HomeSavoirs partagés

HomeSavoirs partagés

Savoirs partagés

Cycle de discussions publiques sur les usages ouverts de la science et le partage des savoirs à l’ère numérique

*  *  *

Published on Friday, April 12, 2024

Abstract

L’hésitation syntaxique visible dans les formulations cherchant à qualifier la redéfinition des rapports entre la science et la société — science « avec », « en », « pour la », « et » société, « science citoyenne », « science participative » et « co-construction des savoirs » — traduit les difficultés qu’il y a encore à penser le processus actuel de sortie du modèle diffusionniste — ou de vulgarisation — hérité du XIXe siècle. À la faveur de transformations à la fois structurelles et conjoncturelles (réchauffement climatique, transformation numérique, crise de confiance dans les sciences…), les régimes d’organisation et de production du savoir se sont multipliés, et, avec eux, les rapports éthique et épistémologique au monde qui s’y expriment. Dans cette nouvelle configuration des savoirs, la science ouverte fait figure d’objet frontière : ici elle est envisagée comme une libre circulation et appropriation des connaissances dans un idéal de partage et d’universalité, là elle est vantée comme une réaction à l’oligopole des grandes maisons d’édition scientifique, là encore, c’est un mot d’ordre pour la création et la gestion de communs de la connaissance, en particulier en y incluant des savoirs invisibilisés ou marginalisés.

 

Announcement

Présentation

Financé conjointement par l’INSHS et OpenEdition, en collaboration avec l’UAR 2276 pour la production d’un podcast, le projet SAvoirs PArtagés vise à observer, au cours de huit discussions publiques, les usages ouverts de la science et le partage des savoirs à l’ère digitale dans des contextes sociaux variés, en impliquant des acteur·ice·s de la société civile, médecins, scientifiques, entrepreneur·euse·s, activitstes, autodidactes, éditeur·ice·s, etc… et en multipliant les formats d’échange et de production.

L’hésitation syntaxique visible dans les formulations cherchant à qualifier la redéfinition des rapports entre la science et la société — science « avec », « en », « pour la », « et » société, « science citoyenne », « science participative » et « co-construction des savoirs » — traduit les difficultés qu’il y a encore à penser le processus actuel de sortie du modèle diffusionniste — ou de vulgarisation — hérité du XIXe siècle. Bon nombre d’oppositions binaires, jusque-là doxiques, s’y trouvent remises en cause, telles que celle entre les scientifiques amateurs et professionnels, les producteurs et les consommateurs de science, ou la séparation socio-géographique entre les lieux de fabrication et les lieux d’exposition des savoirs. À la faveur de transformations à la fois structurelles et conjoncturelles (réchauffement climatique, transformation numérique, crise de confiance dans les sciences…), les régimes d’organisation et de production du savoir, c’est-à-dire essentiellement, de sa gouvernance, son financement et ses méthodes, se sont multipliés, et, avec eux, les rapports éthique et épistémologique au monde qui s’y expriment. La position de la puissance publique, structurant et structurée par les savoirs, s’en trouve considérablement transformée.

Dans cette nouvelle configuration des savoirs, la science ouverte fait figure d’objet frontière : ici elle est envisagée comme une libre circulation et appropriation des connaissances dans un idéal de partage et d’universalité, là elle est vantée comme une réaction à l’oligopole des grandes maisons d’édition scientifique, là encore, c’est un mot d’ordre pour la création et la gestion de communs de la connaissance, en particulier en y incluant des savoirs invisibilisés ou marginalisés. Au sujet de la question des rapports entre science et société, la science ouverte est parfois vue comme un moyen d’amplifier un modèle diffusionniste de la science-faite — il suffirait d’ouvrir l’accès pour démocratiser les savoirs — ou parfois, au contraire, comme une modalité de co-construction des savoirs avec les communautés concernées.

Ainsi, depuis une dizaine d’années, forts des enseignements des STS, de nombreux projets de médiation académique se sont portés au-delà du modèle diffusionniste de la science afin d’engager un véritable dialogue avec la société et favoriser des lieux et des pratiques de collaboration entre les chercheur·euses et les acteur·ices de la société dite civile. Ces projets institutionnels de science participative — i.e. émanant de l’institution se portant vers la société — se déclinent continûment sur un spectre allant de l’externalisation de tâches subalternes sous la forme de la gamification à la véritable co-construction de savoirs socialement pertinents entre le monde académique et la société. Tandis que le modèle du « citoyen-capteur » est fermement critiqué comme émanation d’un régime néolibéral des sciences, la science ouverte, quant à elle, appelle à poursuivre l’inclusion des savoirs extra-académiques et de leurs praticien·nes au sein de la sphère académique, et la réciproque réforme de celle-ci.

En effet, de nombreux projets de science citoyenne — i.e. émanant directement des communautés concernées en marge des institutions académiques — ont montré la nécessité de prendre au sérieux les compétences, les pratiques et les lieux de savoir des acteur·ices extra- académiques.

Afin que la recherche en SHS continue à avoir une pertinence sociale, tant dans sa pratique que dans ses résultats, il est donc devenu urgent de ne plus penser le rapport entre science et société sur un mode diffusionniste et de placer définitivement les sciences en société en favorisant la co-construction des savoirs en amont même des initiatives académiques, c’est-à-dire en achevant d’articuler les sciences participatives et les sciences citoyennes en sciences partagées. Nous aimerions, procédant de manière dialectique, étudier comment des institutions publiques nationales et transnationales captent et organisent des initiatives hétérogènes, procédant d’intérêts multiples (connaître, soigner, militer, produire, etc.), portées par des acteurs dits de la société civile, eux-mêmes plus ou moins intégrés aux institutions (de par leur formation et leur position professionnelle), et voir en retour comment les institutions se laissent transformer dans leur structure, leurs normes et leurs méthodes, par ces mêmes initiatives qu’elles canalisent.

La question se pose dès lors de savoir comment les sciences citoyennes, locales et alternatives, négocient leur rapport à l’institution scientifique, ses opportunités et ses contraintes, et, réciproquement, comment construire une institution scientifique inclusive et prônant la diversité des savoirs. Comment le rapport de pratiques extra-académiques avec l’institution scientifique, et la négociation avec celle-ci, façonne les savoirs produits par les sciences citoyennes ? Comment les critiques, même implicites, élevées par ces dernières à l’encontre du monde académique permet à celui-ci de se réformer afin d’accueillir, sans le capter, ni le formater, le « tiers secteur de la recherche » ?

Programme

Jeudi 5 octobre 2023 SAvoirs PArtagés 1 / 8 : Infrastructures 

Lieu : 59-61 rue Pouchet et en ligne

17 novembre 2023 SAvoirs PArtagés 2 / 8 Transmissions

Demi-journée d’échange : des relations « science ouverte et société » aux savoirs partagés

Lieu : CNRS Site Pouchet 59/61 rue Pouchet Paris 17

12 décembre 2023 SAvoirs PArtagés 3 / 8 : Santé(s) communautaire(s)

Lieu : CNRS Site Pouchet 59/61 rue Pouchet Paris 17

14 février 2024 Savoirs Partagés 4 / 8 : Mémoire(s), archives, patrimoine – Patrimonialisation des mémoires et communs numériques de l’archive

Lieu : BNF, séminaire suivi de visite

mardi 12 mars 2024 SAvoirs PArtagés 5 / 8 : Fabrication laboratories Fablabs, Date :

Lieu : Fablab Sorbonne Université, séminaire suivi d'une visite guidée

Vendredi 19 avril 2024 SAvoirs PArtagés 6 / 8 : Éditions féministes ouvertes

À 14h à la Salle Le Miroir de la Vieille Charité de Marseille

Présentation

La séance du mois d’avril est consacrée à l’édition féministe. Nous aimerions réfléchir sur le partage des savoirs au pluriel : savoirs intersectionnels, anticoloniaux et anticapitalistes par la voie des projets éditoriaux féministes circulant en accès ouvert. Cogiter à la fois sur la notion de l’écriture, de la traduction et du langage ; parler collaboration tout en mettant en perspective les enjeux du numérique et de l’ouverture. Comment faire circuler en accès ouvert, quels sont les voies identifiées, quels sont les contraintes, quels sont les alternatives.

Nous souhaitons faire intervenir deux personnes qui participent à des projets éditoriaux traitant des questions de genre et de sexualité, par des biais, avec des moyens et à travers des dispositifs éditoriaux différents. Il s’agit de créer un espace de dialogue entre deux actrices de l’édition en accès ouvert ayant fait deux choix différents dans leur rapport à l’institution : l’une des intervenantes est membre du comité de rédaction d’une revue académique hébergée par OpenEdition (CNRS) tandis que l’autre est une éditrice indépendante pour une maison d’édition ayant fait le choix d’une plateforme ad hoc.

Nous invitons ces deux actrices de l’édition féministe pour discuter entre elles et avec le public de ce séminaire, autour de leurs processus éditoriaux respectifs : comment bricolent-elles leurs artefacts éditoriaux ? Quels sont leurs processus ? Pourquoi et comment faire de l’accès ouvert, quelles en sont les conséquences et quel rôle joue l’institution dans ce rapport à la création et à la communauté des lecteurs et lectrices ?

Intervenantes

  • Marie Flesch, de GLAD ! revue scientifique franco/anglophone diffusée sur OpenEdition Journals, portail institutionnel pour la diffusion en accès ouvert dans l’écosystème de la science ouverte en SHS à l’échelle européenne
  • Emma Fanget de la maison d’édition burn~août, projet autogéré à mille têtes et plusieurs mains travaillant sur la microédition papier et l’édition numérique, ayant une présence marquée dans les salons d’édition indépendante, une posture militante très prononcée, et qui cherche avec une forte ingéniosité à se donner les moyens de faire du commun (archive numérique de leur catalogue, plug-in de traduction collaborative)

Pourquoi ce lieu ?

La séance aura lieu le vendredi 19 mars, de 14 à 18h à la salle du miroir. Pourquoi avons-nous choisi une salle de cinéma pour accueillir ce séminaire ? Partie des locaux de la Vieille Charité, ancien hospice et lieu emblématique pour la culture à Marseille, il s’agit d’un lieu commun, ouvert au public.

Dans certains cas l’énonciation de l’institution se rend « discrète » à travers des espaces moins marqués institutionnellement afin de faire advenir des formes de sociabilité envisagées par les publics : de telles mises en espace visent à offrir des conditions de possibilité d’expériences intersubjectives et identificatoires imaginées « par le bas ». (Capillé & Psarra, 2016)

Nous aimerions à ce titre remercier vivement l’équipe du Centre International de Poésie de Marseille qui a rendu possible la réservation de cette salle.

La séance aura également lieu en ligne dans la salle de visioconférence au bout de ce lien.

SAvoirs PArtagés 7/8 – Médiations scientifiques

SAvoirs PArtagés 8/8 – Justice cognitive

Places

  • Salle du miroir - Centre de la Vieille Charité, 2 Rue de la Charité
    Marseille, France (13002)
  • CNRS Site Pouchet 59/61 rue Pouchet
    Paris 17 Batignolles-Monceau, France (75)
  • BNF quai François Mauriac
    Paris 13 Gobelins, France (75)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Friday, April 19, 2024
  • Thursday, October 05, 2023
  • Friday, November 17, 2023
  • Tuesday, December 12, 2023
  • Wednesday, February 14, 2024
  • Tuesday, March 12, 2024

Keywords

  • édition féministe, accès ouvert, institution, édition indépendante, sciences et sociétés

Contact(s)

  • Ioanna Faita
    courriel : ioanna [dot] faita [at] openedition [dot] org
  • Simon Dumas-Primbault
    courriel : simon [dot] dumas-primbault [at] openedition [dot] org

Reference Urls

Information source

  • Ioanna Faita
    courriel : ioanna [dot] faita [at] openedition [dot] org

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Savoirs partagés », Seminar, Calenda, Published on Friday, April 12, 2024, https://doi.org/10.58079/w7rf

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search