AccueilLe psychanalyste dans le monde d’aujourd’hui

Le psychanalyste dans le monde d’aujourd’hui

The psychoanalyst in the world today

Pour une relecture du Malaise dans la civilisation

For a rereading of malaise in civilisation

*  *  *

Publié le mardi 22 septembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

La pratique analytique étant nécessairement liée à l’état de la civilisation, Lacan a incité le psychanalyste à rejoindre « la subjectivité de son époque ». Les bouleversements qui affectent une époque affectent aussi le sujet, c’est une évidence pour chacun. Cela implique de mettre la psychanalyse à l’heure du jour, en questionnant la fonction qu’elle peut maintenant y tenir. Voilà le défi soulevé par nos prochaines journées, car c’est du malaise dans la civilisation « que procède toute notre expérience ». Freud, le premier, ne s’est pas dérobé à penser la subjectivité de son époque. Trois quarts de siècle après sa parution, le titre – Le Malaise dans la civilisation – retentit toujours comme un diagnostic actuel du rapport de l’homme avec le monde dans lequel il vit. Cependant, si le titre de cet ouvrage n’a rien perdu de sa force, en est-il de même de son contenu ? Pouvons-nous, après et avec Lacan, soutenir aujourd’hui les mêmes thèses que celles développées par Freud dans ce texte ?

Annonce

Argumentaire

La pratique analytique étant nécessairement liée à l’état de la civilisation, Lacan a incité le psychanalyste à rejoindre « la subjectivité de son époque1 ». Les bouleversements qui affectent une époque affectent aussi le sujet, c’est une évidence pour chacun. Cela implique de mettre la psychanalyse à l’heure du jour, en questionnant la fonction qu’elle peut maintenant y tenir. Voilà le défi soulevé par nos prochaines journées, car c’est du malaise dans la civilisation « que procède toute notre expérience2 ». Freud, le premier, ne s’est pas dérobé à penser la subjectivité de son époque. Trois quarts de siècle après sa parution, le titre – Le Malaise dans la civilisation – retentit toujours comme un diagnostic actuel du rapport de l’homme avec le monde dans lequel il vit. Cependant, si le titre de cet ouvrage n’a rien perdu de sa force, en est-il de même de son contenu ? Pouvons-nous, après et avec Lacan, soutenir aujourd’hui les mêmes thèses que celles développées par Freud dans ce texte ?

À l’heure du capitalisme, de l’expansion de la science et de la libéralisation des pratiques de jouissance, peut-on encore affirmer, par exemple, que le malaise du sujet contemporain est la conséquence du renoncement à la satisfaction pulsionnelle imposé par la vie en société ? Comment relire, avec Lacan, l’avancée freudienne sur la pulsion de mort et son rôle dans la destructivité que la civilisation ne cesse de renouveler ?

Pour Lacan, « la psychanalyse fait partie du malaise dans la civilisation ». Plus que cela : elle en est le symptôme, disait-il en 19743. Elle surgit comme symptôme à l’aube du XXe siècle, moment d’expansion du discours de la science qui justement ne veut rien savoir du sujet.

Y a-t-il un lien entre les bouleversements technoscientifiques que le capitalisme a introduits dans le mode de vie de chacun lors de ces dernières décennies et l’émergence (ou réémergence) de signes plus ou moins féroces du malaise dans la civilisation ? Comment comprendre la montée de la religion, du racisme, de la ségrégation, par exemple ? À quoi répondent-ils ? Que peut dire (et faire) le psychanalyste face à tout cela ? Ce ne sont-là que quelques points que ce thème complexe nous donne à penser.

Une relecture, avec Lacan, du Malaise dans la civilisation nous servira de point d’appui pour examiner ces questions si actuelles, en essayant de saisir quels sont les approximations et les écarts entre les élaborations de Freud et celles de Lacan sur ce thème. Afin d’orienter nos travaux, nous avons décidé d’organiser le thème de ces journées autour de trois sous-thèmes :

  • Savoirs et croyances
  • Les deux surmoi : celui de Freud et celui de Lacan
  • La psychanalyse n’est pas une thérapeutique comme les autres

Tarifs

  • Individuel : 180 €
  • Étudiants : 50 € (sur justificatif)
  • Inscrits à un collège clinique : 130 € (sur justificatif)
  • Formation continue : 300 €

Programme

Vendredi 27 novembre 2015

Soirée-débat : Une société d’individus ?

  • Animée par Bernard Nominé (psychanalyste à Pau)

Maison de la chimie à 21 h00

  • Serge Paugam (Sociologue, directeur d'études à EHESS et directeur de recherche au CNRS, responsable de l'Équipe de Recherches sur les Inégalités Sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs)
  • Sidi Askofaré (Psychanalyste, Membre de l’EPFCL, Professeur des Universités, enseignant et directeur de recherche à l'Université Toulouse 2 – Jean Jaurès (Laboratoire Cliniques Pathoplogique et Interculturelle – LCPI)

Nombre de places limité

Tarif : 20 Euros pour la soirée du vendredi uniquement

Samedi 28 novembre 2015

9h00 Accueil

Amphithéâtre Lavoisier

  • 9h30 : Introduction : Elisabete Thamer (psychanalyste, docteur en philosophie, Paris)

9h45 – 11h00

Président de séance : David Bernard (psychanalyste, maître de conférences à l’Université de Rennes II)

  • Albert Nguyên : La normopathie ou la psychanalyse : quel choix? (psychanalyste, Bordeaux)
  • Marc Strauss : Où est-il ? (psychanalyste, Paris)

Pause café

11h30 – 13h00

Présidente de séance : Sol Aparicio (psychanalyste, docteur en psychanalyse)

  • Bernard Nominé : Le psychanalyste dans la culture (psychanalyste, Pau)
  • Colette Soler : Le malaise vu de la clinique analytique (psychanalyste, ancienne élève de l’ENS, agrégée de philosophie)

Pause déjeuner

Après-midi

Amphithéâtre Lavoisier

14h30-16h00

Présidente de séance : Muriel Mosconi (psychanalyste, psychiatre CHU de la conception et à l’hôpital Valvert – Marseille)

  • Jean-Pierre Drapier : Le monde brûle (psychanalyste, médecin-directeur CMPP d’Orly)
  • Stéphanie Gilet-Le Bon : L’expansion de l’acte analytique (psychanalyste, dijon)

16h00-17h30

Présidente de séance : Anastasia Tzavidopoulou (psychanalyste, Paris)

  • Bernard Lapinalie : Les analystes ont rapport avec l’être humain (psychanalyste, médecin attaché des hôpitaux psychiatriques, Nice)
  • Virgil Ciomos : La psychanalyse en Roumanie. Entre prémisses et perspectives (philosophe, professeur des universités, Roumanie)

Salle 101

14h30-16h00

Président de séance : Jean-Michel Arzur (psychanalyste, Rennes)

  • Martine Menès : De quoi le genre est-il le malaise ? (psychanalyste, Paris)
  • Matilde Pelegri : Que nous dit la clinique des enfants et des adolescents sur le malaise actuel dans le choix de sexe et d’objet sexuel ? (psychanalyste, Espagne)

16h00-17h30

Présidente de séance : Françoise Lespinasse (psychanalyste, Dijon)

  • Claire Montgobert : De la souffrance en question (psychanalyste, Fabas)
  • Geneviève Faleni : L’erre de la fragilité (psychanalyste, Gourdon)

Salle 201

14h30-16h00

Présidente de séance : Marie-Thérèse Gournel (psychanalyste, Fougères)

  • Mihaela Turcanu Lazarov : Perseverare humanum est (psychanalyste, Paris)
  • Sara Rodowicz-Slusarczyk : D’un discours qui serait analytique (psychanalyste, Pologne)

16h00-17h30

Président de séance : Jacques Tréhot (psychanalyste, Rennes)

  • Radu Turcanu : Le malaise borroméen (psychanalyste, docteur en psychopathologie et psychanalyse, Paris)
  • Yves Le Bon : Modernité et Surmoi. Les figures modernes du Surmoi (psychanalyste, chargé d’enseignement Paris VII)

Dimanche 29 novembre 2015

Amphithéâtre Lavoisier

9h30 – 11h00

Présidente de séance : Nadine Cordova-Naïtali (psychanalyste, Paris)

  • Patrick Barillot : Sortir du discours capitaliste ? (psychanalyste, Paris)
  • Zehra Eryoruk : La voie(x) du symptôme (psychanalyste, Belgique)
  • Luis Izcovich : Styles de l’acte (psychanalyste, Paris)

11h30 – 13h00

Président de séance : Dominique Marin (psychanalyste, Narbonne)

  • Claude Léger : Surmoi et transparence (psychanalyste, psychiatre des hôpitaux, chef du secteur de Levallois-Perret)
  • Sonia Alberti : Sublimation / Indingnité : le savoir et l’ignorance aujourd’hui (psychanalyste, docteur en psychologie, professeur à l’Université de l’Etat de Rio de Janeiro, Brésil)
  • Jean-Jacques Gorog : Le psychanalyste face au monde… de la toile (psychanalyste, psychiatre, praticien des hôpitaux, Paris)

Après-midi

14h30-16h00

Présentation de la problématique du thème des Journées nationales 2016, auquel l’EPFCL pourra consacrer l’année entière. Les exposés seront annoncés ultérieurement.

Lieux

  • Maison de la Chimie - 28 bis rue saint dominique
    Paris, France (75007)

Dates

  • vendredi 27 novembre 2015
  • samedi 28 novembre 2015
  • dimanche 29 novembre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • civilisation, malaise, Freud, Lacan, psychanalyste

Contacts

  • Ali Tissnaoui
    courriel : tissnaoui [at] live [dot] fr

Source de l'information

  • Ali Tissnaoui
    courriel : tissnaoui [at] live [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le psychanalyste dans le monde d’aujourd’hui », Colloque, Calenda, Publié le mardi 22 septembre 2015, https://calenda.org/330873

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal