HomeJustices et transitions socioéconomiques : dialogues entre disciplines et territoires, perspectives critiques et transversales

HomeJustices et transitions socioéconomiques : dialogues entre disciplines et territoires, perspectives critiques et transversales

*  *  *

Published on Friday, February 23, 2024

Abstract

La revue Organisations et territoires disponible sur Érudit, publiera au printemps 2025 un dossier spécial consacré à la thématique « Justices et transitions socioéconomiques : dialogues entre disciplines et territoires, perspectives critiques et transversales ». Ce dossier spécial sera une occasion de dialoguer entre différentes perspectives disciplinaires, qui s’articulent autour des approches critiques au sens large, défendant leur pertinence dans l’avancement des connaissances/savoirs, praxis et pédagogies sur les justices épistémiques et les transitions socioéconomiques.

Announcement

Responsables

  • Celine Berrier-Lucas (ISG)
  • Dimbi Ramonjy (Excelia),
  • Marie Fall (UQAC),
  • Lovasoa Ramboarisata (UQAM).

Argumentaire

La Revue Organisations et territoires disponible sur Érudit, publiera au printemps 2025 un dossier spécial consacré à la thématique : « Justices et transitions socioéconomiques : dialogues entre disciplines et territoires, perspectives critiques et transversales »

Le présent appel vise à inviter les chercheuses et chercheurs et d’autres intervenantes et intervenants à soumettre un article ou un plaidoyer. Ceux-ci seront traités suivant le processus habituel d’évaluation de la revue.

Ce dossier spécial sera une occasion de dialoguer entre différentes perspectives disciplinaires, qui s’articulent autour des approches critiques au sens large, défendant leur pertinence dans l’avancement des connaissances/savoirs, praxis et pédagogies sur les justices épistémiques et les transitions socioéconomiques.

Il convie ainsi les propositions contribuant aux possibilités et au potentiel de la recherche critique et du plaidoyer pluriversal/pluriversel. Malgré des acquis et des convictions partagées autour des approches critiques comme possibles pour (re)pe(a)nser des alternatives dans un contexte de plantationocène et d’injustices socioécologiques et épistémique, nous constatons que la transdisciplinarité et la transversalité inhérentes à ces perspectives ne sont pas suffisamment mobilisées. De plus, les différents types de savoirs (scientifiques, citoyens, etc.) demeurent dissociés les uns des autres. Cela a pour conséquence le maintien des silos disciplinaires et théoriques (note 1) sans réel dialogue entre les différents courants adhérant au paradigme critique. Cela limite aussi la nécessaire conversation entre le milieu académique et les acteurs du terrain, porteurs d’initiatives en faveur des justices. Également, bien que la communauté scientifique francophone bénéficie d’une forte tradition critique (inspirée de Foucault, Derrida, De Beauvoir, Fanon, Glissant et tant d’autres), on constate que celle-ci a une certaine réserve face à l’intersectionnel, l’interculturel, l’interconnaissance et l’interaction alors que ces derniers imposent la transversalité indispensable à la déconstruction des connaissances et pratiques porteuses d’injustices et à l’imagination d’autres possibles (Curiel, Doshi, Ferdinand, Escobar, Quijano). Ainsi, les concepts de justice épistémique, de déhiérarchisation et de décolonialité devraient être, selon nous, au cœur des préoccupations de la communauté scientifique critique dans son ensemble.

Aujourd’hui, plusieurs perspectives et courants alternatifs se redéfinissent/se retrouvent dans une pluralité de propositions, de collectifs et de pratiques (Buen Vivir, communalité, féminismes communautaires, activismes de tout poil, mouvements autochtones ou afro descendants, etc.). Dès lors, les académiques et les parties prenantes de projets territoriaux doivent (re)trouver le souci d’articuler des savoirs ancrés dans des réalités autour des luttes d’émancipation et de justice épistémique afin d’en élargir les imaginaires politiques et les possibilités de coalition.

Ce dossier répondra à la question de la redéfinition des relations de pouvoirs sur des enjeux partagés pour proposer une nouvelle façon de produire des savoirs et des connaissances sur le monde.

Comme nous définissons la critique de manière large, incluant à la fois la déconstruction/contestation (critique de la Modernité, critique de l’extractivisme, critique du développement positif, critique des théories du développement, etc.), et résistance/(re)construction d’alternatives, critique positive (innovations sociales, justices épistémiques, territorialisation, déhiérarchisation, visibilisation des subalternes, valorisation des savoirs citoyens, endogènes, ancestraux, autochtones, etc.), nous encourageons des contributions provenant de différentes disciplines et perspectives épistémiques.

Note 1 : Par exemple, d’un côté les perspectives décoloniales et de l’autre les épistémologies des Suds, les féminismes, ou encore l’économie politique, la géographie politique, les études autochtones, les migration studies, l’écologie décoloniale, les humanités environnementales, les gender studies, etc.

Les propositions peuvent porter sur les thèmes suivants sans s’y limiter :

1) Qualifier le potentiel de déconstruction mais aussi d’innovation et de réinvention des approches critiques face à la crise socioéconomique et aux injustices épistémiques

2) Décoloniser les savoirs théoriques et pratiques pour les transitions socio-écologiques et les justices épistémiques.

3) Décomplexer les chercheuses et chercheurs et les approches des périphéries (Sud global, autochtones, subalternes, classes sociales précaires et marginalisées, etc.) en déhiérarchisant les rapports de pouvoir sur les enjeux transversaux.

4) Valoriser, analyser et évaluer les pratiques organisationnelles ambitionnant une portée significative en faveur des justices épistémiques et des transitions socioécologiques.

5) Vulgariser des approches innovantes et porteuses de sens pour des communautés et groupes marginalisés.

Nous tenons toutefois à préciser qu’en cohérence avec le principe d’inclusion, les contributions qui ne sont pas associées à ces thèmes, mais qui s’inscrivent dans l’ontologie et l’épistémologie caractéristiques du paradigme critique, pourront être considérées.

Calendrier

Soumission manuscrit V1 à l’équipe éditrice invitée à l’adresse approches.critiques.RSE@proton.me: 30 avril 2024

  • Retour vers les autrices et auteurs : juin 2024
  • Soumission manuscrit V2 : septembre 2024
  • Retour vers les autrices et auteurs : au plus tard janvier 2025
  • Publication si manuscrit accepté : mars-avril 2025. À noter que ce délai est strictement fixé par l’équipe éditoriale. Pas de retard possible.

Le protocole de rédaction est disponible sur le site de la Revue Organisations et territoires. Vous y trouverez les consignes détaillées pour la rédaction d’un manuscrit. Nous tenons à insister sur l’obligation d’avoir un texte entre 10 et 18 pages et de respecter les normes bibliographiques et de citation APA, 7e édition. 

Bibliographie indicative

Anzalduá, G. (1987) ‘La conciencia de la mestiza/Towards a New Consciousness (Borderlands/La Frontera: The New Mestiza)’, in S.J. Bloesch and M. Minister (eds.) The Bloomsbury reader in cultural approaches to the study of religion. London: Bloomsbury.

Bhambra, G.K., D. Gebrial and K. Nişancıoğlu (2018). ‘Introduction: Decolonising the university?’, in GK. Bhambra, D. Gebrial and K. Nişancıoğlu (eds.) Decolonising the university. London : Pluto Press.

Colin, P., & Quiroz, L. (2023). Pensées décoloniales. Paris, éditions Zones.

Curiel, O. (2021). Le féminisme décolonial en Yaba Yala. Multitudes, 3(24) : 78-86.

Davis, H. & Todd, Z. (2017). On the Importance of a Date, or, Decolonizing the Anthropocene. ACME : An International Journal for Critical Geographies, 16 (4): 761-780.

Derrida J. (1967). L’écriture et la différence. Paris, Éditions du Seuil.

Derrida J. (1999) Responsabilité et hospitalité. Manifeste pour l’hospitalité, Paris : Paroles l’Aube : 121-124.

Doshi, V. (2023). Postcolonial Feminism in Management and Organization Studies: Critical Perspectives from India, Pakistan, and Bangladesh. New York : Taylor Francis Group.

Escobar A. (2018). Sentir – penser avec la terre. Paris, Éditions du Seuil.

Escobar, A. (2020). Pluriversal politics: The real and the possible. Duke University Press.

Fall, M., & Koziej Lévesque, C.-A. (2022). Promouvoir l’égalité femme/homme dans les projets d’adaptation au changement climatique des îles du Saloum au Sénégal : Les angles morts de la Politique d’aide internationale féministe du Canada. Bulletin de l’association de géographes français. Géographies, 99 (3). https://doi.org/10.4000/bagf.10058

Fals-Borda, O. (1996). A North-South Convergence on the Quest for Meaning. Qualitative Inquiry, 2 (1): 7687.

Ferdinand, M. (2015). « La littérature pour penser l’écologie postcoloniale Caribéenne » Multitudes, 3 (60): 65-71.

Ferdinand, M. (2019). Une écologie décoloniale : Penser l’écologie depuis le monde caribéen. Paris : Seuil.

Frère, B., & Laville, J.-L. (2022). La Fabrique de l’émancipation Repenser la critique du capitalisme à partir des expériences démocratiques, écologiques et solidaires. Éditions du Seuil. https://www.seuil.com/ouvrage/la-fabrique-de-l-emancipation-bruno-frere/9782021484878

Grosfoguel, R., Oso, L. & Christou, A. (2015). ‘“Racism”, intersectionality and migration studies: framing some theoritical reflections. Identities, 22 (6): 635-652.

Haraway, D. (2015). Anthropocene, Capitalocene, Plantationocene, Chthulucene: Making Kin. Environmental Humanities, 6(1), 159-165. https://doi.org/10.1215/22011919-3615934

Hokowhitu, B., Moreton-Robinson, A., Tuhiwai-Smith, L., Andersen, C. & Larkin, S. (Eds.) (2021). Routledge Handbook of Critical Indigenous Studies. Londres Routledge.

hooks, b. (2017). De la marge au centre : Théorie féministe. Paris : éditions Cambourakis.

Lugones, M. (2010). Toward a decolonial feminism. Hypatia, 25 (4): 742-759.

Maldonaldo-Torres, N. (2004). Topology of being and geopolitics of knowledge. City, 8 (1): 29-56.

Mbembe, A. (2016). Decolonizing the university: New directions. Arts and Humanities in Higher Education, 15(1), 29-45. https://doi.org/10.1177/1474022215618513

Mignolo W.D. (2009). La fin de l’université telle que nous la connaissons. Cahier des Amériques. Dossier : Philosophie de la libération et tournant décolonial, 62 : 97-109.

Mignolo, W.D. (2011). The darker side of Western modernity: Global futures, decolonial options. Duke University Press.

Mignolo W. D. (2013). Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique, Mouvements, 73(1) : 181-190.

Mignolo, W. D. & Walsh, C. E. (2018). On decoloniality: Concepts, analytics, praxis. Durham, NC: Duke University Press.

Mohanty, C.T. (2003). Feminism without borders decolonizing theory, practicing solidarity. Durham, NC: Duke University Press.

Mohanty, C.T., Russo, A. et Torres, L. (1991). Third world women and the politics of feminism. Bloomington: Indiana University Press.

Mudimbé, V.-Y. (1988). The invention of Africa. Gnosis, philosophy, and the order of knowledge. Indianapolis : Indiana University Press.

Piron, F. (2021). Que sont la science et la recherche ? Vérité, savoir, connaissance, théorie, modèles. In F. Piron & E. Arsenault, Guide décolonisé et pluriversel de formation à la recherche en sciences sociales et humaines. Québec : Éditions science et bien commun. https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/

Quijano, A. (2000). Coloniality of power and eurocentrism in Latin America. International Sociology, 15 (2): 215-232.

Quijano, A. (2007). Questioning race. Socialism and Democracy, 21 (1): 45-53.

Ramboarisata, L., Berrier-Lucas, C., Aissi Benfekih, Benouakrin, H, Ramonjy, D. et Tello Rozas, S. (2022), Décoloniser la RSE : perspectives plurielles, Revue de l’Organisation Responsable, 2022, 17(2): p. 5-35.

Rose, D. B., van Dooren, T., Chrulew, M., Cooke, S., Kearnes, M. et O’Gorman, E. (2012). Thinking Through the Environment, Unsettling the Humanities. Environmental Humanities, 1 (1): 1-5.

Spivak, G.C. (1988). Can the subaltern speak? In C. Nelson & L.Grossberg (Eds.), Marxism and the interpretation of culture: 271-313. Urbana, IL: University of Illinois Press.

Spivak, G.C., (1998). Gender and international studies. Journal of International Studies, 27 (4): 809-831.

Todd, Z. (2017). Commentary: The Environmental Anthropology of Settler Colonialism, Part I. Engagement – by the Anthropology and Environment Society. https://aesengagement.wordpress.com/2017/04/11/commentary-the-environmental-anthropology-of-settler-colonialism-part-i/

Tuck, E. and W. Yang (2012) ‘Decolonization is not a metaphor’, Decolonization: Indigeneity, Education and Society, 1(1): 1-40.

Turner, S., A. Boswell, N. Harré, S. Sturm, K. Locke and D. da Souza Correa (2017) ‘The playable university’, ephemera, 17(3): 673-690.

Vergès, F. (2019). Un féminisme décolonial. Paris : La Fabrique éditions.

Verschuur, C. et Destremau, B. (2012). Féminismes décoloniaux, genre et développement : Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds. Revue Tiers Monde, 209: 7-18.

Walsh, C. E. (2020). Decolonial learnings, askings and musings. Postcolonial Studies, 23(4), 604-611. https://doi.org/10.1080/13688790.2020.1751437

 

Event attendance modalities

Full online event


Date(s)

  • Tuesday, April 30, 2024

Information source

  • Marie FALL
    courriel : mfall [at] uqac [dot] ca

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Justices et transitions socioéconomiques : dialogues entre disciplines et territoires, perspectives critiques et transversales », Call for papers, Calenda, Published on Friday, February 23, 2024, https://doi.org/10.58079/vw58

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search