HomeL’art de la mémoire entre secrets et magie

HomeL’art de la mémoire entre secrets et magie

*  *  *

Published on Wednesday, April 10, 2024

Abstract

Pour son sixième numéro (prévu fin 2025), Arcana naturae (Agorà & Co) cherchera à rendre compte de l’art de la mémoire, à travers l’histoire des sciences secrètes. Quatre axes de recherches principaux sont suggérés pour analyser la façon dont la dimension secrète de l’art de la mémoire a conditionné l’évolution de la tradition mnémotechnique médiévale et moderne ainsi que ses rapports avec les autres branches du savoir.

Announcement

Argumentaire

Pour son sixième numéro (prévu fin 2025), Arcana naturae (Agorà & Co) cherchera à rendre compte de l’art de la mémoire, à travers l’histoire des sciences secrètes.

Suivant les traces de Paolo Rossi (1960) et de Frances Yates (1966), la recherche portant sur l’art de la mémoire (ars memoriae) a eu tendance à mettre en avant son caractère ésotérique. La mnémotechnie serait secrète car magique. Si la dimension ésotérique est indubitable dans les écrits de Giordano Bruno, Giulio Camillo et Robert Fludd, des recherches plus récentes ont eu tendance à mettre l’accent sur la dimension purement technique de la mémorisation. Dans cette optique, les professeurs faisant jurer à leurs élèves de garder le secret sur leur enseignement, voire recourant à une écriture codée pour restreindre l’accès à leurs manuels, se comportent moins en mages en puissance qu’en professeurs des secrets (William Eamon, 2010 ; Daniel Jütte, 2015).

La mnémotechnie de la Renaissance est donc traversée par la tension entre une pratique licite (la mémoire artificielle rhétorique de l’antiquité) et interdite (la magie mnémotechnique (Ghezzani, 2022)). Ce caractère secret mais (souvent) légal de l’ars memoriae permet d’expliquer les stratégies commerciales employées par les professeurs et auteurs de traités de mémorisation. Encore peu étudiées, ces stratégies configurent pourtant les relations entre l’art de la mémoire et les autres branches du savoir. Si l’utilisation de mnémotechnies est normale en rhétorique et en musique, son emploi pour apprendre le droit, la théologie et les autres arts libéraux peut provoquer des réticences, voire des accusations de sorcellerie. Ces accusations sont d’autant plus virulentes que certaines pratiques magiques visent à améliorer la mémoire (ars notaria) et que d’autres utilisent les visualisations mnémotechniques comme outils magiques (Fludd, Camillo). L’impact du savoir-faire mnémotechnique sur les autres types de savoirs est donc conditionné par la représentation qu’en ont les lettrés médiévaux et modernes.

Quatre axes de recherches principaux sont suggérés pour analyser la façon dont la dimension secrète de l’art de la mémoire a conditionné l’évolution de la tradition mnémotechnique médiévale et moderne ainsi que ses rapports avec les autres branches du savoir.

  1. Le premier axe consiste à considérer l’ars memoriae comme un savoir commercial précieux et à analyser la rhétorique du secret dont se drapent les professeurs de mémorisation afin de renforcer la valeur perçue de leurs cours. L’analyse du recours à un langage codé, la figure du professeur de mémorisation comme un charlatan et, en miroir, l’auto-promotion de ces derniers, sont autant de thèmes dont l’exploration est fortement encouragée. Il en va de même pour les analyses des stratégies discursives utilisées pour approcher l’épineuse question de la licité de la magie naturelle.
  2. La réception de ces stratégies par les tenants d’autres disciplines fera l’objet du second axe. Comment les professeurs de droit, de théologie, et autres lettrés, réagissent-ils face à l’emploi d’un art ayant la réputation d’être secret et ésotérique ? Les utilisateurs des techniques de mémorisation réussissent-ils à persuader (ou non) leurs collègues de l’utilité d’une propédeutique utile, voire d’une clavis universalis ?
  3. Parmi ses diverses branches du savoir, l’influence de l’ars memoriae sur les théories et les pratiques magiques (et vice-versa) fera l’objet d’une attention particulière. Les contributions portant, notamment, sur l’utilisation des images mentales (e.g. les images représentant une scène marquante, sortant de l’ordinaire, utilisées aussi bien comme imagines agentes mnémotechniques que comme talismans magiques) sont les bienvenues.
  4. Enfin, des études portant sur les interactions entre l’art de la mémoire et d’autres disciplines perçues comme secrètes sont les bienvenues : physiognomonie, astrologie, lullisme, cryptographie…

La contextualisation sociale du sujet étudié sera fortement valorisée.

Modalités de participation

Les articles, d’une quinzaine de pages (entre 30 et 50 000 caractères, espaces inclus), seront préférentiellement rédigés en français ou en anglais.Les propositions détaillées d’articles (300 mots), accompagnées d’un court CV et des informations de contact, doivent être envoyées (en fichier .doc ou .pdf) à l’adresse arcana.revue@gmail.com, en mettant en copie clement.poupard@edu.unito.it et tommaso.ghezzani@sns.it.

avant le 30 mai 2024.

La notification d’acceptation des propositions sera envoyée le 30 juin 2024. Les articles devront être soumis avant le 28 février 2025 pour évaluation en double blind peer review.Les articles proposés à la revue sont soumis anonymement pour évaluation à deux lecteurs pour avis (double blind peer review). En fonction de ces avis et des recommandations faites, le comité de rédaction prend la décision de : 1) publier l’article ; 2) demander à l’auteur d’effectuer des révisions pour se conformer aux attentes de la revue ; 3) refuser l’article. L’auteur sera averti de la décision finale dans un délai de 1 à 2 mois après soumission. Après acceptation, il lui sera demandé de procéder aux corrections ou révisions de son texte dans le délai indiqué, avant relecture pour correction finale.

Agenda

·       Date limite d’envoi des propositions : 30 mai 2024.

·       Notification d’acceptation des propositions : 30 juin 2024.

·       Date limite d’envoi des articles (pour peer review) : 28 février 2025.

Direction scientifique

Clément Poupard & Tommaso Ghezzani éditeurs scientifiques d’Arcana naturae, n° 6

Thibaut Rioult & Donato Verardipour le comité éditorial d’Arcana naturae


Date(s)

  • Thursday, May 30, 2024

Keywords

  • art de la mémoire, sciences des secrets, magie, enseignement, littérature des secrets, cryptographie, mnémotechnie, histoire des sciences et techniques

Contact(s)

  • Clément Poupad
    courriel : clement [dot] poupard [at] edu [dot] unito [dot] it
  • Tommaso Ghezzani
    courriel : tommaso [dot] ghezzani [at] sns [dot] it

Reference Urls

Information source

  • Thibaut Rioult
    courriel : rioult [dot] thibaut [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« L’art de la mémoire entre secrets et magie », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, April 10, 2024, https://doi.org/10.58079/w6w7

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search