AccueilPerformer le conflit : musique, danse et agressivité

Performer le conflit : musique, danse et agressivité

Performing conflict - music, dance and aggression

*  *  *

Publié le lundi 28 mai 2018 par Elsa Zotian

Résumé

Ces journées d'étude se proposent d'explorer les situations de conflit et d'agressivité qui émergent des performances musicales et dansées. Cette rencontre se positionnera a contrario de deux conceptions habituelles des rapports entre musique et violence : la première qui envisage la musique et la danse comme créateurs de cohésion sociale et/ou dispositifs de gestion de l'agressivité ; la seconde qui analyse les performances comme lieux d'expression identitaire et de narration des conflits. L'approche que nous privilégions ici met la musique et la danse au cœur de la production de l'agressivité, des tensions, des débordements et de la transformation des conflits, tout en envisageant l'incidence de ces derniers sur les pratiques musicales. Quelles sont les logiques de l'agressivité au sein des performances ? Quelle place pour la musique et la danse dans les processus de confrontations violentes entre individus et entre groupes ? Différents contextes pourront être envisagés, des rituels aux conflits politiques et armés, en passant par les occasions festives, le sport et la vie quotidienne.

Annonce

Argumentaire

Comment comprendre les rapports entre la musique, la danse et les actes violents ? La question, peu explorée jusqu'à présent par les anthropologues et les ethnomusicologues, a récemment fait l'objet d'une plus grande attention, notamment grâce à la publication d'ouvrages comme ceux de Johnson & Cloonan (2009) et de O'Connell & Castelo Branco (2010), et à la création d'un groupe d'intérêt au sein de la Society for Ethnomusicology en 2011. Les perspectives développées sur le sujet ont cependant tendance à mettre l'accent sur la production de la cohésion sociale en situation de conflit (dans une approche parfois fonctionnaliste), ou sur la représentation de ces conflits à travers la musique et la danse. Rarement explorés sont la violence, l'agressivité physique et la tension qui surgissent, intentionnellement ou non, des performances elles-mêmes.

Ces journées proposent d’approcher ces relations à travers les processus de fabrication des situations conflictuelles et les dispositifs d'action à l’œuvre dans la performance, tout en prenant en compte les temporalités plus larges mobilisées par l'expérience, la mémoire et l'anticipation. Ces journées d’étude engageront plusieurs champs disciplinaires (ethnomusicologie, anthropologie et anthropologie de la danse, sociologie, histoire, etc.) pour une discussion renouvelée sur les rapports entre musique, danse et agressivité. Sans chercher à postuler des relations de causalité, elles sont ouvertes à toutes perspectives sur les dynamiques individuelles et collectives, les logiques en présence et le rôle de ces dernières dans la fabrique sociale. Cette rencontre se propose ainsi d'offrir un éclairage différent sur les phénomènes rituels et festifs, mais également sur les situations de conflits armés, en passant par les compétitions sportives et les querelles interpersonnelles.

Conditions de soumission

Les propositions (2000 signes maximum) sont à envoyer avant le 10 juin 2018 aux trois adresses suivantes :

  • kmorand@parisnanterre.fr
  • giordano.marmone@gmail.com
  • scalapi@yahoo.com

avant le 10 juin 2018 

Le colloque aura lieu les 12-13 novembre 2018.

Bibliographie indicative

  • Helmlinger, Aurélie (2011), « La virtuosité comme arme de guerre psychologique. La compétition des steelbands de Trinidad et Tobago », Ateliers d'anthropologie 35, consulté le 25 avril 2018, https://journals.openedition.org/ateliers/8798
  • Johnson Bruce & Martin Cloonan (2009), Dark Side of the Tune. Popular Music and Violence, Burlington, Ashgate Publishing.
  • Kratz, Corinne. A. (1994), Affecting Performance: Meaning, Movement, and Experience in Okiek Women’s Initiation, Washington, D.C., Smithsonian Institute Press.
  • Marmone Giordano (2017), « War and Predatory Economy in Northern Kenya. How Ethnomusicology Can Explore Social Change », Les Cahiers d’histoire 34/1 : 157-186.
  • Morand, Katell (2017, « Le désir de tuer. Musique et violence en Éthiopie du Nord », Terrain. Anthropologie & sciences humaines 68 : 88-107.
  • O’Connell John Morgan & Salwa El-Shawan Castelo-Branco, ed. (2010),
 Music and Conflict, Urbana, Chicago, Springfield, University of Illinois Press.
  • Stobart Henry (2006), « Violent Harmony and the Making of Men : JulaJula panpipes and harvest time », in  Music and the Poetics of Production in the Bolivian Andes, SOAS Musicology series, Ashtague Publishing, pp. 133-165
  • Straight, Belinda (2005), « In the Belly of History: Memory, Forgetting, and the Hazards of Reproduction », Africa 75 (1) : 83-104.

Comité scientifique

  • Katell Morand (CREM-LESC, Université Paris Nanterre)
  • Giordano Marmone (CREM-LESC, Université Paris Nanterre)
  • Sisa Calapi (CREM-LESC, Université Paris Nanterre)

Catégories

Lieux

  • MAE, Université Paris Nanterre
    Nanterre, France (92)

Dates

  • dimanche 10 juin 2018

Mots-clés

  • musique, danse, violence, conflit, agressivité, performance

Source de l'information

  • Katell Morand
    courriel : katellmorand [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Performer le conflit : musique, danse et agressivité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 28 mai 2018, https://calenda.org/441758

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal