de cette écriture ? etc.

On constate que la dimension de la langue, de la confrontation à différents types de discours, et notamment au « marché linguistique » scolaire [Bourdieu 1982]) est très présente dans les « récits de transfuge ». Ces récits font-ils toujours sa part à une certaine diglossie (ou coprésence de deux variations du français, l’une basse qui serait celle du milieu d’origine, et l’autre haute, celle du milieu d’arrivée), ainsi qu’à son éventuel commentaire métalinguistique ? Quelles sont les différentes manifestations possibles de cette diglossie ?

On s'interrogera également, dans la lignée des travaux de Sara de Balsi (2019, 2024) sur les points de convergence entre récit translingue et récit de transfuge de classe. D'une part on se demandera si la diglossie peut aller jusqu'au translinguisme. D'autre part, lorsque le récit est explicitement translingue (dans les cas, notamment d'enfants, passant d'un pays à l'autre, d'une culture à l'autre, d'une langue à l'autre, comme dans les oeuvres de Laura Alcoba, Maryam Madjidi ou Kim Thuy ) on se demandera s'il est aussi transclasse. En effet, le récit translingue est souvent un récit d'ascension sociale (dont l'apprentissage de la langue est une étape fondamentale) mais il peut être aussi récit de déclassement social.

D’un point de vue stylistique, les « récits de transfuge » ont-ils inventé un nouveau style? Comment définir celui-ci : est-ce un style social, politique ? Qu’est-ce, concrètement, qu’« écrire littérairement dans la langue de tous » (Ernaux) ? On se demandera s’il existe des stylèmes spécifiques aux récits de transfuge, indépendamment des styles spécifiques de leurs autrices et auteurs.

Comment retrouve-t-on la tension entre marginalisation et institutionnalisation dans la langue et le style du ou de la transfuge ? Peut-on revendiquer un style « marginal » après l’obtention du prix Nobel par Ernaux? Comment peut-on être l’héritière ou l’héritier d’un style « de transfuge » ? On reviendra sur les ambiguïtés de certaines autrices et auteurs par rapport aux attendus du « jeu littéraire » notamment en termes de travail sur le style (on pense aux travaux d’Isabelle Charpentier sur Annie Ernaux). Le ou la transfuge peut-il ou peut-elle vraiment se débarrasser de toute allégeance au « style littéraire » (comme entend par exemple le faire Edouard Louis) ?

Ces questionnements supposent une approche poétique, socio-stylistique et/ou linguistique de ces récits.

5) Les enjeux politico-discursifs de cette notion

Peut-on légitimement parler pour autrui (ce qu’induit l’ambition de « venger sa race », énoncée par Annie Ernaux, rejointe par certains écrits d’Edouard Louis) quand on parle de soi ? Quel est alors le statut énonciatif du « récit de transfuge de classe » : s’agit-il de parler des autres, pour les autres, à la place des autres ? Le transfuge est-il ou est-elle porte-parole (sur l'ambiguïté de cette notion, voir Ferron, Née, Oger, 2022) ? La parole qui raconte l’expérience singulière peut-elle prendre en charge le collectif ? Pourquoi cette ambition est-elle parfois vue comme une confiscation ?

Pourquoi la littérature se fait-elle aujourd’hui le creuset de cette ambition (compensant peut-être l’invisibilisation des dominés économiques dans le discours public) ? Quelles sont les intersections avec d’autres paroles invisibilisées ? Le récit de transfuge de classe est-il réellement un récit d’émancipation ou une nouvelle variante d’un story-telling ou d’une success story (plus ou moins fantasmée) ?

On s’interrogera notamment sur la place de l’émotion dans ces « récits de transfuge de classe». De la mobilité sociale résultent des conflits d’identité et de loyauté qui peuvent apparaître non seulement par les signes de l’« habitus clivé » (Bourdieu 2004) mais s’analyser aussi sous l’angle de la « névrose de classe » (Gaulejac 1987) et qui s’expriment par diverses émotions (culpabilité, empathie, colère), dans un possible parcours de « résilience » (Balutet et Camp 2023). Mais cette émotion, que d’aucuns taxent de « dolorisme » (Bronner 2023) peut-elle être politique et politisante ?

C’est poser ici la question de la dimension politique de la littérature et, plus généralement, la dimension pragmatique du discours et du récit.

Programme du séminaire de recherche

  • Jeudi 23 novembre 2023 : Introduction. Définitions et cartographie du concept de « transfuge ». Qu'est-ce qu'un « récit de transfuge de classe »? Emmanuel Beaubatie, Karine Abiven, Laélia Véron
  • Jeudi 07 décembre 2023  : Saisir le « récit de transfuge de classe » en diachronie. De Rousseau à nos jours. Jérôme Meizoz, Jean-Louis Jeannelle, Fanette Mathiot et Jean-Christophe Igalens.
  • Mercredi 10 janvier 2024  : approches du « récit de transfuge de classe » en sociologie de la littérature. Isabelle Charpentier, David Vrydaghs, Paolé Boué.
  • Jeudi 1er février 2024  : Points de vue littéraire et stylistique sur les « récits de transfuges de classe ». Aurélie Adler, Laure Depretto, Frédéric Marin-Achard.
  • Jeudi 14 mars : Les « récits de transfuges de classe », le champ éditorial et le champ journalistique français. Avec Lionel Ruffel, Nassira El Moaddem.
  • Jeudi 16 mai : « Récits de transfuges de classe » et sociologie des mobilités sociales. Avec Annabelle Allouch, Cédric Hugrée.
  • Jeudi 23 Mai : « Récits de transfuges de classe » internationaux et multilingues. Transfuges et translingues. Avec Sara de Balsi.
  • Mercredi 12 juin 2024 : Journée d’étude finale, Université d’Orléans 

Séance du 1e février 2024

Points de vue littéraire et stylistique sur les « récits de transfuges de classe »

  • Frédéric Martin-Achard : L’ironie interdite des transclasses ? À partir de l’exemple d’Annie Ernaux

Je reviendrai dans un premier temps sur les raisons du refus de l’ironie, sur les valeurs qui lui sont associées chez Ernaux (apanage des classes dominantes, gage de littérarité et de surplomb, connivence avec un lectorat bourgeois) et sur les stratégies scripturales pour s’en préserver, notamment dans la représentation du discours d’autrui. Dans un deuxième temps, je resituerai ce choix « tonal » dans le contexte d’écriture et de publication de La Place au tournant des décennies 1970-1980 et analyserai la posture singulière qu’il confère à Ernaux. En effet, ce positionnement intervient à contretemps dans un « moment énonciatif » (Philippe) marqué par un essor sans précédent des travaux sur l’ironie en linguistique (Kerbrat-Orecchioni, Sperber & Wilson, Berrendonner, Ducrot), en poétique (Allemann, Genette, Hutcheon, Muecke, Hamon) et de l’ironie sous toutes ses formes dans la production littéraire (Echenoz, Toussaint, Redonnet, Gailly, Oster, Chevillard…). Dans un troisième temps, j’étudierai la tentation ironiste qui parcourt l’œuvre, par delà les dénégations et les mises à distance (l’ironiste, c’est toujours « l’autre » : le mari, les enfants ou soi-même comme une autre révolue), et en particulier dans Les Années, ouvrage ébauché en 82 « sous forme distanciée ironique, un ton à la Böll » (L’Atelier noir, p. 76). J’avancerai l’hypothèse que Les Années marque un retour de l’ironie, discret comme le charme de la bourgeoisie, et m’interrogerai sur le sens de ce retour, lui aussi à contretemps. Enfin, dans un dernier temps, on se demandera si ce modèle ernausien d’une posture d’auteur construite en partie contre l’ironie se retrouve dans d’autres récits de transclasse (chez Édouard Louis ou Rose-Marie Lagrave par exemple). 

  • Laure Depretto : "Mes parents, ces transfuges" : un récit de transfuge est-il toujours autobiographique ?

Il semble aller de soi que le récit de transfuge est une des espèces du genre autobiographique, le ou la transfuge racontant sa propre trajectoire de mobilité, son changement de classe ou d’espace et le sentiment de trahison des origines qu’il ou qu’elle associe à cette mobilité. À l’occasion de cette séance de séminaire, je voudrais interroger la possibilité, dans une perspective de théorie littéraire, d’un récit de transfuge qui ne soit pas majoritairement autobiographique. L’identité auteur-narrateur-personnage, l’une des conditions posées par Philippe Lejeune pour qu’il y ait autobiographie, est-elle un invariant du récit de transfuge ? Peut-on envisager que le choix de la personne grammaticale soit, en outre, décorrélé de l’instance narratoriale ? Dans le cadre d’un projet de poétique historique sur les récits d’ascendants, je propose d’étudier des vies de parents racontées par les enfants et d’analyser quelques cas de narrateurs-descendants évoquant la mobilité sociale, culturelle et géographique de leur père ou de leur mère. De telles variantes et déviations par rapport au modèle théorique dominant du « récit de transfuge » permettent-elles d’envisager autrement la traversée de différents univers ? Le sentiment de transfuge se transmet-il comme un héritage, s’invente-t-il même comme une hérédité ? Que reste-t-il des affects associés à l’expérience-transfuge quand c’est celle d’un.e autre ou quand on la transfère sur un parent ? Raconter l’ascension d’un prédécesseur, ou de ce que Jérôme Meizoz appelle un « précédent », c’est aussi devoir arbitrer entre l’hommage admiratif relevant de la piété filiale, l’impérieuse urgence de réparer humiliations, injustices et remords, et le besoin de faire parler ces transfuges restés taiseux avec leur progéniture.

  • Karine Abiven et Laélia Véron : Langue de transfuge, langue politique ?

« Tout ce qui touche au langage est dans mon souvenir motif de rancœur et de chicanes douloureuses, bien plus que l’argent » écrit Annie Ernaux dans La Place. Cette phrase résume bien l’importance de la langue, capital acquis par le ou la transfuge, qui le ou la sépare de son milieu d’origine. La question de la langue fait partie des quasi-invariants de la plupart des récits de transfuge mais elle est particulièrement marquée dans les récits littéraires de transfuges devenus écrivains et écrivaines. En effet, dans ce cas, la langue n’est pas un simple symbole du passage d’un monde à un autre, mais elle est aussi ce que crée le ou la transfuge, l’outil avec lequel ce ou cette transfuge choisit de représenter le monde social, voire d’agir sur le monde social. Quelle est alors cette écriture ? Une « écriture plate », comme l’a proposé Ernaux à un certain moment de sa carrière ? Une « écriture blanche », comme l’a dit Barthes à propos de Camus dans L’Étranger, créant une notion qui a connu un tel succès qu’elle en devient parfois floue ? Dans les deux cas, on retrouve l’idée d’une mise à distance d’une langue dite littéraire, au profit d’une langue épurée, voire commune. La question est souvent posée dans ces récits eux-mêmes, qui comportent fréquemment des passages méta-stylistiques : dans quelle langue écrire quand on est transfuge ? Faut-il être fidèle à sa langue d’origine ou à sa langue d’arrivée ? Comment représenter l’une et l’autre ? La langue du récit peut être comprise comme une manière de prendre position politiquement, de venger ou de trahir.

Informations pratiques

Séances ouvertes à toutes et tous sur inscription (en hybride), à Sorbonne Université, de novembre 2023 à mai 2024, à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université (28, rue Serpente, 75006 Paris). Les séances ont lieu le jeudi ou le mercredi, de 16h à 18h30 environ, en salle D223 ou D040.

Pour s’inscrire à la liste de diffusion du séminaire : karine.abiven@sorbonne-universite.fr et laelia.veron@univ-orleans.fr

Publication

La revue COnTEXTES publiera, après évaluation, les résultats du séminaire et de la journée d’étude.

Modalités de contribution

Le programme est en cours d’établissement. Toute manifestation d’intérêt est bienvenue auprès de :

  • karine.abiven@sorbonne-universite.fr 
  • laelia.veron@univ-orleans.fr

Organisatrices

Karine Abiven (Sorbonne Université) & Laélia Véron (Université d’Orléans)

Pour s'inscrire à la liste de diffusion du séminaire : karine.abiven@sorbonne-universite.fr et laelia.veron@univ-orleans.fr

Publication : La revue COnTEXTES publiera, après évaluation, les résultats du séminaire et de la journée d’étude.

Bibliographie primaire sélective

(hors corpus médiatique et réseaux sociaux)

Paratextes

  • Ernaux, Annie, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Stock, 2003.Ernaux, Annie, Retour à Yvetot, Paris, Editions du Mauconduit, 2013.
  • Ernaux, Annie et Lagrave, Rose-Marie, Une conversation (présentation Claire Tomasella, Sarah Hechler et Claire Mélot ; postface Paul Pasquali), Editions de l’EHESS, 2023.
  • Jaquet, Chantal, Juste en Passant. Entretiens avec Jean-Marie Durand, Paris, PUF, 2021.
  • Louis Edouard, avec Ken Loach, Dialogue sur l'art et la politique, Paris, PUF, coll. « Des mots », 2021.
  • Mathieu, Nicolas, La littérature est une manière de rendre les coups, Arte Editions, Points, 2023.

Textes

  • Alcoba, Laura, Manèges, Gallimard, 2007.
  • Alcoba, Laura, Le bleu des abeilles, Gallimard, 2013.
  • Alcoba Laura, La Danse de l’araignée, Gallimard, 2017.
  • Alter, Norbert, Sans classe ni place. L’incroyable histoire d’un garçon venu de nulle part, Puf, 2022.
  • Balutet, Nicolas, Itinéraire d'un transclasse. Au coeur de la marge, L'Harmattan, 2019.
  • Barrès, Maurice, Les Déracinés, Bartillat, [1897], 2010.
  • Baron, Christian, Ein Mann seiner Klasse, Berlin, Claassen, 2020.
  • Bastide, Karine et Détrez, Christine, Nos mères. Huguette, Christiane, et tant d'autres, une histoire de l'émancipation féminine, Paris, La Découverte, 2020. 
  • Begag, Azouz, Le gone du Châaba, Editions du Seuil, 1986.
  • Bourdieu, Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Bourdieu, Paris, Raisons d’agir, 2004.
  • Bourdieu, Pierre, Le bal des célibataires, Crise de la société paysanne en Béarn [2002], Paris, Points/Points Essais, 2015, p. 9-14 et p. 249-259.
  • Bourget, Paul, L’Étape, Blurb, [1901-1902], 2021.
  • Camus, Albert, Le Premier homme (et ses Appendices), éd. Raymond Gay-Crosier, Œuvres complètes, Pléiade, t. IV [1957-1959], 2008.
  • Célestine, Audrey, Une famille française, Textuel, 2018.
  • Delahaye, Jean-Paul, Exception consolante. Un grain de pauvre dans la machine, Récit, Amiens, Editions de la Librairie du Labyrinthe, 2021.
  • Delsaut, Yvette, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires, préf. Andrea Daher, Paris, Raisons d’agir, 2020.
  • Dröscher, Daniela, Zeige deine Klasse. Die Geschichte meiner sozialen Herkunft, Hambourg, Hoffman und Campe, 2018.
  • Eribon, Didier, Retour à Reims, Fayard, Paris, 2009.
  • Ernaux, Annie, La Femme gelée [1981], repris dans Écrire la vie, Quarto Gallimard, 2011, p. 323-433.
  • Ernaux, Annie, La Place [1983], repris dans Écrire la vie, Quarto Gallimard, 2011, p. 435-480.
  • Ernaux, Annie, Une femme [1987],  repris dans Écrire la vie, Quarto Gallimard, 2011,  p. 553-597. 
  • Ernaux, Annie, La Honte [1997],  repris dans Écrire la vie, Quarto Gallimard, 2011, p. 211-267.
  • Ernaux, Annie, Les Années, Gallimard, 2008.
  • Ernaux, Annie, Mémoire de fille, Blanche, Gallimard, 2016.
  • Filipetti, Aurélie, Les Derniers Jours de la classe ouvrière, Paris, Stock, 2003.
  • Gary, Romain, La Promesse de l’aube, Paris, Gallimard Folio, 1973.
  • Guéhenno, Jean, Changer la vie. Mon enfance et ma jeunesse, Paris, Grasset, 1961.
  • Guéhenno, Jean, Jean-Jacques - Histoire d'une conscience [1948-1952], Paris, Gallimard, 1962.
  • Guilloux, Louis, La maison du peuple, Paris, Grasset, 1927.
  • Halioua, Noémie, Les Uns contre les autres. Sarcelles. Du vivre-ensemble au vivre-séparé, Cerf, 2022
  • Harchi, Kaoutar, Comme nous existons, Arles, Actes Sud, 2021.
  • Hoggart, Richard, 33 Newport Street : Autobiographie d'un intellectuel issu des classes populaires anglaises [1988], trad. et présentation par Claude Grignon, Gallimard-Le Seuil, coll. « Hautes études », 1991.
  • Kristof, Agota, Le grand Cahier, Seuil, 1986.
  • Kristof, Agota, La Preuve, Seuil, 1988.
  • Kristof, Agota, Le Troisième mensonge, Seuil, 1991. 
  • Lafon, Marie-Hélène, Les pays, 2000.
  • Lagrave, Rose-Marie, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Paris, La Découverte, coll. « L’envers des faits », 2021. 
  • Le Fol, Stéphane, Reste à ta place! Confronté(e)s au mépris, ils (elles) en ont fait une force, Paris, Albin Michel, 2021.
  • London, Jack, Martin Eden [New York, 1909], Paris, Gallimard, 10/18, 1997. 
  • Louis, Edouard, En finir avec Eddy Bellegueule, Paris, Éditions du Seuil, 2014.
  • Louis, Edouard, Histoire de la violence, Éditions du Seuil, 2016
  • Louis, Edouard, Qui a tué mon père, Éditions du Seuil, 2018
  • Louis, Edouard, Combats et métamorphoses d'une femme, Éditions du Seuil, 2021.
  • Louis, Edouard, Changer : méthode, Éditions du Seuil, 2021.
  • Madjidi, Maryam, Marx et la poupée, Le Nouvel Attila, 2017.
  • Mathieu, Nicolas, Connemara, Arles, Actes Sud, 2022.
  • Mathieu, Nicolas, Leurs enfants après eux, Arles, Actes Sud, 2018.
  • Memmi, Albert, La Statue de sel, Paris, Corréa, 1953.
  • Michelet, Jules, Le peuple [1846], Paris, Calmann-levy, 1977.
  • Modiano, Patrick, Un pedigree, Gallimard, 2005.
  • Nizan, Paul, Antoine Bloyé, Grasset, [1933] 2005.
  • Péguy, Charles, Pierre, commencement d’une vie bourgeoise [1899], Orléans, Corsaire éditions, 2023.
  • Rachedi, Mabrouck, Tous les mots qu'on ne s'est pas dits, Paris, Grasset, 2022.
  • Robin, Patrice, Le Visage tout bleu, 2022.
  • Robin, Patrice, Le commerce du père, POL, 2009.
  • Rousseau, Jean-Jacques, Les Confessions [1782-1789], Paris, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, Oeuvres complètes, t. I, 1959.
  • Simenon, Georges, Pedigree, [1948], Gallimard, 2009. 
  • Slaoui, Nesrine, Illégitimes, Paris, Fayard, 2021.
  • Steedman, Carolyn, Landscape for a good woman, Londres, Virago, 1986.
  • Thuy, Kim, Ru, Liana Levi, 2010.
  • Vallaud-Belkacem, Najat, La vie a plus d’imagination que toi, Paris, Grasset, 2017.
  • Vallès, Jules, L’Enfant, Paris, Le siècle/Charpentier, 1879.
  • Vallès, Jules, Le Bachelier [Mémoires d’un révolté], Paris, Charpentier, 1881.
  • Valognes, Aurélie, L’Envol, Paris, Fayard, 2023.
  • Wright, Richard, Black boy, New York, Harper & Brothers, 1945.

Bibliographie critique indicative

(une bibliographie critique spécifiquement médiatique est en train d'être constituée)

  • Abiven, Karine, « Écrire juste la vie : la scène autobiographique de Rose-Marie Lagrave », Lectures sur le fil, 2021. URL : http://www.fabula.org/lodel/colloques/index.php?id=8298
  • Abiven, Karine, « La familiarité de Vincent Voiture au prisme du style des “transfuges de classe” : langue commune et littérature », dans C. Badiou-Monferran, A. Petit, S. Vaudrey-Luigi (dir.), Rémanence de l’écrire classique, colloque des 22-24 sept. 2022, à paraitre dans la revue XVIIe siècle.
  • Adler, Aurélie, Éclats des vies muettes. Figures du minuscule et du marginal dans les récits d’Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux et François Bon, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012.
  • Adler, Aurélie et Heck, Marilyne (éd.), Écrire le travail au XXIe siècle : Quelles implications politiques ?, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016.
  • Allouch, Annabelle, Mérite, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2021.
  • Balsi, Sarah de, Agota Kristof, Écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.
  • Balsi, Sarah de, La littérature translingue. Éléments pour une poétique, Presses Universitaires de Rennes, 2024.
  • Balutet, Nicolas et Camp-Pietrain, Edwige (dir.), La résilience du transclasse. Parcours personnels, politiques, littéraires, Lormont, Ed. du Bord de l’eau, 2023.
  • Baudelot, Christian, « Annie Ernaux, sociologue de son temps », dans Francine Best, Bruno Blanckeman et Francine Dugast-Portes (dir.), Annie Ernaux, Le temps et la mémoire, Paris, Stock, 2014, p. 246-264.
  • Beaubatie, Emmanuel, Transfuges de sexe. Passer les frontières du genre, La Découverte, 2021.
  • bell hooks, Where we stand : Class matters, Londres, Routledge, 2000.
  • Blome, Eva, « Rückkehr zur Herkunft. Autosoziobiografien erzählen von der Klassengesellschaf », Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 2020, no 94, p. 541-571.
  • Bourdieu, Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, 1979.
  • Bourdieu, Pierre, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.
  • Bourdieu, Pierre, Les Héritiers, Les Éditions de Minuit, 1964.
  • Bras, Gérard et Jaquet, Chantal (dir.), La fabrique des transclasses, Paris, Puf, 2018.
  • Brendlé, Chloé  et Mouton-Rovira, Estelle (dir.), Auteurs en scènes. Lieux et régimes de visibilité des écrivains contemporains, 2016, URL : http://www.fabula.org/colloques/document4600.php
  • Blanckeman Bruno, « En commencer avec Édouard Louis », Nord', 2017/2 (N° 70), p. 151-155.
  • Bronner, Gérald, Les Origines. Pourquoi devient-on qui l'on est ?, Autrement, 2023.
  • Chabaud, Gilles (dir.), Classement, DEclassement, REclassement. De l'Antiquité à nos jours, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2011.
  • Charpentier, Isabelle, « “Quelque part entre la littérature, la sociologie et l’histoire...” L’œuvre autosociobiographique d’Annie Ernaux ou les incertitudes d’une posture improbable », dans  COnTEXTES, no 1, 2006.
  • Charpentier, Isabelle, « Les réceptions “ordinaires” d'une écriture de la honte sociale : les lecteurs d'Annie Ernaux », Idées économiques et sociales, 2009/1 (N° 155), p. 19-25.
  • Citton, Yves, Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Amsterdam, 2010.
  • [Collectif], “Transclasses. Sommes-nous déterminés par nos origines sociales ?”, Philosophie Magazine, n° 168, Avril 2023.
  • De Chalonges, Florence et Dussart, François (dir.), “Annie Ernaux, une écriture romanesque”, Littératures, 2022/2, n° 206.
  • De Gauléjac, Vincent, La Névrose de classe. Trajectoire sociale et conflits d'identité [1987], Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2016.
  • De Gauléjac, Vincent et Legrand Michel (dir.), Intervenir par le récit de vie. Entre histoire collective et histoire individuelle, Sociologie clinique, Érès, 2008.
  • De Gauléjac, Vincent, Les Sources de la honte, Paris, Desclée de Brouwer, 1996.
  • Dalibert, Marion, “En finir avec Eddy Bellegueule dans les médias‪. Entre homonationalisme et ethnicisation des classes populaires”, Questions de communication, 2018/1 (n° 33), p. 89-109.
  • Demoulin Esther, « L’autobiographie sociologique existe-t-elle ? », compte rendu de Delsaut Yvette, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires, préf. Andrea Daher, Paris, Raisons d’agir, 2020, et Lagrave Rose-Marie, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Paris, La Découverte, 2021» dans « Revue critique », EcriSoi (site Internet), 2022, URL : https://ecrisoi.univ-rouen.fr/babel/lautobiographie-sociologique-existe-t-elle
  • Divry, Sophie, Rouvrir le roman, Éditions Noir sur Blanc, 2017.
  • Edy, Delphine, « Transfuges de classe, de genre, de culture… Pour Thomas Ostermeier, tous les détours mènent à Reims», dans Elisabeth Kargl / Bénédicte Terrisse (dir.), « Transfuge, transfert, traduction: la réception de Didier Eribon dans les pays germanophones», Lendemains, 45. Jahrgang, N°180, 2020, p. 92-104
  • Edy, Delphine, « É. Louis et D. Eribon au théâtre : Performer le réel et documenter l’intime. L’autosociobiographie en scène», dans Delphine Edy et André Petitjean, (dir.), Théâtre contemporain : Écritures et Représentations, [Contemporary Theater: Writings and Performances], Pratiques, n°191/192, 2021
  • Edy, Delphine, « Édouard Louis et l’écriture de soi. Quand la poétique performe le réel»,  dans Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte. Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes, 45. Jahrgang, Heft 3/4, 2021, p. 445-480. 
  • Ferron, Benjamin, Née, Emilie, Oger, Claire, Donner la parole aux « sans-voix » ? Construction sociale et mise en discours d’un problème public, Rennes, PUR, 2022.
  • Gefen Alexandre, Réparer le monde : La littérature française face au XXIe siècle, Paris, José Corti, 2017.
  • Girardot, Dominique, La société du mérite. Idéologie méritocratique et violence néolibérale, Le Bord de l’eau, 2011.
  • Golvet, Sylvie, Louis Guilloux, devenir romancier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • Grignon, Claude et Passeron, Jean-Claude, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Éditions de l’EHESS-Gallimard-Seuil, 1989.
  • Havercroft, Barbara, « Dire l’indicible : trauma et honte chez Annie Ernaux », dans Roman 20-50, no 40, Lille, décembre 2005, p. 119-131
  • Hugrée, Cédric. « Les sciences sociales face à la mobilité sociale. Les enjeux d’une démesure statistique des déplacements sociaux entre générations », Politix, vol. 114, no. 2, 2016, pp. 47-72. 
  • Jaquet, Chantal, Les Transclasses ou la Non-Reproduction, PUF, 2014.
  • Kargl, Elisabeth et Terrisse, Bénédicte (dir.),“Transfuge, transfert, traduction : la réception de Didier Eribon dans les pays germanophones”, Lendemains, Narr Verlag, 2021, n° 45.
  • Lammers, Philipp  et Twellmann, Marcus, « L’autosociobiographie, une forme itinérante », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 16 décembre 2021, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10515
  • Maingueneau,Dominique, “Faire entendre les sans-voix”, Argumentation et Analyse du Discours [Online], 24 | 2020, Online since 16 April 2020, connection on 22 June 2023. URL: http://journals.openedition.org/aad/4131; DOI: https://doi.org/10.4000/aad.4131.
  • Meizoz, Jérôme, L'Âge du roman parlant, 1919-1939, préf. de Pierre Bourdieu, Genève, Droz, 2001.
  • Meizoz, Jérôme, « Recherches sur la “posture” : Rousseau », dans “L'épreuve, la posture”, Littérature, n°126, 2002, p. 3-17.
  • Meizoz, Jérôme, Le gueux philosophe (Jean-Jacques Rousseau), Lausanne, Antipodes, 2003.
  • Meizoz, Jérôme, « Lettrés contrariés et batailles de voix après Jules Vallès : Henri Calet, Annie Ernaux, Gaston Cherpillod, Édouard Louis », Autour de Vallès, no. 44, 2014, URL : https://www.fabula.org/ressources/atelier/?Transfuge_social
  • Meizoz, Jérôme, “Belle gueule d’Edouard ou dégoût de classe ?”, COnTEXTES, “Prises de position”, 2014, URL: http://journals.openedition.org/contextes/5879
  • Montémont Véronique, « Autosociobiographie », dans Dictionnaire de l’autobiographie, dir. F. Simonet-Tenant, avec la collab. de M. Braud, J.-L. Jeannelle, P. Lejeune et V. Montémont, Paris, Champion, 2017, p. 99-100.
  • Moricheau-Airaud, Bérengère, « Propriétés stylistiques de l’auto-sociobiographie : l’exemplification par l’écriture d’Annie Ernaux », COnTEXTES [En ligne], no 18, 2016, http://journals.openedition.org/contextes/6235, mis en ligne le 2 janvier 2017, consulté le 23 janvier 2022.
  • Moricheau-Airaud, Bérengère, « La représentation des discours de l'enfance dans les textes d’Annie Ernaux », in « Enfances », Revue critique de fixxion française contemporaine, D. Lévy-Bertherat et M. Lévêque (dir.), n° 17, 2018.
  • Naselli, Adrien, Tes parents ils font quoi ? Enquête sur les transfuges de classe et leurs parents, Paris, Lattès, 2021.
  • Naudet, Jules, Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États‑Unis et en Inde, Paris, PUF, « Le Lien Social », 2012.
  • Pagis, Julie et Pasquali Paul, «Observer les mobilités sociales en train de se faire. Microcontextes, expériences vécues et incidences socio-politiques», Politix, 2016/2 (n° 114), p. 7-20 https://doi.org/10.3917/pox.114.0005 
  • Pasquali, Paul, Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020), Paris, La Découverte, coll. L’envers des faits, 2021.
  • Pasquali, Paul, Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, [2014], Paris, La Découverte-Poche, 2021.
  • Payet, Jean-Paul, Giuliani, Frédérique, Laforgue Denis, De l'indignité à la reconnaissance. Enquête sur la voix des acteurs faibles, Rennes, PUR, 2008.
  • Samoyault,Tiphaine, « Mémoire de la trahison (Bourdieu, Depardon, Éribon, Ernaux) », dans La Licorne, n° 104, « Le Sens du passé. Pour une nouvelle approche des Mémoires », Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 191-203.
  • Salmon, Christian, Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à fabriquer des esprits, Paris, La Découverte, 2007. 
  • Simon, Anne, “Déplacements du genre autobiographique : les sujets Ernaux”, Nomadismes des romancières contemporaines de langue française,  Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2008, URL: http://books.openedition.org/psn/1799
  • Sinthon, Rémi, Repenser la mobilité sociale, EHESS, 2018.
  • Véron, Laélia avec la collaboration de Karine Abiven, Trahir et Venger. Paradoxes des récits de transfuges de classe, à paraitre à la Découverte, avril 2024.
  • Véron, Laélia, « Pourquoi se revendiquer “transfuge de classe” alors qu’on ne l’est pas ?”», Slate, 2018.
  • Véron, Laelia, “Un style de transfuge de classe entre marginalisation et institutionnalisation : la construction de l’imaginaire d’une langue socialement située”, Style et imaginaire de la langue, Colloque de l’AIS (Association Internationale de Stylistique), 18-20 octobre 2022, à paraitre.
  • Viart, Dominique, « Récits de filiation », La littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2008, p. 70-129.
  • Vigna, Xavier, L’Espoir et l’effroi. Luttes d’écritures et luttes de classes en France au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2016.
  • Zerouala, Faïza, « Je suis un accident sociologique mais pas votre alibi », Mediapart (billet de blog), 2019. https://blogs.mediapart.fr/faiza-zerouala/blog/240719/je-suis-un-accident-sociologique-mais-pas-votre-alibi

 

Places

  • Maison de la recherche de Sorbonne Université - 28, rue Serpente
    Paris, France (75006)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Thursday, November 23, 2023
  • Thursday, December 07, 2023
  • Wednesday, January 10, 2024
  • Thursday, February 01, 2024
  • Thursday, March 14, 2024
  • Thursday, May 16, 2024
  • Thursday, May 23, 2024
  • Wednesday, June 12, 2024

Keywords

  • transfuge de classe, autosociobiographie, récit de soi, mobilité sociale, transclasse,

Information source

  • Karine Abiven
    courriel : karine [dot] abiven [at] sorbonne-universite [dot] fr

License

CC-BY-4.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0 .

To cite this announcement

Karine Abiven, Laelia Véron, « Pour une approche critique de la notion de « récit de transfuge de classe » », Seminar, Calenda, Published on Thursday, April 27, 2023, https://doi.org/10.58079/1b2f

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search