HomeRe-situer et restituer Haïti. Nouvelles connexions

HomeRe-situer et restituer Haïti. Nouvelles connexions

*  *  *

Published on Monday, July 24, 2023

Abstract

« Dire Haïti et sa littérature autrement, c’est se demander, à travers les mots de ses écrivains et de ses écrivaines, quel éclairage peut apporter aujourd’hui au monde francophone, sinon au monde tout court, l’expérience haïtienne » déclara l’écrivaine haïtienne Yanick Lahens dans sa leçon inaugurale de la chaire annuelle des Mondes Francophones (2018-2019) au Collège de France. Ce colloque s’inscrit, à l’instar du propos de Lahens, dans une urgence de dire Haïti autrement. Urgence de « dire » et « autrement » pour tenter de sortir le pays de l’économie à la fois du silence et de la diffamation qui entoure le discours sur lui depuis le succès de la révolution haïtienne qui abolit l’esclavage et mit fin au colonialisme français sur l’île caribéenne.

Announcement

Argumentaire

« Dire Haïti et sa littérature autrement, c’est se demander, à travers les mots de ses écrivains et de ses écrivaines, quel éclairage peut apporter aujourd’hui au monde francophone, sinon au monde tout court, l’expérience haïtienne » déclara l’écrivaine haïtienne Yanick Lahens dans sa leçon inaugurale de la chaire annuelle des Mondes Francophones (2018-2019) au Collège de France. Ce colloque s’inscrit, à l’instar du propos de Lahens, dans une urgence de dire Haïti autrement. Urgence de « dire » et « autrement » pour tenter de sortir le pays de l’économie à la fois du silence et de la diffamation qui entoure le discours sur lui depuis le succès de la révolution haïtienne qui abolit l’esclavage et mit fin au colonialisme français sur l’île caribéenne.

Le silence, théorisé par l’anthropologue Michel-Rolph Trouillot dans son livre Silencing the past (1995), présent de façon plus manifeste dans les rapports d’Haïti avec la France se dévoile, entre autres, par une absence notoire de l’histoire haïtienne dans l’histoire française – la révolution haïtienne reste encore le tabou qu’un infime nombre de manuels scolaires français osent subrepticement braver (Brière 2017) – et par une prise en compte précaire de la littérature haïtienne dans l’enseignement général des lettres (Chemla 2019). La diffamation quant à elle peut être perçue historiquement à travers les rapports des métropoles coloniales qui évoquent les contorsions révolutionnaires à Saint-Domingue dès les premiers moments de la révolte des esclaves caractérisée par sa «sauvagerie» (Middelanis 1996, Hurbon 2009) et la littérature, notamment dans la littérature états-unienne blanche du XIXe siècle qui peint Haïti comme le berceau de l’obscurité et de la barbarie (Dash 2016). La diffamation est également perceptible au présent dans les médias (Saint-George 2017). On observe ainsi une réactualisation du regard colonial par une représentation qui tente d’enfermer le pays dans les extrêmes entre “carte postale” et “cauchemar” (Lahens 2021), de reproduire les stéréotypes de l’anti-haïtianisme[1] et d’ignorer les enjeux géopolitiques et économiques qui vont à la rencontre de la situation actuelle en Haïti. Malgré une augmentation importante depuis les années 2000 –le haitian turn (Joseph 2012, Bandau 2013) – des études sur Haïti et sa littérature et un nouvel intérêt marqué à l’ère des études postcoloniales, on est encore loin d’un regard et d’une politique décolonisés sur le pays. Le silence et la représentation problématique d’Haïti, que la France partage avec d’autres puissances de ce monde, situe le pays au loin, le confine dans son espace insulaire et isolé, presque de l’autre côté de l’humanité (modernité, cf. Mignolo 2011). Il s’établit là une distance factice qu’il convient de désamorcer.

Les publications récentes qui abordent la question tout autant passée sous silence de la “dette” de l’indépendance, (cf. Henochsberg 2016; Dorigny et al. 2021; Gamio et al. 2022) et le colloque « Haïti : littérature et civilisation » (2019) au Collège de France précédé quelques mois plus tôt par la leçon inaugurale de Yanick Lahens mais aussi les références récurrentes à la révolution haïtienne dans le dernier blockbuster “Black Panther: Wakanda forever” (cf. Haitian Times 2022; Varsity 2022), sont des pas qui témoignent dudit désamorçage déjà en cours. Cette évolution passe par les études littéraires et culturelles, ainsi que par des productions artistiques qui non seulement repositionnent Haïti dans l’histoire globale mais touchent également à la question de la restitution.

Suivant cette perspective, notre colloque tente de re-visiter le rôle d’Haïti et sa civilisation dans l’histoire et au présent, de questionner les angles sous lesquels ils sont souvent présentés et d’ainsi faire “habiter” le pays reprenant là le mouvement de pensée qui traverse la contribution de Laënnec Hurbon au colloque du collège de France et qui a inspiré le Festival Haïti-Monde de 2022 à Paris. Pour ce faire, ce colloque s’intéresse à la situation d’Haïti dans les Amériques, notamment dans l’espace caribéen, mais aussi à ses liens avec d’ autres espaces dans le monde comme l’Afrique, le Moyen-Orient ou l’Europe (p. ex. avec l’Allemagne, cf. Pestel 2019). Il aspire à re-penser la situation d’Haïti et de la littérature haïtienne afin de placer Haïti et l’étudier dans un contexte plus pertinent pour la complète considération de ses complexités historiques, politiques, linguistiques et littéraires. Le colloque cherche aussi à questionner les circulations, connexions et influences de cette première littérature anticoloniale en se penchant sur son rôle dans l’espace littéraire d’aujourd’hui et d’une littérature-monde (Le Bris 2007) à venir. Il n’est pas ici question d’étudier « l’apport » d’Haïti comme s’il s’agissait d’un simple objet d’étude, mais bien d’évoquer ses connexions, ses relations et par conséquent la façon dont il participe à l’espace historique, littéraire et politique de la France, de la Caraïbe, des Amériques et du monde.

Ce colloque se veut pluridisciplinaire. L’on souhaiterait associer les travaux de chercheurs en histoire, en sciences sociales, en littérature, en études culturelles et cinématographiques. Le colloque s’organise autour de deux idées directrices : la re-situation et la restitution d’Haïti qui sont donc les grands axes dans lesquels doivent s’inscrire les propositions de communications.

Axe I : Re-situer Haïti

Cet axe problématique approche Haïti comme un agent de l’histoire mondiale (cf. Boucheron 2017). Il s’agit ici de penser Haïti avec ses connexions multidirectionnelles, complexes et torturées afin de mettre en question les récits d’isolation et d’insularité (Wargny 2008) et de rendre plus visible son influence. Cette dernière pourrait être étudiée d’une part sur les plans littéraire et philosophique pour mettre en lumière la participation d’Haïti et des Haïtiens à l’ évolution des idées et des lettres et d’autre part sur le plan historique. Néanmoins, cet axe ne se restreint pas à la re-situation d’Haïti dans le passé, mais il se propose au même titre de décrire ses relations (géo)politiques et économiques contemporaines, par exemple en abordant les interférences entre politique nationale et relations internationales, en analysant les interventions des puissances globales dans la politique nationale ou en étudiant les liens d’Haïti avec d’autres États.

Les propositions dans cet axe pourront s’organiser autour, mais pas uniquement, des perspectives de discussion suivantes :

  • Pratiques artistiques des luttes mémorielles et identitaires, la littérature et l’art haïtiens comme espace de performance de ces luttes ;
  • Tracé des impacts de la pensée et de la littérature haïtiennes dans les études post-et de-coloniales ;
  • Étude du monde et des questions de mondialisation à partir du cas d’Haïti ;
  • Rôle et présence des Haïtiens et des personnes d’origine haïtienne dans l’histoire. (p. ex. pendant la Seconde Guerre Mondiale) ;
  • Contextualisation d’Haïti dans le carrefour des changements géopolitiques actuels ;
  • Questionnement de la circulation et de la réception des lettres francophones et créolophones haïtiennes ;
  • Analyse de la participation d’Haïti à l’identité caribéenne globale ;
  • Relations musicales, théâtrales, artistiques ;
  • Histoire médicale, études religieuses, anthropologiques, etc. ;
  • Cadre ou contexte conceptuel pour l’écriture haïtienne contemporaine ;
  • Rôle de la communauté internationale dans la politique haïtienne ;
  • Représentation et situation de la population haïtienne; mouvements sociaux et politiques ;
  • Appréciation et réception de la révolution haïtienne dans l’histoire et la littérature haïtienne contemporaines.

Axe II : Restituer Haïti

En 2003, le président haïtien Jean-Bertrand Aristide énonce pour la première fois le mot “réparation” dans le contexte des relations Haïti-France. Le terme restitution revient, lui, plus populairement en France avec la publication «Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle» de Felwine Sarr et Bénédicte Savoy en 2018. Tous les deux mots, réparation et restitution, ont comme condition commune la reconnaissance (en tant qu’acte symbolique et juridique), et cet ensemble d’idées constitue des étapes indispensables sur le chemin vers de nouvelles relations (Mbembe 2018) après le colonialisme. Ainsi, cet axe problématique questionne le passé dans ses rapports de force et l’impact de ces derniers dans le présent. Il interroge les stratégies et revendications mises, et à mettre en œuvre pour “réparer” les injustices dudit passé (matérielles, politiques, épistémologiques) et réinventer des relations plus égales et justes.

Ci-dessous, une liste non exhaustive de quelques pistes de réflexion à aborder dans cet axe :

  • Les relations Haïti-France, Haïti-Europe, Haïti-Amérique, etc. ;
  • L’impact de la dette d’indépendance dans l’histoire, l’évolution et la situation actuelle d’Haïti (politique d’austérité) ;
  • La question de la corruption dans la politique du pays et le rôle des pays étrangers dans ce cadre (Duvalier, Aristide, Suisse, France) ;
  • L’examen des politiques actuelles envers Haïti et leur rapport avec le passé ;
  • La politique d’enseignement face à la Révolution haïtienne en particulier et l’histoire d’Haïti en général dans l’espace francophone ;
  • La restitution d’objets culturels, immatériels (par ex. la figure du zombi) et matériels (objets d’art) volés et restitués (le cas des États-Unis) ;
  • L’analyse de l’idéologie de l’anti-haïtianisme et de ses répercussions.

Modalités de contribution

Les propositions de contribution sont à envoyer par mail à l’adresse suivante : resituerhaiti.colloque2024@gmail.com

jusqu’au 09 octobre 2023.

Les résumés doivent être d’une longueur de 300 mots maximum et être accompagnés d’un titre (même provisoire) et d’une courte notice bio-bibliographique.

Les propositions seront évaluées par un comité scientifique et les réponses concernant les sélections seront envoyées dès le 15 novembre 2023.

Le colloque aura lieu les 04 et 05 avril 2024 à la Maison de la recherche de l’université Paris 8 (Amphi MR002).

Comité scientifique

  • Julia Borst, Professeure au département de sciences linguistiques et littéraires de l’Université de Brême
  • Anne Brüske, Professeure à l’Université de Regensburg, Center for International and Transnational Area Studies
  • Jhon Picard Byron, Professeur au département d’anthropologie de l’Université d’État d’Haïti
  • Stéphane Douailler, Professeur Émérite au département de philosophie de l’Université Paris 8
  • Yolaine Parisot, Professeure de littératures francophones et comparées à l’Université Paris-Est Créteil
  • Matthieu Renault, Professeur au département de philosophie de l’Université Paris 8
  • Carolyn Shread, Professeure au département d’études françaises du Mount Holyoke College.

Comité d’organisation

  • Lisa Brunke, docteure de l’Université Aix-Marseille
  • Jean Gardy Estimé, doctorant à l’Université Paris 8
  • Derne Darelle Moutoula Niengou, doctorante à l’Université Paris 8
  • Dieulermesson Petit Frère, doctorant à l’Université Paris-Est Créteil

Bibliographie

BANDAU Anja, “Transatlantic Representations of the Revolution in Saint-Domingue at the End of the Eighteenth Century and the Haitian Turn”, Jana Gohrisch und Ellen Grünkemeier: Postcolonial Studies across the Discipline, Brill | Rodopi, Janvier 2013.

BOUCHERON Patrick,dir., Histoire mondiale de la France, Paris:Seuil, 2017.

BRIÈRE Jean-François, «La Révolution haïtienne dans les manuels scolaires français, 1857–2011», Journal of Haitian Studies, vol. 23, no 2, Automne 2017, 32-56.

DASH J. Michael, Haiti and the United States: National Stereotypes and the Literary Imagination, London: Palgrave Macmillan Limited, 2016.

DORIGNY Marcel et al., Haïti-France. Les chaînes de la dette : le rapport Mackau (1825),Paris: Hémisphère, 2021.

DUME, Catherine: « Wakanda Forever and Haiti », 4. December 2022, The Varsity,https://thevarsity.ca/2022/12/04/haitian-representation-in-black-panther/

GAMIO, Lazaro et al., eds.,« Les Milliards Envolés »,The New York Times, 20 mai 2022. NYTimes.com, https://www.nytimes.com/fr/interactive/2022/05/20/world/americas/haiti-france-dette-reparations.html

HENOCHSBERG Simon, Public debt and slavery: the case of Haiti (1760-1915), Paris: Ecole d’Économie de Paris, 2016, Public Debt and Slavery : the Case of Haiti (1760-1915)

HURBON Laënnec; HECTOR Michel, «La Révolution haïtienne, une avancée postcoloniale», Genèse de l’État haïtien (1804-1859), Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009.

LAHENS Yanick, Littérature haïtienne : urgence(s) d’écrire, rêve(s) d’habiter : Leçon inaugurale prononcée le jeudi 21 mars 2019, Leçons inaugurales,Paris: Collège de France, 2019.

LE BRIS Michel et al., eds., Pour une littérature-monde, Paris: Gallimard, 2007.

MIDDELANIS Carl H., Imperiale Gegenwelten: Haïti in den Französischen Text-und bildmedien, Frankfurt : Vervuet, 1996.

PESTEL Friedemann, «Une restauration atlantique : légitimations politiques, cultures matérielles et mobilité entre les pays germaniques et Haïti, 1804-1825 », Annales historiques de la Révolution française, vol.397, n°. 3, 2019,77-97.

TROUILLOT Michel-Rolph, Silencing the Past: Power and the Production of History,Boston: Beacon Press, 1995.

WARGNY Christophe, Haïti n’existe pas: 1804-2004, deux cents ans de solitude, Paris: Autrement, 2008

Note

[1] L’anti-haïtianisme est une idéologie qui se développe dans le discours sur Haïti dès la révolte des esclaves en 1791 et se caractérise par une hostilité prononcée envers Haïti, son peuple et sa culture (Miguel 2006). L’idéologie est de façon générale étudiée en lien avec la construction de l’identité nationale de la République Dominicaine,

Places

  • Amphi MR002 - Université Paris 8, Maison de la recherche
    Paris, France (75)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Monday, October 09, 2023

Keywords

  • Haïti, histoire, révolution, nouvelle connexion, nouvelle narration

Contact(s)

  • Dieulermesson Petit Frere
    courriel : djason_2015 [at] yahoo [dot] fr
  • Derne Darelle Moutoula Niengou
    courriel : darelleniengou [at] gmail [dot] com
  • Jean Gardy Estime
    courriel : jeangardyestime [at] yahoo [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Lisa Brunke
    courriel : lisabrunke [at] yahoo [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Re-situer et restituer Haïti. Nouvelles connexions », Call for papers, Calenda, Published on Monday, July 24, 2023, https://doi.org/10.58079/1bmn

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search