Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Regions and regionalisme in the European Union

Régions et régionalisme dans l'Union Européenne

Lille Jean Monnet Conference

Conférence Jean Monnet de Lille

*  *  *

Published on Wednesday, November 23, 2016 by João Fernandes

Summary

La conférence Jean Monnet de Lille est l’événement phare du projet EURÉGIO, porté par l’université de Lille 1 depuis septembre 2015 dans le cadre du programme européen Jean Monnet Erasmus +, avec pour objectif d’évaluer les connaissances, d’encourager le débat et d’envisager les évolutions des régions et du régionalisme dans le contexte de la construction européenne.

The Lille Jean Monnet Conference is the key event of the project EURÉGIO, led by the University of Lille 1 since September 2015 in the framework of the European programme Eramus + Jean Monnet, with the objective to appraise the knowledge, foster the debate and consider the evolutions of regions and regionalism in the context of the European construction

Announcement

26, 27 et 28 juin 2017, Université de Lille 1, Cité scientifique, Villeneuve d’Ascq, France

Thématique

En Europe, à partir des années 1960 notamment, la région s’est progressivement imposée dans de nombreux États comme unité territoriale et entité socio-politique située à une échelle intermédiaire, entre le local et l’État, central ou fédéral (Keating 2004, Pasquier 2012, Grabher & Mathis-Moser 2015). Parallèlement, les régions ont vu leur implication dans la construction européenne renforcée, surtout à partir des années 1990 dans une dynamique qualifiée de néo-régionalisme, liée à la fois aux opérations de régionalisation et à la montée en puissance des régions comme espaces pertinents de localisation des activités économiques (Balme 1996, Benko & Lipietz 2000, Lachapelle & Paquin 2004, Massart-Piérard 2005, Barone 2011).

La politique régionale est d’ailleurs une des politiques phares de l’Union européenne, lancée en  1975 avec la création du FEDER, le Fonds européen du développement régional (Jouen 2011). Elle forme le chapitre 21 de l’acquis communautaire, si bien que chaque État membre a dû mettre en place un découpage régional de son territoire pour gérer les instruments structurels de cette politique. L’hypothèse d’une Europe des régions, issue des analyses du néo-régionalisme, a cependant été complètement revue face aux diverses réalités de l’évolution du fait régional en Europe, sans pour autant que cela minore l’importance de l’échelon régional dans la (re)configuration territoriale des États-nations européens (Paasi 2009, Picouet 2012, Keating 2013).

La forme prise par les entités régionales est variable, que ce soit dans leurs limites spatiales ou dans leurs capacités d’action politiques et institutionnelles (Cherrier & Guérard 2014, AER 2015). Certains États ont des découpages régionaux anciens, inscrits pour nombre d’entre eux dans une certaine continuité historique, c’est le cas de l’Espagne, de l’Italie, du Royaume-Uni et par certains aspects de l’Allemagne. D’autres ont créé des régions progressivement, comme la Belgique, la France, la Grèce ou la Pologne. Les compétences des régions sont importantes dans les États fédéraux comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Belgique, où elles exercent des compétences législatives dans plusieurs domaines (éducation, aménagement du territoire, développement économique, culture…). Elles sont faibles dans les États centralisés où la région n’est qu’un échelon de mise en place de services déconcentrés de l’État comme en Slovaquie ou au Portugal. Enfin des situations intermédiaires existent :

- cohabitation de services déconcentrés de l’État et de collectivités régionales dotées de compétences décentralisées (France, Pologne) ;

- États dits « régionalisés » qui ne sont pas des États fédéraux mais dans lesquels les régions jouissent de prérogatives institutionnelles et législatives très importantes, parfois liées à une spécificité culturelle et géo-historique affirmée (Espagne, Italie, Royaume-Uni).

De plus, la « question régionale » est en évolution constante. En 1997, le Royaume-Uni a, par les actes de dévolution, transféré des compétences importantes au Pays de Galles, à l’Écosse et à l’Irlande du Nord sans en modifier les limites. L’état de la dévolution est en passe d’évoluer, en particulier depuis le référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014 et celui sur le Brexit en 2016. La France a fusionné certaines de ses régions et a modifié leurs compétences en 2015-16, tout en créant des nouvelles formes d’intercommunalités : les métropoles (Bourdin & Torre 2015, Brennetot & Ruffray 2015, Némery 2015). La pratique du fédéralisme allemand se modifie avec le temps et la Fédération est de plus en plus présente dans les compétences partagées qu’elle ne l’était avant la réunification (Behnke & Kropp, 2016). La Roumanie ne s’est pas encore dotée de régions autonomes mais réfléchit à se doter de collectivités territoriales regroupant des départements (Judeţ) sur le modèle français.

Dans cette Europe, la question régionale est parfois liée à des revendications identitaires comme en témoignent les débats sur l’indépendance en Catalogne, en Écosse ou en Flandre. Même si ces débats ont bien souvent une arrière-pensée économique, voire fiscale, ils s’inscrivent dans un processus de revendication d’une spécificité régionale en matière culturelle, historique et linguistique (Keating, Loughlin & Deschouwer 2003), et de reconnaissance du caractère plurinational des États-nations. Par ailleurs, ces débats peuvent parfois provoquer de fortes tensions sociopolitiques – présentées classiquement comme les tensions entre centre et périphérie – qui peuvent aller jusqu’à questionner l’unité nationale de certains États, particulièrement dans le contexte de « polycrise » que subit actuellement l’Union européenne (Davezies 2015). Le démantèlement de la Yougoslavie a, d’une certaine manière et toutes proportions gardées, illustré le cas ultime – et le point de rupture – de cette tension entre l’État et ses composantes sub-étatiques (Hudson & Glenn 2012).

Or le processus d’intégration supranationale tel que l’intégration européenne introduit un changement d’échelle paradoxal. D’une part, la logique de l’intégration entre États « par le haut » semble a priori peu compatible avec celle d’un morcellement des États « par le bas », d’autre part l’Union européenne apparaît à certains comme le cadre territorial et sociopolitique par excellence pour une gouvernance multi-niveaux, qui articule et régule les prérogatives et compétences des États, nations, régions, métropoles, collectivités locales et de la société civile. Enfin, la proposition d’une Europe des Régions, même si elle manque toujours d’une définition opératoire en termes d’action politique et d’organisation territoriale, peut apparaître comme une réponse, voire une sortie par le haut, à la crise de représentativité et de gouvernabilité que subit actuellement l’Union européenne

La conférence Jean Monnet de Lille est l’événement phare du projet EURÉGIO, porté par l’université de Lille 1 depuis septembre 2015 dans le cadre du programme européen Jean Monnet Erasmus +, avec pour objectif d’évaluer les connaissances, d’encourager le débat et d’envisager les évolutions des régions et du régionalisme dans le contexte de la construction européenne : http://euregio.univ-lille1.fr

La conférence est ouverte à des contributions théoriques, des études de cas comparatives et factuelles, des travaux de terrain qui traiteront des questions relatives à cette thématique. Les deux axes problématiques qui structurent l’appel se veulent volontairement larges et transdisciplinaires afin de traiter la question régionale en Europe dans toute sa diversité :

Axe 1 : Régions et gouvernance régionale en Europe

- Pourquoi créer des régions, quelle valeur ajoutée de l’échelon régional ?

- Quelles sont les formes régionales différentes en Europe ?

- Qu’est-ce qui « fait région » ? Comment se construit la capacité régionale et quel passage de l’unité territoriale à l’institution dotée de compétences ?

- Quels sont les liens entre l’émergence des revendications identitaires et la réalité des découpages et des compétences des régions en Europe ?

- Régions historiques, géographiques, politiques : quelles interactions ? De la région à la Nation, voire à l’État ?

- Quelle place pour les régions dans le système de gouvernance multi-niveaux européen ?

- Comment les autorités régionales « travaillent » avec d’autres institutions et les niveaux de prise de décision : États, métropoles, autres autorités locales, institutions de l’UE ?

- Les nouvelles régions françaises : vers un rôle renouvelé de la région ? Comment (re)construire une légitimité, une identité, une capacité ?

Axe 2 : Les régions dans l’Union européenne, l’Union européenne dans les régions

- Quels enjeux européens pour les régions ? Comment intégrer la question européenne dans les stratégies régionales de développement ? Et pourquoi ?

- Pourquoi l’Union européenne s’intéresse-t-elle aux régions ?

- Quels sont les enjeux de la coopération territoriale pour les régions européennes : réseaux interrégionaux, transfrontaliers, représentations régionales, eurorégions ?

- Quelle valeur ajoutée des actions extérieures et de coopération, voire de paradiplomatie, pour le développement des régions et du régionalisme ?

- Peut-on parler d’une européanisation du fait régional dans le contexte de l’Union européenne ?

- Quelles perspectives pour les régions dans l’Union européenne, et pour l’Union européenne avec les régions ?

Certaines communications seront publiées à la suite de la conférence, dans le cadre du programme de publication du projet EURÉGIO.

Modalités de soumission des propositions

Les propositions sont à envoyer à thomas.perrin@univ-lille1.fr

pour le 31 mars 2017.

Elles indiqueront l’axe thématique envisagé et comprendront :

- un résumé de la communication (une vingtaine de lignes maximum)

- cinq à dix références bibliographiques et cinq mots-clés

- les coordonnées et informations professionnelles

Comité scientifique

  • Gabriele Abels, professeure de science politique, Université de Tübingen
  • Anne-Laure Amilhat-Szary, professeure de géographie, Université Grenoble-Alpes
  • Nathalie Chusseau, professeure d’économie, Université de Lille
  • Claire Colomb, professeure d’aménagement et de sociologie urbaine, University College de Londres
  • Fabienne Leloup, professeure en sciences politiques et en administration publique, Université catholique de Louvain, ISPOLE
  • Anssi Paasi, professeur de géographie, Université d’Oulu
  • Didier Paris, professeur en aménagement et urbanisme, Université de Lille
  • Thomas Perrin, maître de conférences en aménagement et urbanisme, Université de Lille
  • Patrick Picouet, professeur de géographie, Université de Lille
  • Carlo Salone, professeur de géographie économique et politique, Université de Turin
  • François-Olivier Seys, professeur de géographie, Université de Lille

Comité d’organisation (Université de Lille 1, projet EURÉGIO)

  • Elsa Delfort, chargée de communication académique et scientifique
  • Thomas Heckly, chargé de projets européens et internationaux
  • Thomas Perrin, maître de conférences en aménagement et urbanisme
  • François-Olivier Seys, professeur de géographie

Contacts et informations

Courriel : elsa.delfort@univ-lille1.fr

Site internet : http://euregio.univ-lille1.fr

Twitter : http://twitter.com/EU_REGIO

Références

  • AER : Assembly of Regions, 2015, Report on regionalisation: trends and challenges, Strasbourg : AER Academic and Training Centre.
  • Balme R. (dir.), 1996, Les politiques du néo-régionalisme : action collective régionale et globalisation, Paris : Economica.
  • Behnke N., Kropp S. (dir.), 2016, Ten years of federalism reform in Germany : Regional & Federal Studies, Volume 26-5 Special Issue.
  • Benko G., Lipietz A. (dir.), 2000, La Richesse des régions : la nouvelle géographie socioéconomique, Paris : Presses universitaires de France.
  • Bourdin S., Torre A. (dir.), 2015, Big Bang Territorial : la réforme des régions en débat, Paris : Armand Colin.
  • Brennetot A., Ruffray (de) S., 2015, Une nouvelle carte des régions françaises, Géoconfluences : http://geoconfluences.ens-lyon.fr
  • Cherrier E., Guérard S., (dir.), 2014, La régionalisation en Europe. Regards croisés, Bruxelles : Bruylant.
  • Davezies L., 2015, Le Nouvel Égoïsme territorial. Le grand malaise des nations, Paris : Seuil.
  • Barone S. (dir.), 2011, Les politiques régionales en France, Paris : La Découverte.
  • Grabher G-M., Mathis-Moser U. (dir.), 2015, Regionalism(s). A Variety of Perspectives from Europe and the Americas, Schriftenreihe des Instituts für Föderalismus, Bd . 119, New Academic Press.
  • Hudson R., Bowman G. (dir.), 2012, After Yugoslavia :Identities and Politics within the Successor States, Basingstoke : Palgrave MacMillan.
  • Jouen M., 2011, La politique européenne de cohésion, Paris : La Documentation française. Keating M. (dir.), 2004, Regions and Regionalism in Europe, Cheltenham : Edward Elgar Publishing.
  • Keating, M., 2013, Rescaling the European State. The Making of Territory and the Rise of the Meso, Oxford University Press, 2013.
  • Keating, M., Loughlin, J., Deschouwer, K., 2003, Culture, Institutions and Economic Development: A Study of Eight European Regions, Cheltenham : Edward Elgar Publishing.
  • Lachapelle G., Paquin S. (dir.), 2004, Mondialisation, gouvernance et nouvelles stratégies subétatiques, Québec : Presses de l’Université Laval.
  • Massart-Piérard F. (coord.), 2005, Du local à l’international : nouveaux acteurs, nouvelle diplomatie. Revue Internationale de Politique Comparée, Vol. 12, n° 2.
  • Némery J-C. (dir.), 2015, Quelle organisation pour les grandes régions en France et en Europe ?, Paris : L’Harmattan.
  • Paasi A, 2009, « The resurgence of the ‘Region’ and ‘Regional Identity’ : theoretical perspectives and empirical observations on regional dynamics in Europe », Review of International Studies, Volume 35, Special Issue S1 février 2009, p. 121-146.
  • Pasquier R., 2012, Le pouvoir régional, Paris : Presses de Science Po.
  • Picouet P. (coord.), 2012, Région, régionalisation, régionalisme : Territoire en Mouvement. Revue de géographie et d’aménagement, n°16-2012.
Jean Monnet Project EURÉGIO, June 26th, 27th and 28th 2017, Université de Lille 1, Cité scientifique, Villeneuve d’Ascq, France

Topic

In many European States, particularly from the 1960s, the region progressively became asalient territorial unit and polity, situated on an intermediate scale, between local scale and the central or federal State (Keating 2004, Pasquier 2012 Grabher & Mathis-Moser 2015). At the same time, regions were able to reinforce their participation to the European construction process, especially from the 1990s in the framework of the so called New Regionalism agenda, which relates both to the operations of regionalisation and to the rise of the regions as relevant loci for post-fordist economic activities (Balme 1996 Benko & Lipietz 2000, Lachapelle & Paquin 2004, Massart-Piérard 2005, Barone 2011).

Regional policy is precisely one of the flagship policies of the European Union, launched in 1975 with the creation of the ERDF, the European Regional Development Fund (Jouen 2011).

It forms the Chapter 21 of the acquis communautaire, so that each Member State had to set up a regional division of its territory to manage the structural instruments of this policy.

Nevertheless, the analyses and researches on New Regionalism completely revised their hypotheses about the Europe of the Regions, due to the diverse and concrete evolution of the “regional fact” in Europe, without undermining though the importance of the regional level in the territorial (re)configuration of European Nation-States (Paasi 2009, Picouet, 2012, Keating 2013).

Regional bodies and entities are widely variable, both in their spatial boundaries and in their policies and institutional capacities (Cherrier & Guérard 2014, AER 2015). Some States present quite ancient regional divisions, with somehow a certain historical continuity, like

Spain, Italy, United Kingdom or even in some cases Germany. Others have created regions gradually, such as Belgium, France, Greece and Poland. Regions have a high political

capacity in federal States like Germany, Austria or Belgium, where they have legislative power in several areas (education, land use planning, economic development, culture ...).

Regional capacity is low in centralised States where the region is only a level to decentralise State departments or agencies like in Slovakia or Portugal. Intermediate situations exist:

- Combination of State decentralised departments and autonomous regional authorities (France, Poland);

- So called “regionalised” States, which are not federal States but in which the regions enjoy very deep institutional and legislative prerogatives, sometimes related to regional cultural and geohistorical specificities (Spain, Italy, UK).

Moreover the “regional question” is constantly evolving. In 1997, the Devolution Acts in the United Kingdom transferred substantial capacity to Wales, Scotland and Northern Ireland

without changing their boundaries. The UK devolution pattern is likely to change, especially since the referendum on Scottish independence in 2014 and the one on the Brexit in 2016.

France merged some of its regions and modified their attributions in 2015-16, while creating new forms of intercommunal bodies: the metropolises (Bourdin & Torre 2015, Brennetot & Ruffray 2015, Némery 2015). The practice of German federalism is evolving and the shared responsibilities between the Federation and the Länder increased since the reunification (Behnke & Kropp, 2016). Romania does not yet have autonomous regions but considers grouping some local authorities (Judeţ) to form regions following the French pattern.

Furthermore, the regional question in Europe is sometimes linked to identity claims as shown by the debates on independence in Catalonia, Scotland or Flanders. Although these discussions often have an important economic or fiscal dimension, they are part of a claiming process that advocates cultural, historical and linguistic specificities and promotes the multinational profile of Nation-States (Keating, Loughlin & Deschouwer 2003). Moreover, these debates can sometimes result in strong socio-political tensions – classically named centre-periphery tensions – which can weaken the national unity of some States, particularly in the context of the “polycrisis” that the European Union currently faces (Davezies 2015). In some ways, and in a relative point of view, the dismantling of Yugoslavia illustrated the ultimate case - and the break point – of this tension between the State and its sub-state components (Glenn & Hudson, 2012).

Yet the process of European integration introduces a paradoxical rescaling. On the one hand, the rationale of inter-States integration “from above” seems to be a priori incompatible with a fragmentation of these States “from below”, on the other hand some observers consider the European Union to be the multi-level territorial and socio-political framework par excellence, capable of articulating while regulating the prerogatives and capacities of States, nations, regions, cities, local authorities and civil society. Finally, the proposal of a Europe of the regions, although still lacking an operative definition in terms of political action and territorial organisation, could in certain aspects respond to the crisis of representativeness and governability that currently affects the European Union.

The Lille Jean Monnet Conference is the key event of the project EURÉGIO, led by the University of Lille 1 since September 2015 in the framework of the European programme Eramus + Jean Monnet, with the objective to appraise the knowledge, foster the debate and consider the evolutions of regions and regionalism in the context of the European construction: http://euregio.univ-lille1.fr

The conference is opened to theoretical contributions, comparative and factual case studies or fieldworks that will address issues related to this theme. The two lines that structure the call for papers are intentionally broad and interdisciplinary to address the regional question in Europe in all its diversity:

Line 1: Regions and regional governance in Europe

- Why create regions, what added value of the regional level/scale?

- What are the different regional entities in Europe?

- What “makes” a region? How to build regional capacity and what transition from a territorial unit to an autonomous authority?

- What are the links between the emergence of identity politics and the actual mappings and capacity-patterns of regions Europe?

- Historical, geographical, political regions: what interactions? From region to nation, or even to State?

- What role for the regions in the European multi-level governance system?

- How do regional authorities “work” with other authorities or agencies at different levels: States, cities, other local authorities, the EU institutions?

- The new French regions: towards a renewed role of the region? How to (re)build legitimacy, identity, capacity?

Line 2: Regions in the European Union, the European Union in the regions

- What are the European issues for the regions? How to integrate the European issues in regional development strategies? And why?

- Why is the Europe Union interested in the development of regions?

- What are the issues of territorial cooperation for the European regions: interregional networks, cross-border cooperation, regional representations, euroregions?

- What is the added value of external action and cooperation, or even paradiplomacy, for the development of regions and regionalism?

- Can we talk of a Europeanisation of regionalism and of the “regional question” in the context of the European Union?

- What perspectives for the regions within the European Union, and for the European Union with the regions?

Some of the papers will be published following the conference, according to the publication programme of the project EURÉGIO.

Modalities of paper submission

The paper proposals, in French or English, will indicate the thematic line and will include:

- an abstract of the paper (around 20 lines to the maximum)

- five to ten bibliographical references

- five key words

- the contact details and professional information

The proposals can be sent to thomas.perrin@univ-lille1.fr

until March 31st 2017.

Scientific Committee

  • Gabriele Abels, professor of political science, University of Tübingen
  • Anne-Laure Amilhat-Szary, professor of geography, University Grenoble-Alpes
  • Nathalie Chusseau, professor of economics, University of Lille
  • Claire Colomb, reader in planning and urban sociology, University College London
  • Fabienne Leloup, professor of political science and public administration, Catholic University of Louvain, ISPOLE
  • Anssi Paasi, professor of geography, University of Oulu
  • Didier Paris, professor of planning and urbanism, University of Lille
  • Thomas Perrin, senior lecturer in planning and European studies, University of Lille
  • Patrick Picouet, professor of geography, University of Lille
  • Carlo Salone, professor of economic and political geography, University of Turin
  • François-Olivier Seys, professor of geography, University of Lille

Organisation Committee (University of Lille 1, EURÉGIO project)

  • Elsa Delfort, academic and scientific communication officer
  • Thomas Heckly, European and international project officer
  • Thomas Perrin, senior lecturer in planning and European studies
  • François-Olivier Seys, professor of geography and demography

Contacts and information

Mail: elsa.delfort@univ-lille1.fr

Internet site: http://euregio.univ-lille1.fr

Twitter: http://twitter.com/EU_REGIO

References

  • AER : Assembly of Regions, 2015, Report on regionalisation: trends and challenges,
  • Strasbourg : AER Academic and Training Centre.
  • Balme R. (ed.), 1996, Les politiques du néo-régionalisme : action collective régionale et globalisation, Paris : Economica.
  • Behnke N., Kropp S. (eds.), 2016, Ten years of federalism reform in Germany: Regional & Federal Studies, Volume 26-5 Special Issue.
  • Benko G., Lipietz A. (eds.), 2000, La Richesse des régions : la nouvelle geographie socioéconomique. Paris : Presses universitaires de France.
  • Bourdin S., Torre A. (ed.), 2015, Big Bang Territorial : la réforme des régions en débat, Paris : Armand Colin.
  • Brennetot A., Ruffray (de) S., 2015, Une nouvelle carte des régions françaises, Géoconfluences : http://geoconfluences.ens-lyon.fr
  • Cherrier E., Guérard S., (eds.), 2014, La régionalisation en Europe. Regards croisés, Bruxelles : Bruylant.
  • Davezies L., 2015, Le Nouvel Égoïsme territorial. Le grand malaise des nations, Paris : Seuil.
  • Barone S. (ed.), 2011, Les politiques régionales en France. Paris : La Découverte.
  • Grabher G-M., Mathis-Moser U. (eds.), 2015, Regionalism(s). A Variety of Perspectives from Europe and the Americas, Schriftenreihe des Instituts für Föderalismus, Bd . 119, New Academic Press.
  • Hudson R., Bowman G. (eds.), 2012, After Yugoslavia: Identities and Politics within the Successor States, Basingstoke : Palgrave MacMillan.
  • Jouen M., 2011, La politique européenne of cohésion, Paris : La Documentation française.
  • Keating M. (ed.), 2004, Regions and Regionalism in Europe, Cheltenham : Edward Elgar Publishing.
  • Keating, M., 2013, Rescaling the European State. The Making of Territory and the Rise of the Meso, Oxford University Press, 2013.
  • Keating, M., Loughlin, J., Deschouwer, K., 2003, Culture, Institutions and Economic Development: A Study of Eight European Regions, Cheltenham : Edward Elgar Publishing.
  • Lachapelle G., Paquin S. (eds.), 2004, Mondialisation, gouvernance et nouvelles stratégies subétatiques, Québec : Presses de l’Université Laval.
  • Massart-Piérard F. (ed.), 2005, Du local à l’international : nouveaux acteurs, nouvelle diplomatie. Revue Internationale de Politique Comparée. Vol. 12, n° 2.
  • Némery J-C. (ed.), 2015, Quelle organisation pour les grandes régions en France et en Europe ?, Paris : L’Harmattan.
  • Paasi A, 2009, « The resurgence of the ‘Region’ and ‘Regional Identity’ : theoretical perspectives and empirical observations on regional dynamics in Europe », Review of International Studies, Volume 35, Special Issue S1 février 2009, p. 121-146.
  • Pasquier R., 2012, Le pouvoir régional, Paris : Presses de Science Po.
  • Picouet P. (ed.), 2012, Région, régionalisation, régionalisme : Territoire en Mouvement. Revue de geographie et d’aménagement, n°16-2012.

Subjects

Places

  • LILLIAD, Learning Center, Université de Lille - Sciences et Technologies - 2 Avenue Jean Perrin
    Villeneuve-d'Ascq, France (59650)

Date(s)

  • Friday, March 31, 2017

Keywords

  • région, europe, union européenne, régionalisme

Contact(s)

  • Thomas Perrin
    courriel : thomas [dot] perrin [at] univ-lille [dot] fr
  • Elsa Delfort
    courriel : elsa [dot] delfort [at] univ-lille1 [dot] fr

Information source

  • Elsa Delfort
    courriel : elsa [dot] delfort [at] univ-lille1 [dot] fr

To cite this announcement

« Regions and regionalisme in the European Union », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, November 23, 2016, https://calenda.org/385551

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal