HomeF/francophonie(s) : débats locaux, enjeux globaux

HomeF/francophonie(s) : débats locaux, enjeux globaux

*  *  *

Published on Tuesday, May 23, 2023

Abstract

La francophonie n’est pas un objet qui laisse indifférent : cet « objet politique non identifié » (la francophonie comme communauté(s), espace(s), institution(s), identité(s), culture(s), réseau(x), outil(s) géopolitique(s), soft power) mobilise des enjeux très éclectiques, sans parler des représentations fort contrastées à travers lesquelles, dans différents contextes locaux, régionaux, nationaux, globaux, sectoriels, disciplinaires, on s’en saisit. La F/francophonie fait polémique et suscite bien des interrogations sur ses sens et sa réalité. Il nous paraît essentiel de faire ici le point sur les discours tenus sur elle, qu’ils soient apologétiques ou critiques, analytiques ou politiques, distanciés ou engagés, objectifs ou subjectifs, et ainsi de mieux cerner cet objet politique singulier.

Announcement

Argumentaire

Colloque international F/francophonie(s) : débats locaux, enjeux globaux, organisé par l’Institut international pour la Francophonie (2IF) de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Décembre 2023

La francophonie n’est pas un objet qui laisse indifférent : cet « objet politique non identifié »[1] (la francophonie comme communauté(s), espace(s), institution(s), identité(s), culture(s), réseau(x), outil(s) géopolitique(s), soft power, etc.) mobilise des enjeux très éclectiques, sans parler des représentations fort contrastées à travers lesquelles, dans différents contextes locaux, régionaux, nationaux, globaux, sectoriels, disciplinaires, on s’en saisit. La F/francophonie fait polémique et suscite bien des interrogations sur ses sens et sa réalité.

Il nous paraît essentiel de faire ici le point sur les discours tenus sur elle, qu'ils soient apologétiques ou critiques, analytiques ou politiques, distanciés ou engagés, objectifs ou subjectifs, et ainsi de mieux cerner cet objet politique singulier.

La F(f)rancophonie[2] est très souvent célébrée par ses défenseurs ou dénoncée par ses critiques alors qu’on constate, dans le champ scientifique, une relative indifférence par rapport à la notion (RAMEL et PHAN, 2007). Le terme « francophonie » nourrit de fait un débat sur son existence même. Et si ce débat était-il précisément la principale expression de son existence ? Et si ces débats entre thuriféraires et contempteurs de la F(f)rancophonie ne dessinaient-ils pas finalement, en creux, le portrait de cet objet ?

C’est peut-être à travers cette tentative de mise à plat de la notion et de sa réalité ainsi que des délibérations auxquelles elle donne lieu qu’ensuite, nous pourrions évoquer des questions plus « existentielles » telles que : la francophonie constitue-t-elle un instrument d’intégration qui vise la création d’un espace de sens commun ? Comment fait-on/pourrait-on faire communauté par la francophonie ? Dans quelle mesure, selon les contextes dans lesquelles elle est évoquée, fait-on francophonie locale, globale, mondiale ?

Nous tenterons ici de mobiliser les chercheurs et leurs travaux respectifs qui ont pu se pencher sur cet objet et sur ses sens. En repérant les principales lignes de force qui traversent la manière dont « on parle » de francophonie, nous chercherons en particulier :

  • à faire l’état des lieux de la « francophonie » en tant qu’objet de recherche en sciences sociales afin de mieux délimiter les périmètres de l’objet scientifique « francophonie » : quels critères devrait-on choisir pour le classement des travaux dans la catégorie de la recherche portant sur l’objet « francophonie » ? Dans quel cadre une recherche sur l’objet « francophonie » devrait-elle s’inscrire ? Autrement dit, comment le critère « linguistique » lié à la langue française est-il pris en compte dans les travaux de recherche portant sur l’objet « francophonie » en sciences sociales et humaines ?
  • à mieux comprendre les grands cadres des débats qui animent les recherches sur la francophonie (convergences/divergences, perspectives, approches, dimensions, etc.).

Au-delà de ces objectifs, il s’agira aussi en quelque sorte de « désenchanter » l’objet « F/francophonie » en tentant de mieux comprendre comment les acteurs politiques ont pu s’en saisir et lui donner un sens politique. Il paraît essentiel de faire le point sur les paradoxes et les malentendus qui, bien souvent, s’expriment autour d’elle.

Axes du colloque :

Axe 1 : La F(f)rancophonie et ses débats locaux

Plusieurs perspectives pourront être ici explorées en tenant compte de la grande variété des contextes (secteurs, régions, organisations, disciplines scientifiques) au sein desquels la notion de francophonie est mobilisée. Mentionnons ici notamment (sans exhaustivité) :

1 – Le rapport à la France et au passé colonial

Il s’agit ici en particulier d’aborder de front une forme d’approche critique de la francophonie de plus en plus présente et qui, elle aussi, participe bien sûr au débat sur la « F(f)rancophonie ». Il est important d’éclairer le rôle de la France et sa place en Francophonie et d’évaluer l’impact de son passé colonial dans les projets politiques francophones.

2 - Débats multiples liés au statut, à la qualité et aux dimensions universelle/locale de la langue française

Comme la langue et son usage, il s'agit de savoir si le français a (ou non) une vocation universelle. Certains vont la concevoir comme étant très liée aux enjeux locaux de minorités linguistiques, culturelles ou socio-économiques tandis que d’autres vont en percevoir, à l’inverse, les prolongements forcément géopolitiques et globaux ; certains vont concevoir la francophonie comme centripète ou centrifuge, dans une représentation « rayonnante » de la francophonie, impliquant un français « de référence », dit « standard », et un français métissé, périphérique, imparfait (accent, patois, idiomes etc.) ; d'autres vont la concevoir, au contraire, comme « rhizomique », archipélagique, constellaire : la francophonie, ce n'est pas un centre et des périphéries plus ou moins proches, mais de multiples communautés marquées par leur rapport, singulier, à une langue en partage, mais « assaisonnée » différemment de ses multiples réalités locales.

3 - Les dimensions identitaire (appartenance/culture), instrumentale (utilitaire/capital)

Certains vont souligner la « valeur » de la langue, l'idée qu'elle porte en elle une culture singulière, qu'elle caractérise une communauté (francophone) alors que d'autre insisteront sur des dimensions moins tangibles, moins incarnées, et développeront autour de la maîtrise du français une approche plus instrumentale.

4 - Le débat sur l’objet scientifique « francophonie »

La francophone est une notion polysémique. Longtemps explorée surtout par la linguistique, et les études littéraires, la francophonie est désormais abordée par plusieurs disciplines : histoire, droit, économie, sciences politiques…, ce qui ne fait qu’accentuer les débats scientifiques entre les différentes approches et perspectives entourant cet objet. Le débat sur la notion d’une francophonie scientifique (AUF, 2021) suscite encore des réactions diverses.

Axe 2 : La F(f)rancophonie face aux enjeux globaux

La F(f)rancophonie existe à travers la langue française et les projets portés par elle à tous les niveaux. Il nous est donc essentiel de mesurer sa place tout comme son impact face aux défis globaux à l’heure actuelle, tant s’agissant de la francophonie avec un petit f (ensemble des locuteurs de la langue française dans le monde dont l’usage est variable) que de la Francophonie avec un grand F (regroupement institutionnalisé des pays ayant le français en partage) :

1 - La francophonie : Quelle est la réalité des échanges entre les francophones dans le monde ? Tout comme la vitalité de la francophonie sociétale ? Autrement dit, que voient, entendent, lisent les francophones les uns des autres ? Il est aussi important de connaître les perceptions des francophones dans différents pays vis-à-vis des grands enjeux mondiaux.

2 - La Francophonie : Comment les opérateurs de la Francophonie font-ils face aux défis globaux dans le contexte actuel marqué par les grandes transformations socio-politiques et technologiques ? Quels rôles réels jouent-ils ? Existe-t-il une cause politique francophone commune ?

3 - La langue française, son usage et sa place dans les différents domaines de la société : Il est question de voir dans quelle mesure la langue française est utile pour les francophones comme parlants français pour affronter les nouveaux défis globaux : sécurité, numérique, intelligence artificielle, environnement, etc.

Modalités de participation

  1. Date butoir d’envoi de proposition de la communication : 15 juin 2023

Contact : hong-khanh.dang@univ-lyon3.fr

Les propositions devront contenir un titre, un résumé de 500 mots maximum, une bibliographie indicative ainsi qu’une courte biographie (5 lignes).

  1. Date de réponse aux auteurs : 1er juillet 2023
  2. Date butoir d’envoi de la communication complète : 30 septembre 2023
  3. Le colloque scientifique aura lieu à l’Université Jean Moulin Lyon 3 (France) les 13 et 14 décembre 2023.
  4. Une publication dans une revue scientifique ou un ouvrage collectif est prévue pour 2024.

Comité scientifique

  • Dang (Hong Khanh), Directrice adjointe chargée de la recherche, Institut international pour la Francophonie (2IF), Université Jean Moulin Lyon 3 (France)
  • David (François), Professeur des universités en histoire contemporaine, Université Littoral Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer, France)
  • Desjardins (Pierre-Marcel), Professeur d’économie, École des Hautes études publiques, Université de Moncton (Canada)
  • Durez (Aymeric), Professeur, Pontificia Universidad Javeriana de Bogota (Colombie)
  • Machikou (Nadine), Professeur en science politique, Vice-rectrice de l’Université Yaoundé II (Cameroun)
  • Nacouzi (Salwa Sandra), Rectrice de l’Université française en Arménie (UFAR), Vice-présidente du Réseau International des Chaires Senghor de la Francophonie, Titulaire de la Chaire Senghor de la Francophonie de l’UFAR, Erevan (Arménie)
  • Payette (Jean-François), Docteur en science politique, professeur-enseignant à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et Directeur scientifique de l’Observatoire de la politique et de la sécurité de l’Arctique (OPSA) à l’École nationale d'administration publique (ENAP) (Canada)
  • Phan-Labays (Trang), Maître de conférences, Directrice adjointe chargée des formations, Institut international pour la Francophonie (2IF), Université Jean Moulin Lyon 3 (France)
  • Russo (Adélaïde), Professeur d'études françaises et de littérature comparée, Titulaire de la Chaire Senghor de l’Université de l’État de Louisiane, Bâton-Rouge (États-Unis)
  • Tamegui (Christel Dior), Docteur en science politique, Attaché temporaire d'enseignement et de recherche, Institut international pour la Francophonie (2IF), Université Jean Moulin Lyon 3 (France)
  • Traisnel (Christophe), Professeur en science politique, Directeur de l’École des Hautes études publiques, Université de Moncton (Canada), Président du Réseau International des chaires Senghor de la Francophonie
  • Turpin (Frédéric), Professeur des universités en histoire contemporaine, Université de Savoie (Chambéry, France)
  • Yaya (Sanni), Vice-recteur international et francophonie, Université d’Ottawa (Ontario, Canada)

Bibliographie indicative

  • Agence universitaire de la Francophonie, Livre blanc de la francophonie scientifique, Paris, 2021.
  • Attali (Jacques), Francophonie et francophilie, moteurs de croissance durable, 2014, disponible sur : http://www.elysee.fr/assets/Uploads/Rapport-Jacques-Attali-la-francophonie-conomique.pdf  
  • Badie (Bertrand), « La mondialisation, les flux et la francophonie internationale », Revue de l’Université de Moncton, hors-série, 2001, pp. 9-20.
  • Baneth-Nouailhetas (Emilienne), « Anglophonie - francophonie : un rapport postcolonial ? », Langue française, n° 167, 3/2010, pp. 73-94, disponible sur : www.cairn.info/revue-langue-francaise-2010-3-page-73.htm
  • Bauer (Olivier), La Francophonie de l’avenir, Paris, Autrement, 2021.
  • Boutros-Ghali (Boutros), Émanciper la Francophonie, Paris, L'Harmattan, 2002.
  • Calvet (Louis-Jean), « Géopolitique des langues romanes », Hermès, n° 75, 2/2016, pp. 25-33, disponible sur : http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2016-2-page-25.htm
  • Collectif, « Pour une littérature-monde en français », Le Monde, 19 mars 2007, disponible sur : https://www.lemonde.fr/livres/article/2007/03/15/des-ecrivains-plaident-pour-un-roman-en-francais-ouvert-sur-le-monde_883572_3260.html    
  • Dang (Hong Khanh), Payette (Jean-François) (dir.), La Francophonie comme facteur structurant dans les politiques étrangères. Regards croisés, Paris, L'Harmattan, 2020.
  • Diouf (Abdou), « La francophonie, une réalité oubliée », Le Monde, 19 mars 2007, disponible sur : http://www.lemonde.fr/idees/article/2007/03/19/la-francophonie-une-realite-oubliee-par-abdou-diouf_884956_3232.html   
  • Frenette (Yves), Rivard (Etienne), Saint-Hilaire (Marc), Atlas de la francophonie nord-américaine, Québec, Presses de l'Université Laval, coll. « Atlas historique du Québec », 2012.
  • Gauvin (Lise), « "Petites" communautés, "petites" littératures », dans Malaussena (Katia) et Sznicer (Gérard) (dir.), Traversées francophones, Genève, Suzanne Hurter, 2010, pp. 204-211.
  • Guillou (Michel), La Francophonie ou l’avenir de la langue française, Paris, Belin, 2015.
  • Guillou (Michel), Phan (Trang) (dir.), La Francophonie sous l’angle des théories des relations internationales. Actes des sixièmes entretiens de la Francophonie à Hanoi, les 1er et 2 février 2007, Lyon, Institut pour l’étude de la Francophonie et de la mondialisation (IFRAMOND), Université Jean Moulin Lyon 3, 2008.
  • Guillou (Michel), Phan (Trang), Manuel universitaire, Francophonie et Mondialisation. Tome 1 : Histoire, et institutions des origines à nos jours, Paris, Belin, 2011.
  • Judge (Anne), « La francophonie, mythes, masques et réalités », dans Jones (Bridget), Miguet (Arnaud) et Corcoran (Patrick), Francophonie, mythes, masques et réalités, Paris, Publisud, 1996, pp. 19-43.
  • Klinkenberg (Jean-Marie), « Le français n’existe pas », dans Malaussena (Katia) et Sznicer (Gérard) (dir.), Traversées francophones, Genève, Suzanne Hurter, 2010, pp. 138-147.
  • Massart-Piérard (Françoise), « Les politiques des espaces linguistiques à l'épreuve de la mondialisation », Revue internationale de politique comparée, 1/2007, vol. 14, pp. 7-18, disponible sur :  www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2007-1-page-7.htm
  • Organisation internationale de la francophonie, La langue française dans le monde, Paris, Gallimard, 2019.
  • Paquin (Stéphane), « Pourquoi la francophonie ? », dans Beaudouin (Louise) et Paquin (Stéphane), Pourquoi la francophonie ?, Québec, VLB, 2008, pp. 21-33.
  • Phan (Trang), Guillou (Michel), Durez (Aymeric), Francophonie et mondialisation. Tome 2 : les Grandes Dates de la construction de la Francophonie institutionnelle, Paris, Belin.
  • Porra (Véronique), « Malaise dans la littérature-monde (en français) : de la reprise des discours aux paradoxes de l’énonciation », Recherches & Travaux, n° 76, 2010, mis en ligne le 30 janvier 2012, disponible sur : http://recherchestravaux.revues.org/index411.html
  • Premat (Christophe), Pour une généalogie critique de la Francophonie, University Press, Stockholm, 2018, disponible sur : https://www.stockholmuniversitypress.se/site/books/m/10.16993/bau/
  • Senghor (Léopold Sédar), « Le français, langue de culture », Esprit, n° 11, novembre 1962, pp. 837-844, disponible sur : https://esprit.presse.fr/article/leopold-sedar-senghor/le-francais-langue-de-culture-32919
  • Thériault (Joseph-Yvon), « Francophonie mondiale, espace culturel et société civile », dans Thériault (Joseph-Yvon), Faire société. Société civile et espaces francophones, Sudbury, Agora, 2007, pp. 355-367.
  • Traisnel (Christophe), « Le défi politique de l’espace roman. Le cas de la convergence des causes en francophonie militante », Hermès, n° 75, 2016, disponible sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2016-2-page-139.htm
  • Turpin (Frédéric), La France et la francophonie politique. Histoire d'un ralliement difficile, Paris, Les Indes savantes, 2018.
  • Wolton (Dominique), « La diversité culturelle, nouvelle frontière de la mondialisation ? », Revue internationale et stratégique 3/2008, n° 71, pp. 57-64, disponible sur : www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2008-3-page-57.htm

Notes

[1] Lors de son intervention du 9 septembre 1985 à Luxembourg, Jacques Delors, président de la Commission européenne, avait popularisé cette formule à travers laquelle il désignait le processus de construction européenne au milieu des années 1980. Il est possible d’appliquer cette désignation ironique et quelque peu provocatrice à la francophonie. Office des publications officielles des Communautés européennes, Bulletin des Communautés européennes, Luxembourg, n° 9, septembre 1985.

[2] F/francophonie est la fusion de deux définitions du terme « francophonie », l’un écrit avec un F majuscule ayant une connotation géopolitique et institutionnelle, l’autre écrit avec un f minuscule, quant à lui, ayant une connotation linguistique.

Places

  • Université Jean Moulin Lyon 3
    Lyon, France (69)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Thursday, June 15, 2023

Keywords

  • francophonie, débats, enjeux, réalité, géopolitique, soft power

Contact(s)

  • 2IF Institut international pour la Francophonie
    courriel : 2if [at] univ-lyon3 [dot] fr
  • Hong Khanh Dang
    courriel : hong-khanh [dot] dang [at] univ-lyon3 [dot] fr

Information source

  • Hong Khanh Dang
    courriel : hong-khanh [dot] dang [at] univ-lyon3 [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« F/francophonie(s) : débats locaux, enjeux globaux », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, May 23, 2023, https://doi.org/10.58079/1b79

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search