HomeLanguage alterity: strategies of adaptation and appropriation

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Language alterity: strategies of adaptation and appropriation

Altérité langagière : stratégies d’adaptation et d’appropriation

19th Rencontres Jeunes Chercheurs (RJC 2016)

19e Rencontres Jeunes Chercheurs (RJC 2016)

*  *  *

Published on Wednesday, December 09, 2015 by João Fernandes

Summary

Du point de vue épistémologique, l’altérité n’a pas toujours eu la même place dans les théories linguistiques. Entre le dialogal et le dialogisme bakhtinien, entre les interdiscours et les concepts de coénonciation, l’altérité prend des formes différentes. L’altérité est aussi un objet d'étude transversal qui tient à la manière dont un sujet rencontre la pensée, la langue, le discours et la culture de l’autre. La confrontation à une langue éloignée de la nôtre, que ce soit culturellement, géographiquement ou temporellement impose des choix qui peuvent conduire à une perte ou une création d’éléments. Autant d’approches théoriques qui permettent de réunir des chercheurs en sciences du langage autour d’une problématique commune.

From an epistemological point of view, alterity doesn’t always have the same place in linguistic theories. From dialogal speech to bakhtinian dialogism, from interdiscourse to the concept of costatement, alterity takes different forms. Alterity is also a transversal subject which is related to the way that the speaker encounters the thought, the language, the discourse and the culture of the other. The confrontation with a distant language, whether the distance is cultural, geographical or chronological, imposes some choices which can lead to the loss or creation of components. All of these theoretical approaches allow the researchers in language sciences to gather around a common problematic.

Announcement

Argumentaire

Dans un ouvrage devenu classique, Le miroir d’Hérodote, François Hartog (1980) propose une analyse du discours que développe Hérodote sur les Scythes. Décrivant la « rhétorique de l’altérité » par laquelle l’historien grec parvient à « inscrire le monde que l’on raconte dans le monde où l’on raconte », il distingue plusieurs moyens de rendre intelligible l’étranger dans sa propre langue : l’inversion, la comparaison et l’émerveillement.

En continuant cette réflexion, nous souhaitons inviter les participants à explorer les stratégies à travers lesquelles chacun donne une place à l’altérité au sein de sa propre langue et de son propre discours. L’altérité, c’est-à-dire le caractère de ce qui est perçu comme autre, comme étranger, et même parfois comme étrange, est un pôle indispensable dans la construction des identités (Ferréol & Jucquois, 2003). Comment négocier la différence, comment la rendre familière ou tout du moins compréhensible dans ma langue ? Plusieurs stratégies peuvent opérer en parallèle ou en concurrence.

Ces stratégies d’appropriation et d’adaptation se font face et se complètent. La répétition, l’interprétation, la citation, la transcription, la reformulation, la traduction et l’apprentissage des langues étrangères y figurent.

Du point de vue épistémologique, l’altérité n’a pas toujours eu la même place dans les théories linguistiques (Dufaye & Gournay, 2010). Entre le dialogal et le dialogisme bakhtinien, entre les interdiscours et les concepts de coénonciation, l’altérité prend des formes différentes. On pourra penser aux recherches s’inscrivant dans la lignée de celles de Michel Pêcheux (Maldidier, 1990) en analyse du discours, sur les contraintes discursives dans lesquelles le sujet produit son discours, plus largement sur la notion d’ « interdiscours », faisant apparaître le discours traversé par le collectif. Les travaux en pragmatique du discours (Ducrot, 1980) conçoivent également ce dernier comme construit à plusieurs.

Le thème de l’altérité langagière, abordé sous l’angle discursif, nous invite également à envisager des recherches portant sur l’altérité inhérente au sujet. A partir des travaux sur le discours rapporté au sens large, la question du sujet clivé et de ses marques syntaxiques peuvent être soulevées, notamment si l’on pense à la notion d’« hétérogénéité constitutive » élaborée par Jacqueline Authier-Revuz (1982) et qui s’inscrit pleinement dans le questionnement proposé.

Néanmoins, la notion d’altérité peut être élargie à toutes les disciplines linguistiques. Comment une traduction peut-elle rester fidèle au texte source dans la mesure où les expressions ou l’imaginaire de la langue cible diffèrent ? Comment un système de reconnaissance peut-il fonctionner quand le locuteur s’exprime dans une variante non-standard ? Comment l’apprenant construit-il son identité langagière lors du contact avec l’Autre ? Ceci ne constitue qu’un échantillon des questions que peuvent se poser les chercheurs en sciences du langage confrontés à la problématique de l’altérité.

L’altérité est aussi un objet d'étude transversal qui tient à la manière dont un sujet rencontre la pensée, la langue, le discours et la culture de l’autre (Bornand & Leguy, 2013). La confrontation à une langue éloignée de la nôtre, que ce soit culturellement, géographiquement ou temporellement impose des choix qui peuvent conduire à une perte ou une création d’éléments (Chauvier, 2011). Comment se manifeste l’impact de l’altérité sur la langue, l’individu ou la communauté ?

Autant d’approches théoriques qui permettent de réunir des chercheurs en sciences du langage autour d’une problématique commune. Les participants pourront considérer les langues sous tous leurs media (oral, écrit, langue des signes).

Bibliographie

  • Authier-Revuz, J. (1982). Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive, éléments pour une approche de l'autre dans le discours. In DRLAV, n°26, pp.91-151.
  • Authier-Revuz, J. (1995). Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse.
  • Bakhtine, M. (1978). Esthétique et théorie du roman. Paris : Gallimard.
  • Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale. Paris : Gallimard.
  • Bornand, S. & Leguy, C. (2013). Anthropologie des pratiques langagières. Paris : Armand Colin.
  • Chauvier, E. (2011). Anthropologie de l’ordinaire : une conversion du regard. Toulouse : Anacharsis.
  • Ducrot, O. (1980). Le Dire et le Dit. Paris : Minuit.
  • Dufaye, L. & Gournay, L. (2010). L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris/Gap : Ophrys.
  • Ferréol, G. & Jucquois, G. (2003). Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles. Paris : Armand Colin.
  • Hartog, F. (1980). Le Miroir d'Hérodote. Essai sur la représentation de l'autre. Paris : Gallimard.
  • Maldidier, D. (1990). L’inquiétude du discours : textes de Michel Pêcheux. Paris : Cendres.

Le colloque est ouvert à tous : masterants, doctorants, jeunes chercheurs...
Entrée libre en fonction des places disponibles.
Une attestation de présence sera remise aux participants.

Calendrier

  • Date limite pour les soumissions : 14 février 2016

  • Notification aux participants : fin mars 2016
  • Dates du colloque : 9 et 10 juin 2016
  • Date limite pour les articles corrigés : 30 juin 2016

Conférencières invitées

  • Patricia von Münchow
  • Muriel Molinié

Lieu du colloque

Institut de linguistique et de phonétique générales et appliquées (ILPGA)
Coordonnées : 19, rue des Bernardins - 75005 PARIS
Transports en commun : Métro : Maubert Mutualité (ligne 10) ; Autobus : 24, 47, 63, 86, 87 ; RER : Saint Michel (lignes B et C)

Format des communications

Les communications se feront en français ou en anglais.
Le format des communications orales sera de 20 minutes, puis 10 minutes de discussion.
Les posters seront à présenter au format A0. Les auteurs des posters seront invités à donner une brève présentation orale de leur travail.

Soumission des propositions

Les propositions sont à envoyer par courrier électronique à l’adresse suivante : rjc-ed268@univ-paris3.fr,

avant le 14 février 2016.

Le corps du message devra préciser :

  • Les coordonnées du participant (nom, prénom, adresse électronique et adresse postale) ;
  • L’affiliation (nom de l’université, nom du laboratoire) ;
  • Le niveau d’études (master / doctorat / post-doc ; préciser le nombre d’années pour le doctorat) ;
  • Le nom du ou des directeur(s) de recherche ;
  • La ou les discipline(s) dont relève l’article ;
  • Le titre de la communication.

Les propositions sont à soumettre sous forme d’un article, dans un fichier au format .rtf, nommé « rjc2016_nom-de-lauteur.rtf » (ex : « rjc2016_DUPONT.rtf »).

Ce fichier devra comprendre uniquement :

  • Le titre de la communication ;
  • Un résumé d’environ 100 mots, dans la langue de l’article ;
  • 5 mots-clés en français et les mêmes en anglais ;
  • L’article de 6 à 8 pages pour une communication orale (soit 25 000 signes maximum, espaces inclus) ; 5 pages pour un poster (soit 15 000 signes maximum, espaces inclus) ;
  • Une bibliographie.

Le format à respecter pour le texte des articles est le suivant :

  • police Times New Roman 12 pt ;
  • interligne 1,5 ;
  • marges 2,5 cm de tous les côtés ;
  • texte justifié à gauche et à droite ;
  • titres : Times New Roman 12 pt, gras, avec une numérotation hiérarchisée (1. ; 1.1. ; 1.1.1), sans dépasser 3 niveaux de titres.

Dans le cas de transcriptions phonétiques, veuillez utiliser la police SILDoulos.

Une seule proposition par participant sera examinée.

Les propositions retenues seront renvoyées aux auteurs pour correction et mise en forme.

L’article corrigé devra être envoyé au comité d’organisation avant la tenue du colloque.

Le comité d’organisation se réserve le droit de refuser un article ne correspondant pas aux exigences scientifiques du colloque après correction.

Publication : Les actes seront publiés en ligne après la tenue du colloque.

Comité scientifique

  • Martine ADDA DECKER
  • José Ignacio AGUILAR RIO
  • Angélique AMELOT
  • Jacqueline AUTHIER-REVUZ,
  • Michelle AUZANNEAU
  • Jean-Claude BEACCO
  • Eric BEAUMATIN
  • Irmtraud BEHR
  • Violaine BIGOT
  • Philippe BOULA DE MAREUIL
  • Maria CANDEA
  • Jean-Louis CHISS
  • Francine CICUREL
  • Jeanne-Marie DEBAISIEUX,
  • Didier DEMOLIN
  • Christine DEPREZ
  • Martine DERIVRY
  • Claire DOQUET
  • Serge FLEURY
  • Jean-Marie FOURNIER
  • Emmanuel FRAISSE
  • Florentina FREDET
  • Stéphanie GALLIGANI
  • Cedric GENDROT
  • Kim GERDES,
  • Anna GHIMENTON
  • Yana GRINSHPUN
  • Jean-Patrick GUILLAUME
  • Agnès HENRI
  • Frédéric ISEL
  • Raphaël KABORE
  • Takeki KAMIYAMA
  • Dominique KLINGLER
  • René LACROIX
  • Marie-Christine LALA
  • Florence LEFEUVRE
  • Cécile LEGUY
  • Muriel MOLINIE
  • Catherine MULLER
  • Valélia MUNI TOKE
  • Samia NAIM
  • Jean-Paul NARCY-COMBES
  • Gabriella PARUSSA
  • Claire PILLOT-LOISEAU
  • Konstantin POZDNIAKOV
  • Christian PUECH,
  • Nicolas QUINT
  • Christine RAGUET
  • Sandrine REBOUL-TOURE
  • Patrick RENAUD
  • Rachid RIDOUANE
  • Anne SALAZAR ORVIG
  • Didier SAMAIN
  • Pollet SAMVELIAN
  • Dan SAVATOVSKY
  • Valérie SPAËTH
  • Sofia STRATILAKI
  • Isabelle TELLIER
  • Jacqueline VAISSIERE
  • Andrea VALENTINI
  • Daniel VERONIQUE
  • Patricia VON MÜNCHOW
  • Geneviève ZARATE.

Comité d'organisation

  • Sophia AKESBI
  • Jean ARZOUMANOV
  • Emre BAYRAKTAR
  • Marie-Amélie BOTALLA
  • Carla CAMPOS CASCALES
  • Jacopo D'ALONZO
  • Nada DAOU
  • Paola GAMBOA DIAZ
  • Shahrzad KESHVARIRAD
  • Mathilde MECHLING
  • Shima MOALLEMI
  • Coraline PRADEAU
  • Magali RUET
  • Bowei SHAO
  • Komi SIMNARA
  • Marco STEFANELLI
  • Lucien TISSERAND
  • Amandine WATTELIER-BRICOUT
  • Jane WOTTAWA
  • Yaru WU.

Argument

In a now classic book, The Mirror of Herodotus, François Hartog (1980) proposed an analysis of Herodotus’ discourse developed on Scythians. By describing the "rhetoric of alterity", through which the Greek historian managed to "inscribe the world which is told into the world where it is told", he distinguished several ways to make the foreigner comprehensible in his own language: inversion, comparison and wonder.

By continuing this reflection, we would like to invite participants to explore the strategies through which one makes place for alterity within one’s language and one’s discourse. Alterity, that is, the nature of what is perceived as different, foreign, and sometimes even strange, is a necessary focus in the construction of identities (Ferréol & Jucquois, 2003). How can I negotiate this difference, how can I make it familiar or at least comprehensible in my language? Several strategies can operate in parallel or in opposite ways.

The strategies of appropriation and adaptation are both opposite and complementary. Repetition, interpretation, citation, transcription, reformulation, translation and foreign language learning are included.

From an epistemological point of view, alterity doesn’t always have the same place in linguistic theories (Dufaye & Gournay, 2010). From dialogal speech to bakhtinian dialogism, from interdiscourse to the concept of costatement, alterity takes different forms. We can think of the researches inscribed in the lineage of Michel Pêcheux (Maldidier, 1990) on discourse analysis, on discursive constraints in which the subject products his discourse, more broadly on the notion of "interdiscourse", which shows the discourse through the collective. Works on pragmatics of discourse (Ducrot, 1980) also conceive the later as built by several people.

The theme of language alterity, from a discourse perspective, also invites us to consider research on alterity inherent to the subject. Starting from research on reported speech, the problem of cleaved subject and its syntactic marks can be raised, especially if one thinks about the notion of "constitutive heterogeneity" elaborated by Jacqueline Authier-Revuz (1982), which is fully integrated into the proposed themes.

However, the concept of alterity can be expanded to other fields in language sciences. How can a translation be faithful to the original text when the expressions or the imagination of the target language differ? How can a recognition system work when a non-standard variant is used? How do learners build their linguistic identities when they are in contact with the other? These questions are just a sample of those the researchers in language sciences may have when facing the problem of alterity.

Alterity is also a transversal subject which is related to the way that the speaker encounters the thought, the language, the discourse and the culture of the other (Bornand & Leguy, 2013). The confrontation with a distant language, whether the distance is cultural, geographical or chronological, imposes some choices which can lead to the loss or creation of components (Chauvier, 2011). How can we observe the impact of alterity on a language, individual, or community?

All of these theoretical approaches allow the researchers in language sciences to gather around a common problematic. The participants can consider the language in all its media (oral, written, sign language).

Bibliography

  • Authier-Revuz, J. (1982). Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive, éléments pour une approche de l'autre dans le discours. In DRLAV, n°26, pp.91-151.
  • Authier-Revuz, J. (1995). Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse.
  • Bakhtine, M. (1978). Esthétique et théorie du roman. Paris : Gallimard.
  • Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale. Paris : Gallimard.
  • Bornand, S. & Leguy, C. (2013). Anthropologie des pratiques langagières. Paris : Armand Colin.
  • Chauvier, E. (2011). Anthropologie de l’ordinaire : une conversion du regard. Toulouse : Anacharsis.
  • Ducrot, O. (1980). Le Dire et le Dit. Paris : Minuit.
  • Dufaye, L. & Gournay, L. (2010). L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris/Gap : Ophrys.
  • Ferréol, G. & Jucquois, G. (2003). Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles. Paris : Armand Colin.
  • Hartog, F. (1980). Le Miroir d'Hérodote. Essai sur la représentation de l'autre. Paris : Gallimard.
  • Maldidier, D. (1990). L’inquiétude du discours : textes de Michel Pêcheux. Paris : Cendres.

The conference is open to graduate students (master, doctorate) and young researchers.
Free admission.
Participants will receive a certificate of attendance.

Important dates

  • Submission deadline: February 14th, 2016

  • Notification of acceptance: end of March 2016
  • Conference dates: June 9th and 10th, 2016
  • Corrected article deadline: 30 June 2016

Invited speakers

  • Patricia von Münchow
  • Muriel Molinié

Conference location

Institut de linguistique et de phonétique générales et appliquées (ILPGA)
Address: 19, rue des Bernardins - 75005 PARIS
Public transportation: Metro : Maubert Mutualité (line 10) ; Bus: 24, 47, 63, 86, 87 ; RER : Saint Michel (B and C lines)

Presentations

Oral presentations and posters will be made in English or in French.
Oral presentations will be allocated 20 minutes, plus 10 minutes for discussion.
The size of the posters will be A0. Poster authors will be invited to give a short oral presentation of their work.

Submission

Paper submissions are to be sent by e-mail to the following address: rjc-ed268@univ-paris3.fr, before

February 14th, 2016

The e-mail message should specify:

  • Personal data (last name, first name, e-mail and personal postal address);
  • University affiliation;
  • Educational level (master / doctorate / postdoc; specify the number of years for the doctorate);
  • Research supervisor(s);
  • Research field(s) of the submitted paper;
  • Title of the submitted paper.

Submissions are to be sent in the form of an article, in an attached .rtf file named “rjc2016_NAME.rtf” (eg: “rjc2016_SMITH.rtf”). This file should contain only the following information:

  • Title of the submitted paper;
  • Summary of about 100 words, in the paper’s language;
  • 5 keywords in French, the same keywords in English;
  • For oral presentations: a 6 to 8-page article (25 000 characters maximum, spaces included) ; for posters: a 5-page article (15 000 characters maximum, spaces included);
  • Bibliography.

The format of the article should be as follows:

  • Times New Roman 12 pt font;
  • 1,5 line spacing;
  • 2,5 cm margins at all edges;
  • justified left and right;
  • headings: Times New Roman 12 pt, bold, using a hierarchical numbering (1. ; 1.1. ; 1.1.1) and no more than 3 heading levels.

In the case of phonetic transcriptions, please use the SILDoulos font.

Only one submission will be examined for each participant.

The accepted submissions will be sent back to the authors in order to be corrected and laid out in mid-April.

The corrected article will have to be transmitted to the organizing committee before the conference.

The organizing committee reserves the right to refuse an article that would not meet the conference’s scientific requirements after correction.

Publication:

The proceedings will be published on-line after the conference.

Scientific committee 

  • Martine ADDA DECKER
  • José Ignacio AGUILAR RIO
  • Angélique AMELOT
  • Jacqueline AUTHIER-REVUZ,
  • Michelle AUZANNEAU
  • Jean-Claude BEACCO
  • Eric BEAUMATIN
  • Irmtraud BEHR
  • Violaine BIGOT
  • Philippe BOULA DE MAREUIL
  • Maria CANDEA
  • Jean-Louis CHISS
  • Francine CICUREL
  • Jeanne-Marie DEBAISIEUX,
  • Didier DEMOLIN
  • Christine DEPREZ
  • Martine DERIVRY
  • Claire DOQUET
  • Serge FLEURY
  • Jean-Marie FOURNIER
  • Emmanuel FRAISSE
  • Florentina FREDET
  • Stéphanie GALLIGANI
  • Cedric GENDROT
  • Kim GERDES,
  • Anna GHIMENTON
  • Yana GRINSHPUN
  • Jean-Patrick GUILLAUME
  • Agnès HENRI
  • Frédéric ISEL
  • Raphaël KABORE
  • Takeki KAMIYAMA
  • Dominique KLINGLER
  • René LACROIX
  • Marie-Christine LALA
  • Florence LEFEUVRE
  • Cécile LEGUY
  • Muriel MOLINIE
  • Catherine MULLER
  • Valélia MUNI TOKE
  • Samia NAIM
  • Jean-Paul NARCY-COMBES
  • Gabriella PARUSSA
  • Claire PILLOT-LOISEAU
  • Konstantin POZDNIAKOV
  • Christian PUECH,
  • Nicolas QUINT
  • Christine RAGUET
  • Sandrine REBOUL-TOURE
  • Patrick RENAUD
  • Rachid RIDOUANE
  • Anne SALAZAR ORVIG
  • Didier SAMAIN
  • Pollet SAMVELIAN
  • Dan SAVATOVSKY
  • Valérie SPAËTH
  • Sofia STRATILAKI
  • Isabelle TELLIER
  • Jacqueline VAISSIERE
  • Andrea VALENTINI
  • Daniel VERONIQUE
  • Patricia VON MÜNCHOW
  • Geneviève ZARATE.

Organizing committee

  • Sophia AKESBI
  • Jean ARZOUMANOV
  • Emre BAYRAKTAR
  • Marie-Amélie BOTALLA
  • Carla CAMPOS CASCALES
  • Jacopo D'ALONZO
  • Nada DAOU
  • Paola GAMBOA DIAZ
  • Shahrzad KESHVARIRAD
  • Mathilde MECHLING
  • Shima MOALLEMI
  • Coraline PRADEAU
  • Magali RUET
  • Bowei SHAO
  • Komi SIMNARA
  • Marco STEFANELLI
  • Lucien TISSERAND
  • Amandine WATTELIER-BRICOUT
  • Jane WOTTAWA
  • Yaru WU.

Subjects

Places

  • Institut de linguistique et de phonétique générales et appliquées (ILPGA) - 19 rue des Bernardins
    Paris, France (75005)

Date(s)

  • Sunday, February 14, 2016

Keywords

  • linguistique, altérité langagière, linguistics, language alterity

Information source

  • Marie-Amélie Botalla
    courriel : marieamelie [dot] botalla [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Language alterity: strategies of adaptation and appropriation », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, December 09, 2015, https://calenda.org/350341

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search