AccueilLes urbanités sociolangagières au Maghreb

Les urbanités sociolangagières au Maghreb

Urban socio-linguistics in Maghreb - back to the field and fieldwork

Retour sur des situations d’enquête de terrain

*  *  *

Publié le mardi 25 juillet 2017 par João Fernandes

Résumé

Depuis quelques années, de nombreuses recherches nourissent le champ de la recherche en sociolinguistique urbaine au Maghreb. La constitution de ce champ doit beaucoup à l'implication de Thierry Bulot notamment dans le cadre de la formation doctorale EDAF (École doctorale algéro-française). Des recherches de qualité ont été réalisées dans le cadre de ce partenariat. Les apports en matière de problématisation, de théorisation et de méthodologie d'enquête ont été importants dans la mesure où ils ont permis d'interroger la ville maghrébine dans toute la complexité de ses dynamiques linguistiques et identitaires. Le présent recueil de textes se veut un hommage à celui qui a permis d'inscrire, en les enrichissant, les problématiques de la sociolinguistique urbaine centrée sur le discours au coeur de la recherche en sociolinguistique du Maghreb.

Annonce

Argumentaire

Depuis quelques années, de nombreuses réflexions nourrissent le champ de la recherche en sociolinguistique urbaine au Maghreb[1]. La constitution de ce champ doit beaucoup à l’implication de Thierry Bulot notamment dans le programme de formation doctorale EDAF[2]. Des recherches de qualité ont été réalisées dans le cadre de ce partenariat. Les apports en matière de problématisation, de théorisation et de méthodologie d’enquête ont été importants dans la mesure où ils ont permis d’interroger la ville maghrébine dans toute la complexité de ses dynamiques linguistiques et identitaires. Le présent recueil de textes se veut un hommage à celui qui a permis d’inscrire, en les enrichissant, les problématiques de la sociolinguistique urbaine centrée sur le discours au cœur de la recherche en sociolinguistique du Maghreb.

A la faveur donc des travaux impulsés par les recherches de Thierry Bulot en collaboration avec des doctorants et de chercheurs maghrébins, la ville, échappant aux seules approches dialectologique[3], sociologique, urbanistique, littéraire, architecturale et parfois historique[4], se donne de plus en plus à être appréhendée d’un point de vue sociolangagier. Son environnement graphique, scriptural, discursif, linguistique, sémiologique, etc., s’est constitué et continue de l’être en autant d’objets d’étude que linguistes et sociolinguistes tentent de démêler en investissant le terrain et en en interrogeant la complexité.

Les démarches compréhensive et interprétative (Mucchielli & Paillé 2005) (Blanchet 2012) s’y trouvent privilégiées ainsi que le révèlent les récents travaux de recherche en sciences du langage, notamment les thèses de doctorat soutenues récemment[5]. Ces derniers visent, dans un premier temps, à atteindre une meilleure connaissance des pratiques linguistiques effectives, des discours qui se fabriquent autour des espaces et de leurs divisions (Messaoudi 2014), de leurs murs, occupants, etc. Dans un deuxième temps, ils interrogent la conceptualisation des urbanités sociolinguistiques effectuée par le chercheur qui, au fur et à mesure que s’opère le travail d’observation et de contextualisation nécessaire à une approche pertinente du réel et à une saisie fine de ses propriétés, procède souvent à la relativisation des catégories théoriques, déjà constituées et souvent rigides.

Les résultats de certaines recherches ont mis donc en évidence la complexité du terrain maghrébin et ses particularités. Cette complexité est due à des considérations linguistique, culturelle, sociologique, historique, identitaire, politique, etc., qui caractérisent l’aire maghrébine et méditerranéenne, en général. Elle ne peut être décortiquée sans la mobilisation des savoirs afférents aux autres disciplines connexes dont les éclairages sont à même d’enrichir l’interprétation qualitative des données collectées.

L’objectif de cet ouvrage collectif est justement de rendre compte des enquêtes de terrain menées sur les faits de langue en milieu urbain et de capitaliser les données liées aux différentes situations d’enquête auxquelles les chercheurs ont été confrontés au cours de leurs investigations. Il s’agit notamment de procéder à une rétrospective réflexive sur le déroulement de l’enquête, sur la construction de l’objet de l’enquête, les choix théoriques opérés, les outils d’investigation adoptés et les concepts « nouveaux » qui auraient émergé des données analysées. L’émergence de ces complexités amène dès lors à effectuer un travail de conceptualisation qui conduit parfois à relativiser certaines théorisations ou à revisiter certaines catégories d’analyse qui peuvent s’avérer inopérantes à l’épreuve du terrain parce qu’elles ne rendent pas rigoureusement compte des réalités à l’étude ou parce ces mêmes réalités ont évolué. Cette reconsidération théorique des concepts passe par une déconstruction critique de ces derniers et œuvre ainsi à une meilleure connaissance de l’objet étudié et à une approche plus pertinente et significative de la problématique de recherche. Pour ce qui concerne la sociolinguistique urbaine, ces particularités sont nécessaires à la compréhension des faits linguistiques en évolution et des discours qui se développent autour de la ville et des identités urbaines qui s’y construisent en permanence. En effet, des notions comme houma (quartier) (Djerroud, 2013, Ouaras 2009, 2015), citadinité vs urbanité, 3roubi vs hadri (campagnard vs citadin vs urbain) (Messaoudi 2003, Chachou 2009, 2012, Sebih 2013, Messaoudi 2014,  Boumedine 2015), etc., font depuis quelques années l’objet de publications dont les aspects critiques offrent une meilleure connaissance du terrain et du cheminement théorique et méthodologique à la base du travail d’investigation sur des faits qui restent encore à décrire, à nommer, à conceptualiser et surtout à confronter avec la pratique et l’expérience qu’on a du terrain.

Axes thématiques

 Les axes autour desquels s’articuleront les propositions sont les suivants :

  •   Dynamiques identitaires et construction/négociations des identités en milieu urbain.
  •   Les stratégies/procédés d’appropriation et de légitimation de l’occupation de l’espace et de ses divisions (quartier, secteur, hûma, derb, centre-ville, etc.).
  •   Description des processus d’auto-identification et d’hétéro-identification.
  •   Les attributs « d’ethnicisation » définitionnels, réels ou postulés, liés aux notions d’ « urbanité », « citadinité », « ruralité », « rurbanité », etc.
  •   Mutations urbaines et émergence de  nouvelles expressions langagières.
  •   Analyse de divers documents/discours (littéraires, politiques, artistiques, etc.) sur la ville.
  •   Analyse des discours numériques et médiatiques produits sur les identités urbaines.

Bibliographie indicative

  • Benabbou M, (2013) : « Méthodes de Recueil de Données : Cas de l’atlas linguistique du Maroc », in Les technolectes au Maghreb : éléments de contextualisation. Pup. Du Laboratoire Langage et société CNRST – URAC 56.
  • Blanchet, P, (2012) : La linguistique de terrain, méthode et théorie. Une approche ethno sociolinguistique, deuxième édition revue et complétée, Rennes, Presse universitaire de Rennes.
  • Boumedine, F, (2011) : « Le parler des jeunes tizi-ouzéens dans un contexte urbain, vers la koinéisation sociolinguistique de la ville de Tizi-ouzou ? », (co-directrice à Alger Mme Assia Lounici). Université d’Alger 2, le 05 mai 2011.
  • Boussiga, A, (2014) : Marquage signalétique et appropriation de l’espace urbain: le cas du centre ville d’Alger. Doctorat en Sciences du Langage à l’université d’Alger 2, sous la codirection de Thierry Bulot université Rennes 2 et de Assia Lounici, université d’Alger 2 (puis de Safia Rahal).
  • Calvet, L-J, (1994), Les voix de la ville, édition Payot, Paris.
  • Chachou, I, (2016) : « Quand les enseignes commerciales affichent le marquage des identités linguistico-culturelles des villes algériennes…le cas de Mostaganem. », dans  Chachou I & Stambouli M (2016): Pour un plurilinguisme algérien intégré : approches critiques et renouvellement épistémique, Riveneuve éditions.
  • Djerroud K, (2013) : « Urbanité, spatialité et pratiques langagières dans un quartier d’Alger dit ‘populaire’ : ‘Belcourt/ Belouizdad/El-Hamma », Sous la direction de Pr. Assia lounici et Pr. Thierry Bulot, Université d’Alger2
  • Driss, N, (1999) : « Citadinités et codes culturels dans le centre d’Alger : les ambivalences d’un espace public », In Les Annales de la recherche urbaine n° 83-84, p 132-135.
  • Germanos Marie-Aimée, Miller Catherine, « Introduction. Sociolinguistique urbaine en domaine arabophone : quels enjeux ? », Langage et société 4/2011 (n° 138), p. 5-19 URL.   www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2011-4-page-5.htm. DOI : 10.3917/ls.138.0005.
  • Ouaras, K, (2015), « L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffiti », L’Année du Maghreb, 12, pp.157-179. https://anneemaghreb.revues.org/2431   
  • Leroy, S, (2016) : « Microtoponymie urbaine : retour sur une enquête à plusieurs voix, », dans : Chachou I & Stambouli M (.ed)  Pour un plurilinguisme algérien intégré: approche  critique et renouvellement épistémique, Edition Riveneuve, Paris.
  • Paille, P. & Mucchielli, A. (2005) : L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.
  • Messaoudi, L, (2003) : « Parler citadin, parler urbain. Quelles différences ? », dans Bulot Thierry et Messaoudi Leila, (Dirs.), Sociolinguistique urbaine. Frontières et territoires, (Collection Proximités – Sciences du langage), Fernelmont, Belgique, Éditions Modulaires Européennes, p. 105-135.
  • Messaoudi, L, (2014) : « Aspects de la sociolinguistique urbaine au Maghreb. De quelques questionnements. », In Série monographie en sciences humaines, vol 15.
  • Sebih, R, (2014) : « Langues et mise en mots de l’identité spatio-linguistique : Cas de la casbah d’Alger », Thèse de doctorat, Sous la direction de Pr. Assia Lounici et Dr. Thierry Bulot, Université d’Alger 2.

Comité scientifique (provisoire)

  • Benabbou Mostafa (Université Mohamed 1er - Oujda- Maroc)
  • Boumedine Farida (Université d’Alger 2 - Algérie)
  • Boussiga Aissa (Université de Bouira –Algérie)
  • Bouziri Raja (Université de Tunis Carthage)
  • Chachou Ibtissem (Université de Mostaganem - Algérie)
  • Chennoufi-Ghalleb Raja (Université de Tunis El Manar - Tunisie)
  • Djerroud Kahina (Université d’Alger 2 - Algérie)
  • Falous Ali (Université de Meknès – Maroc)
  • Ouaras- Philippou Maria (Université de Mostaganem - Algérie)
  • Ouaras Karim (Université de Mostaganem - Algérie)
  • Messaoudi Leila (Université Kénitra - Maroc)
  • Sebih Réda (Université de Bouira - Algérie)
  • Sini Chérif (Université de Tizi-Ouzou - Algérie)

Calendrier

  • Envoi des résumés : 15 septembre 2017
  • Notifications : 15 novembre 2017
  • Envoi des articles : 15 avril 2018
  • Publication de l’ouvrage : 2018

Modalité de soumission des propositions

Les propositions de contribution doivent prendre le format suivant :

  • Nom et prénom
  • Affiliation
  • Intitulé de la communication
  • Brève bibliographie.
  • Résumé de la proposition : entre 500 et 1000 mots.

Nombre de signes : (Entre 30000 et 40000 signes pour les articles).

Police de caractère : Times New Roman

Taille de police : 12

Références bibliographiques

Pour citer un ouvrage dans le texte : (Messaoudi 2014 : 9).

Pour citer un ouvrage :

Elimam, A, 2003: Le maghribi, alias el-daridja, langue trois fois millénaire, Oran, Dar El Gharb.

Pour citer un article :

Boumedine, F, 2015: « la citadinité et l'urbanité dans les villes algériennes, pour une approche sociolinguistique urbaine », in Al'Adab Wa Llughât, Lettres et langues, revue scientifique spécialisée dans les études littéraires et linguistiques, N°12. Faculté des lettres et des langues, Université d'Alger, pp. 68-84

Pour citer un article en ligne :

Casajus, D, 2013: « Sur l’origine de l’écriture libyque. Quelques propositions », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 22 mars 2015. URL: http://afriques.revues.org/1203.

Pour citer un ouvrage collectif :

Bulot, T, Lounici, A, (Dirs) : 2007. Ségrégation spatio-linguistique (Dynamique socio-langagières et habitat populaire), ATFALONA/DKA, Alger.

Les propositions de résumés et d’articles sont à envoyer simultanément aux adresses suivantes :

lmessaoudi@gmail.com (Leila MESSAOUDI), sebihreda@yahoo.fr (Réda SEBIH) et  ibtissemchachou@yahoo.fr  (Ibtissem CHACHOU)

Références

[1] Nous signalons les travaux de Leila Messaoudi en dialectologie et en sociolinguistique urbaine ainsi que la codirection de nombreuses thèses assurées par Thierry Bulot et qui seront inscrites dans le cadre théorique de la sociolinguistique urbaine. Elles ont permis d’initier des réflexions innovantes sur les dynamiques linguistiques et identitaires dans les villes algériennes.

[2] Ecole doctorale algéro-française.

[3]  Les travaux de Catherine Miller sur le monde arabe. (Voir bibliographie).

[4] Nous signalons la rareté des monographies sur les villes du Maghreb.

[5] Nous en citons la thèse de doctorat de Djerroud K, 2013, « Urbanité, spatialité et pratiques langagières dans un quartier d’Alger dit ‘populaire’ : ‘Belcourt/ Belouizdad/El-Hamma », Sous la direction de Pr. Assia Lounici et Dr. Thierry Bulot, Université d’Alger2, et celle de Sebih, R, 2014, « Langues et mise en mots de l’identité spatio-linguistique : Cas de la Casbah d’Alger », Thèse de doctorat, Sous la direction de Pr. Assia Lounici et Dr. Thierry Bulot, Université d’Alger 2.

Dates

  • vendredi 15 septembre 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sociolinguistique urbaine, maghreb, citadinité, urbanité, enquête de terrain

Contacts

  • Ibtissem Chachou
    courriel : ibtissemchachou [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Ibtissem Chachou
    courriel : ibtissemchachou [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les urbanités sociolangagières au Maghreb », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 25 juillet 2017, https://calenda.org/412186

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal