AccueilLa théâtralité et le pouvoir dans l'art et l'archéologie

La théâtralité et le pouvoir dans l'art et l'archéologie

Theatricality and power in art and archeology

*  *  *

Publié le mardi 06 février 2018 par João Fernandes

Résumé

L’idée centrale de cette journée est de s’appuyer sur le concept de théâtralité de Nicolas Evreinov selon lequel « la théâtralité […] est un instinct qui contraint l’homme à se transformer et à transformer son univers […] ». Pour l’auteur, la théâtralité serait ainsi au fondement de notre évolution et aurait formé une source d’inspiration participant à façonner les nombreuse productions humaines. Tout au long de sa vie, l’ambition de l’auteur restera marquée par la quête ultime d’un principe de théâtralité généraliséecomme le fait d’une volonté de transmuer la réalité en quelque chose de différent pour y changer ce qui est imposé par le dehors, depuis le dedans, et par ce ressort, libérer l’homme des apparences ordinaires. Peut-on donc voir en elle une forme de hiérophanie, de manifestation de sacré dans le réel ? Peut-on en délimiter les cadres d’action selon un principe ordonnateur ?

Annonce

Argumentaire

Le terme de théâtralité correspond à un concept apparu dans le contexte de la modernité en Russie au tout début du XXe siècle sous la plume du dramaturge, philosophe et théoricien de théâtre Nicolas Evreinov. Souvent galvaudé, utilisé dans de multiples contextes de notre actualité, parfois à tort, le terme a fait l’objet de nombreux débats dans les milieux du théâtre, de la philosophie et de l’esthétique, des sciences sociales, de la muséologie et de l’exposition, ainsi que chez les théoriciens de l’art. La théâtralité confondue avec le théâtre, le spectacle, le cinéma, ou encore, le divertissement, constitue une problématique en soi dans le sens où elle n’est ni l’un ni l’autre alors qu’elle exploite tous ces vecteurs, dépasse toute notion d’esthétique et de matérialité, bien qu’elle use toujours des formes, des contenants et des contenus. Selon Evreinov, elle appartiendrait au monde des sens et incarnerait une sorte d’instinct vital au même titre que la faim et la soif, présente depuis toujours au plus profond de l’être humain et par conséquent, à travers ses productions matérielles et immatérielles au cours du temps. Tout au long de sa vie, l’ambition de l’auteur restera marquée par cette quête ultime d’un principe de théâtralité généralisée comme le fait d’une volonté de transmuer la réalité en quelque chose de différent pour y changer ce qui est imposé par le dehors, depuis le dedans, et par ce ressort, libérer l’homme des apparences ordinaires. Son caractère universel se traduit par une aspiration à la transformation du monde exprimée par une théâtralisation de l’expérience humaine que nous avons appelé « progrès », « évolution » ou « développement », « art », « culture » ou « civilisation ». 

Du rite à la cérémonie d’intronisation du pouvoir, de la danse rituelle, à l’art de la guerre, aux défilés militaires, de l’objet magique à l’œuvre d’art sacralisée dans le musée, des espaces consacrés aux architectures religieuses, des mythes et symboles aux décors peints, dessinés ou sculptés, des tatouages corporels, ornements de corps aux bijoux, des tissus stylisés anciens à la mode, les manifestations de l’Homme, même les plus simples, obéissent à la théâtralité dont Evreinov avait jeté les bases théoriques. Métamorphose de la laideur en beauté, expérience sensuelle du réel à travers l’action transformatrice de l’être dans le monde, la théâtralité s’exprime par une mutation permanente des formes, cependant est-elle le reflet d’un principe plus ordonnateur tel que Claude Lévi-Strauss l’avait postulé : la source d’un répertoire idéal? Peut-elle être une forme de hiérophanie, manifestation du sacré, dans le réel ? Touchant tous les hommes, les sociétés se sont empressées de contrôler cette force instinctive par tous les moyens de pouvoir faisant de la théâtralité une arme : politique, sociale, culturelle, symbolique et artistique. 

L’idée centrale de cette journée d’étude est de s’appuyer sur le concept de théâtralité de Nicolas Evreinov selon lequel « la théâtralité […] est un instinct qui contraint l’homme à se transformer et à transformer son univers […] ». 

Cette rencontre proposée par La Chaire d’Archéologie des Civilisations de l’Amérique Préhispanique en partenariat avec le Centre André Chastel et l’École Doctorale 124 de Sorbonne Université a pour objectif de réunir de jeunes chercheurs et doctorants dans le but de travailler sur les relations entre théâtralité et pouvoir : comment ont été mises en scène l’archéologie et ses découvertes, l’histoire de l’art et les œuvres d’art, et toute autre production aussi bien matérielle qu’immatérielle. Sujet d’actualité, en ce que les disciplines réfléchissent sur elles-mêmes, cette journée d’étude permettra de développer des approches et des réflexions transversales afin de tenter d’éclairer une partie des dynamiques à l’œuvre dans les mises en scène des objets. 

 Interdisciplinaire, la journée d’études convoquera les méthodes historique, archéologique, anthropologique, muséologique et artistique afin d’interroger les différentes expressions du pouvoir et ses manifestations. Le rôle des images, des formes et des structures de monstration sont à mettre en rapport avec leurs mises en scène, leurs contextes et leurs diffusions. La rencontre offrira un espace d’échange et de communication permettant d’articuler les différents domaines de recherche et de croiser les regards. Elle s’inscrit dans les démarches d’investigation de la Chaire d’Archéologie des Civilisations de  l’Amérique Préhispanique de Sorbonne Université et du Centre André Chastel avec pour caractéristique un partenariat entre art et archéologie ayant pour point commun l’histoire et les multiples influences réciproques que ces disciplines ont eu dans la construction et la représentation des cultures au prisme de la « vision européenne ». 

Modalités pratiques d'envoi des propositions 

Les propositions de communications (environ 300 mots) avec une petite bibliographie sont à faire parvenir

avant le 20 février

à : theatralite.pouvoir@outlook.fr 

Membres organisateurs

  • Micaela Neveu, Doctorante, Sorbonne Université.
  • Marion Bertin, Doctorante, Ecole du Louvre/ Université de La Rochelle. 
  • Daniel Lévine, professeur titulaire de la Chaire d’Archéologie des Civilisations de  l’Amérique Préhispanique, Sorbonne Université.
  • Arnaud Maillet, maître de conférences,  Sorbonne Université, Centre André Chastel. 
  • François Cuynet, maître de conférences, Sorbonne Université, CERAP.
  • Marie Planchot et l’équipe de l’école doctorale 124 de Sorbonne Université.  

Comité scientifique

  • Daniel Lévine
  • François Cuynet
  • Arnaud Maillet
  • Micaela Neveu
  • Marion Bertin

Lieux

  • Institut national d'Histoire de l'art, Salle Ingres - 2 rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • mardi 20 février 2018

Mots-clés

  • théâtralité, pouvoir, art, archéologie, mise en scène

Contacts

  • Marion Bertin
    courriel : marionbbertin [at] gmail [dot] com
  • Micaela Neveu
    courriel : micaelaneveu [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Marion Bertin
    courriel : marionbbertin [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La théâtralité et le pouvoir dans l'art et l'archéologie », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 06 février 2018, http://calenda.org/431995