HomeSémiotique du design et environnement(s)

HomeSémiotique du design et environnement(s)

*  *  *

Published on Monday, June 05, 2023

Abstract

Nous voulons aborder dans ce colloque la question du sens et des significations portées par le design, un design qui s’adresse à l’homme et qui communique avec ses facultés et sens visuel, olfactif, gustatif, auditif et tactile, par le biais des signes afin de le motiver à réagir et à s’investir dans un système environnemental plus ou moins ouvert. Le design devient alors, producteur de sens à partir du moment où le processus de stimulation (par les signes) et de réaction (psychomotrice) s’accomplisse. Toutefois, ce processus semble complexe vu que le sens ne peut avoir de signification indépendamment du système sensoriel environnemental dans lequel il né et évolue en fonction de nos acquis et compétences.

Announcement

Argumentaire

L’être humain ne peut être isolé de son environnement et de son cadre de vie spatio-temporel. C’est le fondement même de son existence. Un environnement qui va lui apporter la sécurité, lui assurera un cadre de travail et un lieu d’épanouissement mais surtout un environnement pour « […] penser pleinement les interrelations constitutives du sens en tant que tenir ensemble, pour questionner le maillage, le tissu, le tissage, entre « tout ce qui est » en co-présence et faire la critique des visées qui fondent l'agir humain, des visées éthique, sémiotique, pragmatique… »[1]. En établissant ces liaisons concrètes, l’être stimulé, décide, réagit et s’engage dans un processus de construction de sens, de connexion et de communication qui alterne les capacités sensorielles de l’individu et l’entité environnementale qu’elle soit matérielle ou immatérielle.

Les études sémiotiques qui se définissent comme étant les études de signes et de leurs significations (construction du sens, sa communication et sa perception en référence avec la  sémiotique pragmatique de Charles Sanders Peirce) (Cometti, 2010) sont, dans ce cas, d’une grande utilité  en se présentant comme un outil d’analyse de l’environnement matériel et immatériel comme le confirme le professeur Bernard Darras : « le grand enjeu de tout processus sémiotique, qu’il soit ordinaire ou savant, consiste à traiter les informations qui proviennent de notre environnement afin de les intégrer dans nos actions présentes et futures en fonction de nos représentations et actions du passées »[3] . Ainsi, cet outil d’analyse, permet au designer de bâtir une connaissance approfondie des différentes entités composant le système environnemental qui vont entrer en interaction avec son éventuelle création. Mais aussi, les études sémiotiques se présentent comme un outil avant-gardiste qui permet au designer de produire « efficacement » en se concentrant, en amont du processus de conception sur la signification et la fonction de stimulation des signes provenant de l’éventuel produit. 

Le temps où le design est considéré comme le moyen d’apporter des solutions aux problèmes centrés sur l’individu semble dépassé. En effet, durant cette dernière décennie, la recherche scientifique a démontré que le design déborde la sphère humaine pour considérer les interactions permanentes entre l’individu et son environnement devenant ainsi non pas le « Design créateur de solutions » pour combler des manques mais le « Design créateur de sens » pour réorienter potentiellement l’expérience que nous pouvons en faire. Dans ce cas, le designer doit soulever « les contraintes qui lui sont liées »[4] et dépasser l’idée verticale et linéaire de se focaliser sur le produit, il doit avoir « [...] sens aigu des responsabilités morales et sociales, et une connaissance plus approfondie de l’homme ; le public, quant à lui, doit parvenir à une perception plus fine du processus de design »[5]. Désormais, il est appelé à adopter une stratégie de réflexion systémique en se concentrant sur la force du système des signes émanant de ce produit. Ces signes indispensables au processus de communication devraient atteindre les sens les plus profondes de l’individu pour que ce dernier s’engage sensiblement dans ses activités. Dans ce cas, il ne s’agit pas de réagir aux signes stimulants interdépendants mais de vivre une expérience orchestrée par les signes émergents et leurs milieux. Yves Michaud précise de même que le design, en ne se réduisant plus aux objets, a évolué vers un design d’expérience, autrement dit « qu’il opère sur la totalité des vécus qui constituent une expérience – expérience d’un lieu, expérience d’une ambiance, expérience d’un ensemble de sensations conditionnées »[6].

Partant du principe que le design a pour rôle de régénérer du sens, une rencontre entre design et sémiotique ne pouvait mieux trouver son lieu d'élection qu'en mettant en liaison perception/conception des espaces, pratiques, transitions ; autrement dit avec la sémiotique, qui, par définition, est une discipline constructive. Ainsi, il semble que nous ne pouvons pas parler d’un projet design réussi ou abouti indépendamment de l’étude sémiotique correspondante. Cette évolution dans la pensée « Design du sens »[7] qui trace un chemin évolutif, apporte de la maturité à cette discipline et lui offre une meilleure flexibilité face aux mutations perpétuelles des systèmes qui interagissent avec le devenir expérientiel de l’individu et des communautés. Parmi les mutations les plus marquantes ces dix dernières années, nous trouvons la crise écologique et dévastatrice dans certains endroits du globe qui mettent les designers, conscients et responsables, en quête de solutions éthiques moyennant avec l’approche du Design du vivant. Aujourd’hui, il est question de faire confluer les attentions du design, de la philosophie à propos du vivant et de la sémiotique ; pour affronter l’Anthropocène. Idée prise de nouveau par Alessandro Zinna éclairant que l’innovation se reporte à l’idée de l’essor et à la théorie du positivisme dont nous devons échapper ; disant : « Il faut faire du design des urgences et passer du projet au scénario qui permet de mieux appréhender la complexité et l’imprévisibilité »[8]. Pour prévoir l’ère post-anthropocène, il s’avère nécessaire de projeter un design centré humain dans la voix d’un design centré vivant. Entre risques et urgences, et en dehors des soucis écologiques, les mutations environnementales, se perçoivent largement dans le développement démographique des villes impliquant les nouvelles constructions et solutions architecturales ou encore le développement technologique modifiant les états d’esprit et les comportements civiles, les voix et la vitesse de la communication, les intérêts et les pratiques de consommation et même l’identité culturelle. Dans ce cadre de disparité et de dissemblance, nous nous interrogeons sur l’importance attribuée à l’altérité dans une sémiotique de la communication visuelle ? Comment désigner les configurations de l’altérité ? Quelles sont les contrastes et les contraintes sensorielles et significatives déduits ? Par la primauté concédée à la perception, le système sémiotique procure-t-il réactions corporelles, empathie, co-motion d’où mutation ? A travers toutes ces questions, nous visons définir la pertinence de cette notion dans l’étendu de la sémiotique visuelle et du design.

Ce glissement conceptuel et tous ces changements cognitifs ne peuvent être mis à l’écart vu qu’ils constituent un contexte environnemental de l’individu sans précédent et par conséquence de la création en design, « [...] qui un sens nouveau en se dégageant de la pure production d’objets, absorbant les notions de signe, besoins et discours social »[9]. Entre société, communauté et individu le design s’expose, se met en vue, s’étale, se présente, s’offre à la vue, se fait voir et se donne à voir. C’est ce que André Desvallées, Martin Shärer et Noémie Drouguet désignent processus de visualisation : « Que ce soit par l’évocation en partant de l’objet ou par la visualisation en partant de l’idée, c’est un processus plus englobant que la simple ostension ou la simple perception visuelle. Ce processus n’implique pas seulement le fait de montrer (la monstration), car il inclut donc aussi l’explication ou l’interprétation […] »[10]. Cette perspective de raisonnement repense les outils de data-visualisation, les évidences des attitudes communicationnelles et propose de nouvelles voies interrogeant design et sémiotique.

Dans ce contexte de transition, le designer adapte ses idées qu’il injecte dans l’environnement qui, à chaque fois, incite les individus à entrer dans un nouveau processus d’apprentissage, d’intégration et d’adaptation. Dans ce cas, les croyances et les coutumes évoluent ou bien laissent la place à l’émergence de nouveaux comportements (Belkhamsa et Darras, 2009[11]).

La création en design joue un rôle incontestable dans la dynamique du système culturel des sociétés (au sens de Walter Benjamin). D’ailleurs, la culture est loin d’être figée, et est apte aux altérations, d’où son caractère mouvant. Son analyse comme signe appuie cette idée : « la culture étant faite (créée, produite, fabriquée), il est aussi possible de la défaire, c’est-à-dire de la faire autrement, et tel est bien l’objectif des cultural studies[12] »[13]. Ainsi, le designer véhicule des valeurs et se place comme médiateur entre la société et la culture.

Une telle réflexion globale de son propos positionne le designer en plein centre d’un processus relationnel faisant de lui, par définition, un médiateur culturel, au préalable, et un concepteur par la suite. Dans cette hypothèse, la théorie de médiation sémiotique de Bartolini Bussi et Mariotti (2008) telle qu’elle est définie par Vygotsky, « [] semble fournir un moyen très convenable et très puissant pour interpréter le processus cognitif relatif au lien entre l’usage des outils et la construction de signifiés »[14].

L’extension des études sémiotiques aux environnements véhicule des solutions pragmatiques et  permettent une meilleure connaissance des besoins, des plans d’action et des perspectives des sociétés d’aujourd’hui. L’importance et le rôle des études sémiotiques se confirment de plus en plus. Pour une meilleure efficacité, n’est-il pas possible de les intégrer dans différents domaines d’analyse, de communication et d’apprentissage ? N’est –il pas possible qu’une analyse sémiotique devienne une attitude de réflexion systémique intéressante au développement scientifique mais que nous pourrons même exposer et adopter dans les stratégies pédagogiques d’enseignement ? Quels liens pouvons-nous tisser entre ingénierie sémiotique et design des corpus pédagogiques ? Quant à l’enseignement du design, n’est-il pas essentiel de considérer les études sémiotiques comme étape essentielle de la méthodologie du travail dans un projet en design ? Ces interrogations et d’autres ouvrent la voie pour un long débat.

Le présent appel à contribution s’intéresse à la sémiotique du design et propose les axes de recherche suivants :

1. Études culturelles, sémiotique et médiation

2. Stratégies et Anthropocène pour le design du vivant

3. Sémiotique urbaine et design de l’environnement

4. AI, datavisualisation et méta-design

5. Enseignement du design et ingénierie pédagogique

Calendrier

  • Ouverture de l’appel à communication : 25 Mai 2023
  • Soumission d’un article en « Short form» avant le : 10 Juin 2023
  • Notification d’acceptation/ révision : 01 Juillet 2023
  • Date limite d’envoi de la présentation de la communication orale : 10 Juillet 2023
  • Tenue du colloque : du 26 au 28 Juillet 2023

 

Modalités de participation

Concernant l’article « Short form» :

  • L’article « Short form» doit être en format Word.
  • Il doit indiquer à la première page les coordonnées du proposant (nom, prénom, institution d’appartenance, adresse électronique et numéro téléphonique).
  • La page suivante doit rester anonyme et présenter dans l’ordre : l’intitulé de l’axe de recherche choisi, le titre et le texte (entre 15.000 et 17.000 signes au total).
  • Une bibliographie d’orientation, entre 5-10 titres, sera ajoutée à la fin de l’article « Short form».
  • Adresse d’envoi : assotaktic@gmail.com. 

Concernant la présentation de la communication orale :

  • Le titre de la présentation doit être identique à celui de l’article « Short form».
  • La durée des interventions est de 20 minutes + 10 minutes de questions.
  • Les langues acceptées sont le français et l’anglais.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter Mme Salma Zouaghi à l’adresse mail : salma.zouaghi@gmail.com

Le colloque comportera 18 interventions réparties comme suit :

  • Le 26 juillet 2023 : Après midi, 4 intervenants.
  • Le 27 juillet 2023 : Matin, 5 intervenants / Après-midi, 4 intervenants.
  • Le 28 juillet 2023 : Matin, 5 intervenants.

Le planning du colloque sera disponible à l’adresse FB de l’association scientifique: https://www.facebook.com/takticassociation

La publication des actes est prévue dans l’année en cours.

Responsables du colloque

  • Dr. Salma Zouaghi
  • Dr. Wiem Cheikhrouhou 

Comité Scientifique

  • Imen BEN YOUSSEF. Pr.-École de Design. Faculté de l’aménagement. Univ. Montréal
  • Bernard DARRAS. Pr Émérite- Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Ikbel CHARFI. Pr.-ISAMS. Univ. Sfax
  • Martin BEAUREGARD. Pr.-Univ. UQAT
  • Jonathan HOPE. Pr.-Univ. UQAM
  • Salma ZOUAGHI. Dr. Arts. M.A.-ISBAS. Univ. Sousse
  • Baya HBAIEB. Dr. Design. M.A.-ISBAT. Univ. Tunis
  • Wiem CHEIKHROUHOU. Dr. Design. M.A.-ISAMS. Univ. Sfax

Comité d’organisation

  • Dr. Ahlem Ben Abdessalem
  • Dr. Asma Abbessi
  • Dr. Malek Nouri
  • Dr. Nawel Belghith
  • Dr. Hela Ben Moallem
  • Doctorante Sihem Kammoun

Bibliographie

  • [1]PIGNIER, Nicole. Le Sens au cœur des dispositifs et des environnements. Sous la direction de Eleni Mitropoulou. Edition  Connaissances & savoir, 2018. 276p.
  • [2]Système ouvert : pour dire un système qui interagit en permanence avec son environnement.
  • [3] Darras, B. (2006). L’enquête sémiotique appliquée à l’étude des images. Présentation des théories de C.S. Peirce sur la signification, la croyance et l’habitude. In L’image entre sens et signification. Dir. Beyart-Geslin, A. Collection Esthétique- série images analyse, Publication de la Sorbonne, p.13.
  • [4] BEYAERT-GESLIN, Anne (1979). Sémiotique du design. CollectionFormes Sémiotiques. Edition PUF, 2012. 243p.
  • [5] PAPANEK, VICTOR (2021). Design pour un monde réel. 431p.
  • [6] MICHAUD, Yves. Milieu, ambiance, atmosphère : nouveaux regards sur l’expérience. Chapitre IV. In  « L’art, c’est bien fini », pages 79 à 97.
  • [7] GIRARD, Marie. Le Design du Sens : créer des contenus pour réussir l'expérience utilisateur (UX). Edition
  • Hermann, 2021. 230p.
  • [8]KAMOUN, Emna(2021).Design, sémiotique et philosophie face à l’Anthropocène. In colloque médiations sémiotiques, Nîmes 5-7 juillet 2021. Publié le 1 Octobre 2021. Disponible sur : https://strateresearch.com/2021/10/01/design-semiotique-et-philosophie-face-a-lanthropocene/. (Consulté le 27/04/2023).
  • [9] DE BEAUMONT, T. (1996). Design (Étymologie). Dans A. Barré-Despond (dir.), Dictionnaire international des arts appliqués et du design (p. 157). Paris, France : Éd. du Regard.
  • [10] DENIS, Michel. (2019). La psychologie cognitive. Éditions de la Maison des sciences de l’homme..
  • [11] DARRAS, B. et BELKHAMSA, S. (2009).Objets et communication. Paris, France: L'Harmattan.
  • [12] MATTELART, A. et NEVEU, E. (2003). Introduction aux Cultural Studies. Paris, France : La découverte.
  • [13] BAETENS, Jan. Mon Grand Tour en sémiotique. La sémiotique vue depuis les cultural studies. In Signata, Annales des sémiotiques n°2. p. 155-166. Disponible sur : https://journals.openedition.org/signata/642?fbclid=IwAR0ZgWviTJNjnWG6ISNBHgpnY1myR6TpSGAPjXYzE91IL-scHjf5etEnalo. (Consulté le 11/avril/2023). 
  • [14] FALCADE, Rossana. Théorie des Situations, médiation sémiotique et discussions collectives dans desséquences d’enseignement qui utilisent Cabri-géomètre et qui visent à l’apprentissage des notions defonction et graphe de fonction. Mathématiques [math]. Université Joseph-Fourier - Grenoble I, 2006. Disponible sur : https://theses.hal.science/file/index/docid/85202/filename/These.pdf. (Consulté le 28/04/32023).

Places

  • Hammamet, Tunisia (3002)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Wednesday, July 26, 2023
  • Thursday, July 27, 2023
  • Friday, July 28, 2023

Keywords

  • design, art, semiotique, environnement, pensée, métavisualisation

Contact(s)

  • TAKTIC Association
    courriel : assotaktic [at] gmail [dot] com

Information source

  • Salma Zouaghi
    courriel : salma [dot] zouaghi [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Sémiotique du design et environnement(s) », Call for papers, Calenda, Published on Monday, June 05, 2023, https://doi.org/10.58079/1ba7

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search