Home« Être amis en vérité ». La vérité peut-elle se passer d’amitié ?

Home« Être amis en vérité ». La vérité peut-elle se passer d’amitié ?

*  *  *

Published on Monday, March 18, 2024

Abstract

Notre journée d’étude visera à étudier les collaborations amicales visant à une recherche conjointe de la vérité, de l’Antiquité à nos jours.  La vérité recherchée pourra aussi bien être celle du philosophe que celle du croyant – l’une n’excluant pas l’autre. Nous étudierons les modalités de collaboration amicale dans la recherche de la vérité, en mettant tout particulièrement l’accent sur les collaborations s’opérant dans la différence : différence significative de points de vue philosophique, différence de sensibilité religieuse ou d’appartenance confessionnelle ou religieuse. Notre journée nous permettra de nous interroger sur la manière dont les divergences sont surmontées et comment la différence est éventuellement mobilisée afin de servir une progression commune. Il sera alors question de nous interroger sur ce que pourrait signifier : « être amis en vérité ».

Announcement

Argumentaire

« Faut-il préférer l’amitié à la vérité ? », demandait Aristote dans l’Ethique à Nicomaque. Ou, en d’autres termes : « Faut-il préférer le maintien, la préservation d’une amitié, à la recherche de la vérité ? » Détachée de tout contexte, la question a de quoi surprendre, d’autant qu’elle pourrait être renversée : « Faut-il préférer la vérité à l’amitié ? » Peut-on faire figurer sur un plan commun amitié et vérité ? Est-il d’ailleurs question ici d’amitié ? Car la philia que mentionne Aristote peut certes se traduire par « amitié » ; mais elle désigne aussi l’attachement. Or, on sait qu’Aristote a fondé le Lycée, en préférant la quête de la vérité selon ses propres termes, à l’attachement à son maître Platon et à ses compagnons de l’Académie.

Pour les philosophes de l’Antiquité, la philia, l’amitié, l’attachement, constitue le point de départ de toute démarche dialectique. La philia constitue la condition même de la recherche philosophique de la vérité dans l’Antiquité. Il n’est de vérité solitaire. Bien au contraire, l’amitié constitue le plus sûr chemin vers la vérité. Déclarer que la recherche de la vérité prend racine dans l’amitié, c’est souligner que la vérité ne se possède pas : tout comme l’amitié, elle relève de l’être plutôt que de l’avoir. De ce fait, des amis peuvent chercher ensemble la vérité, car cette dernière ne se divise pas. N’étant pas de l’ordre de la possession, en jouir ne prive pas autrui de celle-ci, bien au contraire.

La vérité peut-elle se passer d’amitié ? L’amitié peut-elle se passer de vérité ? Notre journée d’étude visera à étudier les collaborations amicales visant à une recherche conjointe de la vérité, de l’Antiquité à nos jours.  La vérité recherchée pourra aussi bien être celle du philosophe que celle du croyant – l’une n’excluant pas l’autre. Nous étudierons les modalités de collaboration amicale dans la recherche de la vérité, en mettant tout particulièrement l’accent sur les collaborations s’opérant dans la différence : différence significative de points de vue philosophique, différence de sensibilité religieuse ou d’appartenance confessionnelle ou religieuse. Notre journée nous permettra de nous interroger sur la manière dont les divergences sont surmontées et comment la différence est éventuellement mobilisée afin de servir une progression commune. Il sera alors question de nous interroger sur ce que pourrait signifier : « être amis en vérité ».

Programme

9h  Accueil – café

  • 9h20 Ouverture par le directeur de l’IEFR, Thierry Amalou
  • 9h30 Introduction, Pascaline Turpin, Olivier Rota, Charles Coutel

Présidence : Sophie Izoard

  • 9h45 Charles Coutel, Amitié et vérité : une hospitalité croisée
  • 10h15 Yves Vendé, Le rôle de l'amitié lettrée dans le Confucianisme primitif
  • 10h45 Questions et échanges

11h00   Pause-café

Présidence : Cathy Leblanc

  • 11h15 Pascaline TurpinL'amitié à l'épreuve de la vérité : Abélard, Guillaume de Saint-Thierry et Bernard de Clairvaux
  • 11h45 Pedro Valinho-Gomes, L’interprétation, entre amitié et vérité
  • 12h15 Questions et échanges

12h30   Pause du midi

Présidence : Yves Vendé

  • 14h  Hadrien Courtemanche, Les Cahiers de la Quinzaine ou la rencontre de l'amitié et de la vérité
  • 14h30 Suzanne Bray, « Qui peut mériter un tel bonheur ? » Les Quatre amours de C. S. Lewis : une réhabilitation de l’amitié pour le vingtième siècle
  • 15h Cathy Leblanc, L'Amical et Le Retournement du monde chez Heidegger
  • 15h30  Questions et échanges

15h45   Pause-café

Présidence : Pedro Valinho-Gomes

  • 16h Sophie Izoard, L’amitié sociale (selon le pape François) : le courage d’un dialogue ouvert à la vérité
  • 16h30  Olivier Rota, Le dialogue interreligieux : rechercher la vérité entre amis ?
  • 17h00 Questions et échanges, puis conclusions de la journée

Places

  • Université Catholique de Lille [Bâtiment Robert Schuman - salle RS151] - 60, bd Vauban
    Lille, France (59000)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Friday, April 05, 2024

Keywords

  • amitié, vérité, philosophie, histoire, théologie

Contact(s)

  • Olivier Rota
    courriel : olivier [dot] rota [at] univ-catholille [dot] fr

Information source

  • Olivier Rota
    courriel : olivier [dot] rota [at] univ-catholille [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« « Être amis en vérité ». La vérité peut-elle se passer d’amitié ? », Study days, Calenda, Published on Monday, March 18, 2024, https://doi.org/10.58079/w15y

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search