AccueilEntrepreneuriat, pratiques alternatives et (dés-)organisation des arrangements culturels et institutionnels

Entrepreneuriat, pratiques alternatives et (dés-)organisation des arrangements culturels et institutionnels

Entrepreneurship, alternative practices and the disorganisation of cultural and institutional arrangements

XIe colloque annuel du Centre d’études et de recherche de l’ISTEC

11th annual conference of the ISTEC Centre for Study and Research

*  *  *

Publié le mercredi 28 mars 2018 par Elsa Zotian

Résumé

Depuis plusieurs années, nous assistons à un regain d’intérêt pour l’étude des individus ou des groupes qui, délibérément ou involontairement, ouvrent de nouvelles possibilités en imaginant et en créant de nouvelles formes d’organisations, à la marge des arrangements culturels et institutionnels largement acceptés. Ainsi, une large variété de pratiques innovantes qui bouleversent, subvertissent ou simplement se soustraient aux arrangements institutionnels dominants et, par la même occasion, créent de nouvelles formes organisationnelles, a été explorée. De telles initiatives se retrouvent par exemple dans les organisations démocratiques, les organisations pirates, les hackerspaces, les groupes anarchistes, les organisations féministes, etc. Dans ce colloque, nous sollicitons des articles qui interrogent les aspects éthiques, moraux, économiques et culturels des organisations, des actions et innovations entrepreneuriales, qui émergent à la marge des arrangements institutionnels admis et leurs impacts potentiels (qu’ils soient positifs ou négatifs).

Annonce

Argumentaire

Très souvent, une intention délibérée est à l’origine de ces nouvelles pratiques, dans lesquelles les participants s’engagent activement dans la production d’arrangements culturels, politiques et institutionnels alternatifs qui questionnent et défient les paradigmes dominants (Farias, 2017; Kokkinidis, 2014) et/ou qui préfigurent des paysages socio-politiques alternatifs « ici et maintentant » (Leach, 2013; Maeckelbergh, 2011; Yates, 2015). Cependant, dans certains cas, des pratiques individuelles ou collectives qui passent inaperçues et qui n’ont pas pour objectif affiché de transformer les arrangements institutionnels existants, peuvent néanmoins participer à la création de « zones morales grises» (Anteby, 2008) dans lesquelles l’ambiguïté du sens moral permet de produire et d’entretenir des pratiques alternatives. Ces pratiques peuvent même constituer des formes d’actions infra-politiques qui, bien que quotidiennes et anodines, participent à l’éclosion de changements sociaux et politiques (Fernández, Martí, & Farchi, 2017; Scott, 2008). Ces actions, qu’elles aient ou non pour but de changer les institutions, peuvent être considérées comme entrepreneuriales (Bureau, 2013, 2014; Courpasson, Dany, & Martí, 2016), dans le sens où elles façonnent de nouvelles pratiques culturelles et organisationnelles qui se démarquent des arrangements institutionnels admis (Courpasson, 2016; Courpasson, Dany, & Clegg, 2012; Hjorth & Holt, 2016).

Cela nous oblige à prendre en considération ce qui motive les actions entrepreneuriales que nous pouvons qualifier de « subversives », puisqu’elles produisent de nouvelles significations et de nouvelles pratiques culturelles. Dans quelle mesure les pratiques alternatives opérant dans l’ombre ouvrent-elles (intentionnellement ou non) des possibilités de changements sociaux et institutionnels ? De quels types de changement parle-t-on ? De tels changements sont-ils toujours désirables et légitimes ? Les activités subversives engendrent-elles de l’incertitude institutionnelle (Bylund & McCaffrey, 2017) qui nuit à leur légitimité ? Quelles formes d’organisations produisent-elles et sur quelles significations culturelles et morales reposent-elles ? La technologie impacte-t-elle la nature, la taille et la force des réseaux subversifs ? Les innovations à la marge des arrangements institutionnels existants peuvent-elles se normaliser ? La décentralisation et la dénationalisation facilitées par les technologies de l’information favorisent-elles et accélèrent-elles les changements culturels et institutionnels ?

Si certains chercheurs voient les organisations alternatives comme des tentatives intrinsèquement positives favorisant l’autonomie individuelle, la solidarité et la responsabilité (Parker, Cheney, Fournier, & Land, 2014) et par conséquent nécessaires à la justice sociale au sein des sociétés démocratiques (Parker, 2017), nous cherchons ici à explorer et à questionner l’émergence de pratiques culturelles et de leur sens moral sous-jacent, initiée par de tels processus entrepreneuriaux. Puisque le caractère productif, improductif ou destructif de l’entrepreneuriat dépend largement des arrangements institutionnels existants (Baumol, 1996), cette question se pose d’autant plus lorsque les entrepreneurs ont pour objectif de subvertir les règles du jeu (Douhan & Henrekson, 2010; Garud, Hardy, & Maguire, 2007; Sobel, 2008).

Dans ce colloque, nous sollicitons des articles qui interrogent les aspects éthiques, moraux, économiques et culturels des organisations, des actions et innovations entrepreneuriales, qui émergent à la marge des arrangements institutionnels admis et leurs impacts potentiels (qu’ils soient positifs ou négatifs).

Par exemple, les articles peuvent adresser les sujets suivants :

  • Quels types de pratiques organisationnelles et culturelles émergent des tentatives de remise en cause, de subversion, ou simplement d’évitement des institutions existantes ?
  • Comment de telles pratiques s’inscrivent-elles dans leur environnement ?
  • Comment peut-on expliquer et faire sens de l’éventuel « côté sombre » des organisations alternatives et de l’entrepreneuriat ?
  • Quels fondements épistémologiques permettent de comprendre les processus entrepreneuriaux « subversifs » ?
  • Comment peut-on faire sens aux actions individuelles et collectives qui sont involontairement à l’origine des changements organisationnelles ? 
  • Etc.

Keynote speakers

  • David Courpasson

Professeur de sociologie à l’EMLYON Business School et directeur du centre de recherche OCE-EMLYON, David Courpasson est aussi professeur à l’Université de Cardiff en Angleterre. Il a publié de nombreux articles sur la dynamique politique au sein des organisations, la résistance et les nouvelles formes de travail et de management dans des revues telles que Organization Science, Organization Studies, Journal of Management Studies, Journal of Business Venturing, Entrepreneurship Theory and Practice et Organization. Il a aussi publié plusieurs ouvrages. Il a récemment édité (avec Steven Vallas) The SAGE Handbook of Resistance. Il était éditeur en chef de la revue Organization Studies entre 2008 et 2013.

  • Ignasi Marti

Professeur de théorie des organisations et d’entrepreneuriat à l’EMLYON Business School et professeur invité permanant à l’ESADE-Ramon Llull University. Ignasi Marti a reçu son doctorat à l’IESE Business School de l’Université de Navarre. Sa recherche porte sur la dignité, la résistance, l’entrepreneuriat, le pouvoir et le politique, et d’autres formes de processus institutionnels. Il a publié des articles dans des revues telles que Academy of Management Journal, Journal of Business Venturing, Organization Studies, Entrepreneurship Theory and Practice et le Journal of Management Inquiry.

Conditions de soumission

  • Date limite de soumission des abstracts (500-1000 mots en français ou en anglais) : 15 mai 2018

  • Notification aux auteurs : 15 juin 2018
  • Date limite de soumission des articles complets : 15 septembre 2018
  • Retours écrits des relecteurs : mi-novembre 2018

Le comité scientifique sélectionnera les articles complets les plus prometteurs pour les proposer d’entrer dans le processus de révision du numéro spécial de la Society and Business Reviewsur le thème du colloque (pour plus d’informations sur cette revue, voir: http://www.emeraldgrouppublishing.com/products/journals/journals.htm?id=sbr).

Les abstracts et articles complets doivent être envoyés à l’adresse  ColloqueCERI@istec.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Carine Farias (c.farias@istec.fr) et Loïc Sauce (l.sauce@istec.fr).

Comité d’organisation

  • BENCHERQUI Dominique, Directrice de la recherche, ISTEC, Prism-Sorbonne
  • DARMON Véronique, Directrice de la pédagogie, ISTEC
  • FARIAS Carine, ISTEC
  • MOREL Sylvie, ISTEC
  • REY FERRER Anne, Directrice de la communication, ISTEC
  • SAUCE Loïc, ISTEC

Comité scientifique

  • ACQUIER Aurélien, ESCP Europe, Paris
  • ALOUI Adel, ISTEC, Paris
  • BAZIN Yoann, EM Normandie, Londres
  • BEAU Gaëlle, ISTEC, Paris
  • BECHE Jérôme, ISTEC, Paris
  • BENCHERQUI Dominique, Directrice de la recherche, ISTEC, Prism-Sorbonne, Paris
  • BEZES Christophe, ISTEC, Paris
  • BOUCHER Ronald, ISTEC, Paris
  • BOTHELLO Joël, Concordia University, Montreal
  • BUREAU Sylvain, ESCP Europe, Paris
  • BYLUND Per, Oklahoma State University, Oklahoma
  • BYRNE Janice, IESEG, Paris
  • CANEVET-LEHOUX Sophie, ISTEC, Paris
  • CHABOUD Mathieu-Claude, Burgundy School of Business, Dijon
  • COULIBALY Daouda, ISTEC, Paris
  • ELABIDI Houda, ISTEC, Paris
  • FARIAS Carine, ISTEC, Paris
  • FERNANDEZ Pablo, IAE Business School, Buenos Aires
  • GIACOMONI Gilbert, Agro Paris-Tech et ISTEC, Paris
  • GIMENEZ-ROCHE Gabriel, NEOMA Business School
  • HUDSON Bryant, IESEG, Paris
  • ISLAM Gazi, Grenoble Ecole de Management, Grenoble
  • KEFI Mohamed Karim, ISTEC, Paris
  • PESQUEUX Yvon, Lirsa, CNAM, Paris
  • PICARD Hélène, Grenoble Ecole de Management, Grenoble
  • SAUCE Loïc, ISTEC, Paris

Références

  • Anteby, M. (2008). Moral gray zones : side productions, identity, and regulation in an aeronautic plant. Princeton University Press.
  • Barin Cruz, L., Alves, M. A. ;, & Delbridge, R. (2017). Next steps in organizing alternatives to capitalism: toward a relational research agenda. M@n@gement, 20, 322–335.
  • Baumol, W. (1996). Entrepreneurship: productive, unproductive, and destructive. Journal of Business Venturing, 11, 3–22.
  • Bureau, S. (2013). Entrepreneurship as a subversive activity: How can entrepreneurs destroy in the process of creative destruction? M@n@gement, 16, 204–235.
  • Bureau, S. (2014). Piracy as an avant-gardist deviance: how do entrepreneurial pirates contribute to the wealth or misery of nations? International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 22, 426.
  • Bylund, P., & McCaffrey, M. (2017). A theory of entrepreneurship and institutional uncertainty. Journal of Business Venturing, 3, 461–475.
  • Cheney, G., Cruz, I. S., Peredo, A. M., & Nazareno, E. (2014). Worker cooperatives as an organizational alternative: Challenges, achievements and promise in business governance and ownership. Organization, 21, 591–603.
  • Courpasson, D. (2016). Impactful Resistance: The Persistence of Recognition Politics in the Workplace. Journal of Management Inquiry, 25, 96–100.
  • Courpasson, D., Dany, F., & Clegg, S. (2012). Resisters at Work: Generating Productive Resistance in the Workplace. Organization Science, 23, 801–819.
  • Courpasson, D., Dany, F., & Martí, I. (2016). Organizational Entrepreneurship as Active Resistance: A Struggle Against Outsourcing. Entrepreneurship Theory and Practice, 40, 131–160.
  • D’Enbeau, S., & Buzzanell, P. M. (2013). Constructing a feminist organization’s identity in a competitive marketplace: The intersection of ideology, image, and culture. Human Relations, 66, 1447–1470.
  • Douhan, R., & Henrekson, M. (2010). Entrepreneurship and second-best institutions: going beyond Baumol’s typology. Journal of Evolutionary Economics, 20, 629–643.
  • Durand, R., & Vergne, J.-P. (2012). No territory, no profit: The pirate organization and capitalism in the making. M@n@gement, 3, 265–272.
  • Farias, C. (2017). Money is the Root of All Evil – Or Is It? Recreating Culture through Everyday Neutralizing Practices. Organization Studies, 38, 775–793.
  • Fernández, P. D., Martí, I., & Farchi, T. (2017). Mundane and Everyday Politics for and from the Neighborhood. Organization Studies, 38, 201–223.
  • Garud, R., Hardy, C., & Maguire, S. (2007). Institutional entrepreneurship as embedded agency: An introduction to the Special Issue. Organization Studies, 28, 957–969.
  • Hjorth, D., & Holt, R. (2016). It’s entrepreneurship, not enterprise: Ai Weiwei as entrepreneur. Journal of Business Venturing Insights, 5, 50–54.
  • Kokkinidis, G. (2014). Spaces of possibilities: workers’ self-management in Greece. Organization, 1–25.
  • Lallement, M. (2015). L’Âge du faire: Hacking, travail, anarchie.
  • Leach, D. K. (2013). Prefigurative Politics. In D. A. Snow, D. della Porta, B. Klandermans, & D. McAdam (Eds.), The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Social and Political Movements. Oxford, UK: Blackwell Publishing Ltd.
  • Leach, D. K. (2016). When Freedom is Not an Endless Meeting: A New Look at Efficiency in Consensus‐Based Decision Making. The Sociological Quarterly, 57, 36–70.
  • Maeckelbergh, M. (2011). Doing is Believing: Prefiguration as Strategic Practice in the Alterglobalization Movement. Social Movement Studies, 10, 1–20.
  • Martin, P. Y. (1990). Rethinking Feminist Organizations. Gender & Society, 4, 182–206.
  • Parker, M. (2009). Pirates, merchants and anarchists: Representations of international business. Management & Organizational History, 4, 167–185.
  • Parker, M. (2017). Alternative enterprises, local economies, and social justice: why smaller is still more beautiful. M@n@gement, 20, 418–434.
  • Parker, M., Cheney, G., Fournier, V., & Land, C. (2014). The question of organization: A manifesto for alternatives. Ephemera, 14, 623–638.
  • Riot, E. (2014). “Anarchy by the book? Forget about it!”: The role of collective memory in shaping workers’ relations to anarchism and work today. Ephemera, 14, 811–834.
  • Rothschild, J., & Leach, D. (2008). Avoid, Talk, or Fight: Alternative Cultural Strategies in the Battle Against Oligarchy in Collectivist-Democratic Organizations (pp. 346–361). Springer US.
  • Scott, J. C. (2008). Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance. Yale University Press.
  • Sobel, R. (2008). Testing Baumol: Institutional quality and the productivity of entrepreneurship. Journal of Business Venturing, 23, 641–655.
  • Springer, K. (2005). Living for the revolution : Black feminist organizations, 1968-1980. Duke University Press.
  • Swann, T., & Stoborod, K. (2014). Did you hear the one about the anarchist manager? Ephemera: Theory & Politics in Organization, 14, 591–609.
  • Yates, L. (2015). Rethinking Prefiguration: Alternatives, Micropolitics and Goals in Social Movements. Social Movement Studies, 14, 1–21.

Catégories

Lieux

  • ISTEC 128, quai de Jemmapes
    Paris, France (75010)

Dates

  • mardi 15 mai 2018

Mots-clés

  • organisation alternatives, entrepreneuriat, institutions

Contacts

  • Carine Farias
    courriel : c [dot] farias [at] istec [dot] fr
  • Loïc Sauce
    courriel : l [dot] sauce [at] istec [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Carine Farias
    courriel : c [dot] farias [at] istec [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Entrepreneuriat, pratiques alternatives et (dés-)organisation des arrangements culturels et institutionnels », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437834

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal