HomeBourse de recherche pour le projet « Santé mentale des apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française »

HomeBourse de recherche pour le projet « Santé mentale des apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française »

*  *  *

Published on Thursday, April 18, 2024

Abstract

Croix-Rouge Compétence, filière formation de la Croix-Rouge française. Ainsi, Croix-Rouge Compétence prépare à 30 métiers du sanitaire, du social et de la SST (santé et sécurité au travail), propose des programmes de pré-qualification pour accompagner les personnes éloignées de l’emploi dans l’acquisition des savoirs et compétences de base, et accompagne enfin les professionnels du secteur dans leur montée en compétence. Nombre de ces apprenants présentent des signes de vulnérabilité qui se traduisent par des symptômes variés, aussi bien psychologiques que physiques, et qui ont finalement des impacts sur leur parcours de formation, ainsi que sur leur insertion professionnelle. L’objectif de cet appel est de soutenir une recherche qui fournira une connaissance exhaustive de la réalité des problèmes de santé mentale parmi les apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française, afin d’envisager un accompagnement adapté.

Announcement

Argumentaire

Croix-Rouge Compétence, filière formation de la Croix-Rouge française, gère 157 instituts de formation répartis sur 60 sites dans 12 régions et en outre-mer. Elle représente le seul réseau intégré d’organismes de formation sanitaire et sociale en France présent sur l’ensemble du territoire national. Son ambition est de garantir l’insertion professionnelle, le maintien dans l’emploi et le développement de carrière par des formations d’excellence adressées aux jeunes, aux salariés, aux demandeurs d’emploi et à toute personne éligible à la formation professionnelle, tout au long de leur vie.

Ainsi, Croix-Rouge Compétence prépare à 30 métiers du sanitaire, du social et de la SST (santé et sécurité au travail), propose des programmes de pré-qualification pour accompagner les personnes éloignées de l’emploi dans l’acquisition des savoirs et compétences de base, et accompagne enfin les professionnels du secteur dans leur montée en compétence. Sur ses 3 segments de formation, Croix-Rouge Compétence forme chaque année plus de 1 500 apprenants en préqualification, près de 18 000 apprenants en formations diplômantes, certifiantes ou qualifiantes, et plus de 95 000 stagiaires en formation professionnelle courte.

Nombre de ces apprenants présentent des signes de vulnérabilité qui se traduisent par des symptômes variés, aussi bien psychologiques que physiques, et qui ont finalement des impacts sur leur parcours de formation, ainsi que sur leur insertion professionnelle. La problématique actuelle de la santé mentale des apprenants des instituts de formation de Croix-Rouge Compétence est un sujet particulièrement préoccupant. Les apprenants se disent confrontés à un stress important vis-à-vis des attendus en formation, la densité du travail personnel demandé, des situations financières très précaires, des problématiques sociales et personnelles qui ont un impact négatif sur leur bien-être psychologique, entrainant parfois une rupture de formation.

Objectifs

L’objectif de cet appel est de soutenir une recherche qui fournira une connaissance exhaustive de la réalité des problèmes de santé mentale parmi les apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française, afin d’envisager un accompagnement adapté.

  • Quelle est la prévalence des problèmes de santé mentale parmi les apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française ?
  • Quels sont les différents symptômes observés ?
  • Quels sont les principales caractéristiques sociodémographiques des apprenants souffrants de problèmes de santé mentale ?
  • Quels sont les principaux facteurs de ces problèmes, et leurs effets sur le parcours des apprenants ?
  • Comment consolider le travail de détection, de prévention en articulation avec les professionnels de la santé mentale et les dispositifs de droit commun (cellule d’écoute, groupement d’entraide mutuelle…) ?

Tout en pouvant mobiliser la diversité des SHS, les candidats sont invités à bien présenter leur approche de la santé psychique, son versant pathologique, ainsi que les définitions des objets qu’ils proposent d’étudier . Comme le constatent Morvan et Frajerman, citant Kendell et Jablensky , « si les termes de ‘’santé mentale, mal-être, dépression, maladies, troubles mentaux’’ ne semblent pas poser de problème de définition a priori, il semble pourtant […] que la plupart de ceux qui utilisent ces termes ‘’s’autorisent l’illusion confortable que tout le monde comprend de quoi l’on parle’’. »

D’un point de vue méthodologique, les candidats sont invités à justifier et expliquer dans quelle mesure la méthode qu’ils proposent inclut ou non l’emploi d’outils de mesure standardisés (tels que CIDI-SF par exemple) permettant une comparaison entre les apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française, d’autres étudiants, les jeunes ou la population générale.

Enfin, dans leur ouvrage intitulé La santé mentale des étudiants. Approches innovantes pour la prévention et l'accompagnement : un état des lieux, Rébecca Shankland, Clémence Gayet et Nadine Richeux mettent en exergue la particularité des étudiants impliqués dans des formations sanitaires et sociales.

En effet, selon elles, « la confrontation à la vulnérabilité, la maladie, la souffrance et la mort sont des facteurs de risques majeurs susceptibles de conduire au développement de problèmes de santé mentale. A cela s’ajoute un apprentissage dans des conditions d’exercice dégradées par la crise sanitaire (notamment lors des stages). Dans ce contexte, un sentiment d’impuissance et de perte de maîtrise ajouté au gap entre le travail projeté et le travail réel conduit les étudiants en formations sanitaire et sociale à un inconfort émotionnel important, terreau fertile pour l’altération de la santé mentale. » Ainsi, les candidats sont invités à expliquer en quoi leur projet de recherche est particulièrement pertinent pour ce type d’étudiants impliqués dans des formations sanitaires et sociales et en quoi les pistes proposées sont pertinentes pour un ensemble d’acteurs, comme les IRTS ( ?).

Conditions de financement

Dans le cadre de cet appel, la Fondation offrira à chaque lauréat :

  • une bourse de recherche de 18 000 euros ;
  • la possibilité de solliciter une participation aux frais d’assurance liés au terrain (pour un montant maximum de 500 euros).

De plus la Fondation propose un accompagnement et les avantages suivants :

  • un suivi scientifique et un tutorat personnalisés ;
  • un accompagnement dans la valorisation des résultats de la recherche :
    • traduction en anglais, publication sur le site de la Fondation et diffusion de l’article scientifique et du numéro de la série « Pratiques & Humanités » (sous réserve du respect des consignes de rédaction)
    • soutien pour publier dans des revues d’excellence et la revue Alternatives Humanitaires
    • participation aux « Rencontres de la Fondation » ou à d’autres événements de valorisation internationaux
    • création d’un espace dédié à la recherche conduite sur le site de la Fondation

un abonnement d’un an à la revue Alternatives Humanitaires

Au-delà de ces services et de la bourse qu'elle leur attribue, la Fondation n'apporte aux lauréats aucun soutien financier ni logistique. Chaque lauréat est seul responsable de la gestion de sa logistique et de ses conditions matérielles de travail.

Conventionnement

Dans le cas de la sélection d’un projet porté par un chercheur titulaire, la collaboration sera formalisée par la signature d’une convention partenariale entre la Fondation et la tutelle du laboratoire d’affiliation du lauréat. La gestion du financement ainsi accordé conformément au budget prévisionnel fourni lors de la candidature (y compris la rémunération des membres de l’équipe de recherche) relève de la responsabilité du coordinateur ou de la coordinatrice du projet, qui fournira un compte-rendu budgétaire aux échéances fixées par le calendrier scientifique de la Fondation.

Sur la base de leur appréciation du projet de recherche et de l’auto-évaluation des risques éthiques liés à ce projet et fournie par le candidat, les évaluateurs se prononcent sur la nécessité ou non de soumettre le projet de recherche à un comité d’éthique. Dans le cas où ils se prononcent en faveur d’une telle démarche, le Conseil d’administration de la Fondation attribuera la bourse de recherche sous réserve d’obtention d’un avis favorable d’un comité d’éthique par le lauréat. La recherche ainsi que le versement de la bourse ne débuteront pas, jusqu’à obtention de cet avis favorable. Dans le cas contraire où les évaluateurs ne concluent pas à la nécessité de soumettre le projet de recherche à l’avis d’un comité d’éthique, la recherche ainsi que le versement de la bourse pourront débuter à la date indiquée dans l’appel. Toutefois, la Fondation encourage vivement le lauréat à soumettre son projet à l’avis d’un comité d’éthique, et il rendra compte à la Fondation du résultat de ses démarches dans son 1er rapport d’étape.

La Fondation procède au versement de la bourse en 4 fois : 3 versements de 5 000 euros, dont le premier intervient après confirmation expresse par le Lauréat, par tout moyen écrit, du démarrage de ses travaux de recherche, et un solde de 3 000 euros à la remise des livrables finaux.

Le versement de la seconde et troisième tranche de la bourse dépend de la volonté expresse du Lauréat à poursuivre son travail de recherche, dans les conditions visées dans la Convention de recherche, en envoyant les deux rapports d’étape aux dates convenues. De même, à défaut de présentation par le Lauréat des deux publications (article scientifique et fiche préparatoire au « Pratiques & Humanités ») et du rapport final de recherche, même si les deux rapports d’étape ont été fournis, il sera mis fin au versement de la bourse, la Fondation se réservant le droit de demander le remboursement de tout ou partie de la bourse d’ores et déjà versée.

Au cas où survient un évènement qui constitue un cas de force majeure ou un évènement visé dans la liste ci-dessus, les obligations des Parties seront automatiquement suspendues et prorogées d’une durée égale au retard résultant de cette survenance. La suspension sera notifiée par la Partie la plus diligente, qui précisera la durée prévisible de cette suspension. On entend par cas de force majeure tout évènement imprévisible, irrésistible et indépendant de la volonté des Parties. Sont contractuellement considérés comme causes d’exonération un/des évènements suivants, susceptibles par leur gravité de modifier le contexte de la recherche, qui surviendrai(en)t dans le ou les pays de recherche pressenti(s), même s’ils ne répondent pas à la définition de la force majeure et sans qu’il soit besoin de l’établir : révolution, émeutes, guerre civile, guerre interétatique, attentats de masse, instabilité politique majeure, grève générale prolongée, crise économique majeure, crise financière, défaut de paiement du pays, crise bancaire avec faillite(s) bancaire(s) et fermeture temporaire des établissements financiers, catastrophe naturelle, sanitaire, industrielle, technologique, environnementale… Il sera tenu compte de différents paramètres (dont l’avis du Ministère des Affaires étrangères du pays de résidence, le maintien ou le retrait dans le pays de recherche d’ONG transnationales, du CICR, d’agences de l’ONU).

Critères éligibilité

Seules les personnes rassemblant les conditions suivantes peuvent candidater :

  • être titulaire d’un doctorat (doctorat français, PhD ou doctorat étranger de niveau équivalent) dans le champ des sciences humaines et sociales (en particulier en sociologie, anthropologie, démographie, géographie, science politique, économie, histoire, philosophie, psychologie, relations internationales, santé publique, sciences de l’environnement, etc.) ;
  • justifier une disponibilité minimum de 6 mois durant l’année consacrée à la recherche ;
  • contribuer à faire avancer la recherche sur les thèmes ou zones géographiques prédéfinies par la Fondation ou avoir des publications dans d’autres domaines démontrant des capacités à mener des recherches de qualité.

Les futurs docteurs sont autorisés à candidater à la condition de fournir une attestation de l'école doctorale certifiant que la soutenance aura lieu avant le 30 juin 2024.

Il n’existe pas de condition de nationalité.

Tout chercheur rassemblant les conditions présentées ci-dessus, qu’il soit titulaire de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) ou non, peut candidater.

La Fondation Croix-Rouge française soutient les chercheurs réfugiés, qu’ils soient francophones ou non, et dans le cadre de dispositifs d’accueil tels que le programme PAUSE. La lettre de soutien du responsable de chaque organisme de recherche impliqué dans le projet (voir « Formulaire de candidature » plus loin) doit mentionner dans ce cas l’engagement du laboratoire d’accueil du chercheur réfugié à l’aider à soumettre les rapports d’avancement ainsi que les livrables finaux attendus dans le cadre de la recherche en français.

Conditions de candidature

Les financements accordés par cet appel de la Fondation Croix-Rouge française ont pour objectif de couvrir le coût de recherches dans le cadre de projets individuels.

Toutefois, chaque candidat est libre d’impliquer d’autres personnes s’il le juge nécessaire pour la réalisation de la recherche. Le cas échéant, celui-ci fournira les CV et une présentation des tâches allouées à ces personnes

D’une manière générale, les candidats doivent :

  • présenter leur projet de recherche en langue française ;
  • être présentés par un établissement de recherche ou académique ;
  • motiver la candidature (intérêt de la recherche envisagée) ;
  • prendre connaissance des conditions d’attribution et des modalités d’utilisation des financements alloués par la Fondation telles que définies dans ce document ;
  • candidater conformément aux paragraphes détaillés ci-après avant le 19 mai 2024 à minuit (heure de Paris).

La gestion des candidatures est assurée par la Fondation, au moyen d’une plateforme en ligne accessible sur son site (www.fondation-croix-rouge.fr). Après la création de son compte, le candidat accède à son espace personnel depuis lequel il peut postuler aux différentes bourses de recherche proposées puis suivre l’évolution de sa/ses candidature.s.

Formulaire de candidature

Le candidat renseigne un formulaire de saisie constitué de blocs d’informations relatives à son profil (formation, parcours et situation professionnelle) et son projet (intitulé, revue de littérature, objectifs, problématique, enjeux et intérêts scientifiques et sociaux, méthodologie envisagée, calendrier, etc.), jusque dans l’évaluation des risques sécuritaires et éthiques qui y sont associés, et joint les pièces suivantes :

  • un CV actualisé détaillant son parcours universitaire et professionnel, le cas échéant le CV de chaque personne impliquée dans la réalisation de la recherche ;
    • pour les candidats titulaires de l’ESR uniquement : une attestation de l’organisme scientifique d’affiliation certifiant le poste et les fonctions du candidat ;
    • pour les candidats non titulaires uniquement : la copie du diplôme de doctorat certifiée conforme et visée par l’école doctorale, et du rapport de soutenance de thèse ;
    • pour les futurs docteurs uniquement : une attestation de l'école doctorale certifiant que la soutenance aura lieu avant le 30 juin 2024 ;
  • une lettre de motivation ;
  • un justificatif de domicile ;
  • un chronogramme détaillé des étapes clés du projet de recherche ;
  • une lettre de soutien du responsable de chaque organisme de recherche impliqué dans le projet ;
  • un formulaire d’autoévaluation des risques éthiques liés au projet de recherche ;
  • un budget prévisionnel (pour les candidats titulaires de l’ESR uniquement) ;
  • une lettre de référence (optionnel).

Les candidatures en ligne seront ouvertes du 1er avril 2024 au 19 mai 2024 à minuit (heure de Paris).

A cette date aucune pièce complémentaire aux dossiers ne sera acceptée. Tout dossier incomplet entrainera le rejet automatique de la candidature.

Si toutes les informations ont été renseignées (champs obligatoires saisis), le candidat peut valider sa candidature et ainsi soumettre son dossier à évaluation, dont il sera tenu informé des résultats.

Modalités de sélection

Les projets présentant une approche pluridisciplinaire sont vivement encouragés.

Les dossiers de candidature sont évalués par des membres

  • du Conseil d’administration (CA),
  • du Conseil scientifique (CS),
  • des experts associés,
  • des lauréats des Prix de recherche honorifiques et l’équipe de la Fondation.

Sur la base de ces différentes évaluations, un comité de sélection, incluant des représentants du partenaire de l’appel, établit une proposition de sélection soumise à la gouvernance de la Fondation, qui procède enfin à la sélection finale.

Les résultats sont communiqués par mail à tous les candidats au lendemain de cette sélection, soit le 3 juillet 2024.


Date(s)

  • Sunday, May 19, 2024

Keywords

  • santé mentale, études, étudiants, bourse de recherche

Contact(s)

  • Maya Sensoy
    courriel : maya [dot] sensoy [at] fondation-croix-rouge [dot] fr

Information source

  • Maya Sensoy
    courriel : maya [dot] sensoy [at] fondation-croix-rouge [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Bourse de recherche pour le projet « Santé mentale des apprenants des instituts de formation de la Croix-Rouge française » », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Thursday, April 18, 2024, https://doi.org/10.58079/w8pj

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search