AccueilDes mondes possibles. Le Service de la recherche de la RTF/ORTF et le cinéma d’animation

Des mondes possibles. Le Service de la recherche de la RTF/ORTF et le cinéma d’animation

Possible worlds. The RTF/ORTF research service and animated cinema

*  *  *

Publié le lundi 07 mai 2018 par Elsa Zotian

Résumé

Ce colloque aura pour objet les films d'animation produits par le Service de la recherche de l’ORTF/RTF (1960-1975), lieu d’expérimentations dirigé par Pierre Schaeffer qui continue d’être jusqu’à aujourd’hui une inspiration pour la création et la recherche en animation, avec des communications dans le champs des arts (cinéma, cinéma d’animation, audiovisuel, musique, arts plastiques…) ou des sciences humaines et sociales (sociologie, philosophie…).

Annonce

Ce colloque est organisé par le Centre de Recherche en Arts et Esthétique (CRAE) de le l’Université de Picardie Jules Verne et la NEF Animation, avec le soutien de l’INA et le partenariat de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, l’Université Toulouse Jean Jaurès, l’Université Paris Nanterre et l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs à Amiens, les 5 et 6 novembre 2018.

Argumentaire

Le Service de la Recherche de la RTF/ORTF (SR) est un lieu à part dans l’histoire des médias au niveau international. Des auteurs d'animation bien connus y ont fait leurs premières armes ; des séries y ont été produites (dont la plus célèbre est les Shadoks de Jacques Rouxel entre 1968 et 1974) et de nombreux films coproduits (notamment La Planète sauvage, René Laloux, 1973). Ce Service, créé en 1960 et dissout en 1975, dirigé par le musicien et théoricien Pierre Schaeffer, a été un extraordinaire lieu de création au sein duquel ont pu travailler différentes personnalités du cinéma d’animation. Les seules institutions desquelles le SR se rapproche – et qui peuvent apparaître comme des modèles – sont la General Post Office Film Unit (1933-1940) et l’Office National du Film du Canada (1939- ), deux entités créées par John Grierson et dans lesquelles l’animation tient une place centrale. Le cinéma d’animation a souvent eu du mal, en France durant ces années, à s’extraire de conditions de production difficiles limitant les contenus à la publicité (en dehors de quelques producteurs). Il a pourtant connu, au sein du SR, un moment unique du fait de la très grande liberté, en même temps que de la très grande contrainte, que Pierre Schaeffer et ses programmateurs ont données aux différents créateurs – alors appelés « chercheurs », tout comme les musiciens ou techniciens.

Il s'agira de retranscrire lors de ce colloque – grâce d’une part à des archives conservées à l'INA ou aux Archives nationales et d’autre part aux témoignages des acteurs de l’époque – l'ambiance et les conditions de travail au sein du Service de la Recherche. Il s’agira aussi et surtout d'analyser les œuvres de grands créateurs comme Piotr Kamler, René Laloux, Roland Topor, Jacques Rouxel, Jean-François Laguionie, Vic Towas, Monique Lepeuve ou encore Robert Lapoujade, accompagnés par la musique du GRM (Groupe de Recherches Musicales). Le SR est en effet lié consubstantiellement à la musique concrète : il prend corps après les différentes explorations de Pierre Schaeffer au sein du Club d’essai et du Groupe de Recherches Musicales (GRM). Pour Schaeffer, ce nouveau service doit, à partir de 1960 (et dès les années de préfiguration qui voient la réalisation des premiers films en 1957-59), permettre à des individus travaillant en groupe de faire des recherches dans le domaine des images de la même manière que pour la musique concrète. Le Groupe de Recherches Image (GRI) vise donc à travailler sur des matériaux « concrets », et l’animation est tout naturellement au centre des productions du SR. La plupart des animateurs qui ont travaillé au SR ont eu une formation technique relevant des arts appliqués. Dès lors, on peut imaginer que leur conception de l’animation s’est plutôt bien accordée avec celle de Schaeffer. Celui-ci était en effet obnubilé par la nécessité de mêler recherche audiovisuelle et interrogation sur les débouchés et usages de la télévision. Ainsi, l’animation a dû constamment se positionner entre médium et média, entre recherche audiovisuelle et recherche sociale, en quête de nouveaux univers et de mondes possibles.

Le SR fait l’objet depuis quelques années de travaux scientifiques[1] ; ce colloque organisé avec la NEF Animation et avec le soutien de l’INA a pour but de mieux connaître et faire connaître cet incroyable lieu d'expérimentations qui continue d’être jusqu’à aujourd’hui une inspiration pour la création et la recherche en animation. Quelle place Schaeffer a-t-il laissée aux animateurs au sein du SR ? Quelle a été la présence de l’animation au sein des écrits théoriques de Schaeffer (et des autres) et des innombrables réunions de travail qui ont émaillé la vie du SR pour la redéfinition d’un audio-visuel renouvelé ?[2] Quelle place avait l’animation du SR dans les programmes diffusés effectivement par la RTF/ORTF ? La recherche sur les matériaux et sur les sciences, mais aussi la science-fiction, a-t-elle eu une incidence en termes d’esthétique ? Autant de questions auxquelles ce colloque permettra d’apporter des réponses issues de différents champs de la recherche en arts (cinéma, cinéma d’animation, audiovisuel, musique, arts plastiques…) ou en SHS (sociologie, philosophie, etc.).

[1] Voir les travaux de Jocelyne Tournet-Lammer et de Guillaume Soulez sur le SR, mais aussi de Martin Kaltenecker et Karine Le Bail sur Pierre Schae er, ou encore de Philippe Langlois sur les liens entre musique électroacoustique et cinéma ; dans le domaine de l’animation, voir les mémoires de Master d’Amandine Bertin et l’ouvrage de Sébastien Denis sur les Shadoks.

[2] On peut noter qu’André Martin a travaillé au SR en tant que « chercheur » alors qu’il était l’un des rares critiques à développer une théorie du cinéma d’animation.

[3] L’ORTF a également diffusé d’autres programmes très originaux n’ayant pas été forcément produits au sein du SR.

Axe de recherche possibles :

  • Le film d’animation entre arts plastiques et arts appliqués
  • La science-fiction comme catalyseur
  • L’animation entre médium et média : les usages de l’animation au SR
  • La question des matériaux : une animation « concrète »-Musique concrète et animation
  • La place du SR parmi les lieux d’expérimentation étatiques (ONF, GPO…)-Les coproductions entre le SR et les producteurs d’animation
  • Les auteurs du SR : Piotr Kamler, René Laloux, Jean-François Laguionie, Jacques Rouxel, etc.
  • La place particulière de Robert Lapoujade
  • Les liens conflictuels entre le SR et le Service de l’Animation de l’ORTF
  • Les techniques d’animation, entre GRI, GRT et Service de l’Animation
  • L’animation comme « poil à gratter » pour l’antenne et les relations potentielles entre le SR et les programmes innovants (Dim Dam Dom, Jean Christophe Averty[3]…)

Approches disciplinaires possibles :

  • Esthétique visuelle et musicale des films du SR
  • Philosophie des films
  • Sociologie des interactions entre animateurs, musiciens et producteurs-Histoire de l’animation au sein du SR
  • Histoire des sciences et techniques
  • Littérature (science-fiction, genres, etc.)
  • Théories de l’animation et du cinéma-Economie (budgets de production, coproductions)
  • Technique (techniques employées, imaginaires de la technique)

Conditions de soumission

Les propositions (1 page) sont à rendre à l’adresse suivante : colloque.sr.anim@free.fr

pour le 15 juin 2018

La réponse du comité scientifique sera communiquée le 30 juin 2018.

Comité scientifique

  • Patrick Barrès (Professeur, Université Toulouse Jean Jaurès)
  • Amandine Bertin (Assistante de coproduction, ECPAD)
  • Sébastien Denis (Professeur, Université de Picardie Jules Verne)
  • Jean-Baptiste Massuet (Maître de conférences, Université Rennes 2)
  • Cécile Noesser (Professeur associée, Université Paris 8)
  • Sébastien Roffat (Docteur, chargé de cours, Paris 3)
  • Guillaume Soulez (Professeur, Université Paris 3)
  • Nicolas Thys (Doctorant, chargé de cours, Université Paris Nanterre)
  • Serge Verny (Maître de conférences, ENSAD)
  • Pascal Vimenet (Écrivain, expert en cinéma d'animation, enseignant à l’EMCA)

Comité d’organisation

  • Sébastien Denis (Professeur, Université de Picardie Jules Verne)
  • Caroline Zéau (Maître de conférences, Université de Picardie Jules Verne)
  • Xavier Kawa-Topor (Délégué général, NEF Animation)
  • Anne Le Normand (Chargée de projets, NEF Animation)
  • Marcelo Publio (Doctorant, Université de Picardie Jules Verne)

Lieux

  • Amiens, France (80)

Dates

  • vendredi 15 juin 2018

Mots-clés

  • animation, science fiction, esthétique

Contacts

  • Sébastien Denis
    courriel : sebastiendenis [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Sébastien Denis
    courriel : sebastiendenis [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Des mondes possibles. Le Service de la recherche de la RTF/ORTF et le cinéma d’animation », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 mai 2018, https://calenda.org/441362

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal