HomeJouer et déjouer le masculin et le féminin : acteur·rices et fabrique du genre

HomeJouer et déjouer le masculin et le féminin : acteur·rices et fabrique du genre

*  *  *

Published on Thursday, July 13, 2023

Abstract

En France, les chercheur·euses en cinéma et audiovisuel travaillant dans une optique gender ont de manière privilégiée envisagé acteurs et actrices à travers la figure de la star, en interrogeant les significations de sa persona dans un contexte socio-culturel spécifique. Ce dix-huitième numéro de la revue Genre en séries : Cinéma, télévision, médias propose de déplacer ce questionnement vers l’acteur·ice comme interprète et comme collaborateur·ice de création afin de mettre au jour sa contribution à la fabrique ou à la déconstruction du genre. Cette exploration pourra autant s’appuyer sur des analyses formelles d’œuvres spécifiques que sur l’investigation de leur processus de production et de réception.

Announcement

Coordination du numéro 

Fanny Beuré (2L2S – Université de Lorraine) et AlexandreMoussa (IRCAV – Université Sorbonne Nouvelle)

Argumentaire

Dans son célèbre ouvrage Trouble dans le genre, Judith Butler prenait ses distances avec le féminisme essentialiste en faisant l’hypothèse de la nature performative du genre, qu’elle décrivait comme la « répétition stylisée d’actes » simulant l’existence préalable d’une essence (Butler, 1990). Cette répétition garantit habituellement la cohérence et la stabilité du genre ; mais dans les discontinuités générées par la réitération imparfaite de ces actes naîtrait la possibilité de sa subversion critique. En témoigne par exemple son analyse des performances drag des protagonistes de Paris is Burning (Jennie Livingston, 1990) dans son ouvrage suivant, Ces corps qui comptent, qui montre que ces dernières procèdent à la fois d’une forme de subversion et de réaffirmation des normes dominantes de genre, de race et de classe (Butler, 1993).

Une telle perspective semble précieuse pour renouveler la recherche sur les figures de l’acteur·ice de cinéma, de télévision et de théâtre et, plus généralement, de l’artiste performer. En France, les chercheur·euses en cinéma et audiovisuel travaillant dans une optique gender ont de manière privilégiée envisagé acteurs et actrices à travers la figure de la star, en interrogeant les significations de sa persona dans un contexte socio-culturel spécifique (Gauteur et Vincendeau, 1993 ; Le Gras, 2010 ; Sandeau, 2022). Ce numéro propose de déplacer ce questionnement vers l’acteur·ice comme interprète et comme collaborateur·ice de création afin de mettre au jour sa contribution à la fabrique ou à la déconstruction du genre. Cette exploration pourra autant s’appuyer sur des analyses formelles d’œuvres spécifiques que sur l’investigation de leur processus de production et de réception. Dans une perspective transdisciplinaire, les contributions seront susceptibles de porter sur des objets divers et de mobiliser des approches variées :

Études actorales et analyse du jeu

L’analyse de la performance actorale pourra être mobilisée comme outil critique permettant de mettre au jour la nature performative du genre dans des performances en apparence cohérentes de masculinité (Vincent Cassel, Niels Arestrup, Jeff Bridges) ou de féminité (Fanny Ardant, Leonor Silveira, Julianne Moore) hégémoniques en distinguant les « actes » qui les constituent : gestes, maniérismes vocaux, etc. On pourra également s’intéresser à des performances de genre en apparence moins normées (Vincent Lacoste, Denis Podalydès, Olivia Colman, Anjelica

Huston, Barbra Streisand) ou qui interrogent les points de jonction entre genre et classe sociale (Émilie Dequenne, Tom Courtenay), âge (Charlotte Rampling, Sônia Braga, Jean-Paul Roussillon), ethnicité (Sandra Oh, Alex Descas), sexualité (Adèle Haenel, Rupert Everett), etc. Il sera également possible de proposer des analyses d’interprétations actorales qui, de par leur nature ostentatoirement artificielle (Lesley Ann Warren dans Victor Victoria, Delphine Seyrig dans Les Lèvres rouges, Dwayne Johnson et Zac Efron dans Baywatch) ou leur exploration d’espaces liminaires entre masculin et féminin (Tilda Swinton, Nicolas Maury, Tim Curry), remettent en cause la bipartition des genres.

Approches génétiques et analyse des processus de production

D’autres contributions seront susceptibles de mettre en évidence comment des décisions créatives prises par et autour de l’acteur·ice participent à produire les images genrées à l’écran. Les propositions pourront par exemple retracer les transformations imposées aux stars, féminines comme masculines, dans le cinéma classique ou contemporain. Il sera également possible de réaliser des entretiens avec des comédien·nes pour comprendre par quels choix conscients ou non d’interprétation iels peuvent résister à des emplois stéréotypés – comme le fait Susan Kobloch dans son article « Helen Shaver: Resistance through Artistry » (Krämer & Lovell, 1999).

Études de réception

Ces propositions étudieront la manière dont les publics s’approprient ces performances, les reproduisent, les reconduisent ou les déstabilisent. Les pratiques performatives de fans susceptibles d’être analysées sont tout aussi bien celles qui prennent la forme spectaculaire du cosplay (Winge, 2018) ou celles qui s’inscrivent dans le quotidien et passent par les manières de s’habiller ou de se comporter, comme c’est le cas de certaines des spectatrices britanniques analysées par Jackie Stacey dans son étude pionnière, Star Gazing : Hollywood Cinema and Female Spectatorship (Stacey, 1994).

Modalités de contribution

Les articles soumis ne doivent pas avoir fait l’objet de publication dans une autre revue, un ouvrage ou des actes de colloque. Les propositions veilleront à expliciter et justifier l’approche disciplinaire et/ou méthodologique.

Rédigées en français ou en anglais, les propositions seront composées d’un argumentaire d’une longueur de 500 mots minimum (800 maximum), une courte notice biographique et une bibliographie indicative sont à envoyer à fanny.beure@univ- lorraine.fr et alexandre.moussa@sorbonne-nouvelle.fr en mettant la revue en copie (genreenseries@gmail.com)

avant le 1er octobre 2023.

Une réponse sera donnée d’ici le 15 décembre 2023. Les articles devront être rendus pour le 30 avril 2024. Ils seront ensuite soumis à une expertise en double aveugle pour une publication prévue au printemps 2025.


Date(s)

  • Sunday, October 01, 2023

Keywords

  • jeu de l'acteur, genre, cinéma

Contact(s)

  • Alexandre Moussa
    courriel : alexandre [dot] moussa [at] sorbonne-nouvelle [dot] fr

Information source

  • Alexandre Moussa
    courriel : alexandre [dot] moussa [at] sorbonne-nouvelle [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Jouer et déjouer le masculin et le féminin : acteur·rices et fabrique du genre », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, July 13, 2023, https://doi.org/10.58079/1bkf

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search