AccueilLaw and Disruption

Law and Disruption

Droit et disruption

*  *  *

Publié le mardi 03 avril 2018 par Céline Guilleux

Résumé

L'École de droit de Sciences Po organise sa septième graduate conference sur le thème « Droit et disruption » destinée aux doctorant·e·s et aux jeunes docteur·e·s. Les candidat·e·s sélectionné·e·s seront invité·e·s à présenter leurs recherches sur un sujet lié au thème de la conférence, en ce compris (mais non limité à) : disruptions technologiques, disruptions sociales (ex.: migration, inégalités), disruptions écologiques (ex.: changement climatique, pénurie des ressources), disruption financière, disruption et gouvernance globale et leurs rapport au droit.

Annonce

7e conférence doctorale de Ecole de Droit de Sciences Po
20 juin 2018, Paris, France

Argumentaire

La disruption est le mot à la mode de cette décennie. De plus en plus d’ouvrages sont écrits sur comment « disrupter » et comment survivre à la disruption, comme autant d’avertissements lancés aux multinationales menaçant de s’effondrer sous le poids d’innovations disruptives. La disruption n’est cependant pas un phénomène nouveau : elle a existé bien avant le XXIe siècle, bien avant que Christensen ne parle d’ « innovation disruptive », et même avant la « destruction créatrice » de Schumpeter. L’invention de l’écriture, la découverte de la pénicilline, le téléphone, les compagnies aériennes low cost et Internet ont tous disrupté les sociétés et les marchés, à des degrés impensables jusqu’alors. Le droit lui-même peut être considéré comme une importante forme de disruption. Le début du XXIe siècle voit émerger l’Internet des objets, le Big Data, l’intelligence artificielle, les crypto-monnaies et d’autres forces disruptives, toutes autant vantées que critiquées par l’opinion publique. Dès lors, sommes-nous entrés dans un « âge de disruption » ? La disruption et le désordre qui en résulte pourraient-ils constituer les forces créatrices et le catalyseur nécessaires à l’émergence d’un nouveau système ? La disruption peut- elle ouvrir la voie à un profond renouvellement sociétal et global ? Quel devrait être le rôle du droit dans ce processus ?

Avec le passé, le présent et l’avenir de la disruption à l’esprit, vous êtes invité.e.s à participer à une discussion portant sur le droit comme réponse à une disruption extérieure, sur le droit comme moteur de la disruption et sur les disruptions internes au droit. Nous espérons couvrir les questions suivantes : à quel point les différents systèmes juridiques, disciplines et professions ont été en mesure de faire face à la disruption ; comment le droit lui-même vient-il « disrupter » les vies individuelles et les sociétés humaines ; quels mécanismes juridiques permettent au droit d’internaliser la disruption externe ; quels changements cela entraîne-t-il dans la pensée juridique ; et toute autre question que l’on puisse imaginer associant de manière large le droit et la disruption.

Les contributions peuvent aborder la disruption comme un élément endogène ou exogène au droit. Dans la mesure où il n’existe pas de définition consensuelle de la disruption, les participant.e.s sont encouragé.e.s à explorer le concept et à en évaluer la valeur heuristique ainsi que les implications théoriques et pratiques dans leurs domaines de recherche respectifs.

Nous proposons de réfléchir sur le rôle du droit dans les processus de disruption suivants, bien que les participant.e.s ne soient pas tenu.e.s de se limiter à ces exemples :

  • La disruption technologique
  • La disruption sociale (ex. : inégalité et migration)
  • La disruption écologique (ex. : changement climatique, raréfaction des ressources)
  • La disruption financière (ex. : déconnection entre l’économie financière et réelle)
  • La disruption et la gouvernance globale

Partant du constat que ces formes de disruption sont interconnectées à de nombreux égards, nous sommes également ouverts à une discussion portant sur les fondements de la modernité et sur la refonte des structures juridiques modernes.

Nous accueillons les contribution de tous types d’acteurs et d’actrices concerné.e.s, en particulier celles et ceux issu.e.s du monde académique, des institutions, du monde de la technologie, des start-ups, des ONG, de la politique, en lien avec le thème du droit et de la disruption. Nous sommes ouvert.e.s à toutes les perspectives – nationales, supranationales, globales ou comparées – et à toutes les disciplines – sciences naturelles, sociologie ou anthropologie – ayant une interaction avec le droit.

Instructions d’envoi

Pour soumettre une contribution individuelle, les participant.e.s doivent envoyer par mail un résumé d’une longueur maximale de 750 mots ainsi qu’un CV (en format Word ou PDF)

au plus tard le 15 avril 2018,

à l’adresse suivante : gradconf.law@sciencespo.fr. Les propositions peuvent être rédigées en anglais ou en français. Les articles déjà publiés ne seront pas admis, mais ceux ayant été acceptés pour une publication au moment de la conférence pourront être soumis. Les propositions peuvent être individuelles ou collectives.

Notification

Les auteur.e.s dont les propositions auront été retenues seront contacté.e.s au plus tard le 20 avril 2018. Il leur sera demandé de soumettre un article finalisé ou une présentation (un texte davantage développé ou une présentation Power Point comprenant les principaux éléments abordés) au plus tard le 10 juin 2018. Le comité de sélection organisera les contributions sélectionnées en différents panels de discussion selon la pertinence et le sujet. Les discussions se dérouleront toute la journée sous l’égide de modérateurs et de modératrices à Sciences Po Paris. Le programme de la conférence sera diffusé à la suite du processus de sélection.

Publication

Cette année, la ou les contributions les plus innovantes soumises pour la conférence seront publiées dans la Revue des Juristes de Sciences Po (LexisNexis). Les participant.e.s. qui auront soumis un résumé avant la date limite et dont le résumé aura été sélectionné pourront envoyer leur article complet (mais pas une présentation) au plus tard le 15 mai 2018 à gradconf.law@sciencespo.fr afin que celui-ci soit considéré pour une éventuelle publication. Si vous souhaitez être pris.es en compte pour une éventuelle publication, merci de l’indiquer dans votre email au moment où vous soumettez votre proposition de contribution.

Frais et inscription

Il n’y a aucun frais d’inscription. L’Ecole de Droit de Sciences Po fournira des rafraichissements et un déjeuner durant la conférence. Les personnes assistant à la conférence devront financer elles-mêmes leurs frais de déplacement et d’hébergement. Elles sont donc encouragées à rechercher des financements auprès de leurs institutions d’origine ou d’autres organes. Un nombre limité d’allocations de déplacement pourra éventuellement être proposé aux personnes démontrant un réel besoin financier. Si vous souhaitez en bénéficier, merci d’indiquer clairement les raisons au moment de soumettre votre résumé.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à gradconf.law@sciencespo.fr.

Membres du comité de sélection des contributions pour la Graduate Conference « Law and Disruption »

  • Mohamed ABDELSALAM, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Bastien CHARAUDEAU SANTOMAURO, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Joachim-Nicolas HERRERA , PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Louis IMBERT, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Darina PETROVA, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Alessandro PETTI, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Ayse Gizem YASAR, PhD Candidate at Sciences Po Law School.

Membres du comité de sélection des meilleures contributions qui seront publiées dans le Revue des juristes de Sciences Po

  • Mohamed ABDELSALAM, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Bastien CHARAUDEAU SANTOMAURO, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Joachim-Nicolas HERRERA , PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Louis IMBERT, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Darina PETROVA, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Alessandro PETTI, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Ayse Gizem YASAR, PhD Candidate at Sciences Po Law School.
  • Agathe de MARCILLAC, editor in chief, Sciences Po Law Review.
  • Claire OUALID, editor in chief, Sciences Po Law Review.

Lieux

  • 13 rue de l'Université
    Paris, France (75)

Dates

  • dimanche 15 avril 2018

Mots-clés

  • droit, disruption, critique, migration, nouvelles technologies, environnement

Contacts

  • Bastien Charaudeau
    courriel : bastien [dot] charaudeau [at] sciencespo [dot] fr
  • Imbert Louis
    courriel : gradconf [dot] law [at] sciencespo [dot] fr

Source de l'information

  • Bastien Charaudeau
    courriel : bastien [dot] charaudeau [at] sciencespo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Law and Disruption », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 avril 2018, https://calenda.org/438044

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal