AccueilL’innovation dans les sociétés insulaires : retombées et perspectives

L’innovation dans les sociétés insulaires : retombées et perspectives

Innovation in insular societies: implications and perspectives

*  *  *

Publié le mercredi 24 janvier 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Cette journée d’échange pluridisciplinaire (JES 2018), ouverte à tous, invite à s’interroger sur la pertinence et l’appropriation ou non des innovations dans des contextes socio-économiques, naturels et culturels différenciés (sociétés insulaires). Elle est prévue le 26 novembre 2018 (8h-17h) et s’articulera autour de trois grands axes de présentation : sciences naturelles et physiques ; sciences humaines, art, lettres et langues ; sciences économiques et juridiques.

Annonce

Argumentaire

D’abord considéré comme un retour au point de départ, le terme innovation, venant du latin innovare, a fait son apparition dans les langues romanes en ayant pour sens : l’introduction de nouveau dans l’existant. Dès le 16ème siècle, les pensées divergentes de N. Machiavel(1) et F. Bacon(2) soulèvent l’ambiguïté de ce terme avec d’une part l’appréhension du risque induit par le changement et d’autre part l’élargissement des maîtrises et savoirs(3).

Qu’elles soient de rupture ou incrémentales, les innovations ont toujours accompagné l’évolution des sociétés. Ainsi, à l’exemple du peuplement de l’archipel des Antilles par les civilisations précéramiques(4)  (entre 5500 et 500 av. J.-C.) ou, celui plus récent de la période coloniale à nos jours, Homo sapiens sapiens n’aura pas cessé d’innover pour s’adapter et prospérer dans ces territoires insulaires.

Innover peut se définir comme la démarche d’un individu, d’un groupe ou d’une société en vue d’apporter des solutions ou outils répondant à leurs usages et besoins d’adaptation. Ce concept intéresse de nombreuses disciplines. En effet, les innovations peuvent être économiques, techniques et technologiques, mais aussi culturelles, sociales et sociétales. Il appartient alors au chercheur de se positionner comme analyste, acteur et/ou utilisateur de ces progrès et connaissances scientifiques.

De par leur situation géographique, l’isolement des territoires insulaires, caribéens ou non, s’accompagne de nombreuses caractéristiques distinctives telles que des micro-différenciations biologiques (climat, végétation, relief), des ressources limitées, un éloignement vis-à-vis des grands centres d’influence, une histoire particulière des civilisations, un ancrage des traditions, une forte identité culturelle et ethnique, etc.(5,6,7). Ces sociétés particulières comportent donc des réalités et enjeux sociaux souvent bien différents de ceux retrouvés en milieu continental. Elles présentent une certaine vulnérabilité face aux grandes innovations sociétales mais possèdent aussi des atouts du fait de la richesse et de la diversité de leurs microcosmes propices au développement des innovations(8,9).

Ainsi, quelles sont les retombées des innovations existantes, et les perspectives d’innovation à venir, dans nos sociétés insulaires ?

Cette journée d’échange pluridisciplinaire (JES 2018) invite à s’interroger sur la pertinence et l’appropriation ou non des innovations dans ces contextes socio-économiques, naturels et culturels différenciés. Elle s’articulera autour de trois grands axes de présentation : Sciences naturelles et physiques ; Sciences humaines, Art, Lettres et Langues ; Sciences économiques et juridiques.

Candidature

En plus des doctorants et jeunes chercheurs, l’ADJC invite les étudiants de Master 2 à candidater à cet appel. Ainsi, les communicant.e.s souhaitant participer à cette édition JES 2018 doivent envoyer :

  • un résumé : 1 page maximum - format PDF - en français, anglais ou espagnol
  • une mini biographie reprenant leur parcours de formation et leur titre de thèse

La candidature est à transmettre au plus tard le 15 octobre 2018 

par mail à ansanmdjc@gmail.com (à l’attention du comité JES de l’ADJC).

Communication orale

  • Support de communication : PowerPoint (à transmettre 1 semaine avant la JES)
  • Durée de communication : 15 minutes (un temps d’échange sera prévu avec le public)
  • Possibilité de réaliser la présentation orale par visioconférence (via le logiciel SKYPE)

Communication affichée

Support de communication : Poster (version électronique à transmettre 1 semaine avant la JES). Un espace sera disponible pour l’exposition des posters et un moment de la manifestation sera dédié à la visite de ceux-ci.

Participation

La décision de participation prise par le comité scientifique de l’évènement sera transmise par retour de mail au plus tard le 28 octobre 2018. 

Comités

Scientifique

  • Roseline ARMANGE : DR Psychologie, EPHE (Paris, Sorbonne)
  • Benoit BERARD : MCF Ethnologie, Anthropologie et Préhistoire, AIHP/GEODE (UA)
  • Cécile BERTIN-ELISABETH : PR Etudes hispaniques, CRILLASH (UA)
  • Marie-Dominique CIDALISE-MONTAISE : DR Sciences de la communication, LC2S (UA)
  • Caroline COCHET : DR Droit public, LC2S (UA)
  • Olivier DEHOORNE : MCF Géographie, Tourisme, BIORECA (UA)
  • Isabelle DUBOST : MCF Anthropologie, LC2S (UA)
  • Gilbert ELBAZ : PR Sociologie, CRILLASH (UA)
  • Zephrine ROYER : DR Sciences de l’éducation, CRILLASH (UA)
  • Adèle SILBANDE : DR Microbiologie-Biotechnologies, BIOSPHERES (UA)
  • Yasmine SYLVESTRE : DR Droit public, LC2S (UA)

Organisateur

  • Marjory ADENET-LOUVET : Doctorante Littérature générale et comparée (UA)
  • Jean-Philippe CLAUDE : Doctorant Biogéographie-Écologie-Botanique (UA), Président ADJC
  • Sarah COUVIN : Doctorante Langue et Littérature – Anglais (UA)
  • Clara DAULER : Doctorante Langue et Littérature – Espagnol (UA)
  • José DURANTY : Doctorant Biogéographie-Bioécologie-Sociologie du paysage (UA)
  • Sandra ETIENNE : Doctorante Langue et Littérature – Anglais(UA)
  • Loïza RAUZDUEL : Doctorante Science politique (UA)
  • Adèle SILBANDE : Docteure Microbiologie-Biotechnologies (UA), Référente JES
  • Yasmine SYLVESTRE : Docteure Droit public (UA)

Références

(1) Le Prince de Nicolas Machiavel. Date de publication originale : 1532.

(2) La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon. Date de publication originale : 1625.

(3) Bontems, V.K. (2014). What does Innovation stand for? Review of a watchword in research policies. Journal of Innovation Economics & Management, (3), 39-57.

(4) Grouard, S. (2007). Modes de vie des Précolombiens des Antilles françaises. Les Nouvelles de l’archéologie, 108-109, 91-101.

(5) Péron, F. (1990). Spécificité des sociétés insulaires contemporaines. L'exemple des îles françaises de l'Atlantique et de la Manche. Norois, 145(1), 25-34.

(6) Péron, F. (2005). Fonctions sociales et dimensions subjectives des espaces insulaires (à partir de l'exemple des îles du Ponant). In: Annales de géographie (Ed. Armand Colin), 4, 422-436.

(7) Taglioni, F. (2006). Les petits espaces insulaires face à la variabilité de leur insularité et de leur statut politique. In: Annales de géographie (Ed. Armand Colin), 6, 664-687.

(8) Audebert, C. (2011). Les Antilles françaises à la croisée des chemins: de nouveaux enjeux de développement pour des sociétés en crise. Les Cahiers d'Outre-Mer, 4, 523-549.

(9) Angeon, V., Saffache, P. (2010). Petits territoires insulaires et développement durable. Editions Publibook (No 11).

Catégories

Lieux

  • Université des Antilles (UA) – Campus de Shoelcher
    Schœlcher, Martinique (97233)

Dates

  • lundi 15 octobre 2018

Mots-clés

  • innovation, territoire, société insulaire, recherche scientifique

Source de l'information

  • Adèle SILBANDE
    courriel : ansanmdjc [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L’innovation dans les sociétés insulaires : retombées et perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 24 janvier 2018, https://calenda.org/430084

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal