InicioAprès la bataille : la mémoire restituée

InicioAprès la bataille : la mémoire restituée

Après la bataille : la mémoire restituée

After the batter: memory recreated

Séminaire ERIBIA 2013-14

ERIBIA seminar 2013-14

*  *  *

Publicado el lunes 10 de marzo de 2014 por Luigia Parlati

Resumen

Le séminaire ERIBIA aura comme thématique cette année la question de la mémoire comme entité constructive dans le travail de reconstitution personnelle ou collective suite à une période de conflit ou à un événement traumatisant (guerre, dictature, colonisation, esclavage, viol, crime...). Autour des termes de restitution, réconciliation et reconstruction, les intervenants s’interrogeront sur la confrontation avec le quotidien des victimes d’expériences traumatiques et de leurs enfants, ainsi que sur l'héritage transmis aux descendants (d'esclaves, de colonisés...).

Anuncio

Programme

20 janvier

14-16 heures MRSH salle des Actes

  • Pascale MOUNIER (LASLAR, Université de Caen) : Les récits du passé : quelles frontières aujourd’hui ?

Modératrice : Anca CRISTOFOVICI

10 février

14-16 heures MRSH salle des Actes

  • Stéphane SIMONNET (CRHQ, Université de Caen) : Mémoire et représentation des Britanniques dans le débarquement.

Modérateur : Bertrand CARDIN

10 mars

14-16 heures MRSH salle des Actes

  • Nadia TAHIR (ERLIS, Université de Caen) Victimes, droits de l'homme et disparu: les discours des associations de victimes de la dictature en Argentine (1976-2007).

Modératrice : Amy WELLS

Les associations de victimes de la dictature de 1976-1983 (Familiares de detenidos desaparecidos por razones políticas, Association Mères de la Place de Mai, Mères de la Place de Mai Ligne Fondatrice, Grands-mères de la Place de Mai, H.I.J.O.S, Herman@s, Association des ex détenus disparus) sont un membre à part entière de ce que les chercheurs en sciences sociales appellent le « mouvement des droits de l’homme en Argentine ». Nées pendant la dictature, les premières associations sont immédiatement perçues comme membres d’un ensemble : celui des associations de défense des droits de l’homme. Cette affiliation se fait encore aujourd’hui. Les familles des disparus et les survivants des centres clandestins de détention ne sont pas perçus comme des associations de victimes et rejettent même assez souvent cette dénomination. En faisant le choix de se rapprocher de certaines de ces associations, le gouvernement de Nestor Kirchner (2003-2007)  réussit à s’allier avec des acteurs sociaux qui, depuis le retour de la démocratie en 1983, se sont toujours opposés aux gouvernements constitutionnels.

Notre réflexion porte sur une analyse de l’évolution des discours des associations de victimes de la dictature de 1976-1983 sur la période 1976-2007. Il s’agira de comprendre dans quelle mesure ces associations ont contribué au maintien des questions liées au passé dictatorial dans l’agenda politique argentin. Nous verrons alors en quoi leurs choix discursifs et d’action ont aussi fortement conditionné le lien qui s’établit entre défense des droits de l’homme et passé douloureux dans la sphère publique de ce pays du Cône Sud latino-américain.

Nadia TAHIR est Maître de Conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie. Elle est Docteure en Etudes Romanes de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle est membre du groupe de recherche ERLIS et membre extérieur du Nucleo de Estudios sobre Memoria (IDES-Buenos Aires, Argentine). Elle a enseigné dans les universités de Paris 7-Denis Diderot et Paris-Sorbonne (Paris IV). Ses recherches portent sur les mobilisations de victimes de la dernière dictature en Argentine (1976-1983), les politiques dites des droits de l’homme et les processus de construction de mémoire collective. Elle est par ailleurs membre du Comité de Rédaction des revues Rubrica Contemporanea (UAB-Barcelone, Espagne) et Iberic@l (Paris-Sorbonne).

24 mars

14-16 heures MRSH salle des Actes

  • Florence CABARET (Université de Rouen) Traumas de la Partition : les adaptations cinématographiques de Cracking India et Train to Pakistan.

Modératrice : Françoise KRAL

31 mars 

14-16 heures MRSH salle des Actes

  • Sophie GERGAUD (Ethno-cinéaste, De la Plume à l'ecran): L'Expérience cinématographique autochtone en Amérique du Nord : entre devoir de mémoire, transmission et guérison.

Modératrice : Lorie-Anne DUECH-RAINVILLE

7 avril

14-16 heures MLI salle 160 

  • Tomáš POSPÍŠIL (Masaryk Universty Brno, Cz) Trauma "Made in Hollywood"? The Representation of Trauma and Healing in Selected Hollywood Films

Modératrice : Penny STARFIELD

Responsable scientifique : Penny Starfield: penny.starfield@unicaen.fr

 

Lugares

  • Avenue d'Edimbourg
    Caen, Francia (14)

Fecha(s)

  • lunes 10 de marzo de 2014
  • lunes 20 de enero de 2014
  • lunes 10 de febrero de 2014
  • lunes 24 de marzo de 2014
  • lunes 31 de marzo de 2014
  • lunes 07 de abril de 2014

Archivos adjuntos

Palabras claves

  • mémoire, conflit, traumatisme, disparus, femmes, réparation

Contactos

  • Penny Starfield
    courriel : penny [dot] starfield [at] unicaen [dot] fr

URLs de referencia

Fuente de la información

  • Penny Starfield
    courriel : penny [dot] starfield [at] unicaen [dot] fr

Para citar este anuncio

« Après la bataille : la mémoire restituée », Seminario, Calenda, Publicado el lunes 10 de marzo de 2014, https://calenda.org/280024

Archivar este anuncio

  • Google Agenda
  • iCal
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search