AccueilQuelle volonté de savoir, quarante ans après Foucault

Quelle volonté de savoir, quarante ans après Foucault

The will for knowledge - forty years after Foucault

*  *  *

Publié le vendredi 26 août 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Dans la longue série des anniversaires foucaldiens, 2016 marque les quarante ans de la publication de La Volonté de savoir. Dans une pluralité d’approches méthodologiques – histoire du genre et de la sexualité, philosophie, psychanalyse, science politique, histoire de l’Antiquité –, ce colloque mettra en perspective l’héritage critique du texte foucaldien. Quelle est la volonté de savoir qui domine aujourd’hui encore les dispositifs de pouvoir et les vérités dites et produites autour de la sexualité ?

Annonce

Argumentaire

Dans la longue série des anniversaires foucaldiens, 2016 marque les quarante ans de la publication de La Volonté de savoir. Il s’agit d’un texte charnière au sein de la production de Michel Foucault : en se présentant comme une courte introduction méthodologique à la question du pouvoir, l’ouvrage inaugure les études sur l’histoire de la sexualité que le philosophe poursuivra jusqu’à sa mort. Tout en soulevant des enjeux polémiques forts et actuels pour le monde d’après 1968 – comme la critique du rêve de la libération par le sexe –, le livre annonce un plan de travail que son auteur ne réalisera pas – il s’engagera bientôt sur d’autres chemins de recherche qui mèneront à la publication de L’Usage des plaisirs et du Souci de soi.

Le colloque international « Quelle volonté de savoir, quarante ans après Foucault ? » souhaite explorer les questionnements que le texte de 1976 a laissés ouverts et qui sont actuels et actualisables aujourd’hui. Quatre axes de problématisation en particulier orienteront les débats : 1. Le premier projet de l’Histoire de la sexualité : les manuscrits qui témoignent de son élaboration assez avancée et les raisons de son abandon de la part de Foucault ; 2. L’analyse du dispositif moderne de sexualité et la critique à l’égard de la psychanalyse qui en découle ; 3. La conception d’une productivité essentielle du pouvoir, au-delà de toute « hypothèse répressive » ; 4. L’importance-clé des analyses (bio-) politiques foucaldiennes pour l’histoire des études de genre.

À travers ces axes et dans une pluralité d’approches méthodologiques – histoire du genre et de la sexualité, philosophie, psychanalyse, science politique, histoire de l’Antiquité –, ce colloque mettra en perspective l’héritage critique du texte foucaldien. Quelle est la volonté de savoir qui domine aujourd’hui encore les dispositifs de pouvoir et les vérités dites et produites autour de la sexualité ?

Programme

Vendredi 7 octobre, 9h-17h30

Université Paris Diderot – Paris 7

Amphi Buffon

  • 9h – Ouverture : Frédéric Gros, Laurie Laufer, Ariane Revel et Arianna Sforzini

Présidence: Frédéric Gros

  • 9h30 – Joël Birman : « Le sujet chez Foucault »
  • 10h – Thamy Ayouch : « ‘‘Les corps et les plaisirs’’ : genres, relationnalités et psychanalyse non-dimorphiste »
  • 10h30 – Discussion
  • 10h50 – Pause
  • 11h10 – Daniele Lorenzini : « Pouvoir, savoir, sexe. De La volonté de savoir au Gouvernement des vivants »
  • 11h40 – Sandra Boehringer : « Quelle volonté de savoir dans une société d’avant la sexualité ? Le sexe sans vérité des manuels érotiques en Grèce ancienne » 
  • 12h10 – Discussion
  • 12h30 – Déjeuner

Présidence : Laurie Laufer

  • 14h30 – Eric Fassin : « Ne pas laisser vivre, sans pour autant faire mourir. Une biopolitique néolibérale de la race ».
  • 15h – Judith Revel : « La sexualité, ‘‘matrice des disciplines’’ et ‘‘principe des régulations’’ ? Quarante ans après La Volonté de savoir, quelques remarques sur la crise des réfugiés et le fantasme de la sexualité bestiale des migrants ».
  • 15h30 – Discussion
  • 15h50 – Pause
  • 16h10 – Fabienne Brugère : « Qu’est-ce qu’une histoire de la sexualité ? »
  • 16h40 – Discussion

Samedi 8 octobre 2016, 9h30-18h

Université Paris Diderot – Paris 7

Halle aux Farines, Amphi A1

Présidence Ariane Revel

  • 9h30 – Luca Paltrinieri : « (Re-)production et hypothèse répressive. Wilhelm Reich, Michel Foucault, Gayle Rubin »
  • 10h00 – Orazio Irrera : « La sexualité entre dispositif et idéologie »
  • 10h30 – Discussion
  • 10h50 – Pause
  • 11h10 – Philippe Sabot : « Le triangle Foucault-Castel-Deleuze, aux sources de la Volonté de savoir »
  • 11h40 – Guillaume Le Blanc : « La biopolitique, le dispositif, Marcuse et les autres »
  • 12h10 – Discussion
  • 12h30 – Déjeuner

Présidence Arianna Sforzini

  • 14h30 ­ Christian Hoffmann : « ‘‘L'honneur politique de la psychanalyse’’ : l'invention de la pulsion »
  • 15h ­–­ Roger Ferreri : « Sexualité, psychanalyse et démocratie »
  • 15h30 – Discussion
  • 15h50 – Pause
  • 16h10 – Jean Allouch : «  Une volonté de savoir… pour savoir ? »
  • 16h40 – Ann Laura Stoler (Anthropologie et Histoire, The New School for Social Research - New York City) : « Au bord des sentiments. Le pouvoir chez Foucault »
  • 17h10 – Discussion

Lieux

  • Amphi Buffon | Amphi 1 - 15 rue Hélène Brion | Halle aux Farines, 2 rue Marguerite Duras
    Paris, France (75013)

Dates

  • vendredi 07 octobre 2016
  • samedi 08 octobre 2016

Mots-clés

  • Foucault, dispositif, sexualité

Contacts

  • Arianna Sforzini
    courriel : arianna [dot] sforzini [at] univ-paris-est [dot] fr

Source de l'information

  • Arianna Sforzini
    courriel : arianna [dot] sforzini [at] univ-paris-est [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Quelle volonté de savoir, quarante ans après Foucault », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 26 août 2016, https://calenda.org/376025

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal