HomeScènes culturelles dans l’espace francophone : transformations numériques, diversité des pratiques artistiques et enjeux de visibilité

HomeScènes culturelles dans l’espace francophone : transformations numériques, diversité des pratiques artistiques et enjeux de visibilité

*  *  *

Published on Tuesday, May 23, 2023

Abstract

La Revue internationale des Francophonies de l'Institut international pour la Francophonie (2IF) de l’Université Jean Moulin Lyon 3 lance un appel à contribution sur le thème "Scènes culturelles dans l’espace francophone : transformations numériques, diversité des pratiques artistiques et enjeux de visibilité" sous la direction d'Hela Zahar, professeure agrégée et responsable du pôle d’Études et de Recherche en cultures numériques, Université de l’Ontario français (Canada), et de Caroline Marcoux-Gendron, professeure associée au Département de musique de l’Université du Québec à Montréal et coordonnatrice générale et scientifique de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique, Université de Montréal (Canada).

Announcement

Argumentaire

L’espace francophone est pluriel et s’étend sur tous les continents. De toutes les expressions de sa diversité, les arts et la culture constituent un angle d’observation des plus riches. En effet, bien que cet espace ait comme dénominateur commun la langue française, il comporte d’innombrables variations culturelles et artistiques locales. Pensons au rap québécois marqué par diverses formes de plurilinguisme[1], par rapport au rap français intégrant le verlan[2] ou encore au rap marocain qui puise dans la darija[3]. Un autre exemple tient aux dramaturgies francophones canadiennes qui, dans un contexte minoritaire, s’affirment et se démarquent par l’usage de la langue vernaculaire[4], alors que les dramaturgies francophones africaines présentent un rapport inédit au corps et à l’oralité, lequel s’est construit et émancipé de l’emprise coloniale par l’expérience de l’exil de ses artistes[5]. Ou encore, il y a l’art urbain du 13e arrondissement à Paris, qui s’est translocalisé vers le village Erriadh sur l’île de Djerba (Tunisie), transformant ainsi son régime de visibilité à la parisienne[6] et offrant l’occasion d’étudier les relations entre un art urbain plus occidentalisé et un espace typiquement arabe. En bref, les exemples témoignant d’une diversité de pratiques, inscrites dans des contextes socioculturels et sociopolitiques également divers, sont nombreux au sein de ce que nous pourrions nommer une F/francophonie artistique.

De plus, cette production artistique diversifiée se transforme, comme partout ailleurs, sous l’effet des technologies numériques. Ces dernières sont au cœur du renouvellement des pratiques créatives par l’ajout des dimensions collaboratives, interactives et immersives. Les technologies numériques sont aussi à l’origine de nouveaux régimes de visibilité du travail artistique, favorisant le développement de scènes en marge des industries et de la culture de masse[7] en permettant l’automédiation et en encourageant les artistes à l’autogestion de leur image de marque[8]. Enfin, elles façonnent les modes de sociabilité et d’engagement dans les milieux artistiques, en transformant les pratiques de réseautage professionnel[9].

La place grandissante de ces technologies numériques soulève par ailleurs plusieurs enjeux quant au développement d’un espace francophone mondialisé, à commencer par l’utilisation prédominante de la langue anglaise dans leur déploiement et dans les échanges qu’elles permettent. Les phases successives de développement technologique – Web 1.0, 2.0 et 3.0, web sémantique, intelligence artificielle, technologies immersives et bientôt le Métavers – ont mis et mettront à l’épreuve l’utilisation de la langue française, que ce soit dans la mise en œuvre de nouvelles plateformes ou dans leur utilisation quotidienne. Par exemple, plusieurs technologies permettent la « localisation linguistique » de ces plateformes, à travers un lieu d’hébergement, un nom de domaine ou encore un contenu propre à la langue française. Or, comme leur analyse culturelle approfondie le montre[10], cette localisation linguistique n’est qu’une des facettes des caractéristiques culturelles de ces outils numériques. Les images, les icônes, la mise en page et même les processus interactifs transportent également des signifiés culturels qui, trop souvent, reflètent les origines et les signifiants Silicon Valley de leur conception.

En outre, la question de la fracture numérique au sein de l’espace francophone se pose, notamment en Afrique qui, malgré son importance démographique grandissante dans la F/francophonie[11], connaît une fracture numérique multidimensionnelle : enjeux de disponibilité des infrastructures, d’abordabilité, d’adéquation entre l’offre et la demande, de compétences et d’appropriation des technologies numériques par les populations[12]. Cette fracture numérique affecte inévitablement les industries culturelles et créatives, leurs artistes, artisans et publics, qui ont des processus d’adaptation variables et territorialisés à ces technologies[13], ce que le récent épisode pandémique n’a fait qu’accentuer[14].

Dès lors, quels sont les impacts des nouvelles technologies sur le développement de la diversité d’expressions artistiques et culturelles dans la F/francophonie ? Comment les nouvelles pratiques de production et de diffusion associées à ces technologies transforment-elles la F/francophonie artistique et participent-elles à son effervescence culturelle ? Comment peut-on concilier le développement des technologies numériques et celui d’une F/francophonie artistique ?

C’est ici que le concept de scène culturelle[15]  peut nous aider à évaluer la vitalité des productions culturelles associées à la F/francophonie et le rôle qu’y jouent les technologies numériques. L’usage du concept de « scène » en sociologie des arts et de la culture provient des études sur les musiques populaires et des recherches en études urbaines[16]. Bien que les frontières qui délimitent les scènes soient à la fois malléables[17] et perméables[18], ce concept permet d’analyser comment un groupe d’individus s’organise et se structure autour de certaines pratiques créatrices et en certains espaces physiques. De plus, les scènes accentuent la visibilité et l’effervescence créative souvent en périphérie des industries et institutions culturelles, s’organisant autour d’une « chose qui importe »[19], qu’il s’agisse de nouvelles formes musicales[20] ou encore de « faire un mur » comme dans la scène mondialisée de l’art urbain[21]. Shank[22] souligne l’importance du lieu physique comme agrégat des signes et des symboles échangés à l’intérieur d’une « communauté surproductive de significations », dans laquelle l’individu cherche à créer et à partager ses expressions culturelles afin de développer son sentiment d’appartenance et de préciser son identité[23]. Cette définition rejoint l’idée de scène définie par Irwin[24], où l’individu choisit une scène pour rendre son existence plus significative.

La dynamique sociale engendrée par la diversité d’acteurs – artistes, artisans, intermédiaires culturels, promoteurs, publics, etc. – unis par leurs intérêts, leurs valeurs et leurs goûts pour l’objet constitutif d’une scène crée un bouillonnement culturel et accentue sa productivité. Selon Casemajor et Straw[25], cette conception de la scène culturelle devient alors :

« Un levier d’analyse de la morphologie sociale, c’est-à-dire une façon de nommer des unités particulières ou des formes organisationnelles de la vie sociale. Une scène est alors comprise comme l’agrégation des lieux, des gens, des choses et des actions qui composent la vie d’un phénomène social particulier. Ces phénomènes sociaux (tels les genres musicaux et les activités récréatives) constituent le cœur d’une scène, le centre de l’attention et de la dévotion autour desquels les scènes s’assemblent et par lesquelles elles sont nommées et identifiées »[26].

Le concept de scène culturelle, qui intègre de plus en plus le numérique, permet dès lors de mieux expliquer les dynamiques et circulations au sein de la F/francophonie artistique. Est-il possible de développer des scènes culturelles francophones où les technologies numériques, bien que dominées par la langue anglaise, sont à la fois supports et promoteurs d’une diversité et d’une production culturelles accrues ? Quelles sont les inscriptions spatiales et les spécificités locales des scènes francophones, mais aussi leurs ramifications et circulations translocales, facilitées par le développement de technologies numériques de plus en plus interactives et immersives ? Une telle analyse passe en premier lieu par une prise en compte de la réalité géopolitique contemporaine, celle d’une francophonie multilatérale qui, tout en demeurant le pilier central de l’expression de la langue française et de ses cultures, n’est plus le seul pôle d’influence de son développement.

Ce numéro spécial de la Revue internationale des Francophonies propose de considérer différentes scènes culturelles dans l’espace francophone, au sens de collectivités qui créent et gravitent autour de lieux de création et d’espaces de rassemblement spécifiques, en utilisant des environnements de plus en plus numériques, s’engageant ainsi dans une diversité de pratiques de surproduction culturelle et de mise en visibilité dans l’espace mondialisé.

Sans s’y limiter, ce numéro spécial accueillera des contributions sur les thèmes suivants, regroupés dans trois axes :

Axe 1 : Transformation et diversification des scènes culturelles de la F/francophonie par le numérique

  • Théorisation de l’impact du numérique sur les scènes culturelles dans la F/francophonie (par exemple, malléabilité et perméabilité des frontières de ces scènes culturelles, émergence de scènes virtuelles dans les espaces des métavers, etc.) ;
  • Diversité des scènes culturelles francophones locales, translocales et numériques (caractéristiques culturelles, sociales, politiques, urbaines) ;
  • Phénomènes de légitimation et de reconnaissance des scènes culturelles francophones par l’entremise des technologies numériques (rôle de la gouvernance, des plateformes, etc.) ;

Axe 2 : Productions culturelles dans l’espace numérique francophone

  • Impacts des nouvelles technologies sur le développement des différentes expressions culturelles dans la F/francophonie ;
  • État des lieux des pratiques numériques dans la production culturelle des différentes régions de la F/francophonie artistique (Afrique de l’Ouest, Maghreb, Europe, Amériques francophones, etc.) ;
  • Nouvelles pratiques de création/production et/ou de diffusion/distribution francophones associées aux technologies numériques (en musique, cinéma, arts de la scène, arts visuels, dans les festivals, jeux vidéo, univers narratifs, interactifs et immersifs,) ;
  • Sociabilités et productions culturelles dans l’espace francophone marqué par le numérique (espaces de rassemblement et de convivialité en ligne et hors ligne ; espaces de travail et de mise en réseau – coworking, conférences, performances, streaming, etc.) ;

Axe 3 : Visibilité et découvrabilité des contenus culturels francophones

  • Dynamiques de visibilité de la F/francophonie artistique dans le monde (vecteurs de circulation dans les différentes plateformes en ligne, nouvelles collaborations et pratiques, etc.) ;
  • Découvrabilité et systèmes d’articulation des acteurs humains et algorithmiques dans les productions numériques francophones ;
  • Impact de l’intelligence artificielle sur la découvrabilité, enjeux liés aux bases de données et aux biais des algorithmes.

Modalités de participation

L’évaluation se fera sur la base de l’article complet :

  • Date butoir d’envoi de la proposition d’article :

à rif@univ-lyon3.fr 

le 15 septembre 2023

Les propositions d’article de 6 000 caractères maximum (espaces compris), accompagnées d’un CV scientifique, devront faire apparaître la problématique, la méthode, le corpus ou terrain et les éléments centraux de l’argumentation.

  • Retour des évaluations : 15 avril 2024
  • Réception du texte final : 15 juin 2024
  • Publication du numéro spécial de la Revue internationale des francophonies : avril 2025

Contact : rif@univ-lyon3.fr

Bibliographie

  • Casemajor (Nathalie) et Straw (Will), « La visualité des scènes : cultures urbaines et formes visuelles des paysages scéniques », Imaginations. Revue d'études interculturelles de l'image, 2017, vol. 7, n° 2, p. 20-37.
  • Caubet (Dominique), « De la Nayda à l’après 20 février au Maroc, écrire en darija : textes d’une jeunesse… », dans Benchenna (Abdelfettah), Bourdeloie (Hélène) et Majdouli (Zineb) (dir.), Cultures et jeunes adultes en région Méditerranée : circulations, pratiques et soft power, Paris, L’Harmattan, 2019, p. 277-298, disponible sur : https://www.academia.edu/42203395/De_la_Nayda_%C3%A0_l_apr%C3%A8s_20_F%C3%A9vrier_au_Maroc_%C3%A9crire_en_darija_textes_d_une_jeunesse_.
  • Chalaye (Sylvie), « Quelle indépendance pour le théâtre africain francophone », Africultures, 2011, vol. 1, n° 83, p. 18-29.
  • Dantas (Danilo C.), « La marque du musicien. Une proposition de canevas d’analyse », Revue musicale OICRM, 2021, vol. 8, n° 1, p. 138-147.
  • Debos (Franck) et Pélissier (Nicolas), « Scènes sur Toile. Les parcours d’artistes du spectacle vivant à l’épreuve du numérique », dans Parcours d’artistes au numérique, réseaux et création, Paris, L’Harmattan, coll. « Communication et Civilisation », 2022, p. 1-19, disponible sur : https://hal.science/hal-03520030.
  • Debov (Valéry), Glossaire du verlan dans le rap français, Paris, L’Harmattan, 2015, 450 p.
  • Guibert (Gérôme), « La scène comme outil d’analyse en sociologie de la culture », L'Observatoire, 2016, vol. 1, n° 47, p. 17-2, disponible sur : https://doi.org/10.3917/lobs.047.0017.
  • Irwin (John), "Notes on the Status of the Concept Subculture", dans Gelder (Ken) et Thornton (Sarah) (eds.), The Subculture Reader, 1997 [1970], p. 73-80. New York. Routledge.
  • Irwin (John), Scenes, Beverly Hills California, Sage, 1977, 236 p.
  • Ithurbide (Christine) et Rivron (Vassili), « Industries culturelles et plateformes numériques dans les Suds : des reconfigurations sociales et spatiales en question », Les Cahiers d’Outre-Mer, 2018, vol. 1, n° 277, p. 5-36.
  • Kaiser (Marc), « Pratiques culturelles et politiques publiques : l’approche par le concept de "scène" », Cahiers de la recherche sociologique, 2015, n° 57, p. 133-157.
  • Kouakou (Kouassi Sylvestre), « Fracture numérique : essai de définition et regard critique sur quelques stratégies déployées pour sa réduction en Afrique de l’Ouest francophone », Frontières numériques & savoir, 2015, p. 1-19, disponible sur : DOI : 10.13140/RG.2.1.5021.5842/1.
  • Kozorog (Miha) et Stanojević (Dragan), "Towards a definition of the concept of scene: Communicating on the basis of things that matter", Sociologija, 2013, vol. 55, n° 3, p. 353-374.
  • Ladouceur (Louise), « Les dramaturgies francophones du Canada », Québec français, 2009, n° 154, p. 51-55.
  • Light (Ben), Burgess (Jean) et Duguay (Stefanie), "The walkthrough method: An approach to the study of apps", New media & society, 2018, vol. 20, n° 3, p. 881-900.
  • Marcoux-Gendron (Caroline), "Review of the “Post-Pandemic' African Music Industry” Panel Session. From a Global Challenge to Local Realities", Arts Management Network, 2020, disponible sur : https://urlr.me/n1jDs, consulté le 22 avril 2023.
  • Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone, 2023, disponible sur : https://www.odsef.fss.ulaval.ca/, consulté le 25 février 2023.
  • Pauwels (Luc), "A multimodal model for exploring the material culture of digital networked platforms and their practices", dans Pauwels (Luc) et Mannay (Dawn) (eds), The Sage handbook of visual research methods, London, Sage, 2020, p. 553-573, disponible sur : https://dx.doi.org/10.4135/9781526417015.n35.
  • Rouleau (Héloïse), Nouvel essor du rap québécois : Développement numérique d’une culture en marge de l’industrie, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2019, 168 p.
  • Shank (Barry), Dissonant identities: The rock’n’roll scene in Austin, Texas, Wesleyan University Press, 2012 [1994], 294 p.
  • Straw (Will), "Scenes and Sensibilities", Public, 2001, n° 22-23, p. 245-257.
  • Straw (Will), "Communities And Scenes In Popular Music", dans Gelder (Ken) et Thornton (Sarah) (eds.), The Subculture Reader, New York, Routledge. 1997, p. 469-478.
  • Straw (Will), « Systems of articulation, logics of change: communities and scenes in popular music », Cultural studies, 1991, vol. 5, n° 3, p. 368-388.
  • White (Bob), "Franglais in a post-rap world: audible minorities and anxiety about mixing in Québec", Ethnic and Racial Studies, 2019, vol. 42, n° 6, p. 957-974.
  • Zahar (Hela), « Plateformes numériques et productions culturelle dans les États francophones », colloque international « Francophonie numérique et diversité culturelle : dynamiques centrifuges et centripètes » organisé par l'Université de Tunis et l'Institut international pour la Francophonie (2IF) de l'Université Jean Moulin Lyon 3, 28 et 29 novembre 2022, Bibliothèque nationale de Tunis.
  • Zahar (Hela), "Arabic Calligraffiti: A Political Liminal Practice in Street Art’s Visual Scene", SAUC - Street Art and Urban Creativity, 2022, vol. 8, n °2, p. 61-72, disponible sur : https://doi.org/10.25765/sauc.v8i2.606.
  • Zahar (Hela), Le calligraffiti arabe dans la culture visuelle contemporaine : tensions urbaines et circulations des images, Thèse de doctorat, Institut national de la recherche scientifique. 2018, disponible sur : http://espace.inrs.ca/7581/.
  • Zahar (Hela) et Roberge (Jonathan), « La scène comme nouvelle culture visuelle : entre effervescence urbaine, visibilité et circulation des images numériques », Cahiers de recherche sociologique, 2015, n° 57, p. 115-131.

Notes

[1] Bob White, "Franglais in a post-rap world: audible minorities and anxiety about mixing in Québec", Ethnic and Racial Studies, 2019, vol. 42, n° 6, p. 957-974.

[2] Valéry Debov, Glossaire du verlan dans le rap français, Paris, L’Harmattan, 2015.

[3] Dominique Caubet, « De la Nayda à l’après 20 février au Maroc, écrire en darija : textes d’une jeunesse… », dans Abdelfettah Benchenna, Hélène Bourdeloie et Zineb Majdouli (dir.), Cultures et jeunes adultes en région Méditerranée : circulations, pratiques et soft power, Paris, L’Harmattan, 2019, p. 277-298, disponible sur : https://www.academia.edu/42203395/De_la_Nayda_%C3%A0_l_apr%C3%A8s_20_F%C3%A9vrier_au_Maroc_%C3%A9crire_en_darija_textes_d_une_jeunesse_.

[4] Louise Ladouceur, « Les dramaturgies francophones du Canada », Québec français, 2009, n° 154, p. 51-55.

[5] Sylvie Chalaye, « Quelle indépendance pour le théâtre africain francophone », Africultures, 2011, vol. 1, n° 83, p. 18-29.

[6] Hela Zahar, Le calligraffiti arabe dans la culture visuelle contemporaine : tensions urbaines et circulations des images, Thèse de doctorat, Institut national de la recherche scientifique. 2018, disponible sur : http://espace.inrs.ca/7581/.

[7] Héloïse Rouleau, Nouvel essor du rap québécois : Développement numérique d’une culture en marge de l’industrie, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2019.

[8] Danilo C. Dantas, « La marque du musicien. Une proposition de canevas d’analyse », Revue musicale OICRM, 2021, vol. 8, n° 1, p. 138-147.

[9] Franck Debos et Nicolas Pélissier, « Scènes sur Toile. Les parcours d’artistes du spectacle vivant à l’épreuve du numérique », dans Parcours d’artistes au numérique, réseaux et création, Paris, L’Harmattan, coll. « Communication et Civilisation », 2022, p. 1-19, disponible sur : https://hal.science/hal-03520030.

[10] Ben Light, Jean Burgess et Stefanie Duguay, "The walkthrough method: An approach to the study of apps", New media & society, 2018, vol. 20, n° 3, p. 881-900 ; Luc Pauwels, "A multimodal model for exploring the material culture of digital networked platforms and their practices", dans Luc Pauwels et Dawn Mannay (eds), The Sage handbook of visual research methods, London, Sage, 2020, p. 553-573, disponible sur : https://dx.doi.org/10.4135/9781526417015.n35 ; Hela Zahar, « Plateformes numériques et productions culturelle dans les États francophones », colloque international « Francophonie numérique et diversité culturelle : dynamiques centrifuges et centripètes » organisé par l'Université de Tunis et l'Institut international pour la Francophonie (2IF) de l'Université Jean Moulin Lyon 3, 28 et 29 novembre 2022, Bibliothèque nationale de Tunis.

[11] L’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone affiche des prévisions pour 2050 où près de 90 % de la jeunesse francophone seraient africains : Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone, 2023, disponible sur : https://www.odsef.fss.ulaval.ca/, consulté le 25 février 2023.

[12] Kouassi Sylvestre Kouakou, « Fracture numérique : essai de définition et regard critique sur quelques stratégies déployées pour sa réduction en Afrique de l’Ouest francophone », Frontières numériques & savoir, 2015, p. 1-19, disponible sur : DOI : 10.13140/RG.2.1.5021.5842/1.

[13] Christine Ithurbide et Vassili Rivron, « Industries culturelles et plateformes numériques dans les Suds : des reconfigurations sociales et spatiales en question », Les Cahiers d’Outre-Mer, 2018, vol. 1, n° 277, p. 5-36.

[14] Caroline Marcoux-Gendron, "Review of the “Post-Pandemic' African Music Industry” Panel Session. From a Global Challenge to Local Realities", Arts Management Network, 2020, disponible sur : https://urlr.me/n1jDs, consulté le 22 avril 2023.

[15] John Irwin, Scenes, Beverly Hills California, Sage, 1977 ; Will Straw, « Systems of articulation, logics of change: communities and scenes in popular music », Cultural studies, 1991, vol. 5, n° 3, p. 368-388 ; Barry Shank, Dissonant identities: The rock’n’roll scene in Austin, Texas, Wesleyan University Press, 2012 [1994].

[16] Gérôme Guibert, « La scène comme outil d’analyse en sociologie de la culture », L'Observatoire, 2016, vol. 1, n° 47, p. 17-2, disponible sur : https://doi.org/10.3917/lobs.047.0017.

[17] Will Straw, "Scenes and Sensibilities", Public, 2001, n° 22-23, p. 245-257.

[18] Marc Kaiser, « Pratiques culturelles et politiques publiques : l’approche par le concept de "scène" », Cahiers de la recherche sociologique, 2015, n° 57, p. 133-157.

[19] Miha Kozorog et Dragan Stanojević, "Towards a definition of the concept of scene: Communicating on the basis of things that matter", Sociologija, 2013, vol. 55, n° 3, p. 353-374.

[20] Will Straw, "Communities And Scenes In Popular Music", dans Ken Gelder et Sarah Thornton (eds.), The Subculture Reader, New York, Routledge. 1997, p. 469-478 ; Barry Shank, op. cit.

[21] Hela Zahar et Jonathan Roberge, « La scène comme nouvelle culture visuelle : entre effervescence urbaine, visibilité et circulation des images numériques », Cahiers de recherche sociologique, 2015, n° 57, p. 115-131 ; Hela Zahar, Le calligraffiti arabe dans la culture visuelle contemporaine : tensions urbaines et circulations des images, Thèse de doctorat, Institut national de la recherche scientifique. 2018, disponible sur : http://espace.inrs.ca/7581/ ; Hela Zahar, "Arabic Calligraffiti: A Political Liminal Practice in Street Art’s Visual Scene", SAUC - Street Art and Urban Creativity, 2022, vol. 8, n °2, p. 61-72, disponible sur : https://doi.org/10.25765/sauc.v8i2.606.

[22] Barry Shank, op. cit.

[23] Will Straw, 2001, op. cit.

[24] John Irwin, "Notes on the Status of the Concept Subculture", dans Ken Gelder et Sarah Thornton (eds.), The Subculture Reader, 1997 [1970], p. 73-80. New York. Routledge.

[25] Nathalie Casemajor et Will Straw, « La visualité des scènes : cultures urbaines et formes visuelles des paysages scéniques », Imaginations. Revue d'études interculturelles de l'image, 2017, vol. 7, n° 2, p. 20-37.

[26] Ibid., p. 27.

Subjects


Date(s)

  • Friday, September 15, 2023

Keywords

  • scène culturelle, espace francophone, transformation numérique, pratique culturelle, visibilité

Contact(s)

  • Aurore Sudre
    courriel : rif [at] univ-lyon3 [dot] fr

Information source

  • Aurore Sudre
    courriel : rif [at] univ-lyon3 [dot] fr

License

CC-BY-4.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0 .

To cite this announcement

Hela Zahar, Caroline Marcoux-Gendron, « Scènes culturelles dans l’espace francophone : transformations numériques, diversité des pratiques artistiques et enjeux de visibilité », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, May 23, 2023, https://doi.org/10.58079/1b7a

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search