AccueilL'actualité d'Alfred Sohn-Rethel (1899-1990)

L'actualité d'Alfred Sohn-Rethel (1899-1990)

Alfred Sohn-Rethel (1899-1990) and his work today

*  *  *

Publié le mardi 06 mars 2018 par Céline Guilleux

Résumé

L’œuvre d’Alfred Sohn-Rethel (1899-1990) s’est construite autour d’une thèse, sans cesse retravaillée : l’origine des concepts abstraits de l’entendement ne se trouve pas dans un a priori métaphysique, mais procède de l’être social, plus précisément de l’acte de l’échange, concrétisé dans l’usage de la monnaie frappée. Cette thèse, anti-kantienne et marxiste dans son projet, a suscité des réactions très contrastées, entre enthousiasme et rejet virulent. Près de 30 ans après la disparition du philosophe, un regain d’intérêt pour son œuvre semble se dessiner, d’où l’objectif de ce colloque : interroger la fécondité, voire l’actualité de ses intuitions.

Annonce

Colloque international à l’Université de Lorraine, Nancy, 13 et 14 décembre 2018.

CEGIL (Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine, EA 3944)

Argumentaire

L’œuvre majeure d’Alfred Sohn-Rethel (1899-1990), Geistige und körperliche Arbeit, est parue dans son ultime version en 1989. Toute sa vie, Sohn-Rethel n’a cessé de remettre sur le métier une thèse centrale : l’origine des concepts abstraits de l’entendement ne se trouve pas dans un a priori métaphysique, mais procède de l’être social, plus précisément de l’acte de l’échange, concrétisé dans l’usage de la monnaie frappée. Cette thèse, anti-kantienne et marxiste dans son projet, a suscité des réactions de toutes sortes, variables selon les époques et les phases de son élaboration : rejet (Max Horkheimer) ou enthousiasme (Walter Benjamin), soutien (à éclipses) de Theodor W. Adorno, intérêt passionné (des étudiants de l’Université de Brême des années 1970). Un certain nombre de travaux, toujours marqués par cette tension, ont tenté depuis d’explorer et d’approfondir les intuitions de l’auteur. Dernier signe en date de l’intérêt discret mais persistant en Allemagne : la publication des œuvres complètes, dont deux tomes sont d’ores et déjà parus. En France, cette œuvre est restée plutôt confidentielle ; quelques publications récentes – et leur réception – semblent cependant indiquer un regain d’intérêt pour une théorie dont la fécondité mérite donc d’être réexaminée.

Les angles sous lesquels l’œuvre de Sohn-Rethel peut être relue sont multiples, et les pistes indiquées ne se veulent pas exclusives d'autres approches.

Les controverses autour de l’authenticité du marxisme revendiqué par l’auteur ont surgi d’emblée : Sohn-Rethel dévoie-t-il la théorie marxiste en centrant son analyse sur l’échange alors que son intérêt résiderait précisément dans le rôle qu’elle accorde au travail ? Cette question a trouvé des prolongements très actuels et très politiques, ce dont témoigne en France le débat entre Anselm Jappe et Bernard Friot. Et qu’en est-il de la fonction de synthèse sociale de la monnaie en ces temps de dématérialisation de l’argent (Aldo J. Haesler ou Eske Bockelmann) ?

Cependant, l’ambition explicite de Sohn-Rethel ne fut pas de « corriger » Marx, mais de le compléter, en tenant compte d’une dimension essentielle négligée, selon lui, par ce dernier, à savoir la science moderne. La dimension épistémologique de l’œuvre de Sohn-Rethel est directement liée à la question de la séparation du travail intellectuel et du travail manuel. Dans La monnaie, l’argent comptant de l’apriori, Sohn-Rethel cherche à préciser la manière dont se constitue, puis se creuse, l’écart entre intellect et pratiques manuelles en même temps que se séparent production et socialisation, tout au long de l’évolution du capitalisme, en se focalisant sur quelques moments clés (autour de Galilée ou de Dürer entre autres). Ce travail historique doit-il être poursuivi, approfondi ou révisé ?

Si Sohn-Rethel lui-même en reconnaît le caractère d’ébauche, il en tire une conclusion dont la portée ne saurait être sous-estimée : « Il faut en tout cas retenir que la tendance à l'automatisme inhérente à toute installation de production capitaliste n’a pas sa racine dans sa technologie mais qu'elle provient du rapport de production capitaliste. » Ainsi, sa pensée ouvre-t-elle également à un questionnement sur le lien entre l’utopie numérique et le développement du capitalisme. L’analyse historique et matérialiste de Sohn-Rethel qui interroge l’autonomie de l’intellect, et partant l’autonomie – l’automatisme – de la raison scientifique et technique, la situe dans son contexte économique et social et pose également la question de sa capacité à tenir ses promesses, à savoir l’ambition d’avoir une « portée directement pratique et politique ».

L’objectif de ce colloque est de faire un état des lieux de l’intérêt suscité par cette œuvre, en France et en Allemagne, autant que de tenter une relecture de ses thèses et prolongements, trente ans après la publication de la dernière version de Geistige und körperliche Arbeit, sans négliger les textes proprement économiques de l’auteur que sa propre insistance sur son volet épistémologique a laissés dans l’ombre.

Modalités de soumission

Les communications d’une durée de 25 à 30 minutes pourront se faire en français ou en allemand. Les propositions de sujet, assorties d’un résumé d’une dizaine de lignes, sont à soumettre

avant le 12 mars 2018.

Comité d’organisation

  • Oliver Schlaudt (Université de Heidelberg)
  • Françoise Willmann (Université de Lorraine)

Comité scientifique

  • Christophe Bouriau (Université de Lorraine)
  • Alain Muzelle (Université de Lorraine)
  • Aldo Haesler (Université de Caen)

Bibliographie

Alfred Sohn-Rethel, Von der Analytik des Wirtschaftens zur Theorie der Volkswirtschaft, ça Ira, 2012, (ed. O. Schlaudt, C. Freytag)

Alfred Sohn-Rethel, Die Deutsche Wirtschaftspolitik im Übergang zum Nazifaschismus, ça Ira, 2016, (ed. C. Freytag, O. Schlaudt)

Alfred Sohn-Rethel, Geistige und körperliche Arbeit, Suhrkamp, 1973 ; VCH Acta humaniora, 1989.

Alfred Sohn-Rethel, La pensée-marchandise, ed. du Croquant, 2010, (ed. Anselm Jappe)

Alfred Sohn-Rethel, La Monnaie, Ed. La tempête, 2017, (trad. F. Willmann)

Aldo Haesler, Sociologie de l’argent et postmodernité, Librairie Droz, 1995.

Rudolf Heinz/Jochen Hörisch (ed.), Geld und Geltung, Zu Alfred Sohn-Rethels soziologischer Erkenntnistheorie, Königshausen&Neumann, 2006

Eske Bockelmann, Im Takt des Geldes, Zur Genese modernen Denkens, zu Klampen, 2012.

Lieux

  • CLSH - 23 boulevard Albert 1er
    Nancy, France (54)

Dates

  • lundi 12 mars 2018

Mots-clés

  • philosophie allemande, travail intellectuel, travail manuel, monnaie, marxisme

Contacts

  • Françoise Willmann
    courriel : francoise [dot] willmann [at] univ-lorraine [dot] fr

Source de l'information

  • Françoise Willmann
    courriel : francoise [dot] willmann [at] univ-lorraine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'actualité d'Alfred Sohn-Rethel (1899-1990) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 06 mars 2018, https://calenda.org/435474

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal