HomeHistoricisme, éclectisme et régionalisme en Catalogne aux XIXe et XXe siècles

HomeHistoricisme, éclectisme et régionalisme en Catalogne aux XIXe et XXe siècles

Historicisme, éclectisme et régionalisme en Catalogne aux XIXe et XXe siècles

Historicisme, eclecticisme i regionalisme a Catalunya en els segles XIX i XX

*  *  *

Published on Monday, September 18, 2023

Abstract

Ce numéro bilingue, français et catalan de la revue numérique Patrimoines du Sud, porte sur le patrimoine catalan de part et d'autre de la frontière, et plus particulièrement sur l'historicisme, l'éclectisme et le régionalisme aux XIXe et XXe siècles.

Announcement

Argumentaire

La période 1970-1990 fut riche dans la redécouverte des architectures historicistes et éclectiques du XIXe siècle tant méprisées jusque-là. En France, les recherches pionnières de Bernard Toulier, François Loyer, Claude Mignot, Jean-Michel Leniaud, entre autres, ont ouvert la voie. L’ouvrage de Jean-Pierre Epron en 1991, Comprendre l’éclectisme, marqua un tournant. Se succédèrent alors les monographies d’architectes, de villes (Coustet et Saboya, Bordeaux, le temps de l’histoire, …), de typologies (Karen Bowie, Les gares parisiennes, 1987) ou encore sur les supports théoriques (Marc Saboya : La presse d’architecture en France,…).

En Espagne, Pedro Navascues Palacio (Arquitectura y arquitectos madrileños del siglo XIX, (1973) et Angel Isac (Eclecticismo y pensamiento arquitectónico en Españadiscursos, revistas, congresos, 1846-1919, (1987) ont été sans doute les pionniers d’une vaste école d’études sur la question. En Catalogne, l’intérêt pour l’architecture Art Nouveau éveilla aussi, dès les années 1970-1980, celui pour les architectures qui ont précédé ce phénomène ou qui se sont développées parallèlement (Bassegoda, Modernisme, 1981 ; Freixa, El modernismo en Espana, 1985).

Les architectures d’inspiration vernaculaire, et en particulier le Régionalisme, phénomène plus tardif que l’historicisme et l’éclectisme, et qui a été longuement identifié comme opposé aux voies de la modernité avant-gardiste, fut redécouvert encore plus tardivement. Pour la France, l’ouvrage de Jean-Claude Vigato : L’architecture régionaliste. France (1890-1950), publié en 1994 constitua une reconnaissance historiographique majeure. En Espagne, l’architecture vernaculaire de régions comme l’Andalousie (Alberto Villar Movellan, 1979) ou la Cantabrie (Ramon Rodriguez Llera, 1988) fut étudiée dès les années 1980. En Catalogne Sud, l’orientation vernaculaire de l’architecture alla de paire avec la découverte historiographique du Noucentisme dès la même période (Enric Jardi, Noucentisme, 1980).

Ces productions pionnières ont été suivies d’une grande quantité d’études dans les décennies suivantes. Pourtant, les études sur les réappropriations de l’histoire par l’architecture contemporaine paraissent aujourd’hui en perte de vitesse. Une double malédiction semble peser sur ces architectures, d’abord celle du credo moderniste même s’il a été relativisé, ensuite celle d’une architecture actuelle plus sensible à l’ambition technologique et au geste architectural qu’à la leçon de l’histoire. Cette perte d’intérêt actuel pour ces sujets se traduit par la fragilisation du statut patrimonial de ces architectures. Deux exemples en sont l’illustration : au sud, la réaffectation et la réhabilitation des Arènes de Barcelone en centre commercial gardant une trace anecdotique de la façade historiciste insérée dans un projet aux allures high tech. Au nord, à Céret, le Château d’Aubiry, propriété privée mais protégé au titre des Monuments historiques, poursuit son processus de dégradation lent mais inexorable sans qu’aucune mesure d’intervention vienne le sauver.

Confronter ces deux territoires voisins, unis par un long passé commun mais définitivement séparés à l’âge contemporain, doit nous permettre dans une perspective actuelle de mieux appréhender ce que l’architecture des deux siècles précédents doit à l’histoire, mais aussi quelles ont été les convergences et divergences entre le nord et le sud des Pyrénées du territoire catalan dans une longue chronologie que l’historiographie a eu tendance à séparer. L’historicisme et l’éclectisme relèvent de l’identité du XIXe siècle, le vernaculaire régionaliste quant à lui, est plutôt identifié comme une voie conservatrice rattaché aux modèles du passé dans un contexte culturel marqué par la Modernité et la culture de l’Avant-garde. Cette séparation peut s’avérer trompeuse. D’une part, l’élan de l’éclectisme se poursuit dans les premières décennies du XXe siècle dans la continuité du style Beaux-Arts ou dans les formulations liées au passé dans des mouvances dites de « retour à l’ordre » comme le Noucentisme en Catalogne sud. D’autre part, la passion de l’histoire de l’architecture par la connaissance archéologique fit des Catalognes une terre d’étude de l’art roman - avec le concours de Jean-Auguste Brutails au nord et Josep Puig i Cadafalch au sud - fut le substrat du régionalisme architectural roussillonnais dans les années 1930. Si la notion de régionalisme, explicite au nord, n’est pas formulée comme telle au sud, il faut convenir qu’au sein du Noucentisme existe une composante régionaliste identitaire incontestable.

L’article de Laurent Barridon, « Périodiser l’historicisme » souligne à très juste titre la difficulté à établir des périodisations étanches pour une culture architecturale qui convoque de manière analogique plutôt qu’encyclopédique les images et les modèles du passé dans une permanente mise en miroir.

Dans ce numéro de Patrimoines du Sud nous souhaitons questionner une double frontière : l’une géographique -entre deux États-, l’autre chronologique -entre deux siècles-, pour tenter d’enrichir la perspective historiographique sur ces différentes voies historiques de l’architecture.

Cet appel à publication propose, de manière prioritaire, quatre entrées thématiques :

  • Etudes de cas : sujets monographiques inédits -bâtiments (dont la demeure bourgeoise, comme typologie « privilégiée »), sources documentaires….- concernant les problématiques évoquées et constituant des contributions historiographiques nouvelles
  • Explorer les questions d’historiographie, de périodisation et d’appellations stylistiques, si possible dans une approche comparatiste nord-sud
  • Explorer l’existence ou l’absence des connexions entre le nord et le sud : études stylistiques comparatives, éclairage sur les relations entre acteurs de l’architecture des deux côtés de la frontière, sociologie de la formation et de l’exercice des métiers du bâtiment …
  • Explorer les sources : théorie de l’architecture, presse, récits et carnets d’architectes, fonds d’archives d’architecte inexplorés, …

Modalités de soumission

Patrimoines du Sud ne publie que des contributions inédites.

Le présent appel à contributions est publié le 29 août 2023. Il s’adresse aux étudiants chercheurs, aux chercheurs, aux professionnels du patrimoine et aux associations. Le territoire de la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est le périmètre d’investigation de la revue Patrimoines du Sud, élargi pour ce numéro à l’ensemble de la Catalogne. Les approches comparées d’une autre région géographique avec celle d’Occitanie sont les bienvenues. Il n’y a pas de limites chronologiques imposées.

Pour chaque article de ce numéro, le nombre maximal de caractères s’élève à 50 000 signes. Il est à noter que les auteurs peuvent bénéficier de l’aide d’un photographe professionnel et d’une cartographe, la demande doit être faite au moment de l’envoi de la proposition de contribution. Un soin particulier est attendu pour les illustrations (cf. Recommandations aux auteurs).

Ce numéro de la revue est bilingue, français et catalan. Les articles peuvent être proposés dans les deux langues. Ils ne seront pas traduits, seuls les titres et résumés figureront en français, catalan et anglais pour tous les articles.

Les propositions de contribution sont souhaitées pour le 15 novembre 2023, dernier délai.

Le projet d’article devra être exposé en une page maximum, comporter un titre provisoire ainsi qu’une ébauche de plan et une présentation succincte du ou des auteur(s). Les auteurs recevront l’avis du comité de rédaction mi-octobre 2023.

Les propositions sont à envoyer à la rédactrice en chef de ce numéro : Anaïs Comet, pds@laregion.fr

Pilotage scientifique

Le pilotage scientifique de ce numéro est assuré par :

  • Natacha Abriat, Conservateur du Patrimoine, Service de la connaissance et de l’Inventaire des Patrimoines, Région Occitanie
  • Esteban Castaner Munoz, Professeur d’Histoire de l’Art Contemporain, Université de Perpignan Via Domitia
  • Joan Molet Petit, Professor Titular, Departament Història de l’Art, Universitat de Barcelona

Les auteurs dont les propositions ont été retenues devront rendre leur article avant le 15 mars 2024, délai de rigueur.

La revue sera publiée le 1er octobre 2024.


Date(s)

  • Wednesday, November 15, 2023

Keywords

  • catalogne, historicisme, éclectisme, régionalisme, architecture, patrimoine,

Reference Urls

Information source

  • Anaïs Comet
    courriel : pds [at] laregion [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Historicisme, éclectisme et régionalisme en Catalogne aux XIXe et XXe siècles », Call for papers, Calenda, Published on Monday, September 18, 2023, https://doi.org/10.58079/1bsx

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search