HomeÉcritures alternatives de la recherche en sciences humaines et sociales

HomeÉcritures alternatives de la recherche en sciences humaines et sociales

Écritures alternatives de la recherche en sciences humaines et sociales

Nouvelles stratégies, nouvelles pratiques, nouveaux formats

*  *  *

Published on Thursday, May 11, 2023

Summary

La 2e édition des journées consacrées aux écritures alternatives de la recherche en SHS se tiendra du 13 au 15 novembre 2023 et sera l’occasion d’approfondir la réflexion amorcée en 2022 sur ce que ces pratiques font à la recherche dont elles sont l’un des chemins possibles : loin de ne constituer qu’une forme de valorisation des résultats scientifiques, elles font en effet partie intégrante d’un processus qui va de la construction de l’objet de la recherche à sa transmission, en passant par sa légitimation scientifique et sociale. Ces journées proposeront de faire dialoguer chercheur.se.s et doctorant.e.s sur la place de ces pratiques et ce qu’elles induisent dans leur démarche. Elles interrogeront la place du sensible dans la recherche, ses apports heuristiques et épistémologiques. Enfin, elles poursuivront les échanges amorcés sur les enjeux académiques de ces pratiques et leurs modes d’évaluation.

Announcement

Argumentaire

Les formes de l’écriture scientifique en Sciences Humaines et Sociales (SHS) sont en apparence assez peu nombreuses et codifiées, encore dominées par des normes qui sont celles de l’édition scientifiqueet des formats académiques traditionnels, inscrits dans les normes sociales des disciplines. Pourtant,de plus en plus de chercheur.es semblent s’aventurer sur des "chemins de traverse" en utilisant dessupports et formats numériques d’écriture (blogs ou carnets personnels en ligne, comptes de réseauxsociaux, ...), des formes audiovisuelles (documentaire filmé, podcasts, dispositifs de réalité virtuelle...),des formes et formats proches des pratiques artistiques. La création récente de plusieurs réseaux (RUSHS, FRESH, REAS...), festivals, séminaires et salons (FOCUS) consacrés à ces formes d’écritures montrent qu’elles sont de moins en moins marginalisées dans le champ institutionnel et qu’ellestendent à se structurer. D'autre part, les formes de l'écrit scientifique se sont également diversifiées avec le numérique, en proposant de nouveaux espaces, en invitant à créer de nouvelles formes d’expression : depuis quelques années, les chercheur.es investissent les médias sociaux, ouvrent des sites personnels,mettent à disposition des données de recherche au sein de dispositifs permettant de les structurer etde les éditorialiser. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on a vu s’imposer peu à peu en français le mot« dissémination » dans son acception anglaise : disséminer, c’est diffuser, « for propagation andpermanence » (dictionary.education/english/dictionary/dissemination, 2021), auprès d’une grandevariété de publics et sous des formes plus ou moins contraintes. Disséminer, c’est diversifier ses cibles,audiences, ses formes d’écriture, ses supports, mais aussi ses « contenus » - ne serait-ce que parce queles récentes politiques en faveur de la science ouverte, en encourageant la mise à disposition desdonnées et des codes-sources, ont contribué à redéfinir les contours de ce que peut être unepublication scientifique, et à (re)poser la question de ses destinataires.

La deuxième édition de ces journées consacrées aux écritures alternatives de la recherche en sciences humaines et sociales sera l’occasion d’approfondir la réflexion amorcée lors de l’édition 2022 (voir enligne le programme de l'édition précédente : Ecritures alternatives de la recherche en SHS : nouvellesstratégies, nouvelles pratiques, nouveaux formats - Sciencesconf.org) sur ce que ces pratiques font àla recherche dont elles sont l’un des chemins possibles : loin de ne constituer qu’une forme devalorisation des résultats scientifiques, elles font en effet partie intégrante d’un processus qui va de laconstruction de l’objet de la recherche à sa transmission, en passant par sa légitimation scientifique etsociale. Si elles ne supplantent pas les écrits scientifiques traditionnels, elles s'imposent à leurs côtésen transformant parfois profondément et l'élaboration de l’objet, et son approche.

Comme dans l'édition précédente, ces journées proposeront de faire dialoguer plusieurs expériences et initiatives de chercheu.r.se.s et doctorant.e.s qui choisissent les écritures "alternatives" de la recherche, et se demanderont quelle place ces pratiques et ce qu’elles induisent - décentrement,collaboration, transposition, modification du rapport au terrain ou au corpus... - tiennent dans leur démarche de chercheur.es. Elles interrogeront la place du sensible dans la recherche, ses apports heuristiques et épistémologiques. Enfin, elles poursuivront les échanges amorcés sur les enjeux académiques de ces pratiques et leurs modes d’évaluation.

Les axes structurants de la réflexion collective seront :

La question des publics : à qui s’adressent les productions "alternatives" de la recherche ? La diversification des publics a remis en cause la partition entre « public spécialisé » (les pairs) et« grand public » (les autres), entre « diffusion des résultats à la communauté scientifique », «éducation populaire » et communication au sens large. La question des publics, rarement posée autrefois, s’impose aujourd’hui avec d’autant plus d’acuité que les politiques de Science ouverte, attentives aux enjeux d'accessibilité, affirment le droit pour « tous » d’accéder auxrésultats et aux données de la recherche publique. Dès lors à qui s’adresse-t-on, et dans quel(s)but(s)?

L’évaluation de la recherche : quel statut académique et quelles légitimités ? Les contenuspubliés sur les nouveaux médias semblent échapper à la traditionnelle (et toujoursfondamentale) « évaluation par les pairs » - du moins en apparence, car l’évaluation, plus oumoins codifiée selon les supports et les contextes, est toujours présente sous d’autres formes.Comment écrit un chercheur sous le regard du public, spécialisé ou non ? Et plus largement,quelles formes d’écritures scientifiques émergent de ces nouvelles pratiques ? Quellere connaissance institutionnelle, scientifique et publique pour les productions alternatives ? Quelle prise en compte de ces écritures dans la réforme actuelle de l'évaluation de larecherche ?

La posture du chercheur et la place du « soi » dans la recherche : l’ethos du chercheur semodifie : la posture académique connaît de plus en plus d’inflexions, de détours ; l’écriture sefait parfois presque clandestine, les genres se mêlent ; billets d’humeur intimes cohabitent avec la réflexion scientifique ; le carnet de thèse se fait laboratoire, exutoire, journal. Lesproductions collectives (académiques ou non) se multiplient. Quelle place pour ces « à-côtés» de la production scientifique, qui en font pourtant partie intégrante notamment par leurdimension heuristique et exploratoire, dans la bibliographie d’un chercheur ? Commentcontribuent-ils à questionner la position du chercheur, vis-à-vis de son objet de recherche etplus largement dans la société ?

Les frontières entre arts, sciences, technologies et recherche : les supports sont désormais innombrables : blogs (en voie d’institutionnalisation avec Hypothèses), réseaux sociaux, podcasts, vidéos, mais aussi objets numériques divers (modèles 3D, logiciels, livres augmentés,installations muséales...) La dissémination scientifique prend des formes de plus en plusdiverses et ne sépare pas toujours nettement des productions artistiques (recherche-création)ou techniques (développement informatique) : là encore, quelle place tiennent ces objets dansle parcours scientifique d’un chercheur en SHS ? Et quel statut pour les dispositifsd’éditorialisation de données de la recherche ? Quelles formes de mises en dialogue avecd'autres disciplines au profit d'approches plus interdisciplinaires ?

Les collaborations : L’écriture scientifique, traditionnellement plutôt individuelle et solitaireen SHS, est en train d’évoluer vers des formes plus collectives : dans le cas des écritures“transmédias” ou artistiques notamment, la dimension collaborative devient souventincontournable. Comment travaille-t-on, lorsqu’on est un. chercheu.r.se en SHS, avec unartiste, un professionnel de l’audiovisuel, un informaticien ? Et dans la pratique du blogging,comment se met en place la conversation avec les lecteurs ?

Deux axes de réflexion seront privilégiés :

1. Ces pratiques d’écritures alternatives ont-elles une incidence sur la recherche elle-même ?

2. Dans quelle mesure ces formes alternatives de communication scientifique et de transmissiondes résultats de recherche sont-elles prises en compte dans l’évaluation ? Quel rôle cesformats peuvent-ils jouer dans la valeur perçue du travail scientifique, tant par les citoyensque par les instances d'évaluation ?

Modalités des soumissions 

Les interventions aux journées peuvent adopter des formats variés et pourront, le cas échéant, se dérouler en distanciel.

1. Communication jusqu’à trois participants, entre 20 ou 30 minutes maximum Les propositions de communication (2000 signes environ, comprenant un titre et uneproblématique) comporteront une brève bio-bibliographie et les coordonnées de l’auteur.iceavec son affiliation institutionnelle)

2. Table ronde jusqu’à cinq participants dont un modérateur, durée 1h maximum (le porteur duprojet de table ronde devra être désigné comme organisateur) Les propositions de communication (2000 signes environ, comprenant un titre et uneproblématique) comporteront une brève bio-bibliographie et les coordonnées de l’auteur.iceavec son affiliation institutionnelle)

3. Atelier d’initiation ou de formation aux méthodologies d'écriture (écriture filmique, sonore,podcast, twitter, cartes sensibles, 3D ...) jusqu’à deux formateurs, durée 3h maximum

4. Présentation/débat autour d'un ouvrage de littérature graphique/écriture visuelle (romangraphique, bande dessinée, ...) ou traitant des problématiques, méthodes et expérimentations desformats d'écritures en SHS jusqu’à trois participants, durée 1h30 maximum (auteur de l’ouvrage etdeux animateur.ice.s) La proposition comportera le titre de l’ouvrage et la problématique, les noms des intervenantsavec leurs coordonnées. Sont à privilégier les ouvrages présents au sein de la bibliothèque del’ensa Nantes ou faisant l’objet d’un envoi gracieux (cf. https://biblio.nantes.archi.fr)

5. Restitution issue d'expérimentations transmédias : documentaire, web-documentaire, dispositifimmersif, sonore, simulation numérique (programmation) durée : 10 min. minimum et 120 min.maximum. Les films doivent être produits par une personne physique ou morale, française ou étrangère ;Sont exclues de cet appel à films les vidéos de vulgarisation scientifique ; les journées n’ont pasd’exigence d’exclusivité La proposition comportera les éléments suivants

Le titre, la durée (estimée ou définitive), le format,

le nom et prénom du réalisateur, ses adresses, contact mail et téléphone,

le nom de la (des) société(s) de production s’il y a lieu, avec contact mail et téléphone,

un synopsis en 10 lignes maximum,

le lieu, la date, la signature de la personne soumettant la restitution,

un visuel haute résolution illustrant la production,

au choix, un lien de visualisation ou de téléchargement de la production : WeTransfer, Vimeo,clé USB, etc.

En cas de sélection, le participant autorisera à titre gracieux l’organisateur à présenter au public, dans l’auditorium de l’ensa Nantes ou dans la plateforme CORAULIS (Centre d’Observation en RéalitéAugmentée et Lieu d’Immersion Sonore, cf. https://www.nantes.archi.fr/lensa-nantes/coraulis/), la production sélectionnée. Le participant devra déclarer et garantir à l’organisateur qu’il détient tous les droits (en particulier les droits d’exploitation, de diffusion et de divulgation) ainsi que toutes lesautorisations nécessaires pour les utilisations dans le cadre des journées d’études. Il garantira l’organisateur et ses partenaires, contre toute revendication quelconque, notamment au titre des droits d’auteur, droits voisins, droits des dessins et modèles, droits des marques, droits de la personnalité, droits à l’image des biens et/ou des personnes.

Calendrier

26 mai 2023 date limite de dépôt des propositions de résumés

30 juin 2023 sélection définitive des propositions retenues

fin septembre 2023 diffusion du programme et ouverture des inscriptions

Les propositions sont à envoyer sous la forme d’ un fichier pdf (intitulé NOM_JEEcritures.pdf) à : ecr-alt@univ-nantes.fr

Organisation

  • Julie Aucagne (MSH Ange-Guépin, Nantes),
  • Laurence Bizien (ensa Nantes/AAU-Crenau),
  • Véronique Cohoner (MSH Ange-Guépin, Nantes)

Comité scientifique

  • Anne Bossé, MC (UMR AAU-CRENAU, ENSAN- NU),
  • Chérifa Boukacem-Zeghmouri, Pr (Université Claude Bernard Lyon 1 UR ELICO), chargée demission Science Ouverte pour l’UCBL, membre du COSO,
  • Christian Dury, IR CNRS, réalisateur (MSH-LSE, co-fondateur/coordinateur du Réseau RUSHS),
  • Lucinda Groueff, enseignante-chercheuse (UA LAREP, ENSP Versailles), co-directrice du groupe« Penser l'Urbain par l'Image » (Labex Futurs Urbains Université Paris-Est),
  • Marc Jahjah, MC (UR LAMo, NU),
  • Frédéric Le Blay, MC HDR (UR Centre François Viète, UR AMO NU), Directeur de la MSH Ange-Guépin),
  • Pierrick Lefranc, doctorant (AMU/Centre Norbert Elias), artiste-chercheur associé au Centre National de Création Musicale de Saint-Nazaire,
  • Théa Manola, MC (UMR AAU-CRESSON, ENSAG -UGA/ associée UMR LADnybYSS),
  • Dominique Sagot-Duvauroux, Pr (UR GRANEM, Université Angers),
  • Myriam Servières, Pr (EC Nantes, directrice de l’équipe AAU-CRENAU),
  • François Vignale, Conservateur des bibliothèques (UR 3.LAM, Le Mans Université)

 

 

Places

  • MSH Ange Guépin - 5 All. Jacques Berque | École nationale supérieure d’architecture - 6 quai François Mitterrand
    Nantes, France (44)

Event format

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Friday, May 26, 2023

Keywords

  • écriture scientifique, évaluation de la recherche, recherche-action, art et science

Contact(s)

  • Laurence Bizien
    courriel : laurence [dot] bizien [at] crenau [dot] archi [dot] fr
  • Julie Aucagne
    courriel : Julie [dot] Aucagne [at] univ-nantes [dot] fr

Information source

  • Laurence Bizien
    courriel : laurence [dot] bizien [at] crenau [dot] archi [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Écritures alternatives de la recherche en sciences humaines et sociales », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, May 11, 2023, https://calenda.org/1072209

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search