HomeHyper-interprétation et savoirs à l’ère du digital : concepts et méthodes

HomeHyper-interprétation et savoirs à l’ère du digital : concepts et méthodes

*  *  *

Published on Monday, March 18, 2024

Abstract

À l’heure du dernier stade de la grammatisation, celui des algorithmes et des données, - après les stades de l’alphabet et de l’imprimerie -, il convient de repenser la hiérarchisation et la circulation du savoir scientifique au regard des « technologies de la connaissance » et de l’analyse du langage. La transformation simultanée des régimes du document et des régimes de vérité implique l’expérimentation de nouvelles formes de recherche relatives aux formes de lecture et d’écriture. En proposant le concept d’hyper-interprétation, l’objectif de ce colloque consiste à dégager les perspectives ouvertes par une approche organologique du savoir, basée sur la relation entre dispositifs techniques et formes de réflexivité qui allient les littératies et les numératies.

Announcement

Argumentaire

A l’heure du dernier stade de la grammatisation, celui des algorithmes et des données, - après les stades de l’alphabet et de l’imprimerie -, il convient de repenser la hiérarchisation et la circulation du savoir scientifique au regard des « technologies de la connaissance » et de l’analyse du langage. La transformation simultanée des régimes du document et des régimes de vérité implique l’expérimentation de nouvelles formes de recherche relatives aux formes de lecture et d’écriture.

En proposant le concept d’hyper-interprétation, l’objectif de ce colloque consiste à dégager les perspectives ouvertes par une approche organologique du savoir, basée sur la relation entre dispositifs techniques et formes de réflexivité qui allient les littératies et les numératies.

L’hyper-interprétation pose la question de la synthèse de plusieurs instruments de connaissance complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité des chercheurs. Le premier système, dit primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées qui concourent à la construction des heuristiques de la découverte et de l’expérimentation. Le système secondaire développé durant le XXème siècle favorise l’accès aux contenus primaires par le biais de catalogues des bibliothèques, des archives ouvertes de corpus et de bases de données d’enquêtes. Enfin, le troisième système regroupe l’ensemble des données et des hyperdocuments qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur et qui concourent à de nouvelles formes de signifiance. Il peut s’agir de graphes, de cartes, de réseaux, d’algorithmes de clusterisation ou de classification, de modèles de langages qui sont soumis à un traitement qualitatif ou quantitatif par le biais d’outillages dédiés.

L’hyper-interprétation renouvelle les conditions du travail interprétatif à travers le triptyque (traces, empreintes, langages) et superpose plusieurs systèmes documentaires qui traduisent l’évolution de l’action de la recherche dans toutes les disciplines en redistribuant les formes du dicible et du visible dans la perspective des Etudes Digitales. Après le concept de Digital Humanities, où les sciences de l’homme et de la société rencontrent les technologies, les Digital Studies, qui concernent toutes les formes de savoir, est une épistémogenèse des savoirs à l’heure des collectifs de connaissances ouvertes (open science).

L’hyper-interprétation repose la question de la configuration des savoirs comprise, non pas comme des traitements de données, mais plutôt comme le renouveau d’une culture de l’argumentation et de la délibération mettant en jeu, autour des textes et des corpus, un dialogue interscience qui couple compréhension et explication pour aborder un « faire sens ».

Programme

18 et 19 mars 2024

Maison Suger, FMSH, au 16 rue Suger, 75006 Paris

Lundi 18 mars 2024

matin

  • 9H-9h30 Accueil (café et viennoiseries)
  • 9H30-9H45 Présentation des journées
  • 9H45-10H15 Du sémanthème au Web herméneutique : vers une nouvelle écologie de l’industrie documentaire ? Vincent Puig, Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou
  • 10H15-10H45 Machines à interpréter, écriture numérique et capitalisme Éric Guichard, ENSSIB, Laboratoire Triangle ENS-Lyon - CNRS

Pause 15’

  • 11h-11H30 Etudes digitales, hyper-interprétation et (trans)-formation des savoirs Franck Cormerais, Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire MICA
  • 11H30-12H00 Pour une compréhension ou une interprétation écologique de l’information Anne Lefebvre, ENS Paris-Saclay.fr, Centre de recherche en Design
  • 12H00-12H30 Autorité documentaire transmédiatique en régime de numérisation intensive et de systèmes d’organisation des connaissances connexionnistes  Manuel Zacklad, Laboratoire Dicen-IdF, CNAM

après-midi

  • 14H30-15H00 Hyperinterprétation des images Alberto Romele, Université Sorbonne Nouvelle.
  • 15H00-15H30 Enjeux socio-philosophiques et herméneutiques de l’ère hypermoderne Pierre-Antoine Chardel, IMT-BS et LAP, CNRS / EHESS

Pause 15’

  • 15H45-16H15 Entre prévisibilité algorithmique et prudence, un espace d’interprétation Jacques A. Gilbert, Université de Nantes, Laboratoire LAMO
  • 16H15-16H45 Grammatisation des images et interprétation. Sophie Pène, DICEN - IdF

Mardi 19 mars 2024

matin

  • 9H-9H30 Accueil
  • 9h30-10H L'herméneutique Digitale et l'idiomatique. Noel Fitzpatrick, Université de Dublin, laboratoire GradCom.
  • 10H-10H30 L’annotation numérique comme hyper-interprétation de documents audiovisuels. Michaël Bourgatte, Université Catholique de Paris.

Pause 15’

  • 10H45-11h15 L’à-venir de l’hypertexte comme différance encyclopédique ? Victor Chaix, Association Épokhè, Paris
  • 11H15-11h45 Interprétation et subjectivité : la Scène de la recherche arts/sciences à l’ENS Audrey Gosset, ENS Paris Saclay, Laboratoire MICA
  • 11h45-12h15 Heuristique des protocoles d'écriture collective et interprétation. Nicolas Sauret, Université Paris 8, Laboratoire Paragraphe

après-midi

  • 14h-14h30 Des cartographies de controverses à la génération d’arguments en contexte numérique Orélie Desfriches, Université, Paris 8, Laboratoire Paragraphe.
  • 14h30-15H  La « raison » des machines et interprétation : l’efficacité a-t-elle un sens ? Daphné Vignon, Université de Nantes, Laboratoire LAMO.

Pause 15’

  • 15h15-15h45   Les contextes d'interprétation à l'heure de l'IA ubiquitaire Armen Khatchatourov, Université Gustave Eiffel, Laboratoire Dicen-IdF.
  • 15h45- 16H15 LLM et IA générative : impacts sur les pratiques interprétatives de recherche en sciences humaines et sociales  Amar Lakel, Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire MICA

Places

  • 16 rue Suger
    Paris, France (75006)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Monday, March 18, 2024
  • Tuesday, March 19, 2024

Keywords

  • communication, interprétation, contexte, herméneutique, data, intelligence artificielle, donnée, savoir, humanités numériques

Contact(s)

  • Armen Khatchatourov
    courriel : armen [dot] khatchatourov [at] univ-eiffel [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Armen Khatchatourov
    courriel : armen [dot] khatchatourov [at] univ-eiffel [dot] fr

License

CC-BY-4.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0 .

To cite this announcement

Franck Cormerais, Armen Khatchatourov, « Hyper-interprétation et savoirs à l’ère du digital : concepts et méthodes », Conference, symposium, Calenda, Published on Monday, March 18, 2024, https://doi.org/10.58079/w160

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search