HomePharmakon. La rhétorique à la croisée de la magie et de la religion

HomePharmakon. La rhétorique à la croisée de la magie et de la religion

*  *  *

Published on Thursday, April 18, 2024

Abstract

Cette journée d’étude se donne pour objectif d’explorer les relations qu’entretiennent la magie, la rhétorique et la religion dans l’Antiquité gréco-romaine. Il s’agit de questionner les frontières, parfois floues, qui distinguent la magie de la religion, en partant du terme pharmakon (φάρμακον) : de fait, le terme est susceptible de s’appliquer aux trois domaines mentionnés, en leur conférant une part d’ambiguïté.

Announcement

Argumentaire

Cette journée d’étude se donne pour objectif d’explorer les relations qu’entretiennent la magie, la rhétorique et la religion dans l’Antiquité gréco-romaine. Il s’agit de questionner les frontières, parfois floues, qui distinguent la magie de la religion, en partant du terme pharmakon (φάρμακον) : de fait, le terme est susceptible de s’appliquer aux trois domaines mentionnés, en leur conférant une part d’ambiguïté.

Bien des personnages littéraires, figures éminentes de la philosophie ou de la sophistique, ont été accusés d’impiété et traînés devant la justice en raison de l’ambiguïté de leur comportement religieux. L’acte d’accusation se fondait alors sur les termes qui appartiennent au vocabulaire religieux de l’Antiquité. Ces termes, l’impiété et la piété, s’inscrivent également dans les principes de composition des discours rhétoriques, ainsi se distribuent-ils entre le genre dikanikon (discours judiciaire) et le genre épideiktikon (discours d’éloge).La communication avec les dieux est le but ultime, aussi bien dans la religion que dans la magie. Dans un cas comme dans l’autre, le demandeur cherche à persuader, par son discours, la divinité d’agir. À cette différence près que le discours magique cherche à contraindre la divinité, tandis que la prière cherche à obtenir un bienfait de sa part. Ainsi, la persuasion, en l’occurrence la rhétorique, reste la ligne de partage des deux domaines.En ce qui concerne le pharmakon, il est à la fois ce qui tue et ce qui sauve. Cette dualité sémantique explique sans doute que Platon, dans le Phèdre, ait comparé ce terme avec l’écriture, perçue à la fois comme le poison et le remède de la mémoire (cf. Derrida, La Pharmacie de Platon). Gorgias, lui aussi, dans un passage de son Éloge d’Hélène réunit le logos et le pharmakon en tant que substances médicinales. De fait, ce rapprochement est d’autant plus pertinent que le pharmakon occupe une place importante dans le corpus hippocratique.En somme, la notion de pharmakon revêt une triple épaisseur : drogue dans sa dimension magique, remède ou poison en médecine, administré avec maîtrise et intention, et puissance ambivalente en rhétorique. À ces acceptions s’ajoute, dans le lexique religieux, le sens de « bête du sacrifice ». Le pharmakon se trouve au cœur des relations avec les divinités, servant ainsi d’offrande gratulatoire ou expiatoire. Ainsi, cette dernière est liée à la notion de bouc-émissaire, si chère à René Girard, et représente la partie sacrificielle du mot pharmakon.

Magie

D’après les témoignages textuels grecs et romains, la magie a été confondue avec la divination et frappée d’interdit. Le mot même fait référence à l’art ou à la science d’un groupe savant, les Mages, tantôt désigné comme perses, tantôt comme babyloniens, dont la science aurait attiré Protagoras, Pythagore et Orphée, par exemple ; de ce fait, les débuts de la pensée rationnelle, placés sous le signe de la philosophie et de la sophistique, sont marqués par l'irrationnel de la pensée magico-religieuse.

Rhétorique

J. de Romilly (Magie et Rhétorique en Grèce ancienne) explique que le charme de la rhétorique, une fois neutralisé par la démarche analytique aristotélicienne, brille de nouveau à l’époque de la Seconde Sophistique, cette fois-ci en s’inscrivant bien dans les pratiques religieuses. Aelius Aristide (Discours sacrés), entre autres, incarne la relation tendue entre religion, divination et rhétorique. La magie de la parole agit ainsi sur deux niveaux : l’un somatique et l’autre psychique.

Religion

Les frontières toujours équivoques de la magie et de la religion commencent à se tracer plus nettement avec l’apparition de la foi chrétienne. Dès lors, ceux qui veulent accuser une religion la chargent de pratiquer la magie, et ceux qui défendent la leur s’emparent de l’adjectif « vrai » pour la différencier d’autres pratiques divines ; ainsi s’affrontent le christianisme et le polythéisme.

En guise de conclusion et d’ouverture vers cette journée d’étude, voici quelques pistes de réflexion et questions susceptibles d’orienter les contributions :

  • Les frontières équivoques entre les trois domaines ;
  • La dimension performative d’une parole qui guérit ou qui empoisonne ;
  • Les modalités d’écriture du discours magique ;
  • Dans quelle mesure la rhétorique possède-t-elle une dimension performative dans la sphère religieuse et suprahumaine ?
  • Comment les usages et les mésusages de la rhétorique s’illustrent-ils dans la théorie et dans la pratique ?
  • Quelle est la place de la rhétorique en tant que « technê » dans l’évolution de la magie à la religion ?
  • Dans quelle dimension le discours rhétorique contribue-t-il à la compréhension des frontières qui se dessinent entre la religion et la magie ?

Modalités de contribution

Les propositions doivent être envoyées à l’adresse mail pharmakon.unistra.2024@gmail.com

avant le samedi 1er juin 2024.

Elles doivent contenir les éléments suivants :

  • NOM, prénom, adresse mail
  • Affiliations institutionnelles
  • Titre de la communication (provisoire)
  • Un résumé de 300 à 500 mots

Les propositions seront examinées et sélectionnées par le comité scientifique ; les participants seront notifiés au courant du mois de juin. La journée aura lieu à l’Université de Strasbourg (en présence physique) et donnera lieu à une publication Open acces. Le déjeuner sera offert aux intervenants. Chaque communication comportera 20 minutes d’exposé et 10 minutes de discussion. La rencontre aura lieu le vendredi 25 octobre à la Misha (Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme-Alsace)

La diffusion en direct et la participation en visio seraient envisagées, en cas d’empêchement ou de difficulté de déplacement pour les intervenants.

La journée d'étude se déroulera le 25 octobre 2024 à Université de Strasbourg

Organisateurs

  • Élise Albanese, Carra, Université de Strasbourg : elise.albanese@unistra.fr
  • Efthymia-Maria Gedeon, Carra, Université de Strasbourg : emgedeon@unistra.frAmir
  • Karimnejad, Carra, Université de Strasbourg : karimnejada@unistra.fr
  • Rova Lyon, Carra, Université de Strasbourg : rlyon@unistra.fr
  • Mathilde Schwoerer, Carra, Université de Strasbourg : schwoererm@unistra.fr
  • Marie Jeannot-Tirole, Carra, Université de Strasbourg : marie.jeannot@unistra.fr

Comité scientifique

  • Johann Goeken, Université de Strasbourg (Carra, Institut de grec)
  • Agnès Molinier-Arbo, Université de Strasbourg (Carra, Institut de latin)

Bibliographie indicative

  • ANKARLOO B., CLARK S., Witchcraft and Magic in Europe : Ancient Greece and Rome, University of Pennsylvania Press, 1999.
  • BERNAND A., Sorciers grecs, Fayard, Paris, 1991.
  • BIDEZ J., CUMONT F., Les Mages hellénisés : Zoroastre, Ostanès et Hystape d'après la tradition grecque, Les Belles Lettres, Paris, 1938.
  • BILLAULT Alain, « The Rhetoric of a “Divine Man” : Apollonius of Tyana as Critic of Oratory and as Orator according to Philostratus », in PhRh, 26, 1993.
  • BURKERT, W. (1962). « ΓΟΗΣ. Zum Griechischen ‘Schamanismus.’ » in Rheinisches Museum Für Philologie, 105(1), 36–55.
  • BURRISS E.E., Taboo, Magic, Spirits : A Study of Primitive Elements in Roman Religion, Macmillan, New York, 1931.
  • CARASTRO M., La Cité des mages : Penser la magie en Grèce ancienne, Jérôme Millon, Grenoble, 2006.
  • CHARVET P., OZANAM A.-M., La Magie : Voix secrètes de l'Antiquité, NiL, Paris, 1994.
  • COLLINS D., Magic in the Ancient Greek World, Oxford, Blackwell Publishing, (Blackwell Ancient Religions), 2008.
  • DERRIDA, Pharmacie de Platon, GF, Paris, 2006.
  • DETIENNE M., Les Maîtres de vérité dans la Grèce archaique, François Maspéro, Paris, 1967.
  • —  , Les Dieux d'Orphée, Gallimard, Paris, 2007.
  • DE WAELE F.I.M., The Magic Staff or Rod in Graeco-italian Antiquity, Erasmus, Gent, 1927.
  • DODDS E.R., Greeks and the Irrational, University of California Press, 1959 ; traduction française Les Grecs et l'irrationnel, Flammarion, Paris, 1977.
  • DUCOURTHIAL G., Flore magique et astrologique de l'Antiquité, Belin, Paris,2003.
  • FARAONE C.A., Magika Hiera : Ancient Greek Magic and Religion, Oxford University Press, New York/Oxford, 1991.
  • FLACELIÈRE Robert, Devins et oracles grecs, Presses Universitaires de France, Paris, 1961 (« Que sais-je ? », 939)
  • GERNET L., Anthropologie de la Grèce antique, François Maspero, Paris, 1968.
  • GIRARD R., La violence et le sacré, Paris, 1972.
  • GRAF F., La Magie dans l'Antiquité gréco-romaine, Les Belles Lettres, Paris,1994.
  • —  , « Une histoire magique : les phases constitutives de l'histoire de la magie antique », in La Magie, actes du colloque international de Montpellier, 25-27 mars 1999, Université Montpellier III, 2000, t. I, p. 41-60.
  • JOUANNA Daniel, Comment connaître l'avenir pour un Grec ancien ?, Les Belles Lettres, Paris, 2023.
  • KENNEDY Georges, The Art of Persuasion in Greece, Princeton University Press, Princeton,1963
  • KORENJAK Martin, publikum und Redner. Ihre Interaktion in der sophistischen Rhetorik der Kaiserzeit,
  • LE GLAY M., « Magie et sorcellerie à Rome au dernier siècle de la République », in Mélanges offerts à Jacques Heurgon : l'Italie préromaine et la Rome républicaine, Ecole française de Rome, 1976, p. 525-550.
  • LLOYD G.L.K., Science, Folklore and Ideology : Studies in the Life Sciences in Ancient Greece, Cambridge University Press, 1983.
  • LUCK G., Hexen und Zauberei in der römischen Dichtung, Artemis, 1962.
  • —  , Arcana Mundi : Magic and the Occult in the Greek and Roman World, Johns Hopkins Press, 1985.
  • MARTIN M., Magie et magiciens dans le monde gréco-romain, Errance, Paris, 2005.
  • —  , Sois maudit ! Malédictions et envoûtements dans l'Antiquité, Errance, Paris, 2010.
  • MAUSS M., « Esquisse d'une théorie générale de la magie », in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1950, rééd. 2010, p. 1-141.
  • MOREAU A., Le Mythe de Jason et de Médée, le va-nu-pieds et la sorcière, Les Belles Lettres, Paris, 1994.
  • —  , « Petit guide à l'usage des apprentis sorciers », in La Magie, actes du colloque international de Montpellier, 25-27 mars 1999, Université Montpellier III, 2000, t. I, p. 5-39.
  • MORTON S., « On the Lack of a History of Graeco-Roman Magic », in Historia Einzelschriften Wiesbaden, 40, 1983, р. 251-257.
  • OGDEN D., Magic, Witchcraft, and Ghosts in the Greek and Roman Worlds : A Sourcebook, Oxford University Press, Oxford/New York, 2002.
  • PACREAU L., « Sortilèges et philtres d'amour en Grèce antique », in Notre Histoire, 82, octobre 1991, p. 40-44.
  • PERNOT Laurent, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Institut des Études augustiniennes, Paris, 1993.
  • , La Rhétorique dans l'Antiquité, Librairie Générale Française, coll. « Le Livre de poche / Antiquité », Paris, 2000.
  • — , « Les mystères de la rhétorique » conférence extraite du Hommage à Jacqueline de Romilly : l’empreinte de son oeuvre organisé par l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres et L’École normale supérieure avec la participation de l’Université Paris-Sorbonne, 2011. Mise en ligne sur le site Savoir ENS, le lien : https://savoirs.ens.fr/expose.php ?id =1435
  • ROMILLY J. de, Magic and Rhetoric in Ancient Greece, Harvard University Press, 1974. Traduction française Magie et Rhétorique en Grèce ancienne, par N. Filicic, Les Belles Lettres, Paris, 2019.
  • SALLES C., Les Bas-fonds de l'Antiquité, Robert Laffont, Paris, 1982.
  • —  , « Cette magie qui nous vient de Rome », in L'Histoire, 99, avril 1987, p. 16-22.
  • SEGAL Charles, « Gorgias and the Psychology of the Logos », in HSCP, 66, 1962, Munich, C. H. Beck, 2000
  • TODOROV Tzvetan. « Le Discours de la magie ». In : L'Homme, 1973, tome 13, 4. pp. 38-65.
  • TUPET A.-M., La Magie dans la poésie latine. I. Des origines à la fin du règne d'Auguste, Les Belles Lettres, Paris,1976.
  • W. DICKIE Matthew, Magic and Magicians in the Greco-Roman World, Routledge, London/New York, 2001.
  • WINKLER J.J., Désir et contraintes en Grèce ancienne; traduit de l’anglais (États-Unis) par Sandra Boehringer et Nadine Picard, EPEL ÉDITIONS, Paris, 2005.

Places

  • Salle de Conférence de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme - Alsace | MISHA - 5 allée du Général Rouvillois - CS 50008 - 67083 Strasbourg cedex
    Strasbourg, France (67)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Saturday, June 01, 2024

Keywords

  • Pharmakon, Magie, Religion, rhétorique, Discours sacrés, Pythagorisme, Les mystères, Mantique, Orphisme,

Contact(s)

  • Amir KARIMNEJAD
    courriel : pharmakon [dot] unistra [dot] 2024 [at] gmail [dot] com

Information source

  • Amir KARIMNEJAD
    courriel : pharmakon [dot] unistra [dot] 2024 [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Pharmakon. La rhétorique à la croisée de la magie et de la religion », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, April 18, 2024, https://doi.org/10.58079/w8pr

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search