HomeHistoire et anthropologie de la mort

HomeHistoire et anthropologie de la mort

Histoire et anthropologie de la mort

Images et imaginaires du cadavre

*  *  *

Published on Friday, May 24, 2024

Abstract

Cette journée d’étude, la septième organisée par le séminaire interlaboratoires Histoire et anthropologie de la mort (Aix-Marseille niversité, CNRS) continue à dérouler le fil thématique du cadavre. Elle interrogera la façon dont les imaginaires et les représentations composent avec la matérialité du corps mort et la menace de sa décomposition, qui l’éloigne de la personne défunte. Le sujet sera abordée sous l’angle des représentations littéraires et artisitiques - notamment la photographie.

Announcement

Participation

Le 4 juin 2024 se tiendra dans l’amphithéâtre de la MMSH une journée d’études portée par le séminaire Histoire et anthropologie de la mort. Elle sera également accessible en visio conférence via le lien suivant

Programme

de 10 h à 16 h 30

Amandine MALIVIN, docteure en histoire, et chercheuse indépendante. Ses recherches portent sur l’histoire de la mort, du cadavre et des sensibilités. Elle est l’auteure de la thèse « Voluptés macabre : la nécrophilie en France au XIXe siècle » (2012, Université Paris 7 – Paris-Diderot) et de plusieurs articles dont « Amour d’outre-tombe » (Terrain [en ligne], 75|2021) et « L’affaire du Muy, et autres profanations nécrophiles » (in Anne Carol et Isabelle Renaudet (dir.), Des morts qui dérogent, PUP, 2023).

Des corps invisibles ? Représenter le cadavre et la nécrophilie dans l’art et la littérature (France, XIXe siècle).

La nécrophilie – attirance sexuelle pour les cadavres – est largement représentée dans les sources médicales du XIXe siècle, où elle est dépeinte comme un des exemples les plus aberrants et monstrueux de perversion sexuelle. Si ces représentations limitent en général la nécrophilie à la seule profanation sexuelle des cadavres, il en est autrement dans les œuvres littéraires ou artistiques, où elle prend des formes et des significations plus variées. Pourtant, dans tous les cas, ce sont surtout les nécrophiles qui sont dépeints, aux dépens de cadavres qui, s’ils ne sont pas totalement absents, se font plus discrets. On peut alors s’interroger sur les formes données aux corps morts profanés dans l’art et la fiction, et sur les raisons déterminant les choix opérés par les auteurs et artistes lorsqu’il s’agit de dépeindre ou de montrer ces corps, objets d’actes ou de désirs transgressifs difficilement représentables.

Clémentine GUIOL, doctorante en deuxième année au sein du Centre Alexandre Koyré de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Elle travaille actuellement à sa thèse de recherche en histoire culturelle britannique sous la direction de Laurence Talairach. Intitulée « Le cadavre féminin dans le Londres victorien : une incarnation de l’altérité », qui s’attache aux traitements funéraires et aux représentations culturelles des cadavres de femmes à l’époque victorienne sur le terrain particulier de la capitale britannique.

Représenter les femmes victimes de meurtre dans la presse tabloïde victorienne : érotisme, sensationnalisme et violence genrée.

À l’époque victorienne (1837-1901), la presse tabloïde entretient une fascination pour les crimes violents et génère une abondance de représentations de cadavres de victimes. Au sein de cette production pléthorique, les images de cadavres féminins se distinguent des corps d’hommes et d’enfants dans la façon dont leur représentation allie l’érotisme au sensationnalisme. En étudiant à la fois les représentations textuelles et iconographiques de ces cadavres féminins violentés, nous proposons d’abord de retracer leur généalogie afin de les replacer dans une longue tradition de violence genrée dans la culture britannique. Cette analyse nous permettra ensuite de démontrer comment ces représentations sont à la fois le fruit de l’idéologie de genre victorienne, et comment elles participent à la consolider. Nous essaierons enfin de déceler comment ces illustrations macabres sont l’expression des fantasmes et des craintes de la société victorienne autour de la sexualité, de la criminalité et de la moralité.

Virginia DE LA CRUZ LICHET, maîtresse de conférences HDR à l’Université de Lorraine. Sa thèse, publiée en 2013, portait sur les portraits photographiques de défunts en Galice (XIXeet XXe siècles).  Ses derniers travaux portent sur les constructions mémorielles et les processus de deuil dans des contextes de violence politique et sociale en Amérique latine qui ont donné lieu à la réalisation de son HDR « La Colombie : Violence(s), Deuil(s), Mémoire(s). La création artistique, un espace de cohésion et de réparation symbolique au sein de la société.

Les représentations du cadavre. Notions, Images, Imaginaires.

À l’époque contemporaine, et surtout à partir du XXe siècle, notre attitude face à la mort a changé . Si auparavant les morts et les vivants partageaient les mêmes espaces de vie, aujourd’hui ce n’est plus le cas. C’est au moment de la veillée que se faisait la présentation du défunt en société. Peu à peu, nous sommes passés de la présentation du corps à la représentation de celui-ci ; tout d’abord par l’artiste peintre, puis par le photographe. Ces pratiques, quel que soit le médium, avaient pour objectif de rendre hommage au défunt et de produire des objets-souvenirs pour faire le deuil. Mais représenter un « cadavre » n’est pas la même chose que représenter un « défunt ». Quel statut donner à un corps mort ? Et, par conséquent, quelles formes de représentation ? L’identité de la personne morte, le lien qui existe (ou pas) avec les vivants, la violence exercée sur le corps (pré ou post-mortem) sont des éléments qui peuvent déterminer le mode de représentation et la construction d’un imaginaire collectif autour de la mort. Cette communication propose une réflexion sur les notions de « cadavre » et de « défunt » en analysant des œuvres artistiques contemporaines (peinture, photographie, cinéma).

Sophie ZENON, artiste photographe. Après des études en histoire, en histoire de l’art et en anthropologie, elle initie sa pratique à la fin des années 1990 par des paysages réalisés en Mongolie entre 1996 et 2009, où elle voyage pendant plus de dix années. Marquée par cette expérience autant de vie qu’artistique, Sophie Zénon articule aujourd’hui son oeuvre autour de thèmes récurrents – la mémoire, l’histoire, la perte, le passage du temps – souvent évoqués au travers de la relation du corps au paysage. Des plaines de Mongolie aux paysages meurtris de l’Est de la France, des rizières du piémont italien de ses ancêtres aux momies de Palerme, elle créé des ponts entre histoire intime et patrimoniale, où “le présent est un réceptacle de temps et d’histoires accumulées (…) qu’elle cristallise par la trace, la métaphore et le merveilleux, en leur donnant une forme à chaque fois renouvelée ” (C. Coste, L’oeil, mai 2023).

IN CASE WE DIE (Momies de Palerme – La Danse).

Entre 2008 et 2011, Sophie Zénon a consacré plusieurs volets à la représentation du corps mort, réuni dans un cycle intitulé « In Case We Die ». En Occident, dans un contexte de déni de la mort, comment figurer l’infigurable ? Premier et troisième volets de ce cycle, Momies de Palerme et La Danse ont fait l’objet de nombreuses expositions – jusqu’à la plus récente à l’automne dernier à la Maison Robert Doisneau de Gentilly « Et nos morts ? » – et ont été acquises par plusieurs institutions.  A l’occasion de ce colloque, elle revient sur sa pratique, sur ses motivations, sur ce qui l’a engagé à produire ces œuvres.

Organisation

Cette journée, organisée avec le soutien de la Mission interdisciplinarité(s) d’AMU bénéficie d'une aide de l’État gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-20-IDES-0003.

Places

  • amphithéâtre - MMSH, 4 rue du chemin de l'Horloge
    Aix-en-Provence, France (13)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Tuesday, June 04, 2024

Attached files

Keywords

  • représentation, cadavre, nécrophilie, photographie mortuaire, littérature gothique

Contact(s)

  • Anne Carol
    courriel : anne [dot] carol [at] orange [dot] fr
  • Elisabeth Anstett
    courriel : elisabeth [dot] anstett [at] univ-amu [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Anne Carol
    courriel : anne [dot] carol [at] orange [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Histoire et anthropologie de la mort », Study days, Calenda, Published on Friday, May 24, 2024, https://doi.org/10.58079/11pse

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search