AccueilLes communs environnementaux : communautés, pratiques et institutions

Les communs environnementaux : communautés, pratiques et institutions

Environmental bodies - communities, practices and institutions

Approches historiques, France et Empire colonial français (XVIIe-XXe siècle)

Historical approaches in France and the French colonial empire, 17th-20th centuries

*  *  *

Publié le jeudi 20 octobre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Les communs environnementaux sont les formes d’organisation grâce auxquelles les communautés gouvernent leurs environnements et leurs ressources via des formes de propriété collective : pâturages et forêts, zones humides et landes, cours d’eau et systèmes irrigués, champs et jardins, pêcheries, estrans, gisements de matériaux et de combustibles... Ces systèmes sont gérés par leurs ayant-droit, et mêlent souvent propriété pleinement commune et droits d’usage collectifs.

Annonce

Argumentaire

Les Communs environnementaux sont les formes d’organisation grâce auxquelles les communautés gouvernent leurs environnements et leurs ressources via des formes de propriété collective : pâturages et forêts, zones humides et landes, cours d’eau et systèmes irrigués, champs et jardins, pêcheries, estran, gisements de matériaux et de combustibles... Ces systèmes sont gérés par leurs ayant-droit, et mêlent souvent propriété pleinement commune et droits d’usage collectifs.

Ils ont suscité depuis longtemps un fort intérêt en histoire. Ce sont avant tout les biens communaux des communautés rurales européennes, et les enclosures qui les visent depuis l'époque moderne, qui ont focalisé l'attention (Thompson(91), Neeson(93), Vivier(98)). Ceci s'explique par l'importance d'un processus décrit comme une condition historique d'essor du capitalisme. Ces travaux ont permis des avancées décisives à notre connaissance des Communs environnementaux, dont les communaux sont une déclinaison particulière. Une tendance plus récente a aussi mis l'accent sur les rationalités productives et communautaires sous-tendant ces derniers, dans une approche comparatiste (Congost&Santos(10), Béaur et al.(13)).

Depuis une vingtaine d'années, une communauté pluridisciplinaire s'est par ailleurs structurée, à l'échelle internationale, autour de l'étude des Communs en tant qu'institutions de gouvernement des ressources matérielles et immatérielles. Elinor Ostrom est la figure de proue de ce courant qui mêle économistes, anthropologues, politistes et historiens, dans une approche sous forte influence des cadrages des sciences politiques (Ostrom(90)). L'accent y est mis sur les systèmes de règles qui sous-tendent les Communs, leur assurant efficacité et durabilité. Appliquée aux Communs environnementaux, cette approche bat en brèche la soi-disant "tragédie des communs" censée démontrer l'incompatibilité entre propriété commune et soutenabilité écologique (Hardin(68)).

Elle suscite un vif intérêt chez les historiens, qui la mobilise de plus en plus pour analyser les Communs environnementaux et leurs évolutions de long terme (De Moor(15)). Ceci constitue un apport précieux à l'analyse historique, en deux sens. (1) D'abord en déplaçant la focale sur le fonctionnement concret des Communs : sur leurs règles d’usage, de surveillance et sanction, dans leurs liens à la matérialité physique et écologique des environnements. La permanence -plutôt que la dissolution- des Communs est ici placée au cœur du questionnement. (2) Ensuite en promouvant un cadre théorique général, ouvrant à un décloisonnement spatial et temporel des analyses et des comparaisons.

Nous profitons aujourd'hui de tous ces apports. Mais les évolutions récentes ont aussi suscité un ensemble de limitations analytiques, qui viennent brider notre compréhension historique des Communs environnementaux. (1) D'abord avec des études qui, en se focalisant sur l'anatomie interne aux Communs, tendent parfois à sous-estimer tout ce que leur émergence, leur évolution et leur fonctionnement intime doit aux interactions complexes entre communautés, État, acteurs politiques et commerciaux. (2) Puis avec une insistance à souligner, à rebours de la "tragédie des communs", la réussite, la durabilité, l'efficacité des Communs : d'où notre faible connaissance, enclosures mises à part, des cas de dislocation, d'échec, de perte d'influence de ces formes d'organisation collective. (3) Ensuite avec la rémanence d'une vision romantique des Communs, qui surestime leur degré d'harmonie sociale et/ou le caractère écologiquement adapté de leurs modes de fonctionnement. (4) Enfin, a contrario, avec un déficit d'études empiriques sur les formes de réflexivité environnementale qui ont pu sous-tendre leurs pratiques de gouvernement des ressources. C’est-à-dire les conceptions, historiquement situées, de leurs acteurs en termes d’économie de la nature, d’impact de l’homme sur les écosystèmes, d’inscription des collectifs humains dans le temps.

Ce colloque, consacré à l'histoire des Communs environnementaux, en France et dans l'Empire colonial français, entre XVIIe et XXe siècles, se donne trois objectifs majeurs.

  • Rassembler et faire dialoguer les recherches menées aujourd'hui sur ce thème, à l'échelle internationale, selon une pluralité de grilles d’analyse. Des travaux qui sont le fait d'historiens venus de l'histoire rurale, économique, politique, environnementale ; d'historiens du droit ; d'anthropologues, de sociologues, de politistes engagés dans l'analyse historique de leurs objets d'étude.
  • Chercher à identifier et à dépasser les limitations analytiques propres à notre compréhension historique des Communs environnementaux -et dont nous venons de dresser un premier inventaire, provisoire et non-exhaustif.
  • Contribuer à un chantier historiographique de première importance, en catalysant et se faisant l'écho des recherches, à peine émergentes (Greer(12)), portant sur les trajectoires historiques des Communs dans l'Empire colonial français.

Programme

Salle A et B du Conseil

EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris

Lundi 14 novembre

  • 9h-9h30 : Accueil des participants
  • 9h30-10h : Introduction : Fabien Locher, CNRS-EHESS

10h-12h – président de séance : Tarik Dahou, IRD

  • Cutler Brock, Radford university, Radford USA « Performing the Commons: the Boundaries of Collective Space in 19th century Algeria »
  • Elizabeth Williams, Brown university, Providence USA « The Production of musha‘: The politics of the ‘commons’ in French mandate Syria and Lebanon »
  • Julien Vincent, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne « ‘Ce sentiment communal que nous avons perdu’ : Socialisme, propriété et colonisation de l'Algérie selon Prosper Enfantin (1839-1843) »

12h-13h : Pause déjeuner

13h-14h20 – président de séance : Frédéric Graber, CNRS-EHESS

  • Nadine Vivier, Centre de Recherches Historiques de l’Ouest, Le Mans « Les communaux dans l’Empire napoléonien : un exemple saisissant des complexes interactions entre l’État et les communautés rurales »
  • Vittorio Tigrino, università degli Studi del Piemonte Orientale, Vercelli « Common resources and municipal property: Napoleon’s Empire and the Ligurian landscape »

14h20-15h40 – présidente de séance : Michela Barbot, CNRS-ENS Cachan

  • Raphael Morera, CNRS-EHESS « La rivière, une affaire de propriétaires ? La Bièvre parisienne au XVIIIe siècle »
  • Alice Ingold, EHESS « Temps politique et temps juridique : des communs valorisés au ‘siècle de la propriété’ » 

15h40-16h : Pause

16h-18h – président de séance et discutant : Philippe Minard, université Paris-8 et EHESS

  • Laetitia Deudon, doctorante, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et université de Montréal « Les Communs environnementaux en France et en Nouvelle-France : gestion, aménagements et conflits en terres d’eaux. Étude comparée de la vallée de l’Escaut (France) et la vallée du Saint-Laurent (Québec) - XVIIe-XVIIIe siècles »
  • Allan Greer, McGill University, Montréal (vidéo-conférence) « La pêche, les communs maritimes et l’empire français en Amérique du nord »
  • Colin M. Coates, York University, Toronto « Collective and state authority: governing the commons in the St Lawrence Valley, Canada, 1660s-1990s »

Mardi 15 novembre

9h-11h – président de séance : Fabien Locher, CNRS-EHESS

  • Daniel Faget, Aix-Marseille-Université « Les ‘petites mers’ marseillaises à l’époque moderne. Un commun halieutique ? »
  • Romain Grancher, postdoctorant du projet Govenpro, EHESS « Les communs du rivage. Une enquête sur les modes d’appropriation de l’estran (Manche, XVIIIe-XIXe siècles) »
  • Hugo Vermeren, docteur en histoire de l'université Paris Ouest-Nanterre-La Défense « La fabrication d'un commun environnemental dans une colonie française au XIXe siècle : nationalisation de la pêche, protectionnisme et discours déclinistes en Algérie »

11h-11h10 : Pause

11h10-12h30 : président de séance : Benoît Hazard, CNRS-EHESS

  • Edouard Lynch, université Lumière Lyon-2 « Repenser les alpages communaux au temps de la ‘révolution silencieuse’ : autour du film ‘alpage’ d’Armand Chartier (1951) »
  • Pierre Thomé, chercheur indépendant « Les actuels communs pastoraux dans le petit village de Granier (Tarentaise), reflet de l'histoire d'une agriculture communautaire dans le massif alpin »

12h30-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 – président de séance : Guillaume Blanc,post-doctorant Centre Alexandre Koyré (EHESS) / IFRIS-SITES

  • Laurence Boutinot, docteure en sociologie, CIRAD Montpellier, et Christophe Baticle, docteur en socio-anthropologie, associé au LARHRA, université Grenoble-2 « De la chasse aux communs en Afrique Centrale »
  • Armel Sambo, université de Maroua, Cameroun « Le lac Tchad : d’un bien commun à une ressource disputée du XVIIIe au XXe siècle »
  • Marie-Christine Cormier-Salem, IRD « Les mangroves, des communaux environnementaux contestés »

15h30-15h45 : Pause

15h45-17h05 – président de séance : Gérard Chouquer, historien et secrétaire de l’association France International pour l’Expertise Foncière

  • Saïd Mahamoudou, université des Comores « Les communs environnementaux aux Comores : une quête de justice environnementale. De la période pré-coloniale à nos jours »
  • Marie-Christine Touchelay, doctorante, université Paris-13 « 1848-1948, les Communs en Guadeloupe : un leurre persistant ? »

17h05 discussion finale

Organisateur

Fabien Locher

Évènement soutenu par le projet ANR GOVENPRO

Inscription

accès libre sans inscription préalable

Pour tout renseignement : flocher@ehess.fr

Lieux

  • EHESS, 190 avenue de France
    Paris, France (75013)

Dates

  • lundi 14 novembre 2016
  • mardi 15 novembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • communs, environnement, ressource, propriété, empire, communauté

Contacts

  • Fabien Locher
    courriel : flocher [at] ehess [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Fabien Locher
    courriel : flocher [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les communs environnementaux : communautés, pratiques et institutions », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 20 octobre 2016, https://calenda.org/380352

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal