HomeGlossodiversité : regards croisés

HomeGlossodiversité : regards croisés

Glossodiversité : regards croisés

Colloque Jeunes chercheurs - EA 739 Dipralang

*  *  *

Published on Wednesday, May 17, 2023

Abstract

Le maintien de la glossodiversité est un sujet préoccupant dans nos sociétés et couvre de nombreux domaines, tant d’un point de vue sociolinguistique que didactique : il s’agit d’inviter les chercheurs et chercheuses à participer à une réflexion globale, orientée par l’intérêt commun sur les enjeux multiples et pressants de la préservation de la diversité linguistique dans un monde en perpétuelle mutation.

Announcement

Argumentaire

Les doctorants et doctorantes du laboratoire DIPRALANG EA 739 (Sociolinguistique, Anthropologie des Pratiques Langagières et Didactique des Langues-Cultures) ont le plaisir de vous convier à leur prochain colloque qui se tiendra les 19 et 20 octobre 2023 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Le maintien de la glossodiversité est un sujet préoccupant dans nos sociétés et couvre de nombreux domaines, tant d’un point de vue sociolinguistique que didactique : il s’agit d’inviter les chercheurs et chercheuses à participer à une réflexion globale, orientée par l’intérêt commun sur les enjeux multiples et pressants de la préservation de la diversité linguistique dans un monde en perpétuelle mutation.

Glossodiversité

Le néologisme nous vient du psycholinguiste et didacticien des langues Gilbert Dalgalian, qui alerte sur l’importance du maintien des diversités linguistiques et socioculturelles dans une vision pérenne de l’espèce humaine :

Si le maintien de la biodiversité est à terme la condition de la survie physique de l'humanité, la glossodiversité et son corollaire, la diversité intellectuelle, sont les facteurs fondamentaux de notre créativité et de nos adaptations futures, de notre aptitude même à trouver des solutions collectives aux urgences d'aujourd'hui et de demain […]. La glossodiversité et la diversité intellectuelle sont une condition sine qua non de la démocratie à inventer. Pour une civilisation qui tourne le dos à l'actuelle barbarie émergente (2013:84-85).

Dalgalian considère, avec d’autres, que la langue constitue le cœur de l’individu au-delà des notions d’appartenance à un territoire, à un État, à une religion ou à une culture. Elle est un point d’ancrage et un repère essentiel, y compris en situation de bi- ou de plurilinguisme.

Le concept reflète la construction identitaire d’une personnalité multifacette et se caractérise par la liberté et le choix. La notion de dignité, définie par l’auteur, trouve tout son sens et revient à accepter que l’Autre soit autre dans son entièreté, ce qui constitue le meilleur rempart à la protection de la démocratie. Gilbert Dalgalian nous met en garde sur un certain nombre de dérives implicites et cachées, telles que l’ostracisme anti-accents régionaux, l’effacement des langues régionales dans les programmes scolaires, le nivellement linguistique sur le plan international, qui constituent les premiers signaux d’alerte à considérer.

En outre, les notions de langue et société sont si étroitement liées qu'elles peuvent difficilement s’appréhender l'une sans l'autre : codification, classification, hiérarchisation et légitimation des langues, sont le fruit de volontés politiques et sociales qui, dans certains cas, émergent de manière conflictuelle. Ces questions complexes et ramifiées aux croisements d’enjeux culturels, politiques, identitaires ou éducationnels, sont toujours étroitement liées au développement des peuples concernés.

Le lien entretenu entre langue et société peut également être mis en perspective avec les nouveaux arrivants : il peut être intéressant de mesurer en quoi l’apport et l’influence d’autres langues et d’autres cultures peut nous aider à faire évoluer nos propres représentations identitaires et notre perception de l’intérêt porté à une société plurilingue.

Ainsi, cette rencontre scientifique se veut un espace de partage et de réflexion, autour des questions relatives à la diversité linguistique et culturelle. Nous orientons notamment nos réflexions autour des notions de langues et identités, plurilinguismes et diglossies, standardisation, langues et pouvoirs, contacts et conflits de langues, risque et conséquence du nivellement linguistique, rôle des politiques linguistiques et des pratiques éducatives ; dans une perspective de valorisation des langues-cultures, pour répondre aux enjeux de la minorisation et de l’aliénation sociolinguistique.

Axe 1. Langue(s) et identité(s)/culture(s) 

Les contributions réunies sous cet axe s’attacheront notamment à questionner les liens entre langue(s) et identité(s), à analyser les discours sur la diversité linguistique, leur origine, leur poids, les idéologies qui les sous-tendent (on se référera aux travaux de J. Costa, de M. Abdellah-Pretceille, et de P. Charaudeau, par exemple).

Les notions de représentation, d’imaginaire (Boyer 2003), de communauté ethnosocioculturelle (Blanchet 2000), nous permettent également de réfléchir au rôle de la langue dans la construction identitaire et le sentiment d’appartenance culturelle d’un individu. Par ailleurs, les oppositions identité individuelle et identité collective, identité linguistique et identité discursive proposent une analyse approfondie des éléments primordiaux qui caractérisent le concept d'identité.

De plus, les liens entre langue(s) et identité(s) pourront être envisagés sous l’angle de la conflictualité (comme nous le rappelle notamment la dimension linguistico-identitaire du conflit russo-ukrainien), ou à l’inverse, à travers le prisme des produits linguistiques issus de contacts (le cas des créoles, par exemple).

Les formes et les mises en œuvre du nationalisme linguistique trouveront ici toute leur place en tant qu’option interventionniste à travers deux orientations : l’écologie linguistique s’articulant autour d’une rhétorique orientée sur les droits de l’homme et les droits linguistiques (Nettle et Romaine 2003), et le nationalisme linguistique se construisant sur un positionnement plus identitaire (Boyer 2006).

Nous pouvons également interroger l’unilinguisme et ses conséquences quant à l’image normative et/ou discriminante autour d’une même langue, d’une même culture, du traitement de toute forme de variation sociolinguistique, de régionalisme ou de particularisme.

Enfin, dans la perspective de l’enseignement-apprentissage, et au confluent des études en sociolinguistique et en didactique, nous pouvons également nous demander dans quelle mesure la construction identitaire individuelle influence la capacité de chacun à s’approprier de nouvelles langues.

Axe 2. Langue(s) et développement(s)

Les communications répondant à ce deuxième axe analyseront plus particulièrement les articulations entre langue(s) et développement socio-économique, des individus comme des territoires : elles interrogeront la place des langues-cultures et de la glossodiversité dans la valorisation économique (emploi, tourisme, commerce), sociale (mixité, engagement collectif, cohésion sociale) et culturelle des territoires. Elles peuvent questionner les enjeux et tensions entre mobilisation sociale et économique des locuteurs-acteurs de terrain, et l’impact des cadres réglementaires -et éventuellement législatifs- en vigueur au niveau des différents échelons institutionnels (articulations entre les dispositions de par en haut et les actions de par en bas) (Léonard 2017).

Nous pouvons par exemple nous interroger sur l’utilisation de la langue et de marqueurs identitaires au cœur des stratégies commerciales et entrepreneuriales : le processus de commodification (Heller 2003, 2008), de marchandisation (Moïse 2011), qui consisteront à donner une valeur marchande à une langue en contexte économique, processus que l’on retrouve en domaine occitan à travers le prisme de micro-actes glottopolitiques (Boyer 2019) et d’une terroirisation (Alén Garabato et Boyer 2020) de la patrimonialisation ethnosociolinguistique.

De plus, au niveau de la linguistique du développement social (Agresti et Pallini 2014), nous nous intéresserons à la place des langues et des diversités socioculturelles, tant au niveau de l’individu que du collectif, et aux enjeux des patrimoines linguistico-culturels (ibid.) en contexte de développement social. Ainsi, nous pouvons nous interroger sur les dispositifs ethnosociolinguistiques de par en bas (Nettle et Romaine 2003), et leurs effets au niveau économique, notamment en termes d’emploi et de tourisme, mais aussi au niveau de la cohésion sociale, comme le montre l’exemple des écoles associatives occitanes Calandretas (Andreo-Raynaud 2022). La réflexion pourra également porter sur la place et les enjeux des langues minor(is)ées dans les médias, les arts vivants ou la littérature notamment.

Axe 3. Langue(s) et enseignement /politiques éducatives

Les contributions attendues dans le cadre de cet axe devront apporter un éclairage sur les politiques éducatives et interroger le rôle de celles-ci dans la préservation de la diversité linguistique.

Elles pourront proposer, d’une part, des réflexions glottopolitiques générales, en s’intéressant particulièrement aux regards critiques portés sur les cadres actuels, en lien notamment avec les enjeux de transmission des savoirs, l’ethnosociovitalité des langues minor(is)ées en contextes diglossiques, l’analyse des enjeux, résultats et limites des politiques éducatives en faveur de la diversité linguistique ou celles en faveur de l'homogénéisation et de la perpétuation d’une seule langue.

D’autre part, nous nous intéresserons à la place de l’école en tant qu’instrument de sauvegarde (ou bien d’effacement) des langues minor(is)ées (Burban et Lagarde 2005), et sur le rôle de la pédagogie dans la sauvegarde des langues (enseignement des langues régionales, des langues issues des migrations, conception, diffusion de matériel pédagogique plurilingue en situation de contacts de langues, littérature en langues minor(is)ées).

Pour conclure, nous nous interrogeons sur la conception, la conduite et l’analyse de dispositifs didactiques et pédagogiques valorisant la diversité linguistique et culturelle, tels que le plurilinguisme dans l’enseignement des langues, les filières bilingues ou les approches plurielles (Candellier 2007), ainsi que la didactique de l’interculturalité, l’intercompréhension, l’éveil aux langues et à leur diversité.

Soumettre une contribution

En ligne uniquement : https://cjc-dipra2023.sciencesconf.org/

avant le 11 juin 2023.

Les propositions de communication doivent être anonymes et feront apparaître la problématique traitée, le cadre méthodologique, le corpus sur lequel s'appuie l'argument, et les éventuels résultats escomptés. Le cadre théorique sera précisé et une courte bibliographie est attendue.

Les propositions doivent être déposées en ligne (onglet : Nouveau dépôt) avant le 11 juin 2023.

Présentation de 20 minutes suivie de 10 minutes d'échanges et de questions.

Une communication peut faire l'objet d'une présentation à deux ou trois intervenants.

La langue du Colloque est le français.

Frais d'inscription : 75 €.

Comité scientifique

  • Alén Garabato Carmen, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Andreo-Raynaud Grégoire, Université d'Aix-Marseille (France)
  • Boyer Henri, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Chachou Ibtissem, Université de Mostaganem (Algérie)
  • Costa James, Université Sorbonne Nouvelle Paris (France)
  • Djordjevic Ksenija, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Erhart Pascale, Université de Strasbourg (France)
  • Escudé Pierre, Université de Bordeaux (France)
  • Gardies Patricia, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Gasquet-Cyrus Médéric, Université d'Aix-Marseille (France)
  • Kostov Jovan, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Lang Elodie, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Ledegen Gudrun, Université Rennes 2 (France)
  • Léonard Jean-Léo, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Mortamet Clara, Université Jean Monnet Saint Etienne (France)
  • Panckhurst Rachel, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Pivot Bénédicte, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Prieur Jean-Marie, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Sauzet Patrick, Université Toulouse Jean Jaurès (France)
  • Scetti Fabio, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)
  • Siouffi Gilles, Lettres Sorbonne Université (France)
  • Volle Rose-Marie, Université Paul Valéry Montpellier 3 (France)

Références bibliographiques

ABDELLAH-PRETCEILLE, Martine,1991. « Langues et identités culturelles ». Enfance. Tome 45, n°4, p. 305-309.

AGRESTI, Giovanni et PALLINI, Silvia, 2014. « Minorités linguistiques et développement local ». Cultures régionales, développement économique. Des ressources territoriales pour les économies régionales. L’Harmattan, Paris, p. 201-218.

ALÉN GARABATO, Carmen et BOYER, Henri, 2020. Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques contre substitution. Lambert-Lucas, Limoges. 

ANDREO-RAYNAUD, Grégoire, 2023. Apprendre l’occitan, promouvoir le patrimoine. L’Harmattan, Paris.

BLANCHET, Philippe, 2000. La linguistique de terrain. Méthode et théorie : Une approche ethno-sociolinguistique. Presses Universitaires de Rennes. 

BOYER, Henri, 2003. De l’autre côté du discours. Recherches sur les représentations communautaires. L’Harmattan, Paris.

BOYER, Henri, 2006. « Le nationalisme linguistique : une option interventionniste face aux conceptions libérales du marché des langues ». Noves SL, revista de sociolinguistica. Tardor-Hivern, Barcelona, Secretaría de Política lingüística, Generalitat de Catalunya. 

BOYER, Henri, 2023. « Langue minor(is)ée, “langue désirée” ? Sur les dénominations d’entreprises et de produits agro-alimentaires en langue occitane au XXIe siècle : microactes glottopolitiques contre substitution ethnosociolinguistique ». Desired Language. Languages as objects of national ideology (XI Col·loqui Internacional «Problemes i Mètodes d’Història de la Llengua»: La llengua desitjada, Universitat de Girona, 25-28 de juny de 2019). Francesc Feliu ed., John Benjamins Publishing Co.

BURBAN, Chrystelle et LAGARDE, Christian (éd.), 2005. L’école, instrument de sauvegarde des langues menacées ?  PUP, Perpignan.

CANDELIER, Michel (coord.), 2007. À travers les Langues et les Cultures, Cadre de Référence pour les Approches Plurielles des Langues et des Cultures (CARAP). Conseil de l’Europe.

CHARAUDEAU, Patrick, 2001. « Langue, discours et identité culturelle ». Éla. Études de linguistique appliquée. 2001/3-4 (n° 123-124), p. 341-348.

COSTA, James, 2015. « Toute langue est-elle marchandable ? Vendre le gaélique ou l’écossais dans l’Écosse actuelle ». La Bretagne Linguistique. Centre de Recherche Bretonne et Celtique 19, p. 1-10.

DALGALIAN, Gilbert, 2013. « La Glossodiversité, prolongement de la biodiversité chez Homo Sapiens ». Éducation et sociétés plurilingues. N° 35, p. 81‑85.

DALGALIAN, Gilbert, 2020. Présent et avenir des langues : une question de civilisation. Lambert-Lucas, Limoges.

HELLER, Monica, 2003. « Globalization, the new economy, and the commodification of language and identity ». Journal of Sociolinguistics. Vol. 7/4, p. 473-492.

LÉONARD, Jean Léonard, 2017. « Écologie (socio)linguistique : évolution, élaboration et variation ». Langage & Société. N° 160-161, p. 267-282.

MOÏSE, Claudine, 2011. « L’économie mondialisée et le tourisme : un domaine à explorer pour la sociolinguistique francophone ? ». Mondes du tourisme. N° 4, p. 4‑17.

NETTLE, Daniel et ROMAINE, Suzanne, 2003. Ces langues, ces voix qui s’effacent. Éditions Autrement, Paris.

Places

  • Route de Mende
    Montpellier, France (34)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Sunday, June 11, 2023

Keywords

  • glossodiversité, politique linguistique, sociolinguistique, identité, développement, patrimonialisation

Contact(s)

  • Caroline Calvet
    courriel : caroline [dot] calvet [at] univ-montp3 [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Caroline Calvet
    courriel : caroline [dot] calvet [at] univ-montp3 [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Glossodiversité : regards croisés », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, May 17, 2023, https://doi.org/10.58079/1b7g

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search