HomeLe génocide des Tutsi du Rwanda, trente ans après

HomeLe génocide des Tutsi du Rwanda, trente ans après

Le génocide des Tutsi du Rwanda, trente ans après

Nouvelles perspectives de recherche

*  *  *

Published on Monday, May 13, 2024

Abstract

Trente après le génocide des Tutsi au Rwanda, cette journée d’étude interdisciplinaire du mardi 28 mai 2024 vise à interroger les nouvelles approches et enjeux de la recherche en sciences sociales, trois décennies après l’événement. Dédiée aux travaux de jeunes chercheur-e-s et ouvertes à des approches comparatives, elle donnera lieu à quatre tables rondes pour aborder les problématiques liées à l’enquête de terrain, à la justice et ses archives, à la santé mentale et à la société post-génocide.

Announcement

Préambule

Il y a 30 ans, un million de Tutsi était exterminé au Rwanda en l’espace de 100 jours au printemps 1994, faisant de ces massacres le dernier génocide du XXe siècle.

Trois décennies plus tard, une vaste production académique – dans le monde francophone notamment – a mis en lumière le génocide sous toutes ses dimensions, des massacres au plus près des communautés de voisinages (Dumas, 2014), sous l’angle de l’anthropologie historique de la violence (Audoin-Rouzeau, 2017), ses dimensions politiques locales (Kimonyo, 2008), notamment sur la longue durée, au croisement de l’histoire des représentations autour l’imaginaire « ethniste » (Chrétien et al., 1995 ; Kabanda et Chrétien, 2013) et de l’histoire sociale et politique régionale (Piton, 2020). Il en est de même du rôle des Églises (Rutayisire, Karegeye, Rutembesa, 2000), ainsi que sur le genre (Baraduc, 2024), la cruauté et l’intimité des victimes (Dumas, 2020) comme celles des bourreaux (Faucheux, 2019). D’autres recherches se sont aussi portées sur l’immédiat après-coup du génocide, comme sa dimension mémorielle (Korman, 2020) et judiciaire (Rovetta, 2019 ; Brunet-Lefèvre, 2023), mais aussi médiatiques (Robinet, 2012 ; Réra, 2014), sur les enjeux de santé mentale (Gishoma, 2014) ainsi que sur l’implication française au Rwanda (Duclert, 2021).

Dans les sillons de ces travaux, de nouvelles recherches dessinent d’autres problématiques, définies notamment par cet intervalle qui inscrit de plus en plus le génocide des Tutsi dans le temps long, dans une nouvelle temporalité depuis laquelle l’événement peut être lu.

Étudier, enquêter, travailler sur le génocide des Tutsi de 1994 et son après-coup aujourd’hui. Une journée d’étude pour évoquer les enjeux, les perspectives et les défis : 

Organisée par des doctorants du CESPRA (EHESS), cette journée d’étude aura pour objet ces nouvelles perspectives, trente ans après le génocide des Tutsi au Rwanda, en donnant la parole à des jeunes chercheur-e-s, et ce, dans une démarche interdisciplinaire, ainsi qu’ouverte à des approches comparatives.

En quatre tables rondes, les organisateurs et intervenant-e-s se pencheront, de manière transversale, sur les grandes problématiques qui sous-tendent leurs travaux, relatives au terrain dans un premier temps : quels sont les nouveaux enjeux d’enquête sur le génocide, alors que l’événement ne cesse de s’inscrire dans un passé de plus en plus lointain, avec quels outils ? En quoi le génocide est-il resté présent, malgré les transformations du paysage et de la mémoire ? La discussion donnera lieu à une réflexion plus large sur les moyens et les méthodes de la recherche, au croisement de l’histoire, de l’anthropologie et de l’ethnographie.

Trente ans après, la question judiciaire constitue, elle aussi, une donnée centrale, comme archive et objet de savoir sur le génocide. En quoi les multiples procédures et subséquents procès jugés au Rwanda, à l’international ou en Europe, peuvent-ils constituer des sources pour l’histoire du génocide, ou même pour l’histoire des tribunaux face aux crimes contre l’humanité ?

Depuis cet après-coup, la question de la santé mentale est tout aussi centrale, alors que les secousses de 1994 ne cessent de peser de leur poids sur le présent. Qu’en est-il du choc causé par le génocide dans toute son ampleur, pour les générations ayant ou n’ayant pas fait l’expérience directe des traumatismes issus des massacres ?

Cette journée d’étude donnera l’occasion de saisir la prégnance de ces questions dans la société rwandaise contemporaine, au croisement des sciences de la psyché et des sciences sociales ; interrogations qui se prolongeront pour analyser la société post-génocide. Quel héritage laisse un génocide dans une société ? Comment faire ou ne pas faire mémoire de l’événement dans l’après ? Les questions de la mémoire, mais aussi de la création artistique, seront particulièrement examinées.

Informations pratiques

Cette journée d’étude se tiendra le 28 mai 2024 de 9h à 17h au Centre des Colloques (auditorium 150) du Campus Condorcet (Place du Front populaire, Aubervilliers, 93300, métro 12 Front Populaire). Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Comité d'organisation

  • Juliette Bour, doctorante à l'EHESS (Cespra)
  • Magnifique Neza, doctorante à l'EHESS (Cespra)
  • Timothée Brunet-Lefèvre, docteur de l'EHESS
  • Louis Laurent, doctorant à l'EHESS (Cespra)

Programme

9h15-10h45 : Panel n°1 :Le terrain et la recherche sur le génocide, perspectives comparées.

  • Samuel Labbé, doctorant à l’EHESS, « Les éleveurs bovins de Musanze : ce que le génocide des Tutsi a fait aux lignées familiales ».
  • Léonard Arnould, mastérant à l’EHESS, étudiant à l’école d'affaires publiques de Sciences Po,  « Écrire l’histoire des rumeurs et des services de renseignement rwandais de la préfecture de Kibungo (1990-1993) ».
  • Philbert Nkurunziza, doctorant à l’Université de Pau, « Étudier les massacres du Burundi : problématiques des sources, de la mémoire et de la justice ».
  • Anne-Laure Porée, docteure de l’EHESS, « Cartographier pour comprendre ».

Modération : Juliette Bour, doctorante à l’EHESS.

11h00-12h30 : Panel n°2 :  Le droit et la recherche sur le génocide : faire l’histoire avec les tribunaux ?

  • Louise Testot-Ferry, doctorante à l’Université Toulouse I, « Procès filmés rwandais : entre nouveauté et renouvellement scientifique ».
  • Fanny Royen, doctorante à l’Université de Liège, « Des collines rwandaises aux prétoires parisiens et bruxellois : des décennies plus tard, des milliers de kilomètres plus loin ».
  • Dr. Bruno Trogoff, médecin-urgentiste, candidat au Diplôme de l’EHESS, « Médecins accusés de génocide en procès ».
  • Luce Mourand, mastérante à l’EHESS, « Les sources du TPIR comme source biographique ».

Modération : Timothée Brunet-Lefèvre, docteur de l’EHESS.

12h30-13h30 : interruption

13h30-14h45 : Panel n°3 : Santé mentale et génocide

  • Dr. Alfred Ngirababyeyi, médecin psychiatre, « Le génocide et la psychiatrie médico-légale au Rwanda ».
  • Magnifique Neza, doctorante à l’EHESS, « Impact du génocide commis contre les Tutsi sur la santé mentale des rwandais ».

Modération : Louis Laurent, doctorant à l’EHESS.

15h00-16h30 : Panel n°4 : Étudier la société post-génocide

  • Elisa Crestani-Befve, mastérante à l’EHESS, « Écrire l’histoire d’un quartier aux mémoires conflictuelles : le génocide au Centre culturel Islamique de Kigali ».
  • Ariel Ntahomvukiye, doctorant à l’EHESS, « Pratiques musicales dans la (re)construction identitaire en contexte post-génocidaire et migratoire. Le cas du rap chez les Rwandais de France et de Belgique ».
  • Ana-Elena Dinu, masterante à l’EHESS et à l’Université de Bucarest, « Se rappeler dans l’ex-Südwestafrika allemande. Les politiques mémorielles des descendants des Herero et Nama ».
  • Judith Lenglart, doctorante à l’EHESS, « La mémoire de la Shoah chez les artistes vidéo israéliens ».

Modération : Mathilde Beaufils, doctorante à l’Université Paris-Nanterre.

16h30-17h00 : Conclusion.

Bibliographie

Audoin-Rouzeau, Stéphane, Une initiation : Rwanda (1994-2016), Paris, Éditions du Seuil, 2017, 171 p.

Chrétien, Jean-Pierre et al., Rwanda, les médias du génocide, Paris, Karthala, coll. « Collection « Hommes et sociétés » », 1995, 397 p.

Chrétien, Jean-Pierre ; Kabanda, Marcel, Rwanda : l’idéologie hamitique et le génocide, Paris, Belin, 2013, 304 p.

Baraduc, Violaine, Tout les oblige à mourir : l’infanticide génocidaire au Rwanda en 1994, Paris, CNRS éditions, coll. « Logiques du désordre », 2024, 304 p.

Brunet-Lefèvre, Timothée, La justice française à l’épreuve du génocide des Tutsi rwandais. Les procès d’Octavien Ngenzi et Tito Barahira devant la Cour d’assises de Paris 2016-2018, Thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2023.

Duclert, Vincent (éd.), La France, le Rwanda et le génocide des Tutsi, 1990-1994: rapport remis au Président de la République le 26 mars 2021, Malakoff, Armand Colin, 2021, 1232 p.

Dumas, Hélène, Sans ciel ni terre : paroles orphelines du génocide des Tutsi (1994-2006), Paris, La Découverte, 2020, 307 p.

Dumas, Hélène, Le génocide au village : le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’univers historique », 2014, 364 p.

Faucheux, Amélie, Massacrer dans l’intimité : la question des ruptures de liens sociaux et familiaux dans le cas du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994, Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2019.

Gishoma, Darius, Crises traumatiques collectives d’ihahamuka lors des commémorations du génocide des Tutsi : aspects cliniques et perspectives thérapeutiques, Thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, Louvain-la Neuve, 2014.

Kimonyo, Jean Paul, Rwanda, un génocide populaire, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2008, 535 p.

Korman, Rémi, Commémorer sur les ruines : l’État rwandais face à la mort de masse dans l’après-coup du génocide (1994-2003), Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2020.

Piton, Florent, Le génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, 2018, 275 p.

Rutayisire, Paul ; Karegeye, Jean-Pierre ; Rutembesa, Faustin, L’Église catholique à l’épreuve du génocide, Éditions Africana, 2000, 221 p.

Réra, Nathan, Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique : les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014), Dijon, Les Presses du réel, coll. « Collection Œuvres en sociétés », 2014, 641 p.

Robinet, François, Les conflits africains au regard des médias français (1994-2008) : construction, mise en scène et effets des narrations médiatiques, Thèse de doctorat, Versailles-St Quentin en Yvelines, 2012.

Rovetta, Ornella, Un génocide au tribunal. La justice internationale et le Rwanda: La justice internationale et le Rwanda, Humensis, 2019, 395 p.

Places

  • Auditorium 150, Centre des colloques - Place du Front populaire, Campus Condorcet
    Aubervilliers, France (93300)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Tuesday, May 28, 2024

Attached files

Keywords

  • génocide, violence, politique, histoire, crime, justice, jugement, géographie, cartographie, traumatisme, meurtre, reconstruction, rwanda, mémoire, conflictuel, shoah, herero, cambodge, ethnographie, anthropologie historique, enquête, terrain, tempore

Contact(s)

  • Louis Laurent
    courriel : louis [dot] laurent [at] ehess [dot] fr
  • Timothée Brunet-Lefèvre
    courriel : timothee [dot] brunet [at] ehess [dot] fr
  • Juliette Bour
    courriel : juliette [dot] bour [at] ehess [dot] fr

Information source

  • Louis Laurent
    courriel : louis [dot] laurent [at] ehess [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Le génocide des Tutsi du Rwanda, trente ans après », Study days, Calenda, Published on Monday, May 13, 2024, https://doi.org/10.58079/11nud

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search