AccueilDéveloppement durable et risques industriels majeurs : quelles conditions sociotechniques de la sécurité dans un monde en réseau et globalisé ?

Développement durable et risques industriels majeurs : quelles conditions sociotechniques de la sécurité dans un monde en réseau et globalisé ?

Sustainable development and major industrial risk: what socio-technical security conditions for a networked, globalised world?

*  *  *

Publié le mardi 10 avril 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

La session spéciale ouverte : Développement Durable et Risques industriels Majeurs. Les conditions sociotechniques de la sécurité dans un monde en réseau et globalisé propose un focus particulier sur les sites industriels à risques majeurs. Classés Seveso, ces sites sont à présent soumis au code de l’environnement et doivent mettre en œuvre une Politique de Prévention des Accidents Majeurs (PPAM). Pour pouvoir mieux appréhender la prévention des risques industriels majeurs qui participe de la thématique du développement durable, il nous semble donc qu’il convient de changer de focale pour avoir une approche plus globale de l’intrication entre technologies, société et environnement, en décrivant ces grands ensembles sociotechniques dans la globalité qui caractérise la situation contemporaine.

Annonce

Dans le cadre du 13ème Congrès RIODD (16-18 octobre 2018, Grenoble), plusieurs sessions « spéciales » rassembleront des communications qui viendront alimenter les débats sur le thème central de ce Congrès « Pour durer ou pour changer ? Le développement durable en questions »

Argumentaire

Cette session spéciale propose un focus particulier sur les sites industriels à risques majeurs. Classés Seveso, ces sites sont à présent soumis au code de l’environnement et doivent mettre en œuvre une Politique de Prévention des Accidents Majeurs (PPAM).

En tant que scientifiques, on peut décider de rester à cette échelle nationale d’action, observer et analyser par des études de terrain comment se construit la sécurité dans ces installations. Le sociologue a alors pour fonction de « désenchanter » cet univers fortement porté par la technique, comme le proposait Max Weber et le préconisait James F. Short, alors président de l’ASA, dans un article programmatique publié dès 1984 après l’accident nucléaire de Three Miles Island.

Sur le terrain, on constate cependant que ces organisations à risques industriels majeurs ne sont plus des organisations closes sur elles-mêmes, ancrées dans le seul contexte national dans lequel elles sont physiquement implantées. Relevant d’un mode d’organisation en réseau (voir par exemple Rallet [1989]), ces organisations doivent, pour produire en sécurité, composer avec des entités situées à des échelles différentes : elles doivent par exemple interagir avec la société-mère, encastrée dans un autre système national ; elles sont en relations à la fois complémentaires et concurrentes avec d’autres entités, parfois au sein du même groupe ; elles doivent faire en sorte que les différents services de l’organisation contribuent à la construction commune de la politique de prévention des risques ; elles doivent respecter des règlementations nationales et supra-nationales, interagir avec les divers organes de régulation, avec des réseaux d’experts, mais aussi d’assureurs et de clients à l’échelle du monde, interagir enfin avec un nombre croissant d’entreprises extérieures. Elles doivent produire tout en garantissant la sécurité de leurs salariés et des habitants (vivant à proximité ou dans un périmètre plus étendu, selon le risque encouru) et en visant une meilleure prise en compte du développement durable. Cette problématique a fait l’objet de questionnements théoriques et empiriques ces trente dernières années (notamment avec les travaux de Barry Turner [1978], Charles Perrow [1984], Diane Vaughan [1997], Weick & Suthcliff [2001], Andrew Hopkins [2012] ou Mathilde Bourrier [1999]).

On peut s’interroger de manière ciblée sur l’impact d’une telle organisation en réseau sur la fiabilité organisationnelle de ces installations :

Cette tendance forte va-t-elle dans le sens du renforcement ou de l’affaiblissement de la prévention des risques ?

On peut également s’interroger sur la portée des risques encourus : le nucléaire peut-il être analysé de la même manière que l’industrie chimique ?

Quelle fiabilité organisationnelle peut-on accorder à l’industrie agroalimentaire, comme le montrent des événements récents, ou bien à celle des nanotechnologies ?

Et dans cette lignée on peut alors questionner la transition énergétique en prenant comme analyseur les risques technologiques : quelles sont les nouvelles filières et quelle est leur configuration sur le plan de la sécurité (par ex. la filière hydrogène) ?

Les enjeux multiples, auxquels ces grandes organisations complexes à risques sont confrontées, les obligent en effet à un équilibre toujours changeant entre les divers ordres que sont notamment l’ordre économique et financier, l’ordre technologique, l’ordre social, l’ordre naturel, ordres auxquels peuvent être ajoutés encore l’ordre administratif ou règlementaire et l’ordre juridique.

Pour pouvoir mieux appréhender la prévention des risques industriels majeurs qui participent de la thématique du développement durable, il nous semble donc qu’il convient de changer de focale pour avoir une approche plus globale de l’intrication entre technologies, société et environnement, en décrivant ces grands ensembles sociotechniques dans la globalité qui caractérise la situation contemporaine.

Les communications attendues devront documenter la complexité d’action de ces organisations à risques industriels majeurs et les différents modes, observables ou pensables, de régulation de cette complexité, qui permet ou non le maintien de ces systèmes dans des zones de fonctionnement sûr et garantit ainsi les enjeux spécifiques du développement durable. Elles rendront compte soit de travaux empiriques, soit de travaux à visée théorique.

Modalités de soumission

Renseignez le formulaire-type ci-joint ou accessible sur la page https://riodd2018.sciencesconf.org/resource/page/id/1 (puis « télécharger le fichier-modèle » de soumission)

  1. Adressez-le par mail (dont le titre indiquera « Soumission à la session spéciale “Risques industriels majeurs” » aux responsables de la session spéciale au plus tard le 22 avril : Email : michele.dupre@ish-lyon.cnrs.fr et jean-christophe.lecoze@ineris.fr, avec copie à l’adresse riodd2018@sciencesconf.org
  2. Puis, après avis du(des) responsable(s), soumettez votre proposition, si nécessaire révisée, avant le 2 mai sur le site du colloque https://riodd2018.sciencesconf.org/.

L’acceptation définitive vous sera transmise courant juin.

Il y aura une double sélection :

Sélection sur le fond pour vérifier la conformité de la proposition à l'appel à communications et l'intérêt scientifique de la proposition de communication.

Elle est assurée par les deux porteurs de cette session spéciale du Congrès 2018 du RIODD :

  • Jean-Christophe Le Coze,  chercheur à l'Inéris
  • Michèle Dupré, sociologue du Travail au CMW, équipe TIPO.

La sélection de communications sera après envoyée au comité d'organisation du congrès qui valide la sélection

Comité scientifique

  • Aggeri Franck (Mines ParisTech, CGS)
  • Alexander David (University of Birmingham)
  • Ansaloni Matthieu (Centre Emile-Durkheim, Univ. Bordeaux, LASSP)
  • Artis Amélie (SciencesPo Grenoble, PACTE)
  • Baker Richard (Adelphi University, New York)
  • Bardelli Pierre (Univ. Lorraine)
  • Baret Pierre (ESC La Rochelle, CEREGE)
  • Barreau-de-Lagerie Pauline (U. Paris-Dauphine, IRISSO)
  • Baudry Bernard (Univ. Lyon 2, Triangle)
  • Bauler Tom (Univ. Libre Bruxelles, CEDD, IGEAT)
  • Bommier Swann (Univ. Paris 1, PRISM, prix de thèse RIODD-VIGEO 2017)
  • Bègue Laurent (U. Grenoble-Alpes, MSH-Alpes, LIP)
  • Berger-Douce Sandrine (Mines St Etienne, Coactis)
  • Berrier-Lucas Céline (Univ. Paris-Dauphine, DRM)
  • Billaudot Bernard (Univ. Grenoble-Alpes)
  • Blanc Jérôme (Univ. Lyon 2, ISH)
  • Blum Véronique (Univ. Grenoble-Alpes, CERAG)
  • Brabet Julienne (Univ. Paris-Est)
  • Buclet Nicolas (Univ. Grenoble-Alpes, PACTE)
  • Capron Michel (Univ. Paris-8, LED)
  • Carbonne Valentina (ESCP Europe)
  • CaronMarie-Andrée (UQAM Montréal)
  • Chanteau Jean-Pierre (Univ. Grenoble-Alpes, CREG)
  • Chassagnon Virgile (Univ. Grenoble-Alpes, CREG)
  • Chiapello ève (EHESS, CEMS)
  • Christophe Bernard (Univ. Picardie Amiens)
  • Cinquini Lino (Univ.Sant’Anna Pisa, IM)
  • Clos Clémence (Univ. Grenoble-Alpes, CREG)
  • Coulon Marine (Agro ParisTech)
  • Courrent Jean-Marie (Univ. Montpellier, MRM)
  • Cuzacq Nicolas (Univ. Paris-Est Créteil)
  • Daudigeos Thibault (Grenoble Ecole de Management)
  • Daugareilh Isabelle (COMPTRASEC, CNRS)
  • De Quenaudon René (Univ. Strasbourg, DRES)
  • De Serres Andrée (UQAM)
  • Dejean Frédérique (Univ. Paris-Dauphine, DRM)
  • Den Hond Franck (Univ. Amsterdam)
  • Desbarats Isabelle (Univ. Toulouse 1, CDA)
  • Descolonges Michèle (Univ. Paris-Diderot, LIED)
  • Desjardins Marie-Claude (Univ. Sherbrooke)
  • Dreveton Benjamin (Univ. Poitiers, CEREGE)
  • Druelle-Korn Clotilde (Univ. Limoges)
  • Duarte Paulette (Institut d’Urbanisme-UGA, PACTE)
  • Ducastel Antoine (CIRAD, ARTDev Montpellier)
  • Dumez Hervé (Ecole Polytechnique, i3-CRG)
  • Dupré Michèle (CNRS, Centre Max-Weber Lyon)
  • Faure Alain (CNRS, PACTE)
  • Favereau Olivier (Univ. Paris Ouest-Nanterre)
  • Ferreras Isabelle (Univ. Catholique de Louvain)
  • Frigant Vincent (Univ. Bordeaux, GREThA)
  • Frydman Benoit (Univ. Libre de Bruxelles)
  • Gand Sébastien (SciencesPo Grenoble, CERAG)
  • Gendron Corinne (Univ. Québec Montréal, ESG)
  • Gérard Jessica (Univ. Grenoble-Alpes, CERAG)
  • Gerry-Vernière Stéphane (Univ. Grenoble-Alpes, CRJ)
  • Gherib Jouhaina (Univ. La Manouba Tunis, LIGUE)
  • Gond Jean-Pascal (City University London)
  • Granjou Céline (IRSTEA Grenoble, DTM)
  • Igalens Jacques (Univ. Toulouse 1, IAE)
  • Jany-Catrice Florence (Univ. Lille, Clersé)
  • Job Louis (SciencesPo Grenoble, PACTE)
  • Karyotis Catherine (Noema Business School, Reims)
  • Krichewsky Damien (Univ. Bonn, FIW)
  • Lamarche Thomas (Univ. Paris Diderot, LADYSS)
  • Lavorel Sabine (Univ. Grenoble-Alpes, CRJ)
  • Leroy Maya (Agro ParisTech, MRM)
  • M’Zali Bouchra (ESG-UQAM Montréal, CRSDD)
  • Maillefert Muriel (Univ. Lyon3, EVS-CRGA)
  • Marais Magalie (Montpellier Business School)
  • Martin-Chenut Kathia (CNRS, ISJPS, Univ. Paris 1)
  • Matten Dirk (Schulich School of Business, York Univ., Toronto)
  • Mazuyer Emmanuelle (Univ. Lyon 2, CERCRID)
  • Mocquet Anne-Catherine (Univ. Paris-Est, IAE)
  • Moon Jeremy (Copenhagen Business School)
  • Mottis Nicolas (Ecole Polytechnique, CRG)
  • Nu Thyen-Le (Grenoble EM)
  • Orange Gérald (Univ. Rouen, NIMEC)
  • Palpacuer Florence (Univ. Montpellier, ISEM)
  • Paranque Bernard (Kedge Business School, Marseille)
  • Parent Geneviève (Univ. Laval, Québec)
  • Pasquero Jean (Univ. Québec Montréal, UQAM-ESG)
  • Penalva-Icher Elise (Univ. Paris-Dauphine, IRISSO)
  • Perez Roland (Univ. Montpellier, MRM)
  • Pesche Denis (CIRAD, ARTDev Montpellier)
  • Petit Olivier (Univ. Artois, Clersé)
  • Postel Nicolas (Univ. Lille, Clersé)
  • Poussing Nicolas (LISER, Luxembourg)
  • Quairel-Lanoizelée Françoise (U. Paris-Dauphine, DRM)
  • Rambaud Alexandre (Agro ParisTech, DRM)
  • Ramboarisata Lovasoa (UQAM Montréal, OSE)
  • Ramonjy Dimbi (ESC La Rochelle, CEREGE)
  • Rastoin Jean-Louis (Supagro Montpellier)
  • Renault Michel (Univ. Rennes 1, CREM).
  • Renouard Cécile (ESSEC, Faculté Jésuite de Paris)
  • Reverdy Thomas (INPG, PACTE)
  • Reynaud Emmanuelle (Univ. Aix-Marseille, IAE)
  • Richard Jacques (DRM, Univ. Paris Dauphine)
  • Richez-Battesti Nadine (Aix-Marseille Univ., LEST)
  • Robé Jean-Philippe (Ecole de Droit, SciencesPo Paris)
  • Roger Antoine (Univ.Bordeaux, CED)
  • Roth Xavier (Univ. Grenoble-Alpes, LaRAC)
  • Petit Olivier (Univ. Artois, Clersé)
  • Rousseau Sandrine (Univ. Lille, Clersé)
  • Segrestin Blanche (Mines ParisTech, CGS)
  • Séhier Clément (Univ. Lille, Clersé)
  • Silva François (Kedge Business School, CNAM)
  • Sobczak André (Audencia Nantes)
  • Sobel Richard (Univ. Lille, Clersé)
  • Soubeyran Olivier (Institut Géographie Alpine, PACTE)
  • Tchotourian Ivan (Univ. Laval, CÉDÉ Québec)
  • Temri Leila (SupAgro Montpellier, MOISA)
  • Touchelay Béatrice (Univ. Lille 3)
  • Trebucq Stéphane (Univ. Bordeaux, IRGO)
  • Trompette Pascale (CNRS, PACTE).
  • Turcotte Marie-France (UQAM)
  • Vallaeys François (Univ. du Pacifique Pérou, URSULA)
  • Veldman Jeroen (Cass Business School, City Univ. London)
  • Vercher-Chaptal Corinne (Univ. Paris-Nord, CEPN)
  • Vernac Stéphane (Univ. Picardie, CEPRISCA, CGS)
  • Vivien Franck Dominique (Univ. Reims Champagne-Ardenne, REGARDS)
  • Vogel David (Univ. California at Berkeley)
  • Webb Kernaghan (Ryerson University, Toronto)
  • Zaccaï Edwin (Univ. Libre Bruxelles, CEDD)
  • Zahm Frédéric (IRSTEA Bordeaux, ETBX)

Repères bibliographiques

Bourrier M. [1999] Le nucléaire à l’épreuve de l’organisation. Paris : PUF.

Hopkins A (2012). Disastrous Decisions: The Human and Organisational Causes of the Gulf of Mexico Blowout. CCH Australia.

Perrow C. [1984] Normal accident theory. Living with high risk technology, New York: Basic Books (2nd ed).

Rallet A. [1989] « De l'entreprise-réseau aux réseaux d'entreprises », Réseaux, vol. 7, n°36, 1989. Objets techniques, objets sociologiques.

Turner B. & Pidgeon N. [1978] Man made disasters. The failure of foresight, Oxford: Elsevier (2nd ed).

Vaughan D. [1997] The Challenger Launch Decision: Risky Technology, Culture, and Deviance at NASA, Chicago MI: University of Chicago Press.

Weick K. & Sutcliffe K. [2001] Managing the unexpected, San Francisco CA: Jossey-Bass Wiley.

Catégories

Lieux

  • Campus Saint - Martin - d’Hères (Université Grenoble - Alpes)
    Grenoble, France (38)

Dates

  • dimanche 22 avril 2018

Mots-clés

  • Développement durable, risques industriels majeurs

Contacts

  • Michèle Dupré
    courriel : michele [dot] dupre [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Michèle Dupré
    courriel : michele [dot] dupre [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Développement durable et risques industriels majeurs : quelles conditions sociotechniques de la sécurité dans un monde en réseau et globalisé ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 avril 2018, https://calenda.org/438970

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal