HomePratiques ordinaires de la réduction des risques dans le domaine de l’alcool

HomePratiques ordinaires de la réduction des risques dans le domaine de l’alcool

Pratiques ordinaires de la réduction des risques dans le domaine de l’alcool

Apports du terrain et des sciences sociales pour la santé publique

*  *  *

Published on Friday, June 14, 2024

Abstract

Ce colloque vise à explorer la gestion de la consommation d’alcool au prisme des sciences sociales. Nous appelons les chercheur·es ayant observé la place de l’alcool dans divers contextes, que ce thème ait été central ou non dans leurs études, à revenir sur les usages de l’alcool ainsi que sur les pratiques collectives qui les accompagnent et les régulent. Nous souhaitons contribuer à la mise en dialogue des sciences sociales avec le champ socio-médical au sujet de la réduction des risques liée à l’alcool.

Announcement

Argumentaire

Ce colloque a pour ambition de penser la gestion de la consommation d’alcool depuis les sciences sociales. Nous invitons les chercheur·es ayant pu observer la place de l’alcool sur leurs divers terrains à revenir sur les usages de l’alcool et les pratiques collectives qui les accompagnent et les régulent.

Dans le champ médico-social, la gestion des consommations est appréhendée via le concept de la réduction des risques liés à l’alcool (RDRA) et vise la prise en charge des personnes souffrant de troubles liés à l’usage de l’alcool. Dans la présente proposition, il s’agit de s’intéresser aux pratiques ordinaires, informelles et non institutionnalisées, qui concernent l’ensemble de la population. Nous nous intéresserons aux pratiques concrètes de gestion de la consommation d’alcool, que les acteurs sociaux mettent en œuvre sans les nommer nécessairement RDRA.

Dans ce colloque la vision de la RDRA ne se limite pas à un focus sur la réduction des consommations. Elle comprend des pratiques visant à la sécurisation des consommations et à la minimisation des effets néfastes de l’alcool, qu’ils soient psychiques, physiques ou sociaux.

Le modèle biomédical a tendance à négliger la dimension sociale des usages d’alcool. Ainsi, les risques liés à l’alcool sont principalement analysés à partir de leurs répercussions en termes de santé physique (cirrhose, etc.), délaissant les effets sur les relations avec autrui. Les dommages sociaux liés à l’alcool sont d’ailleurs désignés par Klingemann (2001) sous le terme de « dimension oubliée ».

En outre, ce modèle ne tient pas toujours compte des facteurs sociaux, culturels et environnementaux qui influencent les comportements de consommation. Pourtant, l’usage d’alcool dépasse largement la sphère individuelle pour s’inscrire dans des dynamiques collectives et sociales complexes. Dans les espaces collectifs, les milieux professionnels et les environnements festifs, il est encadré par des normes implicites et explicites, par des dispositifs collectifs de régulation et de sanction, ainsi que de prévention et d’anticipation des risques.

Les sciences sociales apportent des clés de compréhension pour décrypter les dynamiques sociales et les enjeux interactionnels qui participent à réguler l’usage de l’alcool. Nous les mobilisons afin de penser comment appuyer et valoriser les pratiques existantes, ainsi que pour repérer les normes en jeu, les interroger et participer à leur éventuelle remise en cause. Il ne s’agit pas seulement de décrire les pratiques, mais également de les conceptualiser et de les théoriser. Dans le dialogue avec la santé publique, ce colloque vise à relever le défi de mettre les sciences sociales au cœur des réflexions sur l’alcool, relancé par Le Henaff (et al.) en 2021.

Les contributions attendues pourront explorer les problématiques suivantes :

  • Quelles stratégies de gestion-régulation-réduction des effets négatifs de l’usage de l’alcool sont mises en place par les consommateurs et-ou les personnes de leur entourage (en contexte familial, amical, collectif, professionnel, festif etc.) ?
  • Quelles dynamiques sociales façonnent la gestion collective des consommations ?
  • Quand et avec quels effets peuvent survenir des prises de conscience collectives des risques ? Dans quelle mesure entrainent-elle une politisation des usages de l’alcool ?
  • Comment évoluent les cultures et les normes des différents groupes sociaux sur les usages de l’alcool ?
  • Quelles approches théoriques et méthodologiques peuvent être mobilisées pour étudier la réduction des risques liés à l’alcool ?
  • Comment les sciences sociales peuvent-elles être un levier pour des actions ciblées dans le domaine de la santé et venir interroger les actions existantes dans le contexte médico-social ?

Modalités de soumission

Les propositions devront être envoyées aux adresses suivantes : alix.boirot@inserm.fr et marta.lotto@inserm.fr

Au plus tard le 15 juillet 2024

Le résumé de la communication (de maximum 4000 signes) sera accompagné d’une brève présentation personnelle.

Lors du colloque, les communications prendront la forme d’une présentation orale d’une trentaine de minutes.

Date et Lieu 

Le colloque se déroulera le vendredi 27 septembre 2024 à l’Université d’Aix-Marseille sur le site du Pharo (58 bd Charles Livon 13007 Marseille), amphithéâtre Jean-Etienne Touze.

Comité d’organisation

  • Marta Lotto (Université Aix-Marseille, UMR SESSTIM)
  • Alix Boirot (Université Aix-Marseille, UMR SESSTIM)
  • Géraldine Cazorla (Université Aix-Marseille, UMR SESSTIM)
  • Julia Favre-Felix (Université Aix-Marseille, UMR SESSTIM)

Bibliographie indicative

Becker H. (1985 [1963]), Outsiders, études de la sociologie de la déviance. Paris : Métailié.

Cardona, L. (2014). « Aller vers », un dispositif de déambulation pour prévenir la consommation d’alcool des jeunes par leurs pairs. Cahiers de l’action, 43, 41-49.

Castelain, J.-P. (1989). Manières de vivre, manières de boire. Paris : Imago.

Charlet, K., & Heinz, A. (2017). Harm reduction-a systematic review on effects of alcohol reduction on physical and mental symptoms. Addict Biol, 22(5), 1119-1159.

Chosson, M. (2015). « Ceux qui ne boivent pas perdent le chemin de leurs ancêtres ». Évolution des usages sociaux de l’alcool dans une communauté indigène des Hautes Terres du Chiapas. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 107, 303-318.

Cortés, B., (1988). La funcionalidad contradictoria del consumo colectivo de alcohol. Nueva Antropología, X(34), 157-185.

Crespin, R., Lhuilier, D., & Lutz, G. (2015). Les fonctions ambivalentes de l’alcool en milieu de travail : bon objet et mauvais objet. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 107(3), 375-401.

Degenhardt, L., Charlson, F., Ferrari, A., Santomauro, D., Erskine, H., Mantilla-Herrara, A., et al. (2018). The global burden of disease attributable to alcohol and drug use in 195 countries and territories, 1990–2016 : a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016. The Lancet Psychiatry, 5(12), 987-1012.

Dixon-Woods, M. (2003). What can ethnography do for quality and safety in health care ? Quality and Safety in Health Care, 12(5), 326-327.

Fassin D. (2008). Beyond good and evil ? Questioning the anthropological discomfort with morals. Anthropological Theory, 8(4), 333-344.

Fédération Addiction. (2017). La Réduction des Risques (R.d.R) dans le dispositif médicosocial spécialisé ambulatoire https://www.federationaddiction.fr/wp-content/uploads/2022/08/guide_pratiques_web.pdf

Klingemann, H., & Gmel, G. (2001). Introduction : Social consequences of alcohol — the forgotten dimension ? In H. Klingemann & G. Gmel (Eds.), Mapping the Social Consequences of Alcohol Consumption (pp. 1-9). Dordrecht : Springer Netherlands.

Yannick Le HénaffChristophe BonnetFrançois FeliuMiléna Spach (dir.), (2021) Penser l’alcool au cœur des sciences sociales, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « Le social et le politique ».

Measham F., Brain K., (2015). ‘Binge’ Drinking, British Alcohol Policy and the New Culture of Intoxication. Crime, Media, Culture, vol. 1, n° 3, pp. 262–283.

Merle, P., & Le Beau, B. (2004) « Alcoolisation et alcoolisme au travail. Ethnographie d’un centre de tri postal », Revue française de sociologie, 45 (1), 3-36.

Palierne N., Gaussot L., Le Minor L. (2015). Le genre de l’ivresse. Journal des anthropologues, 140-141,153-172.

Poikolainen, K., Paljärvi, T., & Mäkelä, P. (2007). Alcohol and the preventive paradox : serious harms and drinking patterns. Addiction, 102(4), 571-578.

Thurnell-Read, T. (2011). Off the leash and out of control : masculinities and embodiment in eastern European stag tourism. Sociology, 45 (6), 977-991.

Tutenges S. (2012). Nightlife tourism : A mixed methods study of young tourists at an international nightlife resort. Tourist studies, 12(2), 131-150.

Waring, M. L., & Sperr, I. (1982). Bartenders : An untapped resource for the prevention of alcohol abuse ? International Journal of the Addictions, 17(5), 859-868.

Places

  • Amphithéatre Jean-Etienne Touze - Pharo, 58 boulevard Charles Livon 13007 Marseille
    Marseille, France (13)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Monday, July 15, 2024

Keywords

  • alcool, pratique, norme, informel

Contact(s)

  • Marta LOTTO
    courriel : marta [dot] lotto [at] inserm [dot] fr
  • Alix BOIROT
    courriel : alix [dot] boirot [at] inserm [dot] fr

Information source

  • Alix BOIROT
    courriel : alix [dot] boirot [at] inserm [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Pratiques ordinaires de la réduction des risques dans le domaine de l’alcool », Call for papers, Calenda, Published on Friday, June 14, 2024, https://doi.org/10.58079/11tjx

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search