AccueilLes vaisseaux du désert

Les vaisseaux du désert

Ships of the desert

Présence et usages du chameau (Camelus dromedarius) entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine

The presence and uses of the camel (Camelus dromedarius) between the Tigris and the Nile in the middle 1st millenium

*  *  *

Publié le jeudi 04 août 2016 par João Fernandes

Résumé

Le dromadaire ou chameau à une bosse (Camelus dromedarius) n’est pas une espèce autochtone en Égypte, ni même au Proche-Orient ou dans la péninsule Arabique. L’animal, surnommé « vaisseau des déserts », est pourtant particulièrement bien adapté aux environnements arides et semi-arides de ces régions. Il a des utilisations multiples (transport de charge, transport de personnes, labour, course, consommation humaine etc.), mais son élevage est délicat et requiert un savoir-faire précis. Il a donc semblé opportun de réunir pour la première fois des philologues, des archéologues et des archéozoologues, spécialistes de leur discipline, pour confronter les informations et tenter de mieux cerner l’histoire du Camelus dromedarius, de son élevage et de ses utilisations dans les déserts d’Égypte, du Proche-Orient et de la péninsule Arabique, du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine.

Annonce

Argumentaire

Le dromadaire ou chameau à une bosse (Camelus dromedarius) n’est pas une espèce autochtone en Égypte, ni même au Proche-Orient ou dans la péninsule Arabique. L’animal, surnommé « vaisseau des déserts », est pourtant particulièrement bien adapté aux environnements arides et semi-arides de ces régions. Il a des utilisations multiples (transport de charge, transport de personnes, labour, course, consommation humaine etc.), mais son élevage est délicat et requiert un savoir-faire précis.

Arrivé d’Asie, il est domestiqué tardivement, au cours du IIIe-IIe millénaire av. J.-C., dans la péninsule Arabique. Quant à la date de son introduction au Proche-Orient et en Égypte, elle fait encore débat. Sur ce dernier territoire, les opinions divergent entre les tenants d’une date haute (époque prédynastique) et d’une date basse (époque perse, ptolémaïque voire romaine). Car la découverte d’ossements, de mentions écrites ou de représentations figurées de dromadaires dans ces territoires ne signifie pas que le dromadaire ainsi cité était domestiqué, ni quelle fonction il remplissait.

Le Camelus dromedarius est un animal qui a généré une bibliographie abondante. Les études ne manquent pas sur sa physiologie étonnante, ses comportements, son alimentation, ses origines et ses utilisations actuelles dans les déserts africains et orientaux. Il est également systématiquement associé avec les peuples nomades, qui ont été l’objet de bon nombre d’études anthropologiques et/ou ethnographiques.

Pourtant, sur le plan historique, le chameau à une bosse reste en partie une énigme. Les modalités et la date de son introduction au Proche-Orient et en Égypte restent inconnues, de même que le rôle que les Arabes (dans le sens « populations vivant en péninsule Arabique ancienne ») ont joué dans cette implantation.

Or les données à propos de l’animal sont actuellement en plein renouvellement : des ostraca (tessons de poterie inscrits) les mentionnant ont été découverts récemment à Ayn Manawir, dans le désert occidental égyptien, et à Bi’r Samut, dans le désert oriental d’Égypte, en lien avec des populations arabes, à des époques hautes (Ve et IIIe s. av. J.-C.). En Arabie, au Proche-Orient et en Égypte, les fouilles récentes (notamment dans les déserts et les oasis) ont livré un matériel faunique abondant, dans des assemblages de mieux en mieux datés.

Le contexte semble favorable pour croiser les données. Il a donc semblé opportun de réunir pour la première fois des philologues, des archéologues et des archéozoologues, spécialistes de leur discipline, pour confronter les informations et tenter de mieux cerner l’histoire du Camelus dromedarius, de son élevage et de ses utilisations dans les déserts d’Égypte, du Proche-Orient et de la péninsule Arabique, du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine.

La conférence réunira quatorze chercheurs, philologues, archéologues, archéozoologues et agronome, qui travaillent actuellement en Arabie saoudite, en Egypte et au Proche-Orient.

Cette première conférence sera suivie d’une seconde conférence, organisée conjointement par HiSoMA et ArScAn, qui se tiendra en mars 2017 à Nanterre, et portera sur le Camelus Bactrianus (chameau à deux bosses).

Organisation

  • Damien Agut (ArScAn),
  • Bérangère Redon (HiSoMA) 

Programme

15-16 septembre 2016, Salle Reinach,

Maison de l’Orient et de la Méditerranée,
86 rue Pasteur,
69007 Lyon 

Jeudi 15 septembre 2016

9h30 : accueil des participants

10h : discours de bienvenue de Véronique Chankowski, directrice du laboratoire HiSoMA

  • 10h15 : Damien Agut (CNRS, ArScAn), Bérangère Redon (CNRS, HiSoMA), Introduction

  • 10h45 : Laura Cousin (Univ. Paris 1, ArScAn), Le chameau dans le Proche-Orient ancien : présentation des documentations épigraphique et iconographique

  • 11h15 : Pierre-Louis Gatier (CNRS, HiSoMA), Le chameau, bête de somme dans le Proche-Orient hellénistique, romain et protobyzantin

  • 11h45 : Michael Macdonald (Khalili Research Centre, Oriental Institute), 'Kilroy and his camel'. The dromedary of ancient Arabia in the graffiti of its masters

12h15-14h : pause

  • 14h : Anja Prust, Arnulf Hausleiter (DAI Berlin), Camel exploitation at the oasis of Tayma, Northwest Arabia 
  • 14h30 : Laïla Nehmé (CNRS, Orient et Méditerranée), Le dromadaire dans le domaine nabatéen, état de la question à travers les sources épigraphiques et archéologiques

  • 15h : Jacqueline Studer (Museum d’histoire naturelle de Genève), Les vestiges de camélidés du Levant et d’Arabie : problèmes d’identification et d’interprétation 

15h30-16h : pause

  • 16h : Bernard Faye (CIRAD), Du vaisseau du désert à l'animal zootechnique : les mutations actuelles du chameau 

16h30 : discussion 

Vendredi 16 septembre 2016

  • 9h : Damien Agut (CNRS, ArScAn), Les gml.w de 'Ayn Manâwir (oasis de Kharga, Égypte) au Ve siècle av. J.-C. : la plus ancienne attestation d'un camélidé dans la documentation démotique
  • 9h30 : Hélène Cuvigny (CNRS, IRHT), Les chameaux dans les ostraca grecs de Bi’r Samut (désert Oriental d’Égypte)

  • 10h : Marie-Pierre Chaufray (CNRS, Ausonius), Les chameaux dans les ostraca démotiques de Bi’r Samut (désert Oriental d’Égypte)

10h30-11h : pause

  • 11h : Martine Leguilloux (Centre archéologique du Var), Camelus ou Equus : le rôle des dromadaires sur les stathmoi et praesidia du désert Oriental d’Égypte

  • 11h30 : Geneviève Galliano (Musée des Beaux-Arts de Lyon), Les dromadaires en terre cuite de Coptos (Haute-Égypte)

12h : discussion générale et conclusions

Lieux

  • Maison de l'Orient et de la Méditerranée, 4e étage, salle Reinach - 86 rue Pasteur
    Lyon, France (69007)

Dates

  • jeudi 15 septembre 2016
  • vendredi 16 septembre 2016

Mots-clés

  • chameau, dromadaire, Egypte, Proche Orient, péninsule Arabique, nomade, transport, Antiquité

Contacts

  • Bérangère Redon
    courriel : berangere [dot] redon [at] mom [dot] fr
  • Damien Agut
    courriel : damien [dot] agut [at] mae [dot] u-paris10 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Bérangère Redon
    courriel : berangere [dot] redon [at] mom [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les vaisseaux du désert », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 04 août 2016, https://calenda.org/374209

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal