Home ‘Bad Kind’: The Dark Energy of the Literary System

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

‘Bad Kind’: The Dark Energy of the Literary System

« Mauvais genre » : l’énergie noire du système littéraire

*  *  *

Published on Wednesday, June 21, 2017 by Anastasia Giardinelli

Summary

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

Bad literature is damned to oblivion. Focused mostly on valuable texts, our academic knowledge of the literary world is restricted to an extremely exclusive selection among its potential objects of research. Invariably, good taste filters literary materials in spite of its proven versatility in the course of history, and in spite of the instability not only of the canon of ‘great texts’, but also of the institutions in charge of its transmission. Consequently, texts of different sorts are discarded into darkness: failed and amateur works, venal writing, as well as literary forgeries and transgressions such as plagiarism. Bad literature includes most often pulp and popular literature (paraliterature) as well. Nevertheless, what if the rejected ‘bad taste’ was in fact similar to dark energy, which is invisible but probably predominant in the Universe?

Announcement

Présentation

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

L’espace littéraire fait coexister, à travers des systèmes de relations et d’appréciations qui sont au fondement de ce colloque, la grande littérature, avec son alignement de monuments consacrés, et une masse informe d’œuvres oubliées ou méprisées. Pourtant, la première semble bien avoir besoin de la seconde pour exister, s’en détacher comme sur une espèce de fond hétéroclite et anonyme. Au-delà du rôle de faire-valoir qu’on ne saurait lui dénier, quelles sont les fonctions de cette mauvaise littérature dans l’économie du système littéraire ? Quant à notre jugement, qui se forme largement sur le patrimoine accessible et élaboré avant nous, n’est-t-il pas en grande partie déterminé par le jugement de nos devanciers ?

Axes thématiques proposés

La mauvaise littérature

  • Les « mauvais genres » : pornographie, pulp, roman de gare, littérature de jeunesse, sentimentale, best-sellers, chick lit, etc.
  • L’évolution des interdits et des mauvaises pratiques littéraires : plagiat, mystifications, nègres, testaments trahis, etc.
  • L’étude de cas individuels : manuscrits refusés, auteurs maudits, épigones, fous littéraires, ouvrages ratés, reniés, mineurs...

 Les fonctions de la mauvaise littérature

  • Les usages du mauvais dans les stratégies propres au champ littéraire : polémiques, critiques, rhétoriques, idéologiques, etc.
  • Les fonctions du mauvais dans la formation du goût littéraire et l’apprentissage de l’écriture.
  • Le mauvais comme justificatif et limite de la norme littéraire.

 L’évaluation littéraire et la valeur du mauvais

  • Les lacunes et les oubliés des historiographies : discours/ littératures/ auteurs/ périodes disparus, bannis, ignorés dans les histoires littéraires.
  • Revalorisation du mauvais : modification des valeurs littéraires, (re)découverte et (re)valorisation des « déchets littéraires », procédés de récupération par l’historiographie littéraire.
  • Relation entre la mauvaise littérature, le canon et les institutions littéraires.

Modalités de soumission

Les propositions, en anglais ou en français et limitées à 500 mots, sont à envoyer à l’adresse mauvaise.litterature@gmail.com

avant le 30 septembre 2017

Comité scientifique

  • M. Georges Bê Duc (MCF Littérature chinoise moderne, Université de Picardie Jules Verne)
  • M. Kevin Perromat (MCF Littérature hispano-américaine, Université de Picardie Jules Verne)

Organisateurs

Presentation

Bad literature is damned to oblivion. Focused mostly on valuable texts, our academic knowledge of the literary world is restricted to an extremely exclusive selection among its potential objects of research. Invariably, good taste filters literary materials in spite of its proven versatility in the course of history, and in spite of the instability not only of the canon of ‘great texts’, but also of the institutions in charge of its transmission. Consequently, texts of different sorts are discarded into darkness: failed and amateur works, venal writing, as well as literary forgeries and transgressions such as plagiarism. Bad literature includes most often pulp and popular literature (paraliterature) as well. Nevertheless, what if the rejected ‘bad taste’ was in fact similar to dark energy, which is invisible but probably predominant in the Universe?

The literary space allows a plurality of possibilities of existence, circulation and creation of value which are fundamental to the aims and scope of this conference. In sharp contrast to the well-established monumental landmarks of the High Literature, amorphous masses of neglected, despised or forgotten texts fall into darkness. However, ‘good’ literature seems to depend on the ‘bad kind’, at least as the necessary background –a dark, anonymous and heteroclite one– to exist and be valued. Besides this obvious role in the creation of value, what are the functions of bad literature in the whole economy of the literary system? Concerning our aesthetic criteria, which rely chiefly upon the available literary tradition, to what extent they are not the result of our predecessors’ judgements?

Suggested Topics

Bad literature

  • ‘Bad genres’: pornography, pulp, teenager literature, best-sellers, chick lit, etc.
  • Historical evolution of offenses and literary transgressions: plagiarism, forgeries, ghost-writers, testament betrayals, etc.
  • Individual case studies: rejected manuscripts, auteurs maudits, epigones, literary folly (fous littéraires), failed texts, minor works...

Bad literature uses

  • Bad literature uses within the strategies developed in the literary field: polemical, critical, rhetorical, ideological, etc.
  • Bad literature uses in literary taste formation and writing learning.
  • Bad literature as caution and boundary of literary norms and standards.

Bad literature values

  • Historiographical gaps and forgotten territories: discourses/ literatures/ authors/ periods vanished, banned, ignored by literary history.
  • (Re)valorisation of bad literature: revision of literary values, (re)discovery and (re)valorisation of ‘literary detritus’, procedures of recovery in literary historiography.
  • Relationships between bad literature, the Canon and the literary institutions.

Submission Guidelines

Abstracts in English or French (up to 500 words) are to be sent to mauvaise.litterature@gmail.com 

by September 30th 2017

Scientific Committee

  • M. Georges Bê Duc (MCF Littérature chinoise moderne, Université de Picardie Jules Verne)
  • M. Kevin Perromat (MCF Littérature hispano-américaine, Université de Picardie Jules Verne)

 

Places

  • Logis du Roy - Passage du Logis du Roy
    Amiens, France (80)

Date(s)

  • Saturday, September 30, 2017

Keywords

  • Valeur littéraire

Contact(s)

  • Kevin Perromat
    courriel : kevin [dot] perromat [at] u-picardie [dot] fr

Information source

  • Kevin Perromat
    courriel : kevin [dot] perromat [at] u-picardie [dot] fr

To cite this announcement

« ‘Bad Kind’: The Dark Energy of the Literary System », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, June 21, 2017, https://calenda.org/409334

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search