Página inicialExplorations linguistiques dans le domaine du sport et de l’activité physique

Página inicialExplorations linguistiques dans le domaine du sport et de l’activité physique

Explorations linguistiques dans le domaine du sport et de l’activité physique

Linguistic Explorations in the Field of Sports and Physical Activity

*  *  *

Publicado sexta, 31 de maio de 2024

Resumo

Cette journée d’étude souhaite offrir un espace de rencontre et d’échanges aux linguistes qui travaillent sur le sport, compris au sens très large comme toute forme d’activité physique et sportive, individuelle ou non, et qui a pour objectif l’amélioration ou l’expression de la condition physique, dans un cadre compétitif ou non. Les recherches qui mobilisent des analyses sur corpus (écrits ou oraux) seront les bienvenues, indifféremment des perspectives de travail ou du cadre théorique adopté.

Anúncio

Argumentaire

Le sport, considéré sous l’angle d’une activité physique tant ludique que professionnelle, occupe une position centrale dans un vaste éventail scientifique - de la biomécanique à l’ingénierie des matériaux, en passant par la physiologie, l’informatique et les sciences de la nutrition. Profondément ancré dans la vie sociale que cela soit par le biais de l’éducation (les cours d’EPS), la santé (le sport-santé), les loisirs (les activités physiques de tout genre) ou encore les médias (couverture médiatique des évènements sportifs à différentes échelles) le sport a été également investi par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Bien plus qu’une simple « situation motrice codifiée et institutionnalisée sous forme de compétitions » (Parlebas, 1999), le sport se révèle être un observatoire pertinent des dynamiques et structures sociales (Bourdieu, 1980). Ainsi, il n’est pas étonnant que sa pratique, incarnant des valeurs humaines et universelles (la discipline, le respect, la persévérance, le fair-play, la connaissance de soi, le leadership, etc.) tout en soulevant des enjeux toujours d’actualité (tels que les inégalités, la discrimination, l’insertion sociale, le handicap, etc.) ait constamment attiré l’attention des sociologues, des anthropologues et des psychologues.

Au sein des sciences du langage, bien que dans une moindre mesure, l’exploration du domaine sportif a été également entreprise sous divers angles. En tant qu’une des rares activités humaines à offrir un modèle universellement adopté par tous ses pratiquants, le sport se distingue par une richesse notionnelle exceptionnelle. Cette particularité explique, entre autres, l’intérêt prédominant chez les terminologues et les lexicologues pour les « mots du sport », comme en témoignent les nombreux ouvrages intitulés fréquemment « Vocabulaire », « Lexique » ou « Langue » suivis du nom d’une discipline en particulier (vocabulaire du rugby, la langue du football, lexique de l’alpinisme, etc.). Les recherches portent sur des analyses lexicales spécifiques[1] ou des expressions et métaphores sportives (Charteris-Black, 2004 ; Dervent, 2016 ; Ligas, 2010), parfois dans l’optique de la traduction spécialisée (Bonadonna, 2016 ; Durand-Fleischer, 2013 ; Monrozier, 2016 ; Watson, 2016). Deux points permettent de rapprocher la majorité écrasante de ces travaux. D’une part, ils soulignent la façon dont le langage quotidien et le jargon sportif se mêlent, témoignant ainsi des interactions dynamiques complexes entre le sport et la société. D’autre part, ils sont quasi-exclusivement concentrés sur des sports ou disciplines d’une popularité bien établie et incontestable : le football, le basketball, le rugby, l’athlétisme ... Un large éventail de pratiques et d’activités physiques demeure par conséquent encore méconnu et peu exploré par les linguistes (on pense naturellement à la danse[2] ainsi qu’aux sports extrêmes ou les activités centrées sur l’utilisation de l’espace urbain : skate, BMX, street workout, parkour, roller derby, breakdance, buildering, MMA, les sports de glisse urbaine, etc.).

Un autre volet des travaux témoigne de l’intérêt des spécialistes pour discours médiatique sur le sport, et plus particulièrement – depuis une trentaine d’années – pour le genre du commentaire sportif (Augendre et al., 2014 ; Bonnet 2019 ; Bres, 2007 ; Deloufeu, 1999 ; Fernández, 2004 ; Fontagnol & Mathon, 2020 ; Krazem, 2020 ; Lenoir, 2010 ; Mathon & Boulakia, 2009 ; Ohl, 2000 ; Vanhoudheusden, 2010, 2014). Ils soulignent, entre autres, l’ancrage fort de ce type de discours dans la temporalité de l’énonciation, où il est primordial de synchroniser la parole à l’action, au geste. Cela étant dit, de nombreux aspects mériteraient une investigation plus systématique et approfondie, allant du niveau syntaxique (par exemple le déploiement et l’agencement des séquences linguistiques dans une « online syntax » , Auer 2009) au niveau pragmatique (Bonnet, 2011 ; Fontagnol & Mathon, 2020 ; Lenoir, 2010 ; Vanhoudheusden, 2018), sans oublier que « faire du sport » couvre un ensemble de situations en dehors de toute compétition (et couverture médiatique) et qui mériteraient tout autant l’intérêt des linguistes de par leur caractère non-normé, à la frontière du discours spécialisé (Duteil et al., 2021 ; Petrault et al., 2022).

La mise en mots du discours sportif est aussi l’une des préoccupations centrales des recherches didactiques dans le contexte des cours d’EPS (éducation physique et sportive) et qui ouvre sur des perspectives plus globales sur la façon dont le langage façonne, dirige et influence l’action physique (Bordes, 2020 ; Louis, 2013). Loin de se résumer à une simple narration des mouvements ou des règles du jeu, le langage joue un rôle non négligeable dans la formation et l’exécution des compétences physiques puisqu’il apparaît comme un médiateur entre la pensée et l’action (Winkelman, 2021) et participe de ce fait dans la construction des schémas moteurs, le développement du système proprioceptif (Gouard, 2001) et des représentations que les différents acteurs (entraîneurs, préparateurs physiques, coachs, athlètes, pratiquants, étudiants en STAPS, journalistes, supporters, grand public, etc.) se font du mouvement, de l’exercice, de l’effort.

Enfin, plus récemment, ce sont les recherches innovantes en sociolinguistique qui s’emparent des questions dans le domaine sportif (Caldwell et al., 2017) et soulignent la complexité du langage dans le contexte sportif et son influence par des facteurs sociaux et culturels. Ces études ont enrichi la compréhension du langage sportif, abordant des sujets tels que la communication dans les équipes multilingues ou encore les interactions entre joueurs et entraîneurs. L’ensemble de ces recherches, qu’il s’agisse d’étudier le changement sémantique dans le jargon de la NBA (Verdugo et al., 2022), les stratégies de communication dans les équipes de football multilingues européennes (Lavric et al., 2008 ; Lewandowski, 2023), la construction interactionnelle de l’évaluation dans les interviews post-compétition (Pamphile, 2016 ; Wilson, 2021), les particularités des différentes situations énonciatives, etc. ne font que souligner les intérêts multiples et les besoins réels d’un éclairage linguistique sur le langage du sport dans toute sa diversité et toutes ses manifestations (Altmanova, 2012 ; Bordes, 2020 ; Denison, 2010 ; Haneda et al., 2019 ; Hunt, 2016 ; Knapp, 2015 ; Krebs, 2018 ; Okada, 2018 ; Sabiston et al., 2020).

Cette journée d’étude souhaite offrir un espace de rencontre et d’échanges aux linguistes qui travaillent sur le sport, compris au sens très large comme toute forme d’activité physique et sportive, individuelle ou non, et qui a pour objectif l’amélioration ou l’expression de la condition physique, dans un cadre compétitif ou non. Les recherches qui mobilisent des analyses sur corpus (écrits ou oraux) seront les bienvenues, indifféremment des perspectives de travail ou du cadre théorique adopté. Elles pourront s’inscrire dans un ou plusieurs axes, la liste n’étant pas limitative :

- Description du lexique sportif (analyse des dénominations des disciplines, des athlètes, des exercices ou mouvements sportifs ; création néologique ; dynamique lexicale et évolution des terminologies sportives) ;

- Les phraséologies sportives : au-delà du lexique spécialisé, les travaux s’intéressant aux caractéristiques linguistiques uniques du discours sportif et qui explorent les configurations lexico-syntaxiques, les spécificités prédicatives, les constructions particulières, etc. ;

- Des études qui explorent les liens complexes entre langage et action, mouvement, performance ;

- Typologie des discours sportifs (p.ex. le discours sportif en tant que discours programmateur - expliquer un schéma d’actions, la sémantique de l’injonction, etc.) ;

- Représentation des pratiques, techniques et stratégies communicatives dans le sport et plus largement les liens entre le discours et la pratique sportive (le discours de la motivation ; la perception publique de certaines disciplines sportives ; les stratégies de construction identitaire des organisations sportives ; le rôle du discours dans la transmission des valeurs, des techniques et des connaissances spécialisées dans le sport dans différents contextes - séances d’entraînement, coaching privé, situations de formation, etc.) ;

- Usage du langage sportif dans le contexte éducatif et didactique : l’utilisation du langage sportif dans l’enseignement de l’éducation physique et sportive et dans les interactions entre les professionnels du sport et un public non- spécialisé ;

- Etc.

Modalités de soumission

Les personnes souhaitant soumettre une communication sont priées d’envoyer un résumé de maximum 1000 mots (hors bibliographie), en français ou en anglais, à angelina.aleksandrova@u-paris.fr et aragomez@flog.uned.es

au plus tard le 26 mai 2024

Les communications pourront se faire en français ou en anglais.

Les résumés doivent être rédigés en police Times 12, interligne simple et doivent clairement exposer la question de recherche, la méthode, le corpus et l’essentiel des résultats escomptés.

Calendrier indicatif

  • Date de soumission : 09/06/2024
  • Notifications aux communicants : 31 juillet
  • Journée d’étude : les 21-22 novembre 2024, Université Paris Cité – Paris

Comité d’organisation

  • Angelina Aleksandrova (EDA 4071 - Université Paris Cité)
  • Araceli Gómez Fernández (Universidad Nacional de Educación a Distancia)

Comité scientifique

  • Paul Cappeau (Université de Poitiers)
  • Marianne Doury (Université Paris Cité)
  • Paolo Frassi (Université de Vérone)
  • Laurent Gautier (Université de Bourgogne)
  • Frederic Landragin (CNRS - Université Sorbonne Nouvelle)
  • Dominique Legallois (Université Sorbonne Nouvelle)
  • Pierluigi Ligas (Université de Vérone)
  • Marie-Claude L’Homme (Université de Montréal)
  • Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Cité)
  • Alain Polguère (Université de Lorraine)
  • Catherine Schnedecker (Université de Strasbourg)
  • Dejan Stosic (Université de Toulouse Jean-Jaurès)
  • Agnès Tutin (Université de Grenoble)
  • Isabel Uzcanga Vivar (Université de Salamanca)
  • Marie Veniard (Université Paris Cité)
  • Patricia Von Munchow (Université Paris Cité)

Notes

[1] Aleksandrova & Lagae, 2018 ; Dotoli et al., 2010 ; Gómez Fernandez, 2018, 2020 ; Gómez Fernández & Uzcanga Vivar, 2019 ; Rasmussen, 1980 ; Dotoli, 2012 ; Frassi, 2012 ; Lavignasse, 2012 ; Pavliuk et al., 2022 ; Petit, 2001 ; Schlesinger, 1975 ; Vanhoudheusden, 2018, ainsi que le numéro thématique Éla. Études de linguistique appliquée 2012/1 (n° 165).

[2] Cf. la thèse de doctorat de Minoccheri (2023).

Categorias

Formato do evento

Evento apenas no local


Datas

  • domingo, 09 de junho de 2024

Palavras-chave

  • sport, linguistique, langage, discours, activité physique

Contactos

  • Angelina Aleksandrova
    courriel : angelina [dot] aleksandrova [at] u-paris [dot] fr

Fonte da informação

  • Angelina Aleksandrova
    courriel : angelina [dot] aleksandrova [at] u-paris [dot] fr

Licença

CC0-1.0 Este anúncio é licenciado sob os termos Creative Commons CC0 1.0 Universal.

Para citar este anúncio

« Explorations linguistiques dans le domaine du sport et de l’activité physique », Jornadas, Calenda, Publicado sexta, 31 de maio de 2024, https://doi.org/10.58079/11r0e

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search