HomeLa révolte dans le roman du second XIXe siècle

HomeLa révolte dans le roman du second XIXe siècle

La révolte dans le roman du second XIXe siècle

« Quêtes Littéraires » n°14

*  *  *

Published on Tuesday, February 06, 2024

Abstract

Le roman du second dix-neuvième siècle est un roman « révolutionné » où les scènes de rébellion, l’expression de l’indignation et le soulèvement contre l’autorité établie sont fréquents. Le temps historique (conflit franco-prussien, commune, Troisième République) et le passage d’une économie fondée traditionnellement sur l’agriculture à une économie basée sur la production mécanisée à grande échelle de biens manufacturés dans des usines (révolution industrielle) viennent nourrir le sentiment de révolte chez des personnages confrontés à l’injustice, à la misère, aux autorités arbitraires et à un pouvoir détenu par quelques-uns au détriment du plus grand nombre. L’enjeu de ce 14e volume de la revue Quêtes littéraires est de contribuer à l’analyse du motif de la révolte dans le roman du second dix-neuvième siècle : récurrence du motif et son contexte, personnages indignés, écriture du roman dans sa dimension éthique et esthétique, posture de l’écrivain, etc.

Announcement

Argumentaire

Le roman du second dix-neuvième siècle est un roman « révolutionné » où les scènes de rébellion, l’expression de l’indignation et le soulèvement contre l’autorité établie sont fréquents. Émile Zola s’empare de ce motif dans Les Mystères de Marseille (1867), Le Ventre de Paris (1873), La Débâcle (1892), sans oublier Germinal (1885) où le lecteur suit le parcours du mineur Étienne Lantier qui prend la tête d’une révolte ouvrière dans le Nord de la France.

Le temps historique (Conflit franco-prussien, Commune, Troisième République) et le passage d’une économie fondée traditionnellement sur l’agriculture à une économie basée sur la production mécanisée à grande échelle de biens manufacturés dans des usines (Révolution industrielle) viennent nourrir le sentiment de révolte chez des personnages confrontés à l’injustice, à la misère, aux autorités arbitraires et à un pouvoir détenu par quelques-uns au détriment du plus grand nombre.

Toutefois, la révolte ne se limite pas au seul naturalisme. Huysmans prend ses distances avec le naturalisme de Zola qui lui apparaît comme une impasse. Il imagine un roman à contre-courant des usages, des goûts et des valeurs. En publiant À rebours (1884), l’écrivain feint de respecter les conventions du roman naturaliste, mais c’est un respect ambigu et rebelle d’un « Sous-Zola », jaloux d’être un simple disciple. (Lettre de Huysmans à Bloy) À partir de là, l’auteur ne cessera de « déromaniser » (Paul Berthier) le roman en laissant intact son cadre, mais faisant exploser le contenu, déchiré entre la fidélité au naturalisme et la volonté de rupture.

De son côté, Barbey d’Aurevilly, accablé et révolté par son siècle, entreprend l’écriture de romans dans lesquels la révolte se lit à la fois dans le choix des personnages et dans la manière d’aborder le rapport entre le roman catholique, la morale et l’art. D’Une vieille maîtresse (1851) à Un prêtre marié (1865), en passant par L’Ensorcelée (1854), les récits aurevilliens mettent au jour un écrivain qui « chouanne » par la plume, « faute d’épée ». (Jules Vallès, Le Progrès de Lyon, 19 avril 1864) 

Cette présence de la révolte dans le romanesque s’inscrit aussi dans la perspective d’un essoufflement du naturalisme lorsque paraît La Terre de Zola en 1887. Cette parution ouvre la voie à une crise du roman, laquelle est en réalité une remise en question, parfois radicale, du roman de mœurs réaliste et naturaliste. La génération symboliste autant que la vague anarchiste de la fin du siècle considèrent l’esthétique naturaliste comme une esthétique incapable de rendre compte de la complexité de l’individu moderne pétri d’hésitations et de désillusions. Genre à la fois protéiforme et malléable, le roman devient le lieu de cristallisation d’enjeux culturels, politiques et idéologiques.

Assimiler le roman à la volonté de reproduire une illusion du réel ne satisfait pas – ou plus – une génération d’écrivains réfractaires qui marque les années 1880-1890. En effet, Jules Vallès, Georges Darien, Octave Mirbeau ou encore Léon Bloy entendent bien incarner une révolte qui, même si elle se manifeste de différentes manières – autant esthétiquement qu’éthiquement, n’en demeure pas moins l’affirmation de soi, de son indignation, de ses colères et de ses idéaux. Ainsi, de L’Insurgé (1886) de Vallès au Désespéré (1887) de Bloy en passant par L’Abbé Jules (1888) de Mirbeau et Le Voleur de Darien (1897), les romans de ces écrivains donnent à la révolte une dimension nouvelle, fortement marquée pour certains d’entre eux par la sensibilité anarchiste qui consiste à affirmer, via la révolte, « une liberté constitutive de la réalité humaine ». (René Furth)

L’enjeu de ce 14e volume de la revue Quêtes littéraires est de contribuer à l’analyse du motif de la révolte dans le roman du second dix-neuvième siècle : récurrence du motif et son contexte, personnages indignés, écriture du roman dans sa dimension éthique et esthétique, posture de l’écrivain, etc. Les pistes de réflexion qui se dessinent sont nombreuses. Le corpus ne se limite pas aux écrivains mentionnés dans l’appel à contribution et peut-être élargi à toutes les manifestations de la révolte dans le romanesque de cette période.

Modalités de soumission

Envoi des propositions d'articles à l’adresse aurelien.lorig@univ-reims.fr

avant le 1er mars 2024

Calendrier

  • Délai pour l’envoi des articles : le 1er mars 2024
  • Retour des évaluations en double aveugle : le 1er juin 2024 .
  • Remise du texte corrigé : septembre 2024.
  • La publication du 14e numéro de Quêtes littéraires est prévue en décembre 2024.

La revue

Quêtes littéraires est une revue internationale publiée depuis 2011 par l'Université Catholique de Lublin Jean-Paul II et les Éditions Werset. La revue est un lieu d'échange de recherches consacrées à la littérature française et francophone et se veut un espace ouvert où sont invités à publier tous les chercheurs qui travaillent dans ce domaine.

Coordinateur du numéro

  • Aurélien Lorig, Université Reims-Champagne-Ardennes (URCA)

Comité éditorial

Rédacteur en chef

  • Edyta Kociubińska (Université Catholique de Lublin Jean-Paul II, Pologne)

Rédacteur en chef adjoint

  • Judyta Niedokos (Université Catholique de Lublin Jean-Paul II, Pologne)

Membres

  • Roxanne Covelo(Université fédérale de Minas Gerais, Brésil)
  • Elisabeth Gerwin(Université de Lethbridge, Canada)
  • France Grenaudier-Klijn(Université de Massey, Nouvelle Zélande)
  • Fabrizio Impellizzeri(Université de Catane, Italie)
  • Gaultier Roux(Université Fudan, Chine)
  • Nicolas Valazza(Université de l’Indiana à Bloomington, États-Unis)

Comité scientifique

  • José-Luis Diaz (Université Paris Cité, France)
  • Giovanni Dotoli (Université de Bari, Italie)
  • Véronique Duché (Université de Melbourne, Australie)
  • Gérard Gengembre (Université Caen Normandie, France)
  • Pierre Glaudes (Sorbonne Université, France)
  • Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke, Canada)
  • Philippe Hamon (Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, France)
  • Georges Jacques (Université Catholique de Louvain, Belgique)
  • Samia Kassab-Charfi (Université de Tunis, Tunisie)
  • Wiesław Malinowski (Université Adam Mickiewicz de Poznań, Pologne)
  • Bertrand Marchal (Sorbonne Université, France)
  • Paweł Matyaszewski (Université Catholique de Lublin JP II, Pologne)
  • Charles Mazouer (Université Bordeaux-Montaigne, France)
  • Zbigniew Naliwajek (Université de Varsovie, Pologne)
  • Catherine Nesci (Université de Californie à Santa Barbara, États-Unis)
  • Marc Quaghebeur (Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles, Belgique)
  • Ana Helena Rossi (Université de Brasília, Brésil)
  • Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel, Suisse)
  • Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel, France)
  • Magdalena Wandzioch (Université de Silésie, Pologne)

Comité de lecture

  • Loubna Achheb (Université Mohamed Lamine Debaghine Sétif 2, Algérie)
  • José Domingues de Almeida (Université de Porto, Portugal)
  • Guillaume Ansart (Université de l’Indiana à Bloomington, États-Unis)
  • Claire Barel-Moisan (ENS de Lyon, France)
  • Mathilde Barraband (Université du Québec à Trois-Rivières, Canada)
  • Marie-Bernard Bat (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, France)
  • Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne, France)
  • Denis Bjaï (Université d’Orléans, France)
  • Laurence Brogniez (Université libre de Bruxelles, Belgique)
  • Nuria Cabello Andrés (Université de La Rioja, Espagne)
  • Federica D’Ascenzo (Université « Gabriele d'Annunzio » de Chieti-Pescara, Italie)
  • Peggy Davis (Université du Québec à Montréal, Canada)
  • Pierre-Jean Dufief (Université de Paris Nanterre, France)
  • Camille Esmein-Sarrazin (Université d’Orléans, France)
  • Hans Färnlöf (Université de Stockholm, Suède)
  • Antonia Fonyi (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, France)
  • Stéphane Gougelmann (Université Jean Monnet Saint-Étienne, France)
  • Czesław Grzesiak (Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin, Pologne)
  • Pierre Halen (Université de Lorraine, France)
  • Isabelle Hautbout (Université de Picardie Jules Verne, France)
  • Sébastien Heiniger (Institut des mondes africains, France)
  • Émilie Ieven (Université Saint-Louis-Bruxelles, Belgique)
  • Fabrizio Impellizzeri (Université de Catane, Italie)
  • Krzysztof Jarosz (Université de Silésie, Pologne)
  • Warren Johnson (Université d’État de l’Arkansas, États-Unis)
  • Alexia Kalantzis (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, France)
  • Katarzyna Kotowska (Université de Gdańsk, Pologne)
  • Alicja Koziej (Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin, Pologne)
  • Thierry Laurent (Université de Haute-Alsace, France)
  • Laure Lévêque (Université de Toulon, France)
  • Nigel Lezama (Brock University, Canada)
  • Maria Litsardaki (Université Aristote Thessalonique, Grèce)
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg, France)
  • Anna Maziarczyk (Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin, Pologne)
  • Elena Mazzoleni (Université de Bergame, Italie)
  • Luisa Montes Villar (Université de Granada, Espagne)
  • Sarga Moussa (CNRS, UMR THALIM, France)
  • Isabelle Nières-Chevrel (Université Rennes 2)
  • Timo Obergöker (Université de Chester, Royaume-Uni)
  • Maja Pawłowska (Université de Wrocław, Pologne)
  • Annie Pibarot (Université Paul-Valéry Montpellier III, France)
  • Pierre Piret (Université catholique de Louvain, Belgique)
  • Marylène Possamaï-Pérez (Université Lumière Lyon 2, France)
  • Joanna Pychowska (Université Pédagogique de Cracovie, Pologne)
  • Bernard Ribémont (Université d’Orléans, France)
  • Àngels Santa Bañeres (Université de Lleida, Espagne)
  • Elisabetta Sibilio (Université de Cassino, Italie)
  • Agnese Silvestri (Université de Salerne, Italie)
  • Anita Staroń (Université de Łódź, Pologne)
  • Sonja Stojanovic (Université de Notre-Dame, États-Unis)
  • Tomasz Swoboda (Université de Gdańsk, Pologne)
  • Marinella Termite (Université de Bari, Italie)
  • Katarzyna Thiel-Jańczuk (Université Adam Mickiewicz de Poznań, Pologne)
  • Witold Wołowski (Université Catholique de Lublin JP II, Pologne)
  • Jeremy Worth (Université de Windsor, Canada)
  • Damien Zanone (Université catholique de Louvain, Belgique)
  • Izabella Zatorska (Université de Varsovie, Pologne)
  • Magdalena Zdrada-Cok (Université de Silésie, Pologne)
  • Pierre Zoberman (Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité, France)
  • Metka Zupančič (Université d’Alabama, États-Unis)

Date(s)

  • Friday, March 01, 2024

Keywords

  • littérature, dix-neuvième siècle, révolte, conflit, représentation

Contact(s)

  • Aurélien Lorig
    courriel : aurelien [dot] lorig [at] univ-reims [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Gaultier Roux
    courriel : gaultierroux [at] fudan [dot] edu [dot] cn

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« La révolte dans le roman du second XIXe siècle », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, February 06, 2024, https://doi.org/10.58079/vrl6

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search