HomeCultures nomades et nationalismes dans l’Ouest saharien (XIXe-XXe siècle) : hommes, lieux et courants de pensée

HomeCultures nomades et nationalismes dans l’Ouest saharien (XIXe-XXe siècle) : hommes, lieux et courants de pensée

*  *  *

Published on Monday, April 15, 2024

Abstract

Dans le cadre de la XVIe conférence de SeSaMO Crossings and contaminations. Practices, languages and politics in transit in the Middle East and North Africa, le panel « Cultures nomades et nationalismes dans l’Ouest saharien (XIXe-XXe siècle) : hommes, lieux et courants de pensée ». Le panel entend se focaliser sur les courants culturels et politiques qui ont déterminé l’évolution des nationalismes de l’Ouest Saharien à partir du début du XXe siècle ainsi que sur l’histoire des personnalités qui, en se déplaçant dans d’autres parties du monde arabe et/ou africain, ont permis la transmission de conceptions sociétales, de visions du monde et de nouvelles structures de pouvoir. 

Announcement

Du 3 au 5 octobre à Cagliari (Italie)

Argumentaire

Parmi les espaces qui ont subi la présence européenne, l'Ouest saharien est sans doute celui où l'approche géométrique des frontières coloniales a été la plus évidente. L'ignorance et/ou l'indifférence à l'égard des cultures et des sociétés locales et la volonté de s'emparer de régions où se trouvaient (ou étaient supposées se trouver) des ressources minérales ont conduit, au tournant des XIXe et XXe siècles, à l'établissement de frontières territoriales qui ne tenaient pas compte des populations (Trout, 1969). En effet, majoritairement nomades, celles-ci ont continué à suivre leurs parcours habituels pour le commerce et le pastoralisme, ignorant souvent les autorités coloniales et s'y accommodant pendant leurs brèves périodes de sédentarisation (Caratini, 1989 ; López Bargados, 2003). Cela ne veut pas dire que les grands nomades de l'Ouest saharien ne savaient pas que leurs espaces avaient été divisés et qu'il y avait une puissance coloniale distincte - française ou espagnole - de l'autre côté de chaque frontière. En témoigne la résistance à la pénétration militaire française menée à travers les ghazi qui, jusqu'au milieu des années 1930, étaient organisés dans les territoires sous virtuelle administration espagnole. Les colonnes sahariennes "dissidentes" attaquaient les troupes coloniales dans les "territoires français" et rentraient dans les "territoires espagnols", sûres de ne pas être poursuivies au-delà de la frontière établie entre Paris et Madrid au début du siècle (Bozzo, 1985 ; Acloque & Evrard, 2022).

À partir de la seconde moitié des années 1950, cette situation mouvante change : l'indépendance du Royaume du Maroc (1956), l'autonomie accordée à la Mauritanie (1958), la guerre d'Algérie (1954-1962) et la provincialisation des zones sous domination espagnole (1958) influencent la vie des grands nomades qui ne doivent plus seulement compter avec les frontières coloniales, mais aussi avec celles des nouveaux États indépendants (ou de ceux qui le deviendront quelques années plus tard). Le nationalisme territorial moderne s'est imposé en accentuant les fractures et les nouvelles recompositions sociales, en divisant les familles et les pays, en suscitant des revendications territoriales (Grand Maroc et Grande Mauritanie) et les guerres qui s'ensuivent où les cousins combattent souvent les cousins ("Guerre des sables", entre l'Algérie et le Maroc en 1963 ; Guerre du Sahara, entre le Maroc et la Mauritanie d'une part, et le Front Polisario, expression du nationalisme sahraoui d'autre part (1975-1991) ; Front Polisario - Maroc, depuis novembre 2020, en cours). Cependant, l'idée de ce panel n'est pas d'analyser les origines de ces conflits, et plus généralement la genèse et le développement des nationalismes en Afrique subsaharienne sous l'angle des relations internationales ; Au contraire, en s'inspirant du courant de " l'histoire par le bas ", il s'agit de mettre en lumière les courants culturels et politiques qui ont déterminé l'évolution des nationalismes à partir du début du 20ème siècle, l'histoire des personnalités qui, en se déplaçant dans d'autres parties du monde arabe et/ou africain, ont permis la transmission de conceptions sociétales, de visions du monde et de nouvelles structures de pouvoir.  En somme, il s'agit de tenter de dépasser les frontières coloniales et de mettre à profit les échanges d'idées, de pensées et d'élaborations politiques qui sont à la base des recompositions identitaires - toujours en cours - des populations de cette vaste région.

Seront donc particulièrement bienvenues les propositions de communication portant sur :

- Les courants de pensée politique dans la région avant la colonisation et leur impact sur les nationalismes modernes;

- Le rôle des principaux courants philosophiques et mouvements politiques du Proche-Orient et leur impact sur les courants politiques de l'Occident saharien;

- Les biographies de personnalités de l'Ouest saharien et des pays environnants qui ont eu un impact sur la transformation de la pensée politique et sociale des peuples de la région.

- Le développement de formations politiques nationales et/ou transnationales.

- Les lieux de rencontre : mouggar, moussem, chouffan et leur rôle dans la transmission des courants de pensée

- Les mouvements politiques européens et les nationalismes de l'Ouest saharien

Modalités de contribution

Les propositions, en italien, français, anglais ou espagnol (max. 1000 mots), accompagnées d'un bref CV + publications (deux pages) doivent parvenir à francesco.correale@cnrs.fr

avant le 7 mai 2024.

La conférence aura lieu à l'Université de Cagliari (Italie) du 3 au 5 octobre 2024.

La selection des communications (4 max) sera opérée par le comité scientifique de la conférence en coordination avec l'auteur de la proposition du panel, Francesco Correale. L'annonce des résultats de sélection aura lieu avant le 31 mai 2024.

Comité scientifique

  • Mme Ada Barbaro, Université La Sapienza, Rome
  • Mme Daniela Potenza, Université de Messine
  • Mme Rossana Tufaro, Université La Sapienza, Rome
  • Nicola Melis, Mme Patrizia Manduchi et Mme Alessandra Marchi (Université de Cagliari).

Bibliographie citée

  • Acloque, Benjamin, Evrard, Camille (2022): “Contexto y causas diversas del gazi de Mutunsi (18 de agosto de 1932)”, in Correale, F., Feliu L., López Bargados, A., Rebelarse en el desierto. Movilizaciones politicas en el Oeste sahariano (1932-2020), Barcellona, Bellaterra, p. 47-79.
  • Bozzo, Anna (1985): “Le frontiere nel processo di formazione dell’identità sahrawi” in Fondation Internationale Lelio Basso pour le droit et la libération des peuples, La question sahraouie. Un probleme historique-politique, Roma, Cahiers, p. 43-50.
  • Caratini, Sophie (1989): Les Rgaybāt (1610-1934), Parigi, L’Harmattan, 2 vol.
  • López Bargados, Alberto (2003) : Arenas coloniales. Los Los Awlād Dalīm ante la colonización franco-española del Sáhara, Barcellona, Ed. Bellaterra.
  • Trout, Frank E. (1969) : Morocco'S Saharan Frontiers, Ginevra, Droz.

Places

  • Université de Cagliari, Dpt. de Sciences Politiques et sociales
    Cagliari, Italian Republic

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Tuesday, May 07, 2024

Keywords

  • ouest saharien, nationalisme, sahara occidental, mauritanie, islam saharien, nomadisme, histoire culturelle

Contact(s)

  • Francesco Correale
    courriel : francesco [dot] correale [at] univ-tours [dot] fr

Information source

  • Francesco Correale
    courriel : francesco [dot] correale [at] univ-tours [dot] fr

License

CC-BY-4.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0 .

To cite this announcement

Francesco Correale, « Cultures nomades et nationalismes dans l’Ouest saharien (XIXe-XXe siècle) : hommes, lieux et courants de pensée », Call for papers, Calenda, Published on Monday, April 15, 2024, https://doi.org/10.58079/w7v1

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search